Laboratoire de génie chimique

Le laboratoire de génie chimique (LGC) à Toulouse en Haute-Garonne est un laboratoire de recherche du Centre national de la recherche scientifique français (CNRS).

Le Laboratoire de génie chimique a été créé en 1965 et associé au CNRS en 1973. Il constitue une unité mixte de recherche (UMR) entre l'Institut National Polytechnique (INP) de Toulouse, l'Université Paul Sabatier (UPS) et l'institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes (INSIS) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Il est localisé à Toulouse sur trois sites, l'un au sein du Complexe Scientifique de Rangueil, l'autre sur le site de l'école INP-ENSIACET à Labège au sud-est de Toulouse, enfin le troisième sur le site d'auzeville à l'INP-ENSAT. Ses thèmes de recherche développés dans cinq départements de recherche sont les réactions chimiques, les mélanges, les séparations, les interfaces et les systèmes dispersés, les procédés électrochimiques et l'élaboration de matériaux, la modélisation et la simulation de procédés, le génie industriel. 220 personnes oeuvrent au sein du laboratoire, parmi lesquels des : Chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs de recherche, techniciens, doctorants…

Le génie chimique est une discipline scientifique qui analyse les questions issues de l'industrie ou du secteur des entreprises et résoud par des approches scientifiques des problèmes pour les industries chimiques, agroalimentaires, biotechnologiques, pharmaceutiques, médicales et des problèmes de dépollution ou de sécurité des procédés industriels.

Pour ce faire, le LGC dispose :

  • d'un hall technique-pilote de 3800 m2,
  • de laboratoires de 2000 m2, en plus des bureaux qui occupent une superficie de 2200 m2.

La recherche au LGC

Organisé en 4 départements jusqu'en 2001, puis 5 depuis 2005, le LGC développe des activités de recherche en liaison avec les enjeux et besoins de la société, ou d'une manière plus restrictive du secteur industriel, et aussi de l'organisation scientifique des tutelles du LGC.

Les cinq départements pour répondre aux différents besoins sont :

  • GIMD : Génie des interfaces et des milieux divisés
  • RMS : Réaction; Mélange, Séparation
  • PE : Procédés Electrolytiques
  • PSI : Procédés Systèmes Industriels
  • BioSym : Bioprocédés et Systèmes Microbiens

Par ailleurs, la recherche au LGC peut compter sur le Service Analyse et Procédés.

  • le SAP a pour vocation d'assurer des prestations de qualité aux équipes de recherche et à toute entreprise souhaitant une aide dans le domaine du Génie des Procédés. Ce, en privilégiant les domaines : de faisabilité et d'aide à la conception, d'amélioration et de maîtrise des procédés. Ceci est possible grâce à une équipe qualifiée et polyvalente, et à un matériel de pointe adapté à chaque domaine et secteur d'activité (Extracteur monoétagé Liq-Liq & Liquide – Solide, Rhéométrie, Balance de Dessiccation, Calorimétrie Différentielle à balayage, Porosimètre mutli-gaz, Picnométrie à He, Potentiel Zéta et tailles de particules, CPG, HPLC, Spect UV-Visible, Chaîne de dosage (titration), Cryostat, Générateur Eau Ultra pure, Sorbonnes…).

Les partenaires du LGC

Le LGC travaille en partenariat avec :

  • le CRITT Génie des Procédés et Techniques Environnementales qui est un opérateur technique qui répond aux demandes d'information et de prestation des entreprises régionales et nationales
  • de nombreux laboratoires nationaux et internationaux
  • des centres de recherche privés des industries chimiques, agroalimentaires, biotechnologiques, pharmaceutiques, médicales
  • des PME Ces actions se font généralement à travers :
  • des conventions de recherche
  • des projets financés par :
    • la région
    • la communauté européenne
    • l'ANR (Agence Nationale de la Recherche)

Ses activités, rassemblées sous le terme « systèmes », vont de la robotique aux microsystèmes, en passant par la sécurité informatique, la sûreté de fonctionnement et les nanotechnologies.

Notes et références


Lien externe