Laurent Berger

Laurent Berger
Laurent Berger le 20 novembre 2012.
Laurent Berger le 20 novembre 2012.
Fonctions
Secrétaire général de la CFDT
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 26 jours)
Prédécesseur François Chérèque
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Guérande (Loire-Atlantique)
Nationalité Drapeau de France Français
Diplômé de Université de Nantes
Profession Conseiller en insertion professionnelle
Syndicaliste

Laurent Berger, né le à Guérande (Loire-Atlantique), est un syndicaliste français, secrétaire général de la CFDT depuis le .

Biographie

Jeunesse

Laurent Berger est le fils d’un ouvrier des Chantiers de l'Atlantique et d’une auxiliaire de puériculture[1].

Durant ses études, il est surveillant dans un collège. C’est à cette époque qu’il adhère à la CFDT[2],[3]. Après une maîtrise d’histoire de l’université de Nantes[4] et un mémoire intitulé « L'épiscopat nantais de Monseigneur Villepelet (1936-1966) »[5], il devient permanent de la Jeunesse ouvrière chrétienne en 1991 [6]. Il en est secrétaire général entre 1992 et 1994[1].

Il connaît par la suite une période de chômage de six mois et effectue quelques remplacements de professeur d’histoire-géographie[3].

Il devient salarié d’une association d’insertion à Saint-Nazaire pour aider des adultes en chômage de longue durée et allocataires du RMI à trouver un emploi. Laurent Berger y crée une section syndicale CFDT et devient délégué du personnel de cette structure de neuf personnes[7].

Action syndicale

En 1996, Laurent Berger accepte de devenir permanent à l’union locale CFDT de Saint-Nazaire[7]. Il travaille sur les problématiques d’emploi et sur la place des jeunes à la CFDT[7].

En 2003, il est élu secrétaire général de l’union régionale CFDT des Pays de la Loire[8] et intègre le Bureau national de la CFDT[1].

Laurent Berger est élu à la Commission exécutive confédérale, instance dirigeante de la CFDT, le [9]. Il est responsable du dossier TPE-PME et chargé de la résolution générale dont il a été rapporteur au congrès de Tours en juin 2010[1].

Après juin 2010, ses responsabilités couvrent les questions d’emploi, de sécurisation des parcours professionnels et d’insertion. À ce titre, il est le négociateur de la CFDT à l’assurance chômage et sur l’emploi des jeunes[1].

Il est nommé secrétaire général adjoint de la CFDT le [10]. Il coordonne l’action revendicative de la CFDT[11].

Il est responsable d’un chantier sur l’évolution du fonctionnement de la CFDT[11] dont le but est de développer la proximité avec les salariés[12].

Il est élu secrétaire général, après la démission de François Chérèque, par le bureau national de la CFDT le [13].

Le 5 juin 2014, il est réélu secrétaire général avec 98,31 % des voix lors du congrès de la CFDT réuni à Marseille[14].

En 2016, a contrario des syndicats FO et CGT, il soutient la loi Travail présentée par le gouvernement socialiste[15].

Prises de position contre le Front national

Interviewé par Francis Brochet pour le groupe de presse régionale Ebra, Laurent Berger, au lendemain d'élections européennes de 2014 favorables au FN, déclare : « Pour moi, le Front national est toujours trop haut : ce parti (je ne parle pas de ses électeurs) est une tache sur la démocratie. Nous avons le choix entre une société autoritaire, qui sera dans le “y a qu’à, faut qu’on” et la recherche du bouc émissaire, et une société plus apaisée, du dialogue et de l’écoute. C’est plus compliqué, mais ce sera toujours mon choix. »[16],[17],[18],[19]

En avril 2017 lors de la campagne de l'élection présidentielle française, tout en affirmant ne donner aucune consigne de vote, il annonce « avoir clairement pris position contre Marine Le Pen et publié un argumentaire pour nos militants »[20].

Ouvrage

  • Permis de construire, Tallandier, 2015.

Notes et références

  1. a, b, c, d et e « Laurent Berger : biographie express » sur istravail.com.
  2. « CFDT : Laurent Berger, "il a les épaules pour" » sur nouvelobs.com.
  3. a et b Dauphin CFDT sur liberation.fr.
  4. « Laurent Berger : du christianisme social à la tête de la CFDT » sur lesechos.fr.
  5. Laurent Berger un coup de jeune à la CFDT sur La Croix
  6. « Chérèque passe le témoin à Laurent Berger » sur www.letelegramme.com
  7. a, b et c « Laurent Berger, le dauphin » sur Le Bien public
  8. http://lci.tf1.fr/biographies/laurent-berger-un-quadra-a-la-tete-de-la-cfdt-7529573.html sur tf1.fr
  9. « CFDT : Laurent Berger, "il a les épaules pour" » sur nouvelobs.com et
  10. « Laurent Berger nommé no 2 de la CFDT Laurent Berger à la tête de la CFDT : même François Chérèque confirme ! » sur www.lefigaro.fr
  11. a et b « Qui est Laurent Berger, le successeur de Chérèque à la CFDT ? » sur L'Expansion
  12. « La CFDT changera son logo mais restera fidèle à la couleur orange » sur lexpress.fr
  13. http://www.cfdt.fr/rewrite/article/43852/laurent-berger-nouveau-secretaire-general-de-la-cfdt.htm?idRubrique=4600
  14. « CFDT : Laurent Berger réélu secrétaire général avec 98,31% des voix », sur RTL,
  15. Berger: "la CFDT a toujours été taxée d'être trop proche du gouvernement", bfmtv.com, 15 septembre 2016
  16. http://www.lalsace.fr/actualite/2014/04/01/berger-le-pilotage-a-vue-ne-suffit-pas
  17. http://www.leprogres.fr/social/2014/03/31/le-pilotage-a-vue-ne-suffit-pas
  18. http://www.dna.fr/social/2014/04/01/le-pilotage-a-vue-ne-suffit-pas
  19. http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/04/01/le-pilotage-a-vue-ne-suffit-pas
  20. Laurent Berger : “Aucun homme providentiel ne peut faire face aux défis actuels“, entretien, lavie.fr, 14 avril 2017
  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • WorldCat