Kaunas

Kaunas
Blason de Kaunas
Héraldique
Kaunas
De haut en bas, de gauche à droite : la forteresse de Kaunas, la maison de Perkūnas, l'hôtel de ville, le réservoir de Kaunas, le musée militaire Vytautas le Grand, l’église Saint-Michel-Archange.
Administration
Pays Drapeau de la Lituanie Lituanie
Région Sudovie
Apskritis Apskritis de Kaunas
Municipalité Municipalité de Kaunas-ville
Maire Visvaldas Matijošaitis 
Indicatif 37
Démographie
Population 336 817 hab. (2011)
Densité 2 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 54′ nord, 23° 56′ est
Superficie 15 700 ha = 157 km2
Divers
Première mention 1361
Statut Ville depuis 1408
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte administrative de Lituanie
City locator 14.svg
Kaunas

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte topographique de Lituanie
City locator 14.svg
Kaunas
Liens
Site web http://www.kaunas.lt
Sources
Villes de Lituanie

Kaunas (en polonais Kowno, en allemand Kauen) est la deuxième ville de Lituanie, et le plus important port fluvial des pays baltes, sur le Niémen. Elle est aussi la capitale administrative de l'apskritis de Kaunas.

L'architecture moderne de l'entre-deux-guerres a été proposée en 2017 pour une inscription au patrimoine mondial et figure sur la « liste indicative » de l’UNESCO dans la catégorie patrimoine culturel[1].

Histoire

Pont du chemin de fer sur le Niémen à Kaunas, 1864

Fondée avant l’an 1000 apr. J.-C., cette ville fut fortifiée par les Lituaniens aux XIIIe et XIVe siècles pour résister aux chevaliers teutoniques. La ville devint polonaise à la fin du XVIe siècle et fut acquise par les Russes après la troisième partition de la Pologne, en 1795. En 1842 la ville devient la capitale du nouveau gouvernement de Kowno.

Entre 1915 et 1918, elle fut le siège de l’administration d’occupation allemande, le Oberbefehlshaber der gesamten Deutschen Streitkräfte im Osten.

De 1920 à 1940, elle fut capitale de la Lituanie indépendante, alors que Vilnius était en Pologne. Elle fut annexée par l’Union soviétique, en vertu du pacte germano-soviétique de 1939, puis occupée par les nazis entre 1941 et 1944 qui l’abandonnèrent à l’arrivée de l’Armée rouge à la fin de la Seconde Guerre mondiale, après avoir massacré la plupart des 37 000 Juifs du ghetto de Kovno.

Sort des juifs à Kaunas

Après l'occupation soviétique consécutive au pacte Hitler-Staline, certains membres radicaux du « Yiddishland révolutionnaire », qui avaient quitté le « Bund » pour devenir communistes staliniens, ont collaboré avec le NKVD dans la « chasse aux réactionnaires »[2], terme vague incluant des fermiers qualifiés de « koulaks », les curés, les anciens fonctionnaires de l'état lituanien, les notables. Il s'agissait pour ces communistes de « lutte des classes », mais les populations lituaniennes se mirent à considérer tous les Juifs sans distinction comme des vecteurs du stalinisme et constituèrent des groupes de partisans anticommunistes qui, lors de l'invasion allemande, se livrèrent à des pogroms. Lors de celui de Kaunas, 3 800 Juifs furent massacrés : le nombre exact des victimes est connu avec précision grâce au rapport Jäger qui comptabilisa la totalité des Juifs assassinés en Lituanie.

Pendant l’occupation nazie, un camp d’extermination y fut établi, le Neuvième fort vers lequel le 73e convoi de déportation des Juifs de France fut envoyé, le 15 mai 1944 : 878 déportés dont les deux tiers furent dirigés vers l’Estonie et dont seulement 22 étaient encore en vie en 1945. C’est aussi au Neuvième fort et dans les forêts voisines que furent exterminés les Juifs du ghetto de Kaunas.

