Les Crevettes pailletées

Les Crevettes pailletées
Réalisation Cédric Le Gallo
Maxime Govare
Scénario Cédric Le Gallo
Maxime Govare
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Improductibles
Kaly Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 100 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Crevettes pailletées est une comédie française écrite et réalisée par Cédric Le Gallo et Maxime Govare, sortie en 2019. Il s’agit de la vraie histoire d'une équipe de water-polo gay participant aux Gay Games. Cédric Le Gallo s'est également inspiré de son expérience au sein de cette équipe qu'il fréquente depuis 2012,[2].

Synopsis

Mathias Le Goff est vice-champion du monde de natation. Ayant tenu des propos homophobes lors d'une interview télévisée, il reçoit comme sanction d'entraîner les « Crevettes Pailletées », une équipe gay de water-polo, pendant trois mois, pour la participation aux Gay Games en Croatie. Deux mondes que tout semble opposer vont devoir faire équipe tant bien que mal.

Fiche technique

Distribution

Production

Accueil

Festival et sorties

Le film est sélectionné et présenté le au festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez. Il sort le en France, ainsi qu’en Belgique et en Suisse romande.

Critiques

Caroline Vié de 20 minutes ne cache pas que « cette drôle de comédie rappelle Le Grand bain de Gilles Lellouche. Ses comédiens se révèlent aussi drôles que porteurs d’un message célébrant la différence »[3] et Pierre Vavasseur du Parisien, « cette comédie, qui se joue autour d’une équipe de water-polo gay, porte avec une bonne humeur irrésistible, un lumineux langage de tolérance et d’ouverture »[4].

Le magazine Slate parle d'une « occasion ratée », avec plusieurs clichés sur les homosexuels (« ici, les gays n'ont qu'une chose en tête : baiser [...], aiment et sont capables de se transformer en drag queens » « les lesbiennes [...] [sont] masculines, agressives, limite méchantes, et donnent un bon prétexte aux Crevettes pailletées d'enchaîner les propos sexistes. ») et « la transphobie dont elle [Fred] est victime est traitée avec autant de légèreté et d'incohérence que l'homophobie de Matthias. ». Malgré tout, « tout n'est pourtant pas à jeter et [...] l'agression des Crevettes pailletées à une station essence donne lieu à un débat [...] : faut-il se fondre dans la masse pour ne pas se faire embêter ou assumer et clamer son identité gay ? » et salut « certains personnages [qui] sont plus intéressants », en abordant divers portraits d'hommes homosexuels[5].

Du même avis, Bruno Deruisseau des Inrockuptibles qui ne voit pas de cet œil, « Ce mouvement d'ouverture ne s'opère pas sans qu'il s'y charge au passage des pires défauts de la comédie grand public, à savoir une certaine beauferie et une façon de dresser les minorités les unes contre les autres, dans une avalanche de clichés »[6].

Distinction

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Documentation

Liens externes