Les Jeunes Européens-France

Les Jeunes Européens – France
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Politique européenne
Type
Financement
adhérents, subventions publiques ou partenaires privés.
Objectif
Promotion d'une Europe unie, démocratique, citoyenne et fédérale
Méthode
information pédagogique, action de terrain, influence politique
Siège social
2, rue Choiseul 75002 Paris
Pays
Organisation
Membres
1135 (fin 2018)
Président
Marie Caillaud
Affiliation
Site web
www.jeunes-europeens.org

Les Jeunes Européens – France est une association loi de 1901 qui constitue la section française des Jeunes Européens fédéralistes et regroupe les adhérents de moins de 35 ans du Mouvement européen-France.

Elle vise à rassembler les jeunes désireux d’agir en faveur de la construction européenne dans un sens fédéral. « Leur action est fondée sur le pluralisme politique, la tolérance et l’ouverture ». Les Jeunes Européens agissent pour la défense et la promotion des idées des pères fondateurs de l'Europe tels Jean Monnet et Robert Schuman, idées fondées sur un rejet profond de la guerre et des nationalismes qui ont défiguré l'Europe durant tant de siècles.

L'association milite pour une Europe unie, capable de peser de tout son poids dans la mondialisation pour protéger et promouvoir les valeurs européennes à travers le monde, que cela soit les avancées sociales, démocratiques ou environnementales. Pour les Jeunes Européens la promotion de l'idéal européen est un devoir compte tenu des horreurs qui ont été perpétrés sur le continent avant la construction européenne, celle-ci est considérée comme un grand espoir et une révolution dans la manière de penser les relations entre les européens, ainsi unis par delà leur diversité.

Pour les Jeunes européens, la construction de l'Europe politique doit s'effectuer dans un système fédéral ; le Fédéralisme européen permettrait de garantir une distribution juste des pouvoirs à tous les échelons, notamment au niveau des régions, des États et de l'État fédéral (les institutions européennes).

Histoire

L'association sous sa forme actuelle est la résultante du rapprochement, en 1990-1991, puis de la fusion de facto, en 1992, de la Jeunesse européenne fédéraliste (section française des Jeunes Européens fédéralistes), de la commission jeunes du « Mouvement européen France » et d'associations étudiantes, notamment des « Cercles Europe »[1].

Le 6 mars 1992 est désigné le premier bureau. Président : Markus Schmidt, Trésorier : Olivier Soulié, Relations internationales : Stéphane Martayan, Communication interne et développement : Valéry-Xavier Lentz, Chargée d’étude : Marie-José Fleury, Communication : Stéphane Saurel.

L'association connaît des difficultés à ses débuts, notamment en raison de son manque d'autonomie. Sa relance en 1996 lui donne un fonctionnement distinct de celui du Mouvement Européen-France. L'association adopte désormais ses propres politiques et un programme d'action spécifique. Ses présidents successifs sont Stéphane Saurel, Nathalie Lasnier, Stéphanie Chémery, Vincent Richez, Aurélien Beaujard, Jérôme Gstalter, Jessica Pennet, Pauline Gessant, Nicolas Jean, Pierre-Jean Verrando, Aurélien Caron, Chloé Fabre, Jérôme Quéré[2], Hervé Moritz[3],[4] puis Marie Caillaud depuis septembre 2019.

Maillage territorial : L'association compte 26 sections locales à travers la France. Ces bénévoles, réunies en association font vivre l'Europe sur leurs territoires à travers des interventions pédagogiques, l'animation de débat, des actions de terrain, du conseil et de l'influence auprès des décideurs publics.

Idées

Les idées défendues par les Jeunes Européens sont principalement :

  • une grande Europe de la paix, sur le modèle d'une Fédération dotée d'une Constitution propre et respectant la subsidiarité
  • des institutions rénovées, plus démocratiques et plus efficaces, permettant une plus grande implication des citoyens
  • une véritable politique étrangère commune et une politique européenne de défense
  • un modèle social européen, solidaire et efficace
  • un modèle européen d’enseignement supérieur

« Sur le plan institutionnel, Les Jeunes Européens – France demandent la restriction du nombre de commissaires européens et la modalité d'élection de son président afin que celle-ci reflète le résultat des élections européennes » expliquait en 2007 la présidente de l'association[5]. L'association a soutenu en 2014 le principe des spitzenkandidaten et demande en 2019 des listes transnationales[6].

