Ligne de Nevers à Chagny

(Redirigé depuis Ligne Nevers - Chagny)

Ligne de
Nevers à Chagny
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Nevers, Le Creusot, Chagny
Historique
Mise en service 1861 – 1867
Concessionnaires PLM (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 760 000
Longueur 161,324 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 10 
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL et BAPR
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER, fret

La ligne de Nevers à Chagny est une ligne de chemin de fer française à écartement standard et à double voie non électrifiée, qui relie la gare de Nevers à celle de Chagny.

Elle constitue la ligne 760 000 du Réseau ferré national.

Histoire

À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. Cette dernière compagnie se voit octroyer, entre autres, la concession à titre définitif d'une ligne « de Nevers et de Moulins à la ligne de Dijon à Châlon, en un point à déterminer de Châlon à Chagny » (la ligne de Nevers à Chagny fait partie de cet ensemble), lors de sa création par la convention signée le 11 avril 1857 entre le ministre des Travaux publics, les Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon, et Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[1],[2].

La section de Montchanin à Chagny a été ouverte à l'exploitation le 22 septembre 1861[3], celle de Nevers à Cercy-la-Tour le 11 juin 1866[3] et celle de Cercy-la-Tour à Montchanin, le 16 septembre 1867[3].

Tracé

Infrastructure

Exploitation

Projets

Le contrat de projets État-région 2007/2013 prévoit le lancement d'études en vue de l'électrification de la ligne, en prolongement de celle de la ligne de Vierzon à Saincaize[4]. Cela concrétiserait le projet de voie ferrée Centre Europe Atlantique (VFCEA)[5].

Notes et références

  1. « N° 4797 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, les Compagnies des chemins de fer de Paris à Lyon, et de Lyon à la Méditerranée : 11 avril 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 275 - 327.
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État / J. B. Duvergier, année 1857, page 223.
  3. a b et c Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations - Conseil général de la Nièvre, année 1868, page 41.
  4. http://groupesig.sncf.com/vierzon/A1.html
  5. https://www.sncf-reseau.fr/fr/projets-chantiers-ferroviaires/regions/bourgogne-franche-comte/vfcea

Voir aussi

Articles connexes