Ligne de Vierzon à Saincaize

Ligne de
Vierzon à Saincaize
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Vierzon, Bourges, Saincaize
Historique
Mise en service 1847 – 1850
Électrification 1997 – 2011
Concessionnaires Cf. du Centre (1844 – 1852)
PO (1852 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 690 000
Longueur 87,194 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
de Vierzon à Bourges
25 kV – 50 Hz
de Bourges à Saincaize
Pente maximale
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Intercités, TER, Fret

La ligne de Vierzon à Saincaize est une ligne ferroviaire française électrifiée à écartement standard et à double voie. Elle constitue la ligne no 690 000 du réseau ferré national. Cette ligne est un maillon de l'axe entre Nantes et Lyon.

Histoire

Cette ligne déclarée d'utilité publique par deux lois successives. La loi du 11 juin 1842 déclare d'utilité publique la réalisation d'une ligne d'Orléans à Bourges par Vierzon[1]. La section entre Bourges et la rive droite de l'Allier est déclarée d'utilité publique par une loi le 26 juillet 1844. L'ensemble de la ligne a été concédé pour une durée de 39 ans et 11 mois à Messieurs Bartholony, Benoist, du Bousquet, Dufour, Foucher, Lambot de Fougères, de Gasque, comte de Germiny, comte Jaubert, Revenaz, comte de Ségur, de Waru et compagnie par une ordonnance du 24 octobre 1844. Les 8, 9 et 10 avril 1845 la compagnie du chemin de fer du Centre est constituée, et sa substitution aux concessionnaires initiaux est autorisée par ordonnance royale le 26 avril 1845.

La concession de la ligne est transférée de la Compagnie du chemin de fer du Centre à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée le 27 mars 1852 entre le ministre des Travaux publics et cette dernière compagnie. Cette convention est approuvée par un décret à la même date[2].

Infrastructure

La ligne est entièrement construite à double voie. Elle est équipée du block automatique lumineux.

Électrification

La ligne a été électrifiée en deux phases :

  • la première phase en 1 500 V continu de Vierzon à Bourges a été mise en service pour permettre aux trains en provenance de la gare d'Austerlitz de rejoindre Bourges sans relais de traction ;
  • la seconde phase en 25 kV alternatif, de Bourges à Saincaize a été mise en place dans le cadre d'un maillage du réseau électrifié.

Électrification Bourges – Saincaize

Dans le cadre du plan de relance, il a été décidé d'électrifier la ligne de Bourges à Saincaize[3].

Cette électrification fait partie de la mise en place d'un axe fret électrifié entre Nantes et Lyon. Elle suit l'électrification de la ligne de Vierzon à Saint-Pierre-des-Corps. Pour le moment le dernier maillon de cet axe n'a pas été choisi. Il faut choisir entre électrifier la ligne de Nevers à Chagny, la ligne de Moulins à Mâcon ou l'axe Saint-Germain-des-Fossés - Saint-Germain-au-Mont-d'Or qui ont chacun leurs avantages et leur inconvénients en termes de distance, de profil en long et de potentiel voyageurs.

Cette électrification a été faite en courant 25 kV 50 Hz, sauf quelques kilomètres après Bourges, le tronçon entre Vierzon et Bourges étant déjà électrifié en courant continu 1 500 V. La livraison a eu lieu fin 2011[4]. Lancés le , les travaux d'électrification ont coûté 82,3 millions d'euros[5].

La pose des premiers poteaux caténaires en ligne a débuté le 6 septembre 2010. La ligne a été mise sous tension le 15 novembre 2011. La caténaire a été inaugurée le 9 décembre[6].

La mise en service des installations électriques assure ainsi une liaison électrique sans interruption entre Saint-Nazaire et Saint-Germain-des-Fossés (et au-delà vers Clermont-Ferrand via Vichy). Ces travaux ont nécessité la reconstruction de ponts au gabarit électrification et l'adaptation des circuits de télécommunication[7].

Exploitation

La ligne est utilisée par des trains Intercités sur les relations suivantes :

ainsi que par des trains régionaux TER Centre-Val de Loire :

  • BourgesNevers ;
  • Vierzon – Bourges ;
  • Vierzon – Montluçon (ces trains quittent la ligne à la bifurcation de Pont-Vert, sur la commune de Marmagne).

Notes et références

  1. « No 10023 - Loi relative à l'établissement de grandes lignes de chemin de fer : 11 juin 1842 », Bulletin des lois du royaume de France, Paris, Imprimerie Nationale, série IX, vol. 24, no 914,‎ , p. 482 - 486 (lire en ligne).
  2. « No 3971 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 27 mars 1852, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 27 mars 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 520,‎ , p. 1071 - 1086 (lire en ligne).
  3. Site relance.gouv, les 1000 projets de la relance : Électrification de Bourges/Saincaize « L'électrification de la ligne ferroviaire Bourges - Saincaize bénéficiera au titre du plan de relance d'un financement de 4,2 millions d'euros. » lire en ligne (consulté le 7 février 2010)
  4. http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=18&num=1303530
  5. « SNCF : la ligne Bourges-Saincaize sera électrifiée en 2011 », sur leberry.fr, Le Berry Républicain, .
  6. « La ligne de train Bourges-Saincaize électrifiée sera inaugurée cet après-midi », sur leberry.fr, Le Berry Républicain, .
  7. « Le voyage en train entre Bourges et Saincaize fait des étincelles », sur ec.europa.eu, (consulté le 23 septembre 2014).

Voir aussi

Bibliographie

  • Francis Chauvin, « Électrification Bourges-Saincaize », Revue générale des chemins de fer, no 236,‎ , p. 60-64 (ISSN 0035-3183)

Article connexe

Liens externes