La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre

La Vie privée d’Élisabeth d’Angleterre
Description de l'image Bette Davis in The Private Lives of Elizabeth and Essex trailer.jpg.
Titre original The Private Lives of Elizabeth and Essex
Réalisation Michael Curtiz
Scénario Norman Reilly Raine
Æneas MacKenzie
Maxwell Anderson (pièce)
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film historique
Durée 106 minutes
Sortie 1939

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vie privée d’Élisabeth d’Angleterre (The Private Lives of Elizabeth and Essex) est un film américain réalisé par Michael Curtiz, sorti en 1939.

Synopsis

Le film raconte la romance entre la reine Élisabeth Ire et le lord d'Essex.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Anecdotes

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (décembre 2011).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Bette Davis aurait souhaité avoir Laurence Olivier comme partenaire dans le rôle du lord d'Essex, affirmant que la diction d'Errol Flynn ne convenait pas au personnage. Elle déclare dans une interview au Washington Post en 1974 : « J’étais assise sur mon trône et je me disais, à chaque fois que les portes allaient s’ouvrir, « Oh mon Dieu ! Faites que ce soit Laurence Olivier ! » Bette fut très contrariée pendant tout le tournage qu’on ne tienne pas compte de son avis. Les deux acteurs ne travaillèrent plus jamais ensemble.
  • Vieillie et enlaidie pour le rôle d’Élisabeth, Bette Davis s’est même fait raser les sourcils et une partie du crâne.

Critiques

« Bette Davis, en Élisabeth peu attrayante, donne une composition d’une force et d’une détermination contre laquelle M. Flynn en Essex a autant de chance qu’une pousse de haricot devant un tank… Elle a beaucoup de difficulté à sauver leurs scènes d’amour. » The New York Times

Articles connexes

Lien externe