Activités

Régulièrement, les Jeunes Européens organisent des activités de plusieurs types :

  • des cafés européens (organisés par les groupes locaux) permettant de débattre de sujets européens dans un cadre convivial et informel ;
  • des conférences, colloques ou petits déjeuners ;
  • des séminaires nationaux : université d'été[7], week-ends de formation ;
  • des séminaires internationaux, organisés avec d'autres sections nationales ou dans le cadre de JEF-Europe, qui permettent de rassembler régulièrement plusieurs milliers de jeunes militants européens, notamment le Séminaire international de Paris ;
  • la commission politique, lieu de débats et d'échanges d'idées entre militants ;
  • des actions de sensibilisation de l'opinion, au travers d'opérations nationales ou locales ; et de promotion de l'idéal démocratique telle que l'action de sensibilisation à la situation politique en Biélorussie
  • le programme « L'Europe par les jeunes », agréé par le ministère de l’Éducation nationale[8], qui cherche à expliciter et sensibiliser les enjeux du projet européen et à susciter l’envie des jeunes collégiens et lycéens de prendre part à l’aventure européenne[9]. L'action « Eurodéputé à l'école », lancé en 2012, grâce à la participation des députés européens[10], vise à rapprocher les élus européens des futurs citoyens, contribuant ainsi d'une manière novatrice à la formation citoyenne et à sensibiliser aux élections européennes en particulier pour les primo-votants.
  • le programme « Eurotour des facs » de sensibilisation dans les universités aux programmes de mobilités européennes et internationales Erasmus,SVE, etc.
  • des publications papiers (Taurillon en Flam's sur Strasbourg, Taurillon en Seine sur Paris, Taurillon dans l'arène sur Bordeaux)

L'association est éditrice du web magazine Le Taurillon qui est lauréat du prix du citoyen européen 2012 attribué par le Parlement européen.

Organisation

Il s'agit d'une association autonome qui fédère une trentaine de groupes locaux et est également la section française des Jeunes Européens fédéralistes (JEF-Europe), elle-même branche jeune de l'Union des fédéralistes européens. Elle dispose de ses propres instances et de positions politiques spécifiques.

Leur organisation repose sur des groupes locaux autonomes et en mesure d'agir sur le terrain. Présents dans la plupart des grandes villes et universités, l'affiliation aux groupes locaux est libre : un étudiant peut ainsi choisir d’être rattaché au groupe de son université ou à celui de sa ville d’origine. Chaque groupe local est animé par une équipe élue, et est représenté à l'assemblée générale et au conseil d’administration de l'association. Ils respectent les principes définis dans les statuts nationaux, notamment le pluralisme politique et l’interdiction de toute action partisane. Les adhérents ne pouvant ou ne souhaitant pas rejoindre un groupe local sont représentés au sein de l'association par le Comité des Jeunes Européens-France individuels (COJEFI).

Son siège social est à Paris.

Campagnes

Son activité a alterné entre actions d'informations sur la construction européenne et des engagements politiques plus marqués en faveur du fédéralisme :

  • Ratification du traité de l'Union européenne : l'association créée début 1992 a participé activement à la campagne en faveur de la ratification du traité sur l'Union européenne ou « traité de Maastricht ».
  • Fête de l'Europe : l'association participe toujours le 9 mai à la commémoration du Discours de Robert Schuman prononcé le 9 mai 1950 et est présente sur tout le territoire dans des stands[11].
  • Actions de rue : Manifestation lors du Conseil européen de Nice en décembre 2000 autour du mot d'ordre de la constitution européenne, Flash mob pour les élections européennes en 2009, action de rue sous l'appel « Oui aux États-Unis d'Europe ! » en 2011. Le 25 mars 2017 l'association participe à la Marche pour l'Europe de Rome[12].
  • Opposition à l'élection de Le Pen : l'association s'est engagée dans les manifestations contre Jean-Marie Le Pen entre les deux tours de l'élection présidentielle française de 2002.
  • Promotion de la création du service civil européen[13]
  • Ratification pour le Traité constitutionnel : pour l'année 2005 l'association a été marquée par un engagement en faveur du traité constitutionnel européen[14].
  • Liberté pour la Biélorussie : cette action est menée dans toute l'Europe par le biais de toutes les antennes des Jeunes Européens dans les pays où elles sont présentes. L'action consiste à bâillonner les statues et à les accompagner d'écriteaux indiquant « Laissez parler les Biélorusses » (le régime en Biélorussie est considéré par eux comme dictatorial)[15].
  • Eurotour des facs : depuis l'année 2008, un tour des universités françaises pour débattre avec les étudiants des questions européennes autour des campagnes annuelles lancées par la Commission.
  • États généraux de l'Europe : depuis 2008, les États généraux de l'Europe sont un rassemblement de la société civile européenne destiné à susciter une dynamique commune
  • Convention européenne de la Jeunesse : convoquée au Parlement européen de Strasbourg en mars 2017 pour donner une constitution à l'Europe.
  • ReDAct - Reflexion, Débat, Action -projet qui a donné en 2015 l’Appel des Jeunes pour l'Europe, ensemble de 24 propositions pour faire avancer l'Europe.

