Le Jeu de la vérité (émission de télévision)

Le Jeu de la vérité
Genre Talk-Show
Périodicité bi-mensuelle[1]
Création Patrick Sabatier
Présentation Patrick Sabatier
Pays Drapeau : France France
Langue Français
Nombre de saisons 2 (1985-1986)
Production
Lieu de tournage Studios VTF (Studios de Billancourt) à Boulogne-Billancourt, France
Diffusion
Diffusion TF1
Statut Arrêtée
Public conseillé Tous publics

Le Jeu de la vérité est une émission de télévision française diffusée sur TF1 deux vendredis par mois entre 1985 et 1986 et présentée par Patrick Sabatier depuis les Studios VTF (Studios de Billancourt) à Boulogne-Billancourt.

Il s'agissait, pour un invité médiatique du moment, tel que Coluche, Serge Gainsbourg, Chantal Goya, Annie Girardot, Mireille Mathieu, Alain Delon, Michel Sardou ou Dalida, de venir répondre à des questions en direct posées par le public de la salle ou par téléphone. Cependant, certaines personnalités refusèrent d'y participer, à l'instar de Charles Aznavour[2], Jean-Paul Belmondo[2], Thierry Le Luron, Sylvie Vartan ou Sheila.

En 2004, l'émission est diffusée à nouveau sur TF1 le temps d'un prime-time exceptionnel, avec notamment Jane Birkin.

Déroulement de l'émission

Quelques émissions ou invités remarquables

Coluche

Invité une première fois le , l'humoriste Coluche marque l'émission en utilisant dès le début de l'émission ses deux « jokers », qui lui permettaient par deux fois de ne pas répondre à une question, se mettant de lui-même « sans protection » face aux questions posées[2]. Par la suite, il répond tout au long de l'émission avec son franc-parler et sa décontraction coutumière, n'évitant aucun sujet, même polémique (notamment une question sur l'humour avec les juifs[2] et leur caractère « intouchable »).

Sa prestation ayant fait sensation, Coluche sera réinvité le , et participera donc à deux émissions du Jeu de la vérité[3].

Chantal Goya

Le vendredi , la chanteuse Chantal Goya fit les frais de cette émission, qui fut visiblement mal préparée, de part et d'autre. Une émission d'abord refusée dans son concept original, puis proposée comme une « émission de Noël faite par les enfants, avec des enfants, pour des enfants ». Le concept plutôt sensationnaliste et voyeuriste de l'émission s'accordait mal avec le public jeune et familial de la chanteuse.

Jusqu'à la dernière minute, Chantal Goya refusa l'émission, malgré la pression de sa maison de disques de l'époque, RCA, qui y voyait un avantage sur ses ventes de disques. Elle finit, d'après ses dires, par accepter d'y participer, contre l'avis de son mari Jean-Jacques Debout, mais, sous la pression du réalisateur de l'émission, Rémy Grumbach, qui était alors un ami[4].

L'émission étant transférée au Palais des sports de Lyon[1] et retransmise en direct. Chantal Goya en était la coproductrice (coût estimé : 100 à 200 000 francs). Ainsi, dans les décors de son propre spectacle, elle eut à faire face à des questions d'adultes qui n'étaient pas en plateau (exemple : « Pensez-vous qu'il soit nécessaire de paraître une toute petite fille aux yeux des enfants que vous confinez dans un système abêtissant ? »)[2],[1].

Face aux gradins peuplés de jeunes enfants, la chanteuse préféra rester dans son personnage scénique, ce qui ne fut pas au goût des téléspectateurs adultes. Beaucoup la jugeant alors au premier degré ne comprirent pas qu'elle continuait de jouer son personnage de Marie-Rose[2]. Le point d'orgue étant atteint lorsque Chantal Goya crut bon de suggérer à une femme se prétendant institutrice de « changer de chaîne. [Elle] serait mieux sur la chaîne 2... », une réponse (pour l'époque) tranchant avec son image de « petite fille sage ».

L'émission, suivie par quinze millions de français, amplifiée et déformée, ternira un certain temps la carrière de la chanteuse. Elle déclarera par la suite : « Patrick Sabatier et son équipe m'ont trahie alors qu'ils étaient des copains de longue date. À la fin, l'un d'eux m'a confié cette phrase monstrueuse : "Maintenant, tu es au chômage ma petite !" »[2]. Alors que l'artiste assure n'avoir fait que converser par deux fois au téléphone avec la prétendue institutrice, l'animateur vedette de la Une, lui, prétend avoir fait se rencontrer ultérieurement en chair et en os Chantal Goya et son interlocutrice lors d'une de ses émissions sur TF1. Et de s'interroger publiquement sur l'état de la chanteuse ce soir-là : « Elle n'était pas à 20 h 30 comme je l'ai vue à 19 h 00. Il s'est passé quelque chose »[5].

Sophie Marceau

Invitée lors de l'émission du 3 mai 1985, l'actrice Sophie Marceau sortit de l'émission en larmes après avoir subi de sévères critiques sur son jeu de comédienne et son physique[1],[2].

Elle n'acceptera plus jamais une invitation de Patrick Sabatier, à qui elle tourna le dos pendant la dernière partie de l'émission, si bien que ce dernier sortit exceptionnellement de son rôle de procureur souvent neutre, parfois à charge, en refusant que son invitée réponde à certaines questions, de manière aléatoire sans que celles-ci fussent pires que les précédentes, mais plutôt dans un souci de faire redescendre la pression sur le plateau[2].

Liste des invités

Émission similaire

La chaîne W9 reprend le concept à la rentrée 2007. Julie Raynaud présente l'émission Rien que la vérité, avec trois invités en studio. Seul le public leur pose des questions. L'émission n'est pas diffusée en direct[réf. nécessaire].

Notes et références

  1. a, b, c, d et e « Patrick Sabatier raconte l’incroyable pétage de plomb de Chantal Goya dans son émission : "J’ai tout fait pour préserver son image" », Anthony Martin, Voici.fr, 20 juillet 2015 (consulté le 21 mars 2016).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v « Le jeu de la vérité» : les vedettes descendent dans l'arène cathodique », Pierre de Boishue, Le Figaro.fr, 29 juillet 2009 (consulté le 21 mars 2016).
  3. « Culte : Coluche au jeu de la vérité », Fanny Labarre, Pleine Vie.fr, 19 juin 2016.
  4. Chantal Goya, Des poussières d'étoiles dans les yeux, Flammarion, 2009.
  5. Émission Salut les Terriens !, Canal+, le 22 novembre 2014.

Articles connexes