Le Méridien de Greenwich

Le Méridien de Greenwich
Auteur Jean Echenoz
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur éditions de Minuit
Date de parution
Nombre de pages 255
ISBN 9782707302540
Chronologie

Le Méridien de Greenwich est un roman de Jean Echenoz paru le aux éditions de Minuit et ayant reçu le prix Fénéon l'année suivante.

Résumé

Analyse

Le Méridien de Greenwich[1], premier roman de Jean Echenoz, sera envisagé du point de vue de la réflexivité de l’écriture : le texte est constamment mis en abyme par un jeu de récits emboîtés, par des références parodiques au roman d'aventures, notamment à L'Île mystérieuse de Jules Verne, par la récurrence de l’image du puzzle.

Le mythe de Robinson irrigue Le Méridien de Greenwich en cela qu'Echenoz reprend les récits de Michel Tournier et de Le Clézio pour les démythifier. L’appareil de projection filmique de l’incipit du roman représente le cyclope Polyphème, mais de manière fantaisiste, l'auteur l'ayant doué de deux paupières closes, ce qui signifierait la cécité de l’homme moderne face au mythe. Par ailleurs, si les personnages sont peu ou prou des Robinson, la description de l’île jette un éclairage parodique sur le mythe : le décor, « théâtral à force d’être maritime », est corrodé par l’artificialité. La végétation est décevante, trouée par un carré de béton ou par un petit arbre maculé de cambouis ; des « arbres-bouteilles » rappelant le paradoxe wildien selon lequel la nature imite l’art[1].

Éditions

Notes et références

  1. a et b Jean Echenoz, auteur postmoderne ? par Laurence Comut, in fabula.org, en ligne.
  2. Le Méridien de Greenwich dans la base de données du Sudoc.

Lien externe