Le Baron de l'écluse (film)

Le Baron de l'écluse
Description de cette image, également commentée ci-après
Lieu du tournage à Chavignon dans l'Aisne, la nationale 2 passait sur le pont avant d’être détournée.
Réalisation Jean Delannoy
Scénario Maurice Druon
d'après le roman de
Georges Simenon
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1960

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Baron de l'écluse est un film français de Jean Delannoy, sorti en 1960.

Synopsis

Héros de la guerre 1914-1918, baron désargenté et joueur invétéré, Jérôme Napoléon Antoine mène une vie de palaces grâce à ses relations fortunées. La chance lui sourit. Au baccara, il gagne plus d'un million aux dépens de Saddokan, un mufle milliardaire et lui enlève Perle, une exquise jeune femme qui fut son ancienne flamme dix ans auparavant. Il gagne onze millions au marquis de Villamayor qui le paye partiellement avec un yacht, l'Antarès et promet de lui verser le solde de deux millions.

Le baron prend possession du navire à Rotterdam et décide de se rendre à Monte-Carlo par les eaux intérieures. L'argent faisant à nouveau défaut, lui et Perle se trouvent en panne sèche à l'écluse de Vernisy. N'ayant plus même de quoi manger, ils vont devoir trouver des expédients : Perle va déjeuner dans un restaurant où elle fait la connaissance d'un riche négociant en champagne, Maurice Montbernon. Celui-ci, conquis, va la demander en mariage, ce qu'elle va accepter. Jérôme, quant à lui, est séduit par Maria la patronne du « Café de la Marine » et caresse un moment l'idée d'une vie rangée. Mais le mandat de deux millions arrive et le baron repart sur son yacht à destination de Monte-Carlo, après avoir reconnu qu'une honnête femme comme Maria ne mérite pas un homme comme lui.

Le lieu de l'action

C'est probablement l'écluse no 10 « Juvigny », à quelques kilomètres en aval de Châlons-sur-Marne, sur le canal Latéral à la Marne, qui est le lieu réel de la seconde partie de l'action du film. Le lieu est rebaptisé Vernisy dans le film (orthographe relevée sur le panneau publicitaire du restaurant), ce qui a pu induire certains en erreur en situant l'action sur le canal du Centre, où, en effet, existe un Vernizy à l'amont de Génelard, mais dépourvu d'écluse. De plus, le canal du Centre n'est pas sur la route logique de Rotterdam à la Méditerranée, tandis que le canal Latéral à la Marne, si (par Saint-Quentin, Reims, Vitry-le-François, Langres puis la Saône et le Rhône). Au Café de la Marine, le baron emprunte le journal local, L'Union (de Reims) ; plus tard, il demande à s'y faire rappeler au téléphone : « le 5 à Vernisy, dans la Marne ». Le fils de Maria, la patronne, est lycéen à Épernay et il est régulièrement fait mention de Châlons-sur-Marne. L'un des personnages locaux, joué par Jean Desailly, est producteur de Champagne. Or, Châlons-sur-Marne est éloigné de Vernizy de plus de 50 km. La Poste, est mentionnée à 2 km dans le film ce qui correspond à la distance du bourg de Juvigny depuis l'écluse ; à cette époque, les petits villages étaient encore dotés de ce service public. Le lieu de tournage est plus incertain et il n'est pas sûr qu'il soit unique pour ce qui est censé se passer au même endroit. De nombreuses sources concordent à admettre que le tournage des extérieurs s'est tenu près du village de Chavignon dans l'Aisne, à l'écluse du pont Auger sur le canal de l'Oise à l'Aisne. Des habitants du village sont clairement identifiés accoudés au bar du café devant Jean Gabin. Je me suis rendu sur place et cela ne fait aucun doute c'est à cet endroit qui n'a que très peu changé (voir photo de 2016) que fut tourné ce film. C'est la nationale 2 qui passait sur le pont.

emplacement de l'Antares

Fiche technique

  • Titre : Le Baron de l'écluse
  • Réalisation : Jean Delannoy
  • Scénario : Maurice Druon d'après la nouvelle du même nom de Georges Simenon
  • Adaptation : Maurice Druon, Jean Delannoy
  • Dialogues de : Michel Audiard
  • Musique : Jean Prodomidès
  • Photographie : Louis Page, assisté de Marc Champion
  • Montage : Henri Taverna, assisté de Ginou Dodard (ou) Simon Godard
  • Décors : René Renoux, assisté de Pierre Tyberghen
  • Costumes : Monsieur Gabin est habillé par Opelka - Mademoiselle Presle est habillée par Pierre Balmain
  • Cameraman : Henri Tiquet
  • Assistant Opérateur : Marc Champion
  • 1er Assistant Réalisateur : Alain Boudet
  • 2e Assistant Réalisateur : Joseph Drimal
  • Script-Girl : Claude Vériat
  • Régisseur Général : Eric Geiger
  • Assistant Décorateur : Pierre Tyberghein
  • Régisseurs d'extérieurs : Roger Joint, Louis Seuret
  • Photographe : Marcel Dole
  • Son : Jean Rieul
  • Maquillage : Marcel Bordenave
  • Prises de vues aériennes réalisées avec le concours de l'Aéroclub de Deauville
  • Chef de production : Jean-Paul Guibert, Robert Gascuel
  • Directeur de production : Claude Hauser
  • Sociétés de production : Filmsonor - Intermondia Films - Cinetel (Paris), Vides Cinematografica (Rome) - Franco Italienne
  • Distribution : Cinédis
  • Lieu de tournage : Tournage dans les studios Eclair du 12 octobre au 12 décembre 1959
  • Enregistrement : Western Electric
  • Pellicule magnétique : Pyral
  • Pays d'origine : France
  • Format : Noir et blanc - Mono - 35 mm
  • Genre : Comédie
  • Durée : 95 minutes
  • Date de sortie :
  • Visa de contrôle : 22.531

Distribution

Tournage

Le film a été tourné dans les départements de

Box-office

Lors de sa sortie, le film a rassemblé 3 160 233 spectateurs en France[2].

Répliques du film

  • « Détrousser les petits épargnants est le fait d’adolescents crapuleux ou de ministres chevronnés ».
  • « Avec toi, on prend toujours des allers simples et des retours compliqués ».
  • « C'est pas parce que Suez est coté en bourse que c'est pas un canal ».
  • « Si la franchise était la condition sine qua non du mariage, le monde serait peuplé de vieilles filles ».

Notes et références

Liens externes