Linguæ Vasconum Primitiæ

Linguæ Vasconum Primitiæ
Linguæ Vasconum Primitiæ

Le Linguæ Vasconum Primitiæ de Bernard D'Etchepare est le premier livre imprimé en langue basque de l'histoire, publié à Bordeaux en 1545. Le Linguæ Vasconum Primitiæ est jusqu'à ce jour la première et la seule œuvre littéraire imprimée en basque au XVIe siècle. Il s'agit du seul « livre-témoin » de cette période cruciale pour la langue basque, mais c'est aussi un « livre-orphelin »[1].

Le propos D'Etchepare était d'adapter à la langue basque ce qui se faisait pour le français, « en présentant pour la première fois une défense et une illustration dans cette langue, démarche qui était très à la mode depuis la fin du siècle précédent dans les langues vernaculaires voisines »[1].

Le livre comprend de nombreux de poèmes religieux et profanes (érotiques) rédigés en basque. Jusqu'alors, le basque était transmis par voie orale, mais ce geste marqua le commencement d'une prise en considération de cette langue.

Parmi ces poèmes se trouve le poème Kontrapas, véritable ode à l'euskara que Xabier Lete mettra en musique dans les années 1960, fut rédigé à l'époque sous une écriture « francisée ».

Texte original[2] Texte en basque unifié Français
Heuscara ialgui adi cãpora. euskara jalgi hadi kanpora. Basque, va dehors.
Garacico herria
Benedicadadila
Heuscarari emandio
Beharduyen thornuya.
Garaziko herria
benedika dadila
Euskarari eman dio
behar duen tornuia.
Que le pays de Cize
Soit béni
Il a donné à l'euskara
Le rang qu'il doit avoir.
Heuscara ialgui adi plaçara. euskara jalgi hadi plazara. Basque, va à la place.
Berce gendec usteçuten
Ecin scribaçayteyen
Oray dute phorogatu
Euganatu cirela.
Bertze jendek uste zuten
ezin skriba zaiteien
orain dute frogatu
enganatu zirela.
Les autres peuples croyaient
Qu'on ne pouvait pas l'écrire.
Maintenant l'expérience leur a prouvé
Qu'ils s'étaient trompés.
Heuscara ialgui adi mundura. euskara jalgi hadi mundura. Basque, va au monde.
Lengoagetan ohi inçan
Estimatze gutitan
Oray aldiz hic beharduc
Ohori orotan.
Lengoajetan ohi hintzen
estimatze gutxitan
orain aldiz hik behar duk
ohore orotan.
Parmi les langues, tu étais jadis
Tenu en piètre estime.
Maintenant, au contraire, tu dois être
Honoré partout.
Heuscara habil mundu gucira. euskara habil mundu guztira. Basque, va-t'en dans le monde entier.
Berceac oroc içan dira
Bere goihen gradora
Oray hura iganenda
Berce ororen gaynera.
Bertzeak orok izan dira
bere goihen gradora
orain hura iganen da
bertze ororen gainera.
Toutes les autres sont arrivées
À leur apogée.
Maintenant, il montera, lui,
Au-dessus de toutes les autres.
Heuscara euskara Basque
Bascoac oroc preciatz?
Heuscaraez iaquin harr?
Oroc iccassiren dute
Oray cerden heuscara.
Baskoak orok prezatzen
Euskara ez jakin arren
orok ikasiren dute
orain zer den euskara.
Les Basques sont appréciés de tout le monde,
Bien qu'on ne connaisse pas l'euskara,
Tout le monde apprendra
Maintenant ce qu'est l'euskara.
Heuscara euskara Basque
Oray dano egon bahiz
Imprimitu bagueric
Hiengoitic ebiliren
Mundu gucietaric.
Oraindano egon bahaiz
inprimatu bagerik
hi engoitik ibiliren
mundu guztietarik.
Si tu es resté jusqu'à présent
Sans être imprimé,
Désormais tu iras
Par l'univers.
Heuscara euskara Basque
Eceyn erelengoageric
Ez francesa ez berceric
Oray eztaerideyten
Heuscararen pareric.
Ezein ere lengoajerik
ez frantzesa ez bertzerik
orain ez da erideiten
Euskararen parerik.
Maintenant,
On ne trouve aucune langue,
Ni le français ni d'autres,
Égale à l'euskara.
Heuscara ialgui adi dançara. euskara jalgi hadi dantzara. Basque, va danser.

Traduction

Le livre Linguæ Vasconum Primitiæ a déjà été traduit en 1996 en basque moderne, espagnol, anglais, français, allemand et italien et sera prochainement disponible en arabe, roumain, chinois, galicien, catalan et kichwa, une langue amérindienne proche du quechua, parlée essentiellement en Équateur[3].

Notes et références

  1. a et b XVIe siècle: Les prémices des lettres basques de Aurelia Arkotxa et Bernard Oyharçabal
  2. B. Etxepare, Linguae Vasconum Primitiae, Egin Biblioteka 1995
  3. Les traductions seront réalisées grâce à une convention de collaboration signée entre le Parlement basque et l'Académie de la langue basque (Euskaltzaindia).

Lien interne