Les Petits Ballons

Les Petits Ballons
Chanson de France Gall
Sortie
Enregistré 1972
Studios Pathé-Marconi de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Durée min 5 s
Genre Pop
Format 45 tours simple
Auteur Serge Gainsbourg
Compositeur Jean-Claude Vannier
Producteur Serge Gainsbourg/Jean-Claude Vannier
Label Pathé-Marconi
Éditions Sidonie/Rideau Rouge

Les Petits Ballons est une chanson écrite par Serge Gainsbourg et composée par Jean-Claude Vannier, interprétée par France Gall en 1972.

La chanson traite de pratique sexuelle et d'érotisme.

Fiche technique

Thèmes et contexte

Depuis 1968, France Gall est en perte de vitesse. Avoir quitté les disques Philips pour rejoindre en 1969 le tout nouveau label « La Compagnie » fondé par son ami Hugues Aufray n'arrange rien, car la société discographique fait faillite peu de temps après[4],[5]. France Gall passe ensuite d'un label à un autre sans plus de succès. En 1972, elle signe chez le label Pathé-Marconi. Son agent artistique de l'époque, Bertrand de Labbey décide de contacter un auteur-compositeur qui a été bénéfique à France Gall par le passé : « J'ai appelé Gainsbourg qui a été d'une courtoisie exquise, alors que j'avais craint qu'il m'envoie balader sous prétexte que France ne vendait plus de disques depuis longtemps. Il lui a écrit deux titres, Frankenstein et Les Petits Ballons. […] Serge a dirigé les séances, infiniment respectueux des autres et j'étais émerveillé de travailler avec lui »[6]. France Gall poursuit : « Les textes étaient parfaits, mais ce n'était pas ce que j'attendais. Je n'étais pas heureuse de les enregistrer ». Gilles Verlant ajoute : « Serge persiste à la confondre avec une poupée — cette fois ni de cire ni de son, mais plutôt du genre latex »[6].

En effet, par la voix de France Gall, c'est une poupée gonflable qui s'exprime sans ambiguïté : « On me gonfle avec la bouche, à la taille que l'on veut, puis après le bouche-à-bouche, on fait ce que l'on veut de moi ».

La chanson est divisée en trois strophes avec un pont instrumental après la deuxième strophe où un « hot » slide guitar[7] du compositeur Jean-Claude Vannier s’ingénie, si c’est possible, à retranscrire musicalement l'excitation sexuelle, qui va crescendo, déclenchée, dixit la poupée, chez : « ces types un peu louches qui m'font des pinçons », et la poupée d’ajouter que cela la « laisse comme un glaçon... », car « je n'éprouve aucune émotion, je ne frémis que si l’on touche à mes petits ballons... »

Accueil

Bertrand de Labbey : « Nous avons été très déçus que ça ne marche pas »[6].

Si le titre de la face A, Frankenstein, fait quelques percées çà et là dans l’audiovisuel, et tardivement comme sur la Deuxième chaîne de l'ORTF dans le Top à Dutronc diffusé du 2 mars 1974[2], la face B et ses Petits Ballons sont ignorés, absence radio et aucun écho médiatique malgré un texte bien plus provocateur et explicite que celui des Sucettes. Il faut dire, comme le relate Lucien Rioux[8], que déjà, trois ans auparavant : « Les mœurs se sont libérées, les rapports femme-homme se sont simplifiés. […] Grâce à une chanson dure et tendre qui ne craignait pas de mettre en scène l’acte sexuel : Je t'aime… moi non plus. […] Scandale énorme. […] L'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, tonne. […] Une telle réprobation, une telle indignation ne peuvent que porter leurs fruits. […] Un pas a été franchi. On peut maintenant se livrer à des ébats érotiques sur vinyle ».

Gilles Verlant : « On dirait que Serge se fourvoie et qu’il livre à France des chansons rigolotes tout juste dignes d’un show télévisé »[6].

Discographie

Rééditions :

Voir aussi

Chansons de Serge Gainsbourg écrites pour France Gall

Notes et références

  1. a et b Livret et jaquette de la compilation double CD Gainsbourg chanté par..., voir section discographie.
  2. a, b et c Source : ouvrage d'Yves-Ferdinand Bouvier et Serge Vincendet, Serge Gainsbourg : L'Intégrale et Cætera, Paris, Éditions Bartillat, , 992 p. (ISBN 2841003418, présentation en ligne).
  3. Dépôt à la Sacem le 2 juin 1972 d'un bulletin daté du 28 avril. Source : ouvrage d'Yves-Ferdinand Bouvier et Serge Vincendet, Serge Gainsbourg : L'Intégrale et Cætera.
  4. Biographie d'Hugues Aufray sur son site officiel
  5. Article Metronews du 9 juin 2015
  6. a, b, c et d Source : ouvrage de Gilles Verlant, Gainsbourg, Paris, Éditions Albin Michel, , 768 p. (ISBN 2226120602, présentation en ligne).
  7. Les Petits Ballons en écoute (no 12 de la playlist) dans La Médiathèque.be
  8. Serge Gainsbourg, par Lucien Rioux, collection « Poésie et Chansons », éditions Seghers, 1986 (ISBN 2221045262).
  9. Chanson initialement déposée à la Sacem (France) le sous le titre Bébé loup (sans doute destiné à une édition vinyle jamais réalisée). Titre modifié le par son auteur à la Sacem. Source : Yves-Ferdinand Bouvier et Serge Vincendet, Serge Gainsbourg : L'Intégrale et Cætera.
  10. On retrouve une séance de travail de la chanson Dents de loup, dents de lait sur le DVD De Gainsbourg à Gainsbarre de 1958 à 1991 (Universal Pictures, 2000).