Ligne de Laroche-Migennes à Cosne

(Redirigé depuis Ligne Laroche-Migennes - Cosne)
Ligne de
Laroche-Migennes à Cosne
Image illustrative de l'article Ligne de Laroche-Migennes à Cosne
Un TER B 81500 en gare de Clamecy.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Auxerre, Clamecy
Historique
Mise en service 1855 – 1893
Fermeture 1938 – 2013 (fermeture partielle)
Concessionnaires PL (1853 – 1857)
PLM (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 753 000
Longueur 134,3 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Signalisation block manuel
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF

La ligne de Laroche-Migennes à Cosne est une ligne ferroviaire transversale française, non électrifiée à écartement standard et presque totalement à voie unique. Embranchée sur la Ligne de Paris-Lyon à Marseille-St-Charles à Laroche - Migennes, elle dessert notamment la ville d'Auxerre et les nœuds ferroviaires de Cravant - Bazarnes et Clamecy. Elle est entièrement située en région Bourgogne et constitue la constitue la ligne 753 000 du réseau ferré national.

Elle est mise en service par sections de 1855 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL), puis la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) jusqu'en 1893 où elle relie la gare de Laroche-Migennes à celle de Cosne-sur-Loire. La Seconde Guerre mondiale entraine la disparition de la double voie et la baisse de fréquentation est l'origine de la fermeture aux voyageurs, en 1938, de la section stratégique de Clamecy à Cosne. Le manque de trafic marchandises entraîne son amputation, par déclassement, du tronçon d'Étais-la-Sauvin à Cosne.

Elle permet des circulations de trains régionaux TER et de marchandises de Laroche-Migennes à Clamecy, où les trains de voyageurs continuent sur la ligne de Clamecy à Gilly-sur-Loire jusqu'à Corbigny. Le tronçon de Clamecy à Étais-la-Sauvin a des circulations de trains de marchandises pour une installation terminale embranchée.

Histoire

Chronologie

Origine de la ligne

Laroche-Migennes à Auxerre (PL)

La concession de la ligne de « la Roche à Auxerre », d'une longueur de 19 kilomètres, est accordée par une convention signée le 17 août 1853 entre le ministre des Travaux Publics et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL). Cette convention est approuvée par un décret impérial le même jour[6]. l'État a préféré une grande compagnie à une compagnie locale car il la juge plus à même de respecter les conditions et les délais qui sont : de réaliser et mettre en exploitation dans les deux ans en prenant tous les frais à sa charge sans subvention ni garantie d'intérêt. La Compagnie PL a accepté car cela lui permet de relier à sa ligne une ville chef-lieu du département de l'Yonne et important centre administratif et commercial, cela permet d'escompter un accroissement d'activité[7].

Le chantier est évalué à 4 millions de francs pour la réalisation d'une ligne à voie unique qui est installée principalement au niveau du sol et ne comporte que quelques remblais et deux ponts relativement modestes sur l'Armançon (111 mètres) et le Serein (82 m). Sont prévues, trois stations intermédiaires, à Bonnard, Chemilly et Monéteau, et la gare terminus d'Auxerre. La mise en exploitation débute par le service des voyageurs le 11 août 1855, le service des marchandises débute le 5 octobre[7].

L'embranchement entre, le 17 avril 1857, dans le réseau de la nouvelle Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), dirigée par Paulin Talabot, qui est créée par la fusion de la Compagnie PL avec celle de Lyon à la Méditerranée[8].

