Librairie polonaise de Paris

Logo de la librairie polonaise de Paris
Librairie polonaise de Paris

La Librairie polonaise de Paris / Księgarnia Polska w Paryżu est un établissement commercial[1] diffusant des livres et autres produits culturels liés à la Pologne et à d'autres pays d'Europe centrale orientale.

Histoire

Les origines

La Librairie polonaise de Paris a été fondée à l’issue de l’insurrection polonaise de 1830-1831 contre la Russie tsariste[2].

L’établissement a été créé au 11, quai Voltaire par Eustachy Januszkiewicz, membre de la Grande émigration politique polonaise du XIXe siècle. Elle a été transférée rue des Marais-Saint-Germain en 1835. Au-delà du commerce de livres, il en fait un lieu d’échanges intellectuels, culturels et politiques, associé dès la création de celle-ci à la Société historique et littéraire polonaise.

La librairie du Luxembourg

Après le retrait de Januszkiewicz, Władysław Mickiewicz, fils d’Adam Mickiewicz, en prend la direction avec l'aide de Jean-Baptiste Vasseur et l’installe en 1864 au 16, rue de Tournon[2]. Elle est alors connue sous le nom de Librairie polonaise du Luxembourg / Księgarnia Luksemburska. Elle édite alors de 1864 à 1889 de nombreux titres de littérature polonaise, mais fut partiellement détruite durant la Commune.

L'entre-deux-guerres et l'Occupation

Après la Première Guerre mondiale, la maison Gebethner & Wolff, éditeurs et libraires de la Pologne redevenue indépendante, la relance et l’installe au 123, boulevard Saint-Germain où elle se trouve toujours[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les troupes d’occupation allemandes ferment la librairie et détruisent le stock. Le directeur de l’époque, Tadeusz Pajor, est déporté et meurt dans un camp de concentration[2].

De la Guerre froide au dégel

Après la Libération, le journaliste et éditeur Stanisław Lam prend l’initiative de refonder la librairie, qui est pendant la Guerre froide, avec la revue Kultura, un lieu de rencontre des intellectuels polonais en exil en Europe occidentale qui combattent le régime totalitaire communiste pour le rétablissement d’un régime démocratique et pluraliste en Pologne, en soutenant dans les années 1970 le KOR. Elle joue un grand rôle dans la diffusion des écrits publiés clandestinement en Pologne durant les années 1980-1989, notamment durant l’état de siège.

D'autres établissements jouent un rôle comparable, notamment de 1946 à 1993 la Librairie Libella  / Galerie Lambert de Zofia  et Kazimierz Romanowicz  (ancien directeur adjoint de la Librairie polonaise de Paris à l'époque de Tadeusz Pajor), sur l'île Saint-Louis, lieu de rencontre d'artistes, d'écrivains et autres intellectuels et créateurs.

Place contemporaine

À partir de 1991, c’est au tour des Éditions Noir sur Blanc (depuis 2000 Groupe Libella) actuellement dirigées par Vera Michalski-Hoffmann de reprendre la gestion de la librairie. Elle l’adapte aux nouveaux contextes politiques et techniques[2]. Tadeusz Michalski en reprend la direction[3], puis Tomasz Michalski, gérant actuel.

Depuis 180 ans – dont 85 ans sur son site actuel –, la librairie polonaise est reconnue comme un lieu culturel de premier plan par les Polonais du monde entier et par toutes les personnes que la Pologne intéresse[2]. Elle propose de la littérature polonaise traduite en français, des livres et de la presse en polonais, de la musique et des films polonais en CD et DVD et enfin des dictionnaires et des méthodes de langue.

Notes et références

  1. http://www.societe.com/societe/librairie-polonaise-a-paris-ksiegarnia-polska-w-paryzu-572042554.html
  2. a, b, c, d, e et f http://histoire.libella.fr/libpolonaise.html
  3. http://www.axelibre.org/livres/librairie_polonaise.php
  • Site officiel
  • Affiche éditée pour le 150e anniversaire de la librairie polonaise de Paris

Voir aussi

Lien externe