La Forme de l'eau

La Forme de l'eau
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film

Titre original The Shape of Water
Réalisation Guillermo del Toro
Scénario Guillermo del Toro
Vanessa Taylor
Acteurs principaux
Sociétés de production Bull Productions
TSG Entertainment
Double Dare You Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantastique
Durée 123 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Forme de l'eau (The Shape of Water) est un film fantastique romantique américain coécrit, coproduit et réalisé par Guillermo del Toro, sorti en 2017.

Il est présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise 2017[1] où, grand favori de la critique[2], il remporte le Lion d'or[3].

Il remporte quatre Oscars dont celui du meilleur film lors de la 90e cérémonie des Oscars[4],[5].

Résumé

Sans famille, Elisa Esposito (Sally Hawkins) a été trouvée, enfant, dans une rivière. Elle porte au cou des cicatrices semblant témoigner de violences exercées sur son larynx, qui expliqueraient qu'elle soit muette. Elle vit dans une grande solitude, tout comme son voisin de palier Giles (Richard Jenkins), un vieil homosexuel, illustrateur publicitaire sans emploi.

C'est la Guerre froide, les Américains sont en pleine lutte avec les Soviétiques pour la conquête de l'espace. Elisa travaille comme femme de ménage dans un laboratoire gouvernemental de Baltimore. Le terrible colonel Richard Strickland (Michael Shannon), brutal et imbu de lui-même, cultivant la force de la pensée positive, vient de ramener d'Amérique du sud un humanoïde amphibien (Doug Jones) qu'il a capturé dans une rivière où les Indiens le considéraient comme un dieu.

Un jour, l'amphibien se rebelle contre son tortionnaire Strickland. Il lui sectionne deux doigts. Chargée de nettoyer les traces de sang, Elisa est tout de suite fascinée par l'amphibien, enchaîné dans un grand réservoir d'eau salée. Chaque jour, elle s'introduit clandestinement dans le lieu secret où l'on cache le réservoir. Elle établit le contact avec l'amphibien, et sympathise bientôt avec lui. Les doigts de Strickland sont recousus.

Les scientifiques envisagent d'envoyer l'amphibien dans l'espace pour damer le pion aux Soviétiques, qui viennent d'y envoyer un homme. Mais Strickland est las de devoir surveiller cet amphibien, et las de vivre à Baltimore. Il obtient que son supérieur, le général Hoyt, ordonne une vivisection. La décision scandalise le docteur Hoffstetler (Michael Stuhlbarg), qui voudrait examiner plus longtemps l'amphibien vivant. Ce docteur Hoffstetler est en réalité un espion soviétique. Il n'a pas plus de chance avec son chef de réseau, qui lui ordonne d'euthanasier l'amphibien.

Elisa apprend le sort réservé à l'amphibien et décide de le faire évader. Elle est aidée dans son entreprise par son voisin Giles, par sa collègue Zelda (Octavia Spencer) et par le docteur Hoffstetler. Elle installe l'amphibien chez elle, dans sa baignoire remplie d'eau salée et d'indispensables compléments fournis par Hoffstetler.

Strickland interroge tout le personnel du laboratoire. Il méprise tellement les femmes de ménage qu'il ne soupçonne pas Elisa et Zelda. Il traverse une mauvaise passe. Ses certitudes s'effilochent. Sa pensée positive, mise à mal, se transforme peu à peu en folie furieuse. Sa magnifique Cadillac toute neuve a été emboutie par Giles au cours de l'évasion. Ses doigts recousus pourrissent. Il va finir par les arracher.

Giles découvre bientôt les pouvoirs surnaturels de l'amphibien, qui fait repousser ses cheveux, cicatriser une blessure. Elisa, de son côté, entame une relation sentimentale avec l'amphibien. Pour faciliter les rapports sexuels, elle remplit d'eau toute la salle de bains, jusqu'au plafond.

Mais, au fil des jours, l'amphibien dépérit. Elisa envisage de profiter de la prochaine pluie pour le relâcher dans un canal qui communique avec la mer et dont on ouvre l'écluse quand le niveau de l'eau monte.

Hoffstetler, à qui l'on a fait croire qu'il allait être exfiltré, est abattu par deux agents soviétiques. Strickland, qui l'a suivi, tue les deux hommes de main et torture Hoffstetler, qui n'est que grièvement blessé. Strickland veut savoir qui a fait évader l'amphibien. Avant de mourir, Hoffstetler donne les noms d'Elisa et de Zelda. Strickland se rend chez Zelda. Le mari de celle-ci, terrorisé, lui apprend que l'amphibien est chez Elisa. Strickland s'y précipite. Zelda prévient Elisa par téléphone. Lorsque Strickland arrive, l'appartement est désert. Mais, sur le feuillet du jour d'une éphéméride, le colonel découvre une mention manuscrite : « Pluie quai. »

Sur le quai, Elisa et Giles soutiennent l'amphibien, qui est très affaibli. Strickland surgit. Il tire deux balles dans la poitrine de l'amphibien et tue Elisa d'une troisième balle. L'amphibien guérit. Il tue Strickland, prend Elisa dans ses bras et plonge dans le canal, où il transforme en branchies les cicatrices qu'elle porte au cou. Elisa ressuscite. Ensemble, les deux amphibiens nagent vers la mer.

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage et AlloDoublage

Production

Genèse et développement

Lors d'un déjeuner avec l'écrivain Daniel Kraus  à la fin de 2011 pour évoquer la série animée Chasseurs de Trolls, Guillermo del Toro explique à son interlocuteur qu'il a toujours voulu faire un film sur un homme amphibien. Daniel Kraus lui répond alors qu'il a une idée de roman : l'histoire d'un concierge qui découvre une créature vivant dans le sous-sol d'une structure gouvernementale et qui la ramène vivre chez lui. Le réalisateur est séduit par cette idée géniale et en achète les droits. Guillermo del Toro coécrit ensuite le film avec Vanessa Taylor, qui a notamment écrit une vingtaine d'épisodes de Game of Thrones ou encore le film Divergente (2014).

Pour la conception de la créature aquatique, Guillermo del Toro a demandé à ses collaborateurs d'éviter de s'inspirer du design d'Abe Sapien (qu'il a lui-même créé pour Hellboy et Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites) ou encore du monstre de L'Étrange Créature du lac noir (Jack Arnold, 1954). Il explique s'être ici inspiré d'estampes japonaises (notamment La Carpe de Hiroshige), des motifs de poissons japonais et de salamandres.

Distribution des rôles

Doug Jones a auparavant joué dans plusieurs films de Guillermo del Toro, souvent sous un costume : Mimic (1997), Hellboy (2004), Le Labyrinthe de Pan (2006), Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites (2008) et Crimson Peak (2015).

Tournage

Le tournage débute le [11], comme le confirme Guillermo del Toro sur son compte Twitter, le jour même[12]. Il a lieu au Canada, notamment à Toronto (Cinespace Studios, Massey Hall, Elgin Theatre) et à Hamilton. Il s'achève le [14].

Musique

The Shape of Water
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Alexandre Desplat
Sortie [15]
Durée 1:16:23
Genre Musique de film
Jazz
Compositeur Alexandre Desplat
Producteur Dominique Lemonnier
Label Decca Records
Critique

La musique du film est composée par Alexandre Desplat. On retrouve par ailleurs dans le film des chansons jazz d'artistes comme Andy Williams, Carmen Miranda ou encore une reprise de La Javanaise par Madeleine Peyroux. La chanson You'll Never Know interprétée par Renée Fleming est un standard du Jazz, datant de 1943. Musique composée par Harry Warren et paroles de Mark Gordon, chantée dans le film Hello, Frisco, Hello par Alice Faye. Cette chanson remporte en 1943, l'Academy Award for Best Original Song. Elle a été reprise par de nombreux artistes, comme Frank Sinatra, Michael Bublé ou Barbra Streisand.

Liste des titres

Toutes les chansons sont écrites et composées par Alexandre Desplat, sauf exceptions notées.

