Le Hérie-la-Viéville

Le Hérie-la-Viéville
Le Hérie-la-Viéville
Église du Hérie-la-Viéville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Mickaël Tellier
2020-2026
Code postal 02120
Code commune 02379
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2017 en diminution de 4,56 % par rapport à 2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 23″ nord, 3° 38′ 44″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 152 m
Superficie 9,27 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Marle
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Le Hérie-la-Viéville
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Le Hérie-la-Viéville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Hérie-la-Viéville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Hérie-la-Viéville

Le Hérie-la-Viéville est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie

Localisation

Entrée du village.

Le Hérie-la-Viéville est à 28 kilomètres à l'Est de Saint-Quentin.

Panorama du village.

Urbanisme

Typologie

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Le Hérie-la-Viéville est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2]. La commune est en outre hors attraction des villes[3],[4].

Histoire

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).
Carte postale du village en 1909.
(Colin-Delaby Edit)

Toponymie
Le village apparaît pour la première fois en 1144 sous l'appellation de Lahéris dans un cartulaire de l'Abbaye de Thenailles. L'orthographe variera ensuite de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs: Leeris, Leherie, Lanheris, Leharis, Leheries, Le Herys en 1556, Leeheries et la Viefville en 1568, Leheri, Lherys, Leherues en Vermandois, La Herry, Hérie, Laheries, la Hairie-la-Vieville en 1709. [5].
La Viéville était une ferme déjà disparue en 1880. Son nom était Viesville en 1353, La Viezville, Cense de Wiefville. Cette ferme a été acquise au XIIè siècle par l'Abbaye de Ribemont [6].
Carte de Cassini
La carte de Cassini montre qu'au XVIIIè siècle, Le Hérie (écrit le Héry est une paroisse. A l'ouest, est représenté le château qui fut construit en 1671 par la famille De Malortie. Incendié partiellement par les Allemands en 1916 et endommagé par les bombardements de novembre 1918, ce château a été reconstruit par la suite.
A l'ouest, sur les hauteurs est dessiné un moulin aujourd'hui disparu. Le chemin La pièce du moulin, près du château d'eau, rappelle la présence de ce moulin.
Au nord, existait une ferme dénommée Bretagne qui était déjà disparue en 1880.
A l'est est représentée le ferme La Viéville dont le nom a été joint à celui de Le Héry pour former le village de Le Hérie-la-Viéville à la fin du XVIIIè siècle.
L'ancienne ligne de chemin de fer de Laon au Cateau
Le Hérie-la-Viéville a possédé une halte située sur la ligne de chemin de fer de Laon au Cateau qui a fonctionné de 1892 à 1972. En 1910, quatre trains s'y arrêtaient dans chaque sens chaque jour. Cette halte, située à 4 km au sud du village en direction de Marle existe en core de nos jours. (voir les horaires)[7].
Première guerre mondiale
Après les combats des 29 et 30 août 1914 aux alentours de la commune, [8], soit moins d'un mois après la déclaration de la guerre, le village est occupé par les troupes allemandes après la défaite de l'armée française lors de la bataille de Guise. Pendant toute la guerre, Le Hérie-la-Viéville restera loin du front qui se stabilisera à environ 150 km à l'est aux alentours de Péronne. Les habitants vivront sous le joug des Allemands: réquisitions de logements, de matériel, de nourriture, travaux forcés. Ce n'est que début novembre 1918 que les Allemands seront chassés du village par les troupes françaises. Sur le monument aux morts sont écrits les noms des dix-neuf soldats de la commune morts au Champ d'honneur.

Politique et administration

La mairie.
Le monument aux morts.

Découpage territorial

La commune duHérie-la-Viéville est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[9].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[10]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Marle pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[10], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[11].

Administration municipale

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 Turquin[12]    
Les données manquantes sont à compléter.
1931 1941 Paul Gosset    
1941 1944 Paul Parraingaux   Adjoint faisant fonction
1944 1953 Albert Sallandre    
1953 1963 Marcel Poirée    u1963 -1977 Louis Batteux
mars 1977 mars 2001 Pierre Leterme    
mars 2001 mars 2008 Christian Glaude    
mars 2008[13] mars 2014 Eric Buysse    
mars 2014[14] En cours
(au 28 mai 2020)
Mickaël Tellier DVD Agriculteur et éleveur
Réélu pour le mandat 2020-2026[15],[16],[17]

Démographie

C'est la commune de l'Aisne avec le plus fort taux de population comptée à part en 2006 selon l'Insee, avec 33,2 % (115 personnes pour une population totale de 346 habitants). Ce taux est dû à la présence de l'internat de l'établissement privé Notre-Dame des Victoires.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2017, la commune comptait 230 habitants[Note 2], en diminution de 4,56 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
624639671798933893865910900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
915865835789755725695635587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
521524511398366328304249334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
262278251213197243232239233
2017 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

Lieux et monuments

Galerie

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Notes et références

Notes


Références

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  5. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 22 octobre 2020).
  6. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 22 octobre 2020).
  7. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ligne_Laon_-_Guise_-_Wassigny-Busigny_1910.jpg
  8. « Ecole supérieure de guerre. Cours d'histoire militaire. La bataille de Guise : 29-30 août 1914 / Colonel Lestien et Lt-Colonel d'Argenlieu », sur Gallica, 1933-1934 (consulté le 22 octobre 2020).
  9. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  10. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune duHérie-la-Viéville », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  11. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  12. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1879, p270.
  13. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  14. « Mickaël Tellier est le nouveau maire. », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 41 (ISSN 0183-8415)
  15. « Mickaël Tellier réélu au Hérie-la-Viéville », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020) « Le maire a été conforté dans son siège à l’issue du conseil municipal d’installation ».
  16. « Le Hérie-la-Viéville : Mickaël Tellier est élu maire », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  17. « Le Hérie : un nouveau mandat pour Mickaël Tellier », La Thiérache, no 2897,‎ , p. 17 (ISSN 0183-8415)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes