Korian

Korian
logo de Korian
Logo du groupe Korian.

Création 2003[1]
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : KORI
Siège social 21-25 rue Balzac,
75008 Paris
Drapeau de France France
Actionnaires 23,71 % Predica ;
13,84 % Investissements PSP (Office d'Investissement des Régimes de pensions du secteur public)
6,49 % Malakoff Médéric Assurances
55,96 % flottant[2].
Activité EHPAD, Cliniques, Résidences seniors, soins infirmiers, hospitalisation à domicile 
Effectif 50 000[3]
Site web korian.com

Capitalisation 2 600 M€ (27 septembre 2018)
Chiffre d'affaires 3,336 Mds € (31 décembre 2018)
Résultat net 163 M€ (31 décembre 2017)

Korian est une entreprise française de gestion de maisons de retraite médicalisées (EHPAD), de cliniques spécialisées (SSR), de résidences services, de soins et d’hospitalisation à domicile et est présent dans cinq pays (France, Allemagne, Belgique, Italie et Espagne).

Origine du nom

Son nom est basé sur un mot japonais (kokoro signifiant cœur) et l'Espéranto koro qui signifie également cœur (au sens propre ou figuré).[réf. souhaitée]

Historique

Korian, est issu du regroupement, sous le nom de Suren, des groupes de maisons de retraite Finagest et Serience, dans le domaine de la prise en charge de la dépendance temporaire et permanente[4]

Depuis 2003, la société s’est développée à la fois par des acquisitions que par la création de nouveaux établissements. Ainsi, en 2005, Suren, devenu Korian, lance une OPA sur Medidep, opération qui aboutit en 2006[5]. La même année, Korian est introduit en bourse, pour lever 137 millions d'euros[6]. En juillet 2007, le groupe Korian a acquis pour 80 millions d'euros Segesta, basé à Milan en Italie[7]. Fin septembre 2007, en Allemagne, Korian a acquis Phönix, une société basée en Bavière. En 2011, Phönix a acquis le groupe Weidlich qui comprend 7 établissements soit 697 lits. En 2013, Korian a lancé une OPA amicale sur Curanum, le numéro 3 du secteur en Allemagne, triplant sa présence dans le pays[8] Au 31 décembre 2014, Korian gère 130 établissements pour un total de 16 381 lits. Début janvier 2015, le groupe a racheté le groupe Evergreen. En novembre 2015, Korian acquiert Casa Reha.

Le , les assemblées générales mixtes des actionnaires de Korian et de Medica ont approuvé la fusion-absorption de Medica par Korian. Cette opération marque l'aboutissement du rapprochement entre les deux sociétés lancé le 18 novembre 2013. Korian et Medica donnent ainsi naissance à la première entreprise européenne de maisons de retraite en Europe[9]. En mai 2016, Korian annonce l'acquisition de Foyer de Lork, une entreprise flamande de résidence médicalisé et de maison de retraite, qui possède 1 200 lits pour un chiffre d'affaires de 70 millions d'euros. Avec cette acquisition, Korian devient le deuxième acteur du secteur en Belgique avec un chiffre d'affaires de 290 millions d'euros[10]. En 2017, l’Allemagne est devenu le deuxième marché du groupe suite à deux acquisitions successives qui ont permis de quadrupler le chiffre d’affaires. En 2018, suite au rachat de 21 établissements au belge Senior Assist[11], Korian est devenu le premier opérateur belge avec 122 lieux de vie pour les seniors (maisons de repos et de soins et résidences services) et 2 réseaux de soins à domicile.

Fin décembre 2017, Korian est monté à 70% du capital de la société Franc-Comtoise Ages et Vie. Créée en 2006 à Besançon (Doubs), la société a développé un concept de colocations entre seniors, dans des maisons de huit personnes, accompagnées par trois auxiliaires de vie, de jour comme de nuit, dont une d’entre-elles loge à l’étage avec sa famille[12].

