Li Wenliang

Li Wenliang
Li Wenliang Drawing.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Période d'activité
Nom dans la langue maternelle
李文亮
Nationalité
Domiciles
Formation
Wuhan University School of Medicine (en) (maîtrise) (-)
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Parti politique
Mouvement
Cheveux
Yeux
Noirs ()

Li Wenliang (en chinois : 李文亮 ; pinyin : Lǐ Wénliàng), né le à Beizhen en Chine et mort le à Wuhan en Chine, à 33 ans, est un ophtalmologue hospitalier et lanceur d'alerte chinois.

Dès le , il alerte ses collègues médecins sur le virus dont sont atteints plusieurs patients de son hôpital de Wuhan, qui lui semble être proche du SRAS. Ce virus a provoqué ultérieurement la pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020.

Biographie

Li Wenliang nait le à Beizhen[1].

Il commence ses études de médecine en 2004, à l'université de Wuhan et obtient son diplôme de médecin en 2011. Il travaille ensuite à Xiamen pendant trois ans avant de retourner à Wuhan pour travailler en tant qu'ophtalmologiste à l'hôpital central de Wuhan[2].

Épidémie de coronavirus

Découverte du virus

Le , Li Wenliang prend connaissance d'un rapport de la Dresse Ai Fen concernant un patient qui montre un résultat positif avec un intervalle de confiance élevé pour les tests de dépistage du coronavirus du SRAS. À 17 h 43, il partage ses soupçons dans une conversation privée sur la messagerie chinoise WeChat avec ses collègues diplômés de l'école de médecine[3]. Il indique dans ce message qu'« il y a 7 cas confirmés de SRAS au marché de gros de fruits de mer de Huanan ». Il publie également le rapport et le résultat de la tomodensitométrie d'un patient. À 18 h 42, il ajoute, « les dernières nouvelles confirment qu'il s'agit d'infections au coronavirus, mais le virus exact reste à sous-typer ». Il explique également dans le message ce qu'est un coronavirus[2].

Lettre d'avertissement émise par le département de police de Wuhan ordonnant à Li Wenliang de cesser de « répandre des rumeurs sur le SRAS, » signée par Li Wenliang et deux officiers (). Li Wenliang l'a téléversée sur son compte Sina Weibo.

Après que des captures d'écran de son message WeChat ont été publiées en ligne, les surintendants médicaux de son hôpital sont rapidement venus lui parler[2]. Le , le commissariat de police de la rue Zhangnan du bureau de la sécurité publique de Wuhan le met en garde pour « avoir fait de faux commentaires sur Internet »[4]. Les policiers au poste lui demandent de signer une lettre d'avertissement « reconnaissant qu'il ‹ perturbe l’ordre social ›. » Selon le procès-verbal de cet interrogatoire que Li Wenliang publie ultérieurement, il lui est demandé de « cesser ces actions illégales » sous peine d'« être poursuivi par la loi »[5].

Le , il contracte le coronavirus à l’hôpital en soignant un patient infecté. Il développe une fièvre et une toux le qui s’aggravent rapidement. Le , il est admis aux soins intensifs où il est mis en quarantaine et soigné[6]. En raison d'une pénurie de kits de test pour le nouveau coronavirus, le diagnostic définitif de l'infection n'est posé que le . Beaucoup de ses collègues et membres de sa famille sont également infectés par le virus.

Réactions

Li Wenliang a été sous le feu des projecteurs du public chinois et des médias parce qu'il est considéré comme l'un des huit internautes accusés de « transmettre des rumeurs » et arrêtés par la police de Wuhan début janvier[7]. Cependant, selon certains médias, la police de Wuhan a convoqué huit « colporteurs de rumeur » le , tandis que Li et Xie Linka, un médecin de l'Union des hôpitaux de Wuhan, n'ont été réprimandés que le , ce qui signifierait que ces deux personnes pourraient ne pas être comptées dans les huit « colporteurs de rumeur ».[réf. nécessaire]

La Cour populaire suprême chinoise a déclaré que, « rétrospectivement », les huit citoyens de Wuhan n'auraient pas dû être punis car leurs propos n'étaient « pas entièrement faux »[8].

La cour suprême indique également sur son site que « cela aurait été une chance si le public avait cru aux ‹ rumeurs › à ce moment-là, et avait commencé à porter des masques, à prendre des mesures d'hygiène et à éviter le marché des animaux sauvages », le [8].

