La Force du 13

La Force du 13
Image illustrative de l’article La Force du 13
Logotype officiel.
Présentation
Chef Jean-Noël Guérini
Fondation
Scission de Parti socialiste
Positionnement Gauche[1]
Idéologie Social-démocratie[1]
Site web laforcedu13.org
Présidents de groupe
Sénat Jean-Claude Requier (RSDE)
Représentation
Sénateurs
2 / 348
Conseillers départementaux
2 / 1 757

La Force du 13 (abrégé en LFD13) est un parti politique français actif dans les Bouches-du-Rhône fondé le autour de Jean-Noël Guérini.

Histoire

Jean-Noël Guérini, fondateur de la « Force du 13 ».

Mis en examen en pour notamment « association de malfaiteurs » et accusé de clientélisme[2], Jean-Noël Guérini, sénateur et président du conseil général des Bouches-du-Rhône, fait l'objet d'une procédure d'exclusion du Parti socialiste en en raison de son soutien à Lisette Narducci, candidate du PRG lors des élections municipales de Marseille[3] (elle rejoint finalement l'UMP au second tour).

Jean-Noël Guérini choisit toutefois de quitter le Parti socialiste avant que la procédure d'exclusion soit examinée[2] et se présente en tête d'une liste « La force du 13 » lors des élections sénatoriales de qui arrive en seconde position avec 30 % des voix des grands électeurs et 3 sièges[4].

Le , en prévision des prochaines élections départementales, 22 conseillers généraux socialistes annoncent vouloir se présenter dans le cadre d'une alliance « PS - Front de gauche - Force du 13 - PRG »[4] malgré l'appel du premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis à ne pas s'allier à la « Force du 13 »[5].

Le , Jean-Noël Guérini transforme le mouvement « Force du 13 » en parti politique lors d'un meeting au cours duquel sont présents plusieurs conseillers généraux socialistes et communistes, des maires divers gauche, divers droite et sans étiquette ainsi que les députés socialiste Vincent Burroni et Jean-Pierre Maggi[6].

En 2016 le parti semble peu actif. Selon Bernard Marty, ancien candidat Force du 13 aux élections départementales, « il vivote »[7] et son site a été piraté par un groupe djihadiste.

Ligne politique

Lors du meeting de lancement du parti, Jean-Noël Guérini déclare que la « Force du 13 » n'est « ni à droite, ni à gauche, ni au centre », qu'il est « le parti de la vie réelle ». Il critique les politiques du Parti socialiste au niveau national, disant du président de la République François Hollande qu'il navigue « à vue entre reniements et réformes avortées », mais également localement en critiquant la politique « comminatoire » du Conseil régional présidé par Michel Vauzelle envers les communes ne construisant pas assez de logements sociaux[6].

La critique de la future métropole d'Aix-Marseille-Provence est l'un des principaux arguments du nouveau parti, Jean-Noël Guérini y voyant « moins de démocratie, moins de proximité et plus d'impôts »[8].

Pour le député socialiste Patrick Mennucci, la « Force du 13 » est « dans le localisme, l'égoïsme et la confusion des esprits »[5].

Notes et références

  1. a et b Laurent de Boissieu, « La Force du 13 (LFD13) », France Politique,‎ (lire en ligne).
  2. a et b « Jean-Noël Guérini a lancé son parti », sur La Croix, .
  3. « Le PS entend exclure Jean Noël Guérini », sur La Croix, .
  4. a et b « Jean-Noël Guérini, l’indétrônable », sur Le Monde, .
  5. a et b « "La Force du 13" : Mennucci accuse Guérini de vouloir "liquider le PS des Bouches-du-Rhône" », sur Europe 1, .
  6. a et b « Guérini, de toute sa dernière Force », sur Marsactu, .
  7. « Hassen Hammou, comète obstinée de la politique marseillaise », sur Marsactu, .
  8. « Jean-Noël Guérini défie le PS et lance son parti », sur Le Figaro, .

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Site officiel