En mars 2018, Le Monde rapporte que le groupe Korian se trouve contraint d'un côté par une grève de salariés et un rapport parlementaire réclamant plus de moyens humains et financiers pour les ehpad, de l'autre côté par les exigences des actionnaires en matière de profits. Selon l’agence Bloomberg, les dirigeants de l’entreprise auraient alors entamé des discussions avec des fonds de placement[13],[14] mais l’information a été immédiatement démentie par Korian[15]. La concurrence avec l'autre leader européen du secteur, Orpea, est également forte : si leur chiffre d'affaires est identique (3,1 milliards d’euros en 2017), la valeur de Korian en bourse est trois fois inférieure à celle de son rival. « Fragilisée », l'entreprise suscite alors l'intérêt de fonds de placement[13],[14].

Le 7 décembre 2018, Korian annonce la signature de trois projets de constructions de cliniques de soins de suite et de réadaptation. Ces projets seront menés avec Icade [16].

Le , Korian entre en Espagne avec l’acquisition de la société « Seniors » qui exploite sept établissements médicalisés autour de Malaga, en Andalousie. Dans le même temps, Korian fait l'acquisition du groupe Omega implanté dans le Sud-Ouest de la France et de la société allemande Schauinsland basée dans le Land du Bade-Wurtemberg[17].

Activités

Korian est spécialisé dans les services de soin et d’accompagnement aux seniors, dans cinq pays européens : la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique et l'Espagne. Au , le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 3,336 milliards d'euros, comptait 803 établissements et 52 000 collaborateurs[18].

Korian est présent dans des maisons de retraite médicalisées, des cliniques spécialisées, des résidences services et des colocations médicalisées. Korian possède un réseau de services de soins à domicile composé d’établissement d’hospitalisation à domicile (HAD) et des Services de Soins infirmiers à Domicile (SSIAD). 

Korian acquiert Petits-fils, réseau national d’aide à domicile pour personnes âgées dépendantes en France. Présents en Belgique et France, les services de soins à domicile travaillent en partenariat avec des établissements médico-sociaux (maisons de retraite médicalisées) et sanitaires (hôpitaux et cliniques spécialisées), des réseaux de santé, des associations d’aide à domicile et différents professionnels libéraux[19].

Direction

Depuis le , le groupe a adopté une gouvernance à conseil d'administration. Le directeur général du groupe est Sophie Boissard qui a pris ses fonctions en janvier 2016. Fin avril 2018, Korian créé une direction du développement international pour structurer et accélérer sa présence sur d’autres marchés européens[20].

Critiques

Mouvements sociaux

Le groupe Korian fait face à des mouvements sociaux (grèves ou débrayages) dans plusieurs de ses établissements, notamment : grève de la quasi-totalité du personnel dans la clinique des Grands-Chênes à Bordeaux en décembre 2015 (« dégradations des conditions de travail, moyens en baisse par rapport aux besoins » et gel des salaires)[21],[22],[23], grève à Niort en février 2016 (manque de moyens et de personnel)[24], grève massive à Marseille en avril 2016 (conditions de travail et manque de moyens humains)[25], débrayage à Alençon en mars 2017 (conditions de travail)[26], grève nationale fin janvier 2018 dans les maisons de retraite dont celles du groupe Korian[27],[28],[29], manifestation et pétition à Vauvenargues en mars 2018 (conditions de travail, manque de personnel)[30], débrayage à Neuville-Saint-Rémy le même mois (manque de moyens humains)[31], débrayage à Labarthe-sur-Lèze en mai 2018 (mal-être au travail, turn-over, manque d'hygiène et de personnel)[32],[33], grève d'un tiers environ des salariés à Chartres en septembre 2018 (les grévistes réclament la création de 4,5 équivalents temps plein)[34]. Pour répondre à ces mouvements, Korian a signé, fin 2017, son premier accord sur la qualité de vie au travail avec la CFDT et l’UNSA[36]. En juin 2018, dans une interview au journal Le Parisien, Sophie Boissard, directrice de Korian, a aussi indiqué que le Groupe investissait chaque année 100 millions d’euros pour la modernisation des établissements[37].