Auxerre à Clamecy (PLM)

Des 1846, une ligne d'Auxerre à Nevers est réclamée et étudiée, mais d'autres lignes sont plus importantes et le projet est oublié. Néanmoins, l'importance du territoire isolé du réseau permit sa remise en avant avec un nouveau projet déclaré d'utilité publique le 14 juin 1861. Il s'agit d'une ligne, débutant en gare d'Auxerre et passant par ou près Clamecy et aboutissant à la ligne de Nevers à Chagny en un point qui sera à déterminé entre Nevers et Cercy-la-Tour. La ligne d'Auxerre à Clamecy, partie d'un itinéraire d'Auxerre à Nevers, est déclarée d'utilité publique par un décret impérial le 14 juin 1861[9]. Sa construction est évaluée à 25 millions de francs[10]. La loi du 2 juillet 1861 autorise l'État à faire les travaux d'infrastructure. La concession est accordée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention entre le ministre secrétaire d'État au département de l'Agriculture du Commerce et des Travaux publics et la compagnie signée le 1er mai 1863. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 11 juin 1863[11]. Elle prévoit pour cette ligne la réalisation de 201 km de voies pour un coût global de 49,8 millions de francs dont 11,8 millions de francs à la charge de l'État[12].

Les 53 km d'Auxerre à Clamecy, intégrés plus tard ans la ligne de Laroche-Migennes à Cosne, représentent alors la première section de la future ligne d'Auxerre à Nevers. Les travaux ne débutent qu'au début de l'année 1866, après l'approbation du tracé définitif le 16 mars 1865. Le chantier commence par les principaux ouvrages d'art que sont les ponts sur l'Yonne et son canal latéral, mais des crues interrompent les chantiers et le fait qu'il n'y a que peu de terrains déjà acquis repousse l'activation générale des travaux au début de 1868. Ils vont durer plus de deux années avant de permettre la mise en service le 4 juillet 1870[12].

Clamecy à Cosne (PLM)

La section de Clamecy à Cosne est un tronçon du projet no 24, Avallon à Bourges, par ou près Clamecy, Cosne et Sancerre, du Plan Freycinet de la loi du 17 juillet 1879[13],[14]. La déclaration d'utilité publique est promulguée par la loi du 22 août 1881[15],. Cette section est concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une loi le 2 août 1886[17].

Ligne d'intérêt stratégique, elle est construite à double voie. Son profil qui passe par un sommet situé à Étais-la-Sauvin comporte des pentes de 10 mm/m. Elle est mise en service le 1er juin 1893[4].

Évolutions de la ligne

La Compagnie PLM fait poser une double voie de Laroche-Migennes à Cravant, en 1889, et de Cravant à Clamecy en 1890, ce qui met la ligne entièrement à double voie après l'ouverture de la dernière section en 1893[4].

La ligne est remise à voie unique lors de la Seconde Guerre mondiale pour permettre la récupération des rails. Pour le compte des allemands, les décisions ministérielles, du 7 novembre 1942 pour la section de Cravant à Cosne et du 2 février 1943 pour la section de Cravant à Auxerres, et après la libération du territoire la décision du 24 octobre 1944 permet à la SNCF de récupérer les rails de la deuxième voie d'Auxerre à Laroche - Migennes, pour reconstruire d'autres lignes du réseau. Après la fin du conflit seul les tronçons, de Laroche à Bonnard - Bassou le 1er juillet 1949, et de Bonnard - Bassou à Chemilly le 8 janvier 1852, sont de nouveau équipés d'une double voie[18]. sauf ces environ 8 km, le reste de la ligne est depuis à voie unique.

Après l'entrée, en 1938, de la ligne dans le réseau de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), la section de Clamecy à Cosne est fermée au trafic voyageurs le 15 mai 1938 du fait d'un manque de trafic. Le tronçon d'Entrains à Cosne, est fermée au trafic marchandises le 18 mai 1952, déclassé le 26 juillet 1969 et déposé peu après[4]. La section devenue en impasse de Clamecy à Entrains est exploitée en affermage depuis 1er janvier 1977, pour un trafic uniquement marchandises avec notamment des silos embranchés à Étais et Entrains, par la Société générale de chemins de fer et de transports automobiles (CFTA).