No TitreInterprètes Durée
1. The Shape of Water 3:42
2. You'll Never KnowRenée Fleming 4:38
3. The Creature 1:46
4. Elisa's Theme 2:36
5. Fingers 2:09
6. Spy Meeting 1:42
7. Elisa and Zelda 1:10
8. Five Stars General 1:31
9. The Silence of Love 1:35
10. Egg 2:13
11. That Isn't Good 1:43
12. Underwater Kiss 2:12
13. The Escape 10:57
14. Watching Ruth 2:18
15. Decency 2:23
16. He's Coming For You 1:39
17. Overflow of Love 2:56
18. Without You 2:30
19. Rainy Day 3:12
20. A Princess Without a Voice 1:50
21. La JavanaiseMadeleine Peyroux 4:10
22. I Know Why (And So Do You)Glenn Miller & His Orchestra 2:58
23. Chica Chica Boom ChicCarmen Miranda 2:19
24. BabaluCaterina Valente & Silvio Francesco 2:51
25. A Summer PlaceAndy Williams 2:34
26. You'll Never Know (version alternative)Renée Fleming 6:49
1:16:23

Accueil

Critique

La Forme de l'eau

Score cumulé
SiteNote
Metacritic87/100[16]
Rotten Tomatoes92/100[18]
Allociné4 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Elle5 étoiles sur 5
Le Monde5 étoiles sur 5
Le Parisien5 étoiles sur 5
Ouest France5 étoiles sur 5
20 minutes4 étoiles sur 5
Télé Loisirs4 étoiles sur 5
La Croix3 étoiles sur 5
VSD3 étoiles sur 5
Les Inrockuptibles2 étoiles sur 5

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4 / 5, et des critiques spectateurs à 3,8/5.

Accusations de plagiat

Le cinéaste français Jean-Pierre Jeunet a relevé des similitudes entre ses propres films — notamment Delicatessen et Amélie Poulain — et La Forme de l'eau[19].

La famille du dramaturge américain Paul Zindel a accusé Guillermo del Toro d'avoir plagié sa pièce de théâtre Let Me Hear You Whisper [20].

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 362 606 entrées[21] 15
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
63 859 435 $[22] [23] 22
Alt=Image de la Terre Mondial 195 243 464 $[22] 28

Distinctions

Le film obtient de nombreux prix, notamment le Lion d'Or à la Mostra de Venise 2017 et quatre Oscars en 2018: ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et des meilleurs décors, ainsi que celui de la meilleure musique pour le français Alexandre Desplat.

Notes et références

  1. (en) « Venice Film Festival 2017 line-up includes Mother!, Suburbicon, and The Shape of Water », sur The Independent, (consulté le 15 août 2017).
  2. (en) « Star & Stripes 2017 » [image], sur La Stampa.
  3. BFMTV, « Ce qu'il faut savoir sur La Forme de l’eau de Guillermo Del Toro après son triomphe aux Oscars 2018 », sur BFMTV (consulté le 6 mars 2018)
  4. La Libre.be, « Oscars 2018: "La forme de l'eau" triomphe et rafle 4 statuettes », Libre.be,‎ (lire en ligne)
  5. « "La forme de l'eau" de Guillermo del Toro remporte l'Oscar du meilleur film - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne) de 2018
  6. « Visa et Classification du film », sur CNC.fr (consulté le 6 mars 2018).
  7. (en) « Guillermo del Toro’s The Shape of Water Begins Production », sur Comingsoon, (consulté le 25 août 2016).
  8. (en) « Guillermo del Toro on Twitter », sur Twitter (consulté le 25 août 2016).
  9. « Guillermo del Toro on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 novembre 2016).
  10. (en) « The Shape of Water Original Motion Picture Soundtrack », sur iTunes (consulté le 6 mars 2018).
  11. « The Shape of Water », sur Metacritic.com, (consulté le 6 mars 2018).
  12. « The Shape of Water », sur Rottentomatoes.com, (consulté le 6 mars 2018).
  13. « La Forme de l’eau : Jean-Pierre Jeunet accuse Guillermo Del Toro de "copier-coller" Delicatessen », sur Ouest France, (consulté le 25 février 2018).
  14. (en) Sam Levin, « Exclusive: playwright's estate says The Shape of Water used his work without credit », sur The Guardian, (consulté le 24 février 2018).
  15. « La Forme de l'eau », sur JP box-office.com (consulté le 23 février 2018).
  16. a et b (en) « The Shape of Water », sur Box Office Mojo (consulté le 23 février 2018).
  17. (en) « The Shape of Water - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 23 février 2018).

Annexes

Document

Article connexe

Liens externes