En 2016, l'association lance en partenariat avec d'autres mouvements la campagne « L'Europe en mieux » dans la perspective du référendum britannique sur la sortie de l'Union européenne qui vient promouvoir la libre circulation, l'euro et le rôle de l'Europe dans le monde[16].

Enfin un thème récurrent des actions de l'association est l'interpellation des médias sur la faible présence des thématiques européennes alors même que les statuts de France Télévision prévoient de « favoriser une meilleure compréhension du fonctionnement démocratique des institutions européennes »[17].

Personnes liées aux Jeunes Européens – France

Plusieurs personnalités ont été membres des Jeunes Européens ou de la section française de la Jeunesse européenne fédéraliste : Roger Chinaud (ancien président)[18], Bernard Lehideux, Emeric Bréhier (ancien député), Romain Bail (maire de Ouistreham), Marie-Pierre Vedrenne (eurodéputée)[19].

Sources

Références

  1. « Les Jeunes Européens – France : dates clés de la création de l'association - valeryxavierlentz.eu », sur blog.valeryxavierlentz.eu (consulté le 26 novembre 2016)
  2. « Jérôme Quéré : « Personne n'a un discours qui donne envie d'Europe » », sur lesechos.fr, (consulté le 19 décembre 2017)
  3. « En direct de l'Europe. Impliquer la société civile dans la refondation de l'Europe », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  4. « Le Schilikois Hervé Moritz président des Jeunes Européens », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  5. Chroniques de la gouvernance 2007, Numéro 1 (lire en ligne), Page 123
  6. « Interview d'Hervé Moritz, nouveau Président des Jeunes Européens - Club de la presse Strasbourg », Club de la presse Strasbourg,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  7. Simon 2007
  8. « Les associations agréées et/ou subventionnées par l'Éducation nationale », sur education.gouv.fr, (consulté le 26 novembre 2016)
  9. « De jeunes militants font découvrir « l'Europe à l'école » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  10. « Les députés européens retournent à l’école », sur franceinter.fr, (consulté le 19 décembre 2017)
  11. BFMTV, « La fête de l’Europe pour « rapprocher l’Union européenne des citoyens » », sur bfmtv.com, BFMTV, (consulté le 19 décembre 2017)
  12. « 60 ans du traité de Rome : manifestations pour l'Europe », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  13. « Jeunes Européens – France : Mettre en place un Erasmus de la solidarité », sur EURACTIV.fr (consulté le 19 décembre 2017)
  14. 2005 : un rêve d'Europe, Paris, Le Manuscrit, , 164 p. (ISBN 2-7481-6894-1, lire en ligne)
  15. « Biélorussie : des jeunes dans plus de 100 villes en Europe dénoncent la dictature de Loukashenko », sur touteleurope.eu, (consulté le 26 novembre 2016)
  16. Peter 2017
  17. « Avec France Info TV, le service public ne remplit toujours pas sa mission européenne », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2017)
  18. Audigier 2001, p. 199 à 224
  19. Pascal simon, « Européennes. La Rennaise Marie-Pierre Vedrenne (LREM) élue députée », sur Ouest-France, (consulté le 28 mai 2019).

Bibliographie

  • Pascal Simon, « Rennes. Université d’été des Jeunes européens jusqu’à dimanche », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  • Camélia Peter, Le défi des associations européennes : porter un message d’intérêt général en défendant un projet politique. L’exemple de la campagne "L’Europe en Mieux" à l’initiative de trois associations européennes, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, , 113 p. (lire en ligne)

Compléments

Articles connexes

Liens externes

  • Le site de l'association
  • Site des Jeunes Européens Fédéralistes, réseau européen de l'association