En 2009, la section de Cravant - Bazarnes à Clamecy est fermée du 9 mars au 29 mai pour rénover l'infrastructure avec des éléments neufs : 49,5 km de rails, 46 350 traverses béton et 52 000 tonnes de ballast, durant ces trois mois 80 personnes seront affectés au chantier. les objectifs de Réseau ferré de France (RFF), sont de réduire les temps de parcours en augmentant la vitesse de 60 à 90 ou 110 km/h, tout en renforçant la sécurité et la fiabilité[19].

Après la fermeture du silo d'Entrains le tronçon d'Étais à Entrains est déclassée le 28 janvier 2013[5].

Caractéristiques

Tracé

Entre Auxerre et Clamecy le tracé est sinueux, il suit la vallée de l’Yonne, étroite, et doit franchir la rivière par huit fois.

La ligne de Laroche-Migennes à Cosne se débranche de la grande ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles en gare de Laroche - Migennes. Elle s'oriente sur un axe sud-sud-est avec un tracé pratiquement rectiligne établit en plaine sur la rive droite de l'Yonne, le plus souvent au niveau du sol. Elle franchit l'Armançon et traverse l'ancienne gare de Bonnard -Bassou (fermée) avant de franchir le Serein, puis elle dessert les gares de Chemilly - Appoigny et Monéteau - Gurgy avant de s'orienter sud pour rejoindre la gare d'Auxerre-Saint-Gervais[20],[7].

Après Auxerre la ligne se dirige vers Clamecy situé dans son sud mais elle doit suivre un parcours très sinueux pour s'adapter à la géographie du territoire. Dès la sortie de la gare la ligne effectue une courbe sur la gauche pour remonter la vallée de l'Yonne en restant sur sa rive droite, après un premier méandre elle dessert la gare d'Augy - Vaux, puis celle de Champs - Saint-Bris avant de franchir une première fois l'Yonne pour rejoindre la gare de Vincelles puis celle de Cravant - Bazarnes sur la rive gauche. Après un nouveau franchissement de la rivière elle se détache de la ligne de Cravant - Bazarnes à Dracy-Saint-Loup puis longe le canal du Nivernais sur environ deux kilomètres. La vallée est maintenant rétrécie suit la rivière et le canal en les franchissant plusieurs fois sur les 35 kilomètres qui restent à parcourir. Elle dessert les gares de Mailly-la-Ville, Châtel-Censoir, franchit un pont qui surplomb le canal et la rivière avant d'arriver en Coulanges-sur-Yonne. Elle franchit une dernière fois l'Yonne et rejoint la gare de Clamecy qui marque le terminus du trafic voyageurs pour la ligne mais qui est également un nœud ferroviaire avec la ligne de Clamecy à Gilly-sur-Loire et la ligne de Clamecy à Nevers[21],[12].

La section suivant qui menait auparavant jusqu'à Cosne-sur-Loire ne mène plus que jusqu'à Étais que la ligne atteint en montant, cette ancienne gare étant situé au point le plus haut de la ligne. Seul des trains de marchandises qui desservent le silo d'Étais utilisent la ligne qui se termine en impasse la section suivante étant déclassée et déposée[22],.

Équipement

Non électrifiée, elle dispose d'une double voie sur 8 km entre Laroche-Migennes et Chemilly - Appoigny, le reste de la ligne est à voie unique. Elle est équipée du block manuel avec appareils de block, entre Laroche-Migennes et Cravant - Bazarnes et en Cantonnement téléphonique entre Cravant - Bazarnes et Clamecy ainsi que sur le tronçon utilisé uniquement pour un trafic marchandises entre Clamecy et Étais[23].

Vitesse limite

Les vitesses limites de la ligne en 2014 pour tous types de trains sont de 120 km/h sur la section de Laroche - Migennes à Cravant - Bazarnes et de 100 km/h sur le reste de la ligne, mais les trains de certaines catégories, comme les trains de marchandises, sont soumis à des limites plus faibles[24].

