Kochonland

Kochonland est un jeu sur internet payant (depuis juin 2010) simulant l'élevage d'un cochon (appelé kochon[1] dans le jeu) regroupant 1 123 113 inscrits [2]. Il a été créé en 2002 (mis en ligne le 21 octobre 2002) par Olivier Coudre et Ludovic Sarrazin[1].

Au delà d'un simple Tamagotchi, le jeu Kochonland vous entraine dans l'univers complet du métier d'éleveur. Vous aurez à vous occuper de cochons, truies, porcelets, verrats, champs, machines... La gestion de votre exploitation n'est pas oubliée: électricité, entretien des machines, impôts etc...

Depuis juin 2010 et après 7 ans de gratuité, l'internaute a la possibilité entre 3 abonnements,
le Panier Gratuit, ce Panier permet de découvrir sans frais le jeu.
le Panier garni à 2 € par mois, ce panier permet de jouer à Kochonland mais certaines options ne sont pas disponibles
le Panier gourmand à 4 € par mois, ce panier permet de jouer à Kochonland avec toutes les options et sans publicité.

Le jeu est disponible en français, anglais[3] et espagnol[4]. Il existe deux sites francophones (français et belge[5]), qui partagent la même base de données. Il en va de même pour les deux sites anglophones (anglais et américain). En revanche, il n'y a aucune interaction possible entre les joueurs franco-, anglo- et hispanophones. Funnypigs, le portail anglophone, déjà en ligne depuis plusieurs mois, voit le nombre de ses joueurs augmenter doucement environ 1000 joueurs (6 octobre 2008, Stats Google). Le site en langue espagnole, Cerdolandia, est désormais fonctionnel et regroupant 60 joueurs (6 octobre 2008 Stats Google).

À la manière d'un Tamagotchi évolué, au commencement du jeu, chaque joueur est responsable d'un kochon qu'il doit nourrir, laver et soigner quotidiennement. Il doit également gérer un champ de blé.

De niveau en niveau, le jeu devient plus complexe.

Niveaux du jeu[1]

Le jeu se compose de 5 niveaux, chacun avec un but précis à atteindre :

  • Niveau 1 : Le joueur doit faire grossir son kochon jusqu'à 110 kg.
  • Niveau 2 : Le joueur doit faire grossir son kochon jusqu'à 180 kg. Il doit de plus être en possession d'une machine à lisier, un tracteur de luxe, une remorque et une moissonneuse.
  • Niveau 3 : Au niveau 3, le joueur est propriétaire d'une truie qui, une fois inséminée, va produire des portées. Pour terminer ce niveau, il devra remplir 2 missions parmi une liste de 9, les buts des missions étant de produire des kochons respectant un certain critère de poids et de taux de gras.
  • Niveau 4 : En plus des missions d'élevage, le niveau 4 demande de compléter 3 missions d'abattoir. Cet abattoir est composé de différentes machines selon les missions et doit être alimenté en kochons achetés au marché.
  • Niveau 5 : Au dernier niveau du jeu, le joueur sera successivement agriculteur et éleveur de verrats. Le niveau 5 sera enrichi du métier de charcutier-traiteur.

Evolution dans le jeu

Au fur et à mesure que l'on monte de niveau, le jeu se complique un peu plus.

  • Au niveau 1, le joueur a juste à atteindre le poids demandé pour passer au niveau suivant. Les seuls soucis sont donc de nourrir le kochon et de gagner des kékos (La monnaie de Kochonland, cf. ci-dessous) pour pouvoir acheter de la nourriture.
  • Au niveau 2, le joueur doit, en plus, savoir se débrouiller pour gagner plus de Kékos afin de pouvoir acheter les machines demandées.
  • Au niveau 3, la difficulté porte sur les critères à respecter pour pouvoir vendre les portées de kochons. En effet, suivant la nourriture qu'on leur donne, les kochons prennent plus ou moins de poids et plus ou moins de gras.
  • Au niveau 4, le joueur doit choisir les bons kochons à mettre dans l'abattoir afin de produire le maximum d'éléments finis (saindoux, boudin ou carcasses) en sortie.

Les champs

En plus de son métier d'éleveur, le joueur est également propriétaire d'un ou plusieurs champs qu'il peut planter à volonté de 3 types de céréales (blé, maïs ou tournesol). Des machines agricoles disponibles à l'achat permettent d'améliorer les récoltes. Sur l'un des champs, on peut installer une éolienne, ce qui permet à l'exploitation d'être indépendante énergétiquement. Au niveau 5, l'éleveur peut planter des betteraves, des pommes de terre et des choux. Il devra employer de la main-d'œuvre pour récolter ces légumes.

Le marché et les kékos

Le jeu dispose d'une monnaie virtuelle, appelée kékos, permettant aux joueurs d'acheter et de vendre leurs produits sur le marché. Il existe deux marchés : l'éleveur et l'officiel. L'officiel est approvisionné par la mairie et l'éleveur, comme son nom l'indique, par les éleveurs eux-mêmes.

Le site met à disposition plusieurs services payants, par sms ou téléphone, pour acheter des kékos supplémentaires, être prévenu par sms à tout moment, etc.

La manière de gérer l'exploitation

Au long de votre périple kochonlandais, vous serez confronté à des problèmes de gestion : pas assez de kékos (la monnaie indispensable pour tout éleveur qui se respecte !), savoir choisir les kochons appropriés pour les missions abattoir du niveau 4, trouver comment faire perdre du poids à une portée, que faire contre une attaque de loup ou de sanglier, etc. Dans de pareils cas, deux possibilités s'offrent aux joueurs :

  • lire les règles du jeu où tous les principes fondamentaux du jeu sont indiqués aux joueurs : le régime alimentaire à suivre pour les portées en fonction des missions, le taux d'imposition appliqué suivant le niveau de jeu, etc ;
  • utiliser le forum interne. Le problème est que les questions ont déjà souvent été posées et qu'elles ne restent pas en mémoire et que vous ne recevrez pas forcément une réponse en raison du flot de messages qui y transitent chaque jour. Vous ne pouvez pas non plus être averti qu'une réponse a été envoyée.

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 (fr) FAQ sur Kochonland.playmoa.fr
  2. Au 8 janvier 2009
  3. (en) funnypigs.playmoa.fr
  4. (es) cerdolandia.playmoa.fr
  5. (fr) www.kochonland.be

Liens externes

Notes et références


Cet article « Kochonland » est issu de Wikimonde Plus.