La Lune était bleue

La Lune était bleue
Titre original The Moon Is Blue
Réalisation Otto Preminger
Scénario F. Hugh Herbert
Acteurs principaux
Sociétés de production Otto Preminger Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie romantique
Durée 99 minutes (1h39)
Sortie 1953

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Lune était bleue (The Moon Is Blue) est un film américain réalisé par Otto Preminger, sorti en 1953.

Synopsis

Une actrice délurée rencontre, au sommet de l'Empire State Building, un riche architecte qui l'invite à dîner chez lui. Mais l'ex-fiancée de l'architecte et le père de l'actrice s'invitent également à la soirée...

Fiche technique

Distribution

Appréciations

« Pour la première fois sur l'écran américain, des mots tels que « vierge », « virginité », « vierge professionnelle », « séduction », ont été employés. Cela peut sembler incroyable aux Français et aux Italiens ou encore à quiconque ne serait pas Américain, mais il faut reconnaître que c'est ainsi. Ironiquement, rien d'immoral n'arrive dans le film, personne n'est séduit, et la vierge épouse le beau héros. À l'heure actuelle, c'est le film américain le plus moral. Comparé par exemple à Gentlemen Prefer Blondes, c'est un parangon de sentiments vertueux. »

— Herman G. Weinberg, Cahiers du cinéma n°27, octobre 1953

« Le caractère essentiel de cette histoire est sa fantaisie, son irréalité. Venu du théâtre, le scénario conserve le charme un peu désuet des comédies de Marivaux. Mais le jeu serré de l'intrigue, le dialogue, où fusent sans cesse des répliques vives et spirituelles, permet d'évoquer l'époque la plus brillante de la comédie américaine. »

— Jean Rochereau, La Croix, 2 octobre 1953

Autour du film

  • La pièce La Lune était bleue avait été montée au théâtre, à Broadway, par Preminger et a été jouée pas moins de 924 représentations[1].
  • Preminger a tourné parallèlement une version du film en langue allemande, Die Jungfrau auf dem Dach, où les rôles de William Holden, David Niven et Maggie McNamara sont tenus, respectivement par Hardy Krüger, Johannes Heesters et Johanna Matz .

Distinctions

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. Otto Preminger, Autobiographie, J.-C. Lattès, 1981

Liens externes