Notes et références

  1. lire en ligne, dans Annales des ponts et chaussées
  2. Mémoires et procès-verbaux
  3. a et b Jean Cuynet et Gaby Bachet, Histoire du rail en Bourgogne, p. 43.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Site Histoire de lignes oubliées : ligne de Laroche-Migennes à Cosne-sur-Loire (consulté le 30 mars 2014).
  5. a et b Site Massif Central ferroviaire, Requêtes chronologiques (consulté le 20 mars 2014).
  6. « N° 769 — Décret impérial qui approuve la convention passée, le 17 août 1853, pour la concession d'un chemin de fer de la Roche à Auxerre : 17 août 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 2, no 87,‎ , p. 403 - 406 (lire en ligne).
  7. a, b et c Palau, 1998, p. 122
  8. Site nemausensis.com Paulin Talabot, sa vie et son œuvre 1799-1885 par le Baron Ernouf, 1886 (consulté le 20 mars 2014).
  9. « N° 769 — Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer partant d'Auxerre, passant par ou près Clamecy et aboutissant à la ligne de Nevers à Chagny : 14 juin 1861 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 18, no 953,‎ , p. 241 - 242.
  10. Jean Baptiste Duvergier, « 14 juin 1861 : décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer partant d'Auxerre, passant par ou près Clamecy et aboutissant à la ligne de Nevers à Chagny », dans Collection complète des lois, décrets d'intérêt général, traités, Volume 60, Sirey, 1861, p. 437 (consulté le 20 mars 2014).
  11. « N° 11555 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le Ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141,‎ , p. 159 - 166 (lire en ligne).
  12. a, b et c Palau, 2004, p. 213
  13. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  14. Alfred Picard, Les chemins de fer français, tome 3, J. Rotschild éditeurs, 1884, p. 686 et suivantes.
  15. « N° 11056 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de la deuxième section du chemin de fer de Bourges à Avallon, comprise entre Cosne et Clamecy : 22 août 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 23, no 656,‎ , p. 601 - 602 (lire en ligne).
  16. « N° 17490 — Loi qui concède diverses lignes de Chemins de fer à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 2 août 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 33, no 1036,‎ , p. 633 - 634 (lire en ligne).
  17. Si le démontage de la voie est factuel, les dates et les raisons manquent de sources facilement accessibles elles seraient disponibles dans les archives de la SNCF et ces faits sont compatibles avec les remarques faites sur la page de Discussion:Ligne de Laroche-Migennes à Cosne.
  18. Site archive.wikiwix.com Modernisation des infrastructures ferroviaires entre Cravant - Bazarnes et Clamecy : Infos travaux : du 9 mars 2009 au 29 mai 2009 (consulté le 20 mars 2014).
  19. Site google.fr/maps carte de Laroche Migennes à Auxerre (consulté le 20 mars 2014).
  20. Site google.fr/maps carte d'Auxerre à Clamecy (consulté le 20 mars 2014).
  21. Site google.fr/maps carte de Clamecy à Cosne (consulté le 20 mars 2014).
  22. Site rff.fr, Horaire de service 2014, Chapitre 3 : Annexe 6.6 - Modes d’espacement des trains (PDF - 1.2 Mo) (consulté le 20 mars 2014).
  23. Site rff.fr, Horaire de service 2014, Chapitre 3 : Annexe 6.4 - Vitesse maximale sur ligne (PDF - 1.2 Mo) (consulté le 20 mars 2014).

Voir aussi

Bibliographie

  • François et Maguy Palau, « 1.38 La Roche-Auxerre : 11 août 1855 », dans Le rail en France : le Second Empire, tome 1 (1852-1857), édition Palau, Paris, septembre 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 122
  • François et Maguy Palau, « 13.14 Auxerre-Clamecy : 4 juillet 1870 », dans Le rail en France : le Second Empire, tome 3 (1864-1870), édition Palau, Paris, mai 2004 (ISBN 2-950-9421-3-X), p. 213
  • Jean Cuynet, Gaby Bachet, Histoire du rail en Bourgogne, Presses du Belvédère, Pontarlier, 2007 (ISBN 978-2-88419-096-1)

Articles connexes

Liens externes