Épidémie de grippe mortelle à Lyon

Entre le et le , treize résidents de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (ehpad) Korian « Berthelot » de Lyon meurent d'une épidémie de grippe, qui touche soixante-douze personnes âgées au total. Informé par l’Agence Régionale de Santé (ARS) Auvergne Rhône-Alpes de cette situation, suite à un signalement par l’établissement, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a envoyé sur place le directeur général de la santé le 6 janvier qui a constaté que les mesures de prévention étaient bien mises en place[38]. Le groupe indique que sa politique de soins est « reconnue » et « conforme aux recommandations du ministère ». L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) diligente une enquête. Le 9 janvier, Europe 1 publie alors le témoignage d'une parente de résidente et d'une ancienne salariée de l'établissement qui mettent en cause la qualité et la fréquence des soins apportés aux résidents ainsi que le manque d'hygiène[39]. Le groupe indique que sa politique de soins est « reconnue » et « conforme aux recommandations du ministère » ; Les Échos évoque un « emballement médiatique soudain pour [un] groupe reconnu pour ses compétences par des professionnels de santé »[40]. Dans un rapport du 6 février 2017 jugé « sévère » par Le Figaro, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) conclut que « seul l’assouplissement des mesures autour du jour de Noël et le défaut de vaccination des professionnels et des résidents peuvent être incriminés pour expliquer la difficile maîtrise de cette épidémie » — relâchement que conteste Korian — et pointe un retard dans la vaccination des résidents[41].

Enquêtes journalistiques

En octobre 2017, l'émission télévisée Pièces à conviction, dans une enquête signée par Xavier Deleu intitulée « Maisons de retraite : les secrets d'un gros business », pointe notamment un ehpad Korian de Marseille « où les économies réalisées […] mettent en danger la vie des résidents »[42]. Le journaliste évoque également trois aide-soignantes de cet établissement qui ont initié un recours aux prud'hommes après leur licenciement pour faute grave après un conflit avec leur hiérarchie ; l'une d'entre elles aurait simplement demandé une couche pour adulte supplémentaire, alors que le groupe Korian aurait établi une dotation journalière par résident (trois couches pour la journée et une pour la nuit)[43],[44]. Au lendemain de la diffusion de cette émission, les salariés de la maison concernée à Marseille ont publié une lettre ouverte dans laquelle ils expriment leur indignation face au contenu de cette émission qui ne reflète pas selon eux le quotidien de la résidence[45]. Le groupe Korian a par ailleurs déposé plainte auprès du Procureur de la République le 20 septembre 2017[46].

En septembre 2018, le magazine télévisé Envoyé spécial présenté par Élise Lucet diffuse un reportage dédié aux conditions d'hébergement et de prise en charge des personnes âgées dépendantes dans les ehpad privés à but lucratif, en particulier des groupes Orpea et Korian. Ils sont accusés de « graves carences », estime LCI[47] : notamment en cause, un manque de personnel soignant et des moyens matériels insuffisants pour les patients, tandis que ces groupes feraient la course aux profits[48],[49].

