Kofun de Takamatsuzuka

Le kofun de Takamatsuzuka (en japonais : 高松塚古墳, Takamatsuzuka Kofun, « l'ancien tumulus mortuaire du grand sapin ») est un kofun, c'est-à-dire un monument funéraire japonais, de forme circulaire et situé dans le village d'Asuka de la préfecture de Nara.

Origine et histoire

Cette peinture murale trouvée au kofun de Takamatsuzuka représente Byakko, le Tigre Blanc, dans l'astrologie chinoise.

On pense qu'il fut construit entre la fin du VIIe et le début du VIIIe siècle. Il ne fut découvert qu'accidentellement par un fermier dans les années 1960. Le monument est fait de couches successives d'argile et de sable. Il est d'un diamètre d'environ 16 m et haut de près de 5 m.

Des fouilles ont révélé une chambre funéraire, décorée de fresques peintes murales, représentant des courtisans dans un style coréen. Les peintures sont très colorées, on y trouve notamment du rouge, du bleu, de l'or et des feuilles d'argent, qui représentent quatre hommes et leurs quatre femmes, avec différentes constellations de l'astrologie chinoise : le Dragon d'Azur, la Tortue Noire, le Tigre Blanc et l'Oiseau Vermillon. Ces fresques sont considérées trésors nationaux du Japon.

On ignore pour qui la tombe fut construite, mais les décorations suggèrent qu'il était membre de la famille royale japonaise, en tout cas un noble de haut rang. Ce pourrait être l'un des hommes suivants :

Conservation

L'agence des affaires culturelles du Japon, organisation qui traite des aspects historiques du pays, envisage le démantèlement de la chambre funéraire pour la ré-assembler dans un autre endroit afin de limiter la détérioration de ses peintures[1]. Une fresque, intitulée Asuka Bijin (« Femme(s) magnifiques ») est précisément en train de s'abîmer. Si une telle méthode est proposée, c'est surtout parce qu'il est impossible, dans l'état, de protéger les peintures à l'intérieur de la tombe et d'enrayer le développement des moisissures.

Contrairement au kofun de Kitora — également situé à Asuka — le retrait de pans entiers des murs plâtrés semble difficile à cause des nombreuses craquelures de ceux-ci.

Liens externes

Notes et références