Li Wenliang a déclaré au journal en ligne chinois Caixin qu'il craignait que l'hôpital ne le punisse pour avoir « répandu des rumeurs », mais qu'il s'est senti soulagé après que la cour suprême ait publiquement critiqué la police. « Je pense qu'il devrait y avoir plus d'une voix dans une société saine, et je n'approuve pas l'utilisation du pouvoir public pour des interférences excessives », a déclaré Li Wenliang[8].

Décès

Le , les médias d'État chinois rapportent que Li Wenliang est décédé à l'âge de 33 ans[9]. Selon China Newsweek (中國新聞周刊), son cœur s'est arrêté à 21 h 30 et pour le maintenir en vie, l'oxygénation par membrane extra-corporelle (ECMO) a été pratiquée[10]. Plusieurs sources, dont les collègues de Li Wenliang, confirment que l'ECMO a été utilisée pour le maintenir en vie pendant trois heures après l'arrêt de son cœur[11].

L'Organisation mondiale de la santé publie sur Twitter qu'« elle était attristée par le décès du Dr Li Wenliang »[12].

Cependant, l'hôpital central de Wuhan a initialement publié une déclaration contredisant les informations faisant état de sa mort : « Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, l'ophtalmologiste de notre hôpital Li Wenliang a malheureusement été infecté. Il est maintenant dans un état critique et nous faisons de notre mieux pour le sauver »[13]. L'hôpital confirme plus tard que Li Wenliang est décédé le à h 58[14],[15].

Sa mort provoque une vague d'indignation sur les réseaux sociaux chinois, malgré la censure[16].

Vie privée

Li Wenliang et sa femme ont eu un enfant. Sa femme était à sa mort enceinte de leur deuxième enfant[17].

Références

  1. (zh) « 武汉市公安局吴昌分局中南路街派出所训诫书 », Zhongnanlu Street Police Station, Wuchang Division of Wuhan Police Bureau,‎ (consulté le 7 février 2020)
  2. a b et c (zh) « 新冠肺炎"吹哨人"李文亮:真相最重要 », Caixin,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020)
  3. Yohan Blavignat, « Chine : confusion autour de la mort du Dr Li, le médecin qui a défié les autorités sur le coronavirus », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020).
  4. (zh) 林則宏, « 武漢肺炎「吹哨者」:三周前就知道可「人傳人」了 », 元气网 (consulté le 6 février 2020)
  5. Frédéric Lemaître et Simon Leplâtre, « Emotion en Chine à l’annonce de la mort du docteur Li Wenliang, lanceur d’alerte sur le coronavirus », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020).
  6. (zh) « 被训诫医生李文亮去世 », The Beijing News (consulté le 6 février 2020)
  7. Marie Holzman, « Coronavirus : « En Chine, plus personne ne croit en la parole officielle », sur Le Monde,
  8. a b et c (en) Qin Jianhang et Timmy Shen, « Rebuked coronavirus whistleblower vindicated by top Chinese court », Nikkei Asian Review,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020)
  9. Plus précisément, ils indiquent 今年34岁, ce qui signifie « 34 ans cette année », qui est une façon d'indiquer les âges en Asie de l'Est  et peut correspondre à un an de plus que dans les autres pays. On trouve ainsi l'âge de 34 ans dans les médias occidentaux, mais il s'agit d'une erreur de traduction.
  10. (zh-HK) 張子傑, « 【武漢肺炎】敢言醫生李文亮傳死訊 院方稱仍搶救中 », HK01,‎ (consulté le 6 février 2020)
  11. (en) « Virus 'whistleblower' doctor in Wuhan dies from coronavirus » [archive du ], Global Times (consulté le 6 février 2020)
  12. World Health Organization (WHO) (@WHO), « At today's #2019nCoV media briefing @DrMikeRyan is asked about reports that Dr Li Wenliang had passed away, and he expressed condolences. WHO has no information on the status of Dr Li. », sur Twitter,
  13. (en) Henry Austin, « Chinese doctor who raised alarm over coronavirus dies from disease, hospital confirms », NBC News, (consulté le 7 février 2020)
  14. (en) « Coronavirus: Whistleblower Dr Li Wenliang confirmed dead of the disease at 34, after hours of chaotic messaging from hospital », South China Morning Post,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  15. (en) « Chinese doctor who sounded Wuhan virus alarm is critically ill, hospital says, after state media reported he had died », CNN, (consulté le 6 février 2020)
  16. Simon Leplâtre, « Le martyre du Dr Li Wenliang enflamme l'internet chinois », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  17. « Chinese Doctor, Silenced After Warning of Outbreak, Dies From Coronavirus », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes