Léo Cohn

Léo Cohn
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Léo Cohn, né le à Lübeck[1],[2], en Allemagne, et mort en 1945 à Auschwitz, est un des grands leaders des Éclaireurs israélites de France. En 1939, il s'engage dans la Légion étrangère. Durant l'Occupation, il s'occupe de l'instruction religieuse et le sauvetage d'enfants juifs. Il est déporté par le convoi No. 77 du 31 juillet 1944 de Drancy à Auschwitz, où il meurt, à l'âge de 30 ans.

Biographie

Léo Cohn[3],[4]est né le 15 octobre 1913 à Lübeck en Allemagne.

En 1936, Il épouse Rachel Cohn (née Schloss, née le 14 mai 1915 à Hambourg, en Allemagne)[5],[6], veuve de Léo Cohn[7]. Ils ont 3 enfants : Noemi Cassuto (née à Strasbourg, le 27 octobre 1939), un fils : Ariel, né en 1940, et une seconde fille : Aviva (née en 1944, à la frontière suisse)[8],[2].

Devenue veuve, Rachel Cohn épouse le linguiste Marcus Cohn. Marcus et Rachel Cohn ont une fille, Ruthy, qui vit à Kfar Etzion[9].

Paris

Léo Cohn immigre à Paris en 1933. il s'implique immédiatement dans l'organisation des Éclaireurs israélites de France (EIF). Il devient le leader spirituel du mouvement. Il enseigne l'hébreu et fonde la Chorale[2].

Seconde Guerre mondiale

En 1939, Léo Cohn rejoint la Légion étrangère.

Après l'armistice, il va avec sa famille à Moissac (Tarn-et-Garonne) puis dans une ferme à Lautrec (Tarn).

Les EIF organisent dans le Sud de la France un réseau de sauvetage des enfants Juifs et font partie de la Résistance juive en France.

Le 2 mai 1944, Rachel Cohn et ses trois enfants sont transférés clandestinement en Suisse.

Léo Cohn reste en France. Le 16 mai 1944 il est arrêté alors qu'il essaie de faire passer clandestinement des enfants. Interrogé par la Gestapo, il est transféré à Drancy. Il est déporté de Drancy, par le Convoi No. 77, en date du 31 juillet 1944 vers Auschwitz, où il meurt, à l'âge de 30 ans[2].

Bibliographie

Honneurs

Notes et références

Articles connexes

Liens externes