Références et notes

  1. « Document de référence 2017 »
  2. Document de référence 2017.
  3. « Notre organisation », sur korian.com (consulté le 7 février 2019)
  4. Duthil Gilles, « L'arrivée du privé dans la prise en charge des personnes âgées », Gérontologie et société, vol. 30, no 123,‎ , p. 185-200 (DOI 10.3917/gs.123.0185, lire en ligne)
  5. « Medidep : projet fusion-absorption par Korian approuvé par les actionnaires », boursier.com,‎ (lire en ligne)
  6. « L'introduction en Bourse de Korian a séduit les investisseurs », sur Les Echos,
  7. Renaud Honoré, « Korian acquiert l'italien Segesta après avoir regardé Générale de Santé », sur Les Echos,
  8. Antoine Boudet, « Maisons de retraite : Korian lance une OPA en Allemagne pour y tripler de taille », sur Les Echos,
  9. « Maisons de retraite: un nouveau leader européen est né », Challenges,‎ (lire en ligne)
  10. « Korian se renforce en Belgique », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. « Korian et LNA Santé : deux acteurs dynamiques du secteur de la dépendance », Le Revenu,‎ (lire en ligne)
  12. « Ages & Vie promeut un concept de colocation pour seniors », LesEchos.fr,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Denis Cosnard, « Les maisons de retraite Korian, un groupe très convoité », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. a et b Ivan Letessier, « Korian et ses maisons de retraite convoitées par PAI et KKR », Le Figaro,
  15. « Korian : rumeurs et démenti secouent le titre », Le Revenu,‎ (lire en ligne)
  16. Par Loïc Danton Publié le 07/12/2018 à 11:04 Mise à jour le 07/12/2018 à 11:04, « Korian poursuit son développement », sur Le Figaro Bourse (consulté le 7 décembre 2018)
  17. « Korian s'implante en Espagne et poursuit la consolidation sur ses marchés », les Échos,‎ (lire en ligne)
  18. Ivan Letessier, « Korian et ses maisons de retraite convoitées par PAI et KKR », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  19. « Korian acquiert le réseau d'aide à domicile pour personnes âgées Petits-fils », Les Échos investir,‎ (lire en ligne)
  20. « Korian internationalise son équipe dirigeante », Les Echos Executives,‎ (lire en ligne)
  21. Isabelle Castéra, « Grève houleuse à la clinique des Grands Chênes de Bordeaux », Sud Ouest,
  22. Isabelle Castéra, « Clinique des Grands-Chênes à Bordeaux : la grève dure », Sud Ouest,
  23. Sonia Hamdi, Guillaume Decaix et Ludovic Cagnato, « La clinique des Grands Chênes paralysée par une grève intersyndicale », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  24. « Niort : 4ème jour de grève à la maison de retraite Korian-La Venise Verte », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  25. Nathalie Fredon, « #Marseille : profond ras-le-bol à l’Ehpad Korian », La Marseillaise,
  26. Fabienne Gérault, « À Alençon, les salariés de la maison de retraite Korian manifestent », Ouest-France,
  27. Mélanie Mermoz, « Ehpad. Faire grève, pour mieux les accompagner », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  28. « Korian en grève pour la bientraitance », Nice-Matin,
  29. « Poissy : le personnel de l’Ehpad Korian en colère », Le Parisien,
  30. Aurélie Féris-Perrin, « Vauvenargues : plusieurs salariés de l'Ehpad Korian à bout de souffle », La Provence,
  31. « Débrayage à la résidence Korian Georges-Morchain, le personnel veut plus de moyens », La Voix du Nord,
  32. « Menaces de grève au Val des Cygnes », La Dépêche du Midi,
  33. Xavier Hurtevent, « Conflit social au Val des cygnes », La Dépêche du Midi,
  34. « Des salariés grévistes d'une maison de retraite de Chartres, réclament des moyens supplémentaires », L'Écho républicain,
  35. « L’UNSA KORIAN signe l’accord « Qualité de vie au travail » », UNSA Korian,‎ (lire en ligne)
  36. « Maisons de retraite : «Un peu plus de 2500 places pour les aînés par an» », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  37. « Communiqué de Presse », Ministère des affaires sociales et de la santé,‎ (lire en ligne)
  38. « Hygiène, manque de médecin, personnel non qualifié : négligences mortelles à la maison de retraite », Europe 1,
  39. Enrique Moreira, « Grippe : comment le groupe Korian s'est retrouvé sous le feu des projecteurs », Les Échos,
  40. Damien Mascret, « Un rapport sévère sur la grippe mortelle à la maison de retraite de Lyon », Le Figaro,
  41. « "Pièces à conviction". Maisons de retraite : les secrets d’un gros business », sur francetvinfo.fr,
  42. Laure Croiset, « Comment les maisons de retraite sont devenues plus rentables que les hypermarchés », Challenges,‎ (lire en ligne)
  43. Myriam Guillaume, « Marseille : Licenciées pour avoir brisé l’omerta à l'Ehpad Korian-les Parents », La Marseillaise,
  44. « Lettre ouverte des salariés s'insurgeant contre les images diffusées par Pièces à conviction », Korian.com,‎ (lire en ligne)
  45. « Lettre à l'ARS PACA », Korian.com,‎ (lire en ligne)
  46. « Maltraitance, manque de soins, course aux profits : enquête accablante pour plusieurs maisons de retraite privées », sur lci.fr,
  47. Julie Pichot et Vincent Liger, « Maisons de retraite : derrière la façade », Envoyé spécial, France 2, 20 septembre 2018.
  48. Emmanuelle Skyvington, « Mauvais traitements en Ehpad : “Envoyé spécial” diffuse des témoignages accablants », Télérama,‎ (lire en ligne)

Liens externes