Léon Curmer

Léon Curmer
CURMER.jpg
Portrait gravé de Léon Curmer (vers 1850).
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Paris
Nationalité
Activité
signature de Léon Curmer
signature

Léon Curmer, né et mort à Paris (-), est un libraire et éditeur français du XIXe siècle. Son nom reste attaché à la qualité de ses ouvrages illustrés. Il utilise la chromolithographie pour reproduire en couleurs d'anciens manuscrits enluminés. Il fait aussi appel à la technique - alors nouvelle - de la photographie.

Biographie

Sépulture de Léon Curmer
au cimetière de Montmartre (Paris 9e).
Août 2011.

Henry Léon[1] Curmer[2] naît à Paris, rue Saint-Honoré, le [3] (26 frimaire an X). Son père, Gilbert Léonard Curmer (1776-1812), est marchand de draps. Après la chute de Jacques II d'Angleterre en 1689, ses ancêtres paternels ont quitté la ville de Cork, en Irlande du sud, pour s'installer en France[4]. Sa mère, Antoinette Félicité Louvet (1776-1851), appartient à une famille aisée de fabricants de draps établie en Normandie[5]. Ruiné par une faillite[6], son père suit l'armée napoléonienne[4] mais décède prématurément à Flessingue (Pays-Bas)[7]. Un oncle paternel notaire[8] pourvoit alors à son éducation et lui fait entreprendre des études de droit[9]. Mais il s'en détache assez vite pour tenter sa chance dans le métier de la librairie. En 1833, il ouvre un commerce 25 rue Sainte-Anne, transféré par la suite 49 rue de Richelieu. Il fait faillite en 1845 mais continue à publier de nombreux ouvrages jusqu'en 1865.

Il voyage dans toute la France, et même à l'étranger[10], à la recherche d'illustrations destinées à ses publications. Issu d'une bourgeoisie[11] dont il partage les valeurs (entre autres catholiques), il s'adresse aux classes les plus riches du Second Empire. Toutefois, deux ans avant la Révolution française de 1848, il publie De l'établissement des bibliothèques communales en France, preuve d'une attention portée aux couches sociales modestes.

Il meurt d'un cancer [12] à Paris (XVIe arrondissement) le [13].

Il est inhumé au cimetière de Montmartre[14]. Il repose auprès de sa mère et de ses deux épouses.

Vie privée

Léon Curmer a trois frères cadets :

  • Édouard Nicolas, contrôleur-receveur des contributions indirectes (Paris 1803 - Amiens 1876 - postérité actuellement vivante) ;
  • Alphonse Alexandre, pharmacien (Paris 1805-1855 - postérité actuelle non établie) ;
  • Adolphe, orfèvre (Boulogne-sur-Mer 1809 - Paris 1890 - postérité actuelle non établie).

Il se marie deux fois :

Signature de Léon CURMER.
Billet écrit durant l'Exposition universelle de juin 1867.

Il n'a aucun enfant. Toutefois, d'un précédent mariage, sa première épouse laisse un fils et une fille qu'il élèvera comme les siens :

  • Amand Moller (Paris 1826 - après 1881, avant 1893) ;
  • Léonide Moller épouse Pohl (Paris 1828 - 1875).

Il est l'oncle du général Fernand-Alexandre Curmer (1854-1937).

Œuvres

alternative à l'image
Les Évangiles des dimanches
et fêtes
(1862-1864).
Page de frontispice.

Léon Curmer édite des ouvrages à caractère artistique. Il fait appel aux plus grands illustrateurs de son époque tels Charles-François Daubigny, Honoré Daumier, Paul Gavarni, Tony Johannot et Ernest Meissonier.

On peut citer comme publications majeures :

Références

  1. seul le second prénom fut en usage.
  2. ce patronyme serait à rapprocher de cormar qui, en gaélique, signifie grand espoir.
  3. Archives de Paris - Acte de naissance CURMER Henry Léon du 17 décembre 1801 (5 Mi 1/116).
  4. a, b et c selon la tradition familiale orale.
  5. Archives départementales de Seine-Maritime - Elbeuf - Acte de mariage CURMER Gilbert Léonard - LOUVET Antoinette Félicité du 13 pluviôse an IX / 2 février 1801 (5MI 2261 / 3E 999). Mathieu QUESNÉ, aïeul maternel d'Antoinette Félicité LOUVET, fut maire d'Elbeuf de 1778 à 1782.
  6. Archives de Paris - D11 U3 / Carton 35 / Faillite n° 2298 du 12 mai 1806.
  7. Archives départementales de la Somme - Doullens - Acte de mariage n° 19 CURMER Édouard Nicolas - WARMÉ Émélie Louise du 2 juillet 1838 (5MI_D659).
  8. Alexandre François CURMER (voir note 11).
  9. l'acte de naissance précité, en note 3, fut reconstitué le 15 juillet 1872, après les incendies de la Commune, grâce à un dépôt de l'École de droit de Paris.
  10. précision autobiographique fournie, par exemple, dans Les Évangiles des dimanches et fêtes - 1864 - Appendice - Pages IV sqq.
  11. les oncles paternels de Léon CURMER furent :
    • marchand de draps (Pierre Ambroise FERNEL - Brienon-sur-Armançon/Yonne 1755-Paris 1829) ;
    • vérificateur en chef des poids et mesures (Jean-Baptiste MARIE SAINT-GERMAIN - Fontainebleau/Seine-et-Marne ca 1753-Paris 1833) ;
    • receveur principal des droits indirects (Jacques Michel CURMER - Paris 1774-1838) ;
    • notaire (Alexandre François CURMER - Paris 1777-1839).
  12. l'article nécrologique paru le 6 février 1870 dans le Journal des débats politiques et littéraires mentionne une longue et douloureuse maladie.
  13. Archives de Paris - 16e arrondissement - Acte de décès n° 87 CURMER Henri Léon du 29 janvier 1870 (V4E 1973).
  14. concession perpétuelle n° 47 P de 1844 (division 4 - ligne 2 - tombe 1). Cette chapelle funéraire est à l'état d'abandon (décembre 2011).
  15. Archives de Paris - Acte de mariage CURMER Henry Léon - BORGERS Marie Catherine Louise du 25 novembre 1833 (5 Mi 1/2075).
  16. après le décès de sa première épouse, Léon Curmer publie hors commerce une plaquette à tirage limité intitulée L'agonie d'un Ange.
  17. Archives de Paris - Acte de mariage CURMER Henri Léon - HEYSTERS Gertrude Hubertine du 23 septembre 1846 (5 Mi 1/2166).

Bibliographie

  • Jean-Yves Mollier in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Paris, éd. du Cercle de la Librairie, 2002, T. 1, p. 708
  • M. Cloche, "Un grand éditeur du XIXe siècle, Léon Curmer", Arts et métiers graphiques, no 31 (1931-1932), p. 27-32

Liens externes