Population

Recensements (*) ou estimations de la population[3] :

Évolution démographique
1811 1823 1857 1863 1897 1923
2 5005 50022 00023 93788 56092 446
1931 1939 1945 1959 1970 1979
100 000155 46080 000214 348305 116370 419
1989 2001 2011 2012 2013 2014
422 931378 943315 993310 773306 888304 012

Administration

La ville est divisée en 11 seniūnijos :

  • Aleksotas,
  • Centras ,
  • Eiguliai ,
  • Dainava (Kaunas) ,
  • Gričiupis ,
  • Panemunė,
  • Petrašiūnai ,
  • Šančiai ,
  • Šilainiai ,
  • Vilijampolė ,
  • Žaliakalnis .

Enseignement et culture

L’université de Kaunas, fondée en 1922, fermée par les Soviétiques en 1950, rouverte en 1989, porte le nom d’université Vytautas-Magnus[4]. Elle comporte dix facultés :

  • Sciences humaines,
  • Économie et gestion,
  • Sciences,
  • Informatique,
  • Arts,
  • Travail social,
  • Sciences sociales,
  • Théologie catholique,
  • Sciences politiques et diplomatie,
  • Droit.

Il existe également une université de technologie.

Le Centre culturel de Kaunas diverses nations a ouvert en 2004.

Transports

Sports

Kaunas possède un club de basket-ball et handball très renommé : le Žalgiris et le Granitas. C'est à Kaunas que se trouve le stade Darius-Girenas de l'équipe lituanienne de football.

Monuments

L'Hôtel de ville de Kaunas.

Musées et églises

Art

  • Le musée du diable (musée d'Antanas Žmuidzinavičius ).
  • La galerie de dessins de Kaunas.
  • Le musée Mykolas-Žilinskas.
  • Le musée national d’art Mikalojus-Konstantinas-Čiurlionis : il comprend une grande collection d’œuvres de Čiurlionis ainsi que des différents artistes qui ont marqué la Lituanie.
  • Le musée de la céramique.
  • Le musée consacré à L. Truikys et M. Rakauskaite.
  • Le festival Kaunas Photo et la galerie de photographie Kaunas Gallery.

Histoire

  • Le musée du Neuvième fort
  • Le musée de la Déportation et de la Résistance (support papier en français)
  • La maison Sugihara
  • Le musée militaire  Vytautas le Grand
  • Le musée du KGB (section de Kaunas)

Francophonie

La ville a accueilli un certain temps divers personnages et événements importants, en rapport avec la France (ou la Suisse), ou la langue et la culture françaises :

Divers

  • Le musée de la Médecine et de la Pharmacie en Lituanie
  • Le musée de l’écrivain Juozas Grušas 
  • Le musée de la musique lituanienne P. Stulga

Églises

Origine du nom

Même s’il n’y a aucune certitude, on peut supposer un adjectif médiéval kaunas ayant signifié « bas ». Kaunas serait donc la ville construite sur une terre basse. Le nom s’écrit ou s’est écrit Kowno en polonais, Kovno en russe, קאוונע (Kovne) en yiddish et Kauen en allemand.

Aéronautique

La ville est desservie par un aéroport international.

Personnalités liées à la commune

Jumelages

La ville de Kaunas est jumelée avec[6] :

Notes et références

  1. (en) UNESCO World Heritage Centre, « Kaunas 1919-1939: The Capital Inspired by the Modern Movement - UNESCO World Heritage Centre », sur whc.unesco.org (consulté le 1er mars 2018)
  2. Alain Brossat, Sylvia Klingberg : Le Yiddishland révolutionnaire Éd. Syllepse, Collection Yiddishland, (ISBN 9782849502174).
  3. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org.
  4. Présentation de l’université sur son site.
  5. Jumelages.

Voir aussi

Bibliographie

  • Alex Faitelson, Courage dans la tourmente en Lituanie 1941-1945, Mémoires du ghetto de Kovno, Paris et Montréal, L'Harmattan, 1999 (ISBN 2-7384-8587-1).

Liens externes