Le Fantôme de Canterville

Le Fantôme de Canterville
image illustrative de l’article Le Fantôme de Canterville
Édition de 1905
Publication
Auteur Oscar Wilde
Titre d'origine
The Canterville Ghost
Langue Anglais
Parution 1887
dans The Court and Society Review
Intrigue
Genre fantastique humoristique
Lieux fictifs Angleterre[1]
Nouvelle précédente/suivante

Le Fantôme de Canterville (The Canterville Ghost), aussi traduit en français par Jules Castier sous le titre Le Fantôme des Canterville, est une nouvelle d'Oscar Wilde publiée en 1887 dans The Court and Society Review, et maintes fois rééditée et adaptée depuis.

l'arrivée de ces derniers, Lord Canterville, l'ancien propriétaire des lieux, prévient M. Otis et sa famille que le fantôme de sir Simon hante le château depuis que ce dernier a tué sa femme Eleanore voilà quelques siècles. Or, ce fantôme, qui a toujours fait peur à toutes les personnes ayant habité ce château, n'arrive pas à effrayer cette famille américaine qui affiche une attitude résolument moderne et pragmatique.

Le fantôme épuise ainsi tout son arsenal de techniques. Par exemple, quand il accapare la peinture de Virginia, la fille de M. Otis, pour faire peur - sans succès - aux membres de la famille Otis en leur faisant croire qu'il s'agit du sang de sa femme Eleanore. Finalement, il abandonne tout espoir de les effrayer quand soudain Virginia parle au fantôme et devient son amie. Grâce à elle, le fantôme part en paix, laissant derrière lui une boîte de beaux bijoux pour son amie. Virginia épouse son amant le duc de Cheshire.

Adaptations

Cinéma

Télévision

Autres

  • Le Fantôme des Canterville, bande dessinée de Jean-Luc Cornette et Christophe Hanze (2003). Il y a aussi une pièce de théâtre au Québec ;
  • Le fantôme des Canterville, bande dessinée de Arranz Juan aux éditions G.P (1980) .
  • Le Fantôme de Canterville , opéra du compositeur russe Alexandre Knaïfel (1966).
  • Le Fantôme de Canterville (fr), adaptation théâtrale de l'œuvre (2016) par Anne-Caroline d'Arnaudy/isbn : 9782334075398

Traductions françaises

  • Le Fantôme de Canterville, traduit par Léo Lack, Paris, Mercure de France, 1939
  • Le Fantôme de Canterville, traduit par Jules Castier, Paris, Nelson, 1954
  • Le Fantôme de Canterville, traduit par Henri Robillot, Paris, Gallimard, 1994
  • Le Fantôme des Canterville, traduit par Bernard Hœpffner, Paris, Éditions Mille et Une Nuits, 1997
  • Le Fantôme des Canterville, traduit par François Dupuigrenet Desroussilles, dans Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998
  • Le Fantôme de Canterville, traduit par Édith Fourtanier, Paris, Bertrand-Lacoste, 1998

Notes et références

  1. Agathe Brun, L'émergence de l'individualisme et le questionnement de la vérité dans la littérature victorienne, 1830-1900 : crise du moi, crise de la vérité, , 432 p. (lire en ligne), p. 272