La Libre Parole illustrée

La Libre Parole illustrée est, entre juillet 1893 et septembre 1897, le supplément hebdomadaire illustré du quotidien français La Libre Parole fondé par le journaliste et politicien antisémite Édouard Drumont.

Histoire

Contexte

La Libre Parole et sa version satirique illustrée jouent un rôle fondamental dans la condamnation du capitaine Dreyfus et s'emploient par ailleurs à dénoncer les grandes affaires financières de cette fin de siècle, dont le scandale de Panama et celle des « Chemins de Fer du Midi », dite « affaire Raynal » (1888-1895)[1].

Description

La Libre Parole Illustrée comprend essentiellement des reproductions de dessins en couleurs et noir et blanc, soit en tout 220 numéros publiés entre le 17 juillet 1893 et le 25 septembre 1897.

Son lancement est effectué avant l'affaire Dreyfus et coïncide avec le scandale de Panama : dès janvier 1893 était sorti le premier Almanach de La Libre Parole, où Drumont s'affiche avec le marquis de Morès[2].

Principal organe de diffusion d'images antisémites, antiparlementaires, antifrancmaçonnes et nationalistes, il comprend une caricature hebdomadaire politique en Une, et diverses illustrations de mode ou « d'humour », des chroniques et même des petites annonces en pages intérieures.

Le périodique s'appuie sur quelques dessinateurs dont on retrouve la signature sur de longues périodes comme Chanteclair (alias Lucien Emery), Donville, Gravelle, H de Sta, Émile Cohl (sous le pseudonyme d'Émile Courtet) et Maillotin, soit plus de cinquante illustrateurs et parmi eux, exceptionnellement[C'est-à-dire ?], Willette, Jacques Villon ou encore Charles Huard.

Dessinateurs

  • Paul Ballurin,
  • Louis Baudit,
  • E. Bayard,
  • Lubin de Beauvais,
  • Bol,
  • A. Bonnin,
  • Léon Bourgeois,
  • Brion,
  • Bruyas,
  • P. Cernay,
  • Chanteclair,
  • Gaston Coindre,
  • Émile Cohl-Courtet,
  • Deb,
  • R. Didier,
  • Donville,
  • E. Dousdebès,
  • DousYnell,
  • G. Edward,
  • Esnault,
  • F. E,
  • Gravache,
  • Gravelle,
  • Grégoire,
  • Haf,
  • Charles Huard,
  • Humblot,
  • Job,
  • Kill,
  • LafouMollo,
  • H. Lary,
  • Emile Lux,
  • Maillotin,
  • Malatesta,
  • Paul Maquette,
  • Meyer,
  • M. O. B.,
  • M. O'Rice,
  • Néro,
  • O. Pichat,
  • Ponce-Pile,
  • Roedel,
  • Ulysse Roy,
  • Michel Sicé,
  • Silex,
  • H. de Sta,
  • Stéphane,
  • L. Tenaille,
  • Tiret-Bognet,
  • A. Vallet,
  • Raphaël Viau,
  • Jacques Villon,
  • Willette.

Notes et références

  1. Ancien ministre des Travaux publics, David Raynal, interpellé par l'Assemblée nationale et vilipendé par une certaine presse, fut reconnu innocent — voir « Un scandale parlementaire oublié : l'affaire Raynal (1888-1895) », par Bruno Marnot, en ligne.
  2. Voir les livraisons annuelles (1893-1904), Catalogue général de la BNF], en ligne.

Article connexe