KSKL Ternat

KSKL Ternat
Logo du KSKL Ternat
Généralités
Nom complet Koninklijke Sportkring Lombeek Ternat
Noms précédents K. VC Sporting Ternat
Fondation 1950
Statut professionnel amateur
Couleurs Bordeaux et bleu
Stade Campus Kruikenburg
(1 000 places)
Siège Stationsstraat, 35a
1740 Ternat
Championnat actuel P2 Brabant flamand
Entraîneur Drapeau : Belgique T1 Rudy DE DONDER T2 DEDOBBELEER HUBERT
Site web (nl) www.ksklternat.be

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


Dernière mise à jour : 7 août 2018.

Le Koninklijke Sportkring Lombeek Ternat est un club de football belge localisé à Ternat, à quelques kilomètres au Nord de Bruxelles. Le club porte le matricule 5368 et ses couleurs sont le rouge et le bleu. Il tient son nom actuel d'une fusion survenue en 2006 entre le K. VC Sporting Ternat et le SK Lombeek-Liedekerke, lui-même issu d'une fusion entre le SK Lombeek et le KFC Liedekerke. Lors de la saison 2017-2018, le club évolue en deuxième provinciale. Au cours de son histoire, le club a joué 6 saisons dans les séries nationales, dont 2 en Division 3.

Histoire

En 1945, le Sparta Ternat, club fondé à une date inconnue, s'affilie à l'Union Belge. Il est versé au plus bas niveau provincial et reçoit le matricule 4982[1]. Cinq ans plus tard, le club arrête ses activités et est radié par la fédération.

Dans la foulée, un autre club est créé dans la ville de Ternat, le Voetbal Club Sporting Ternat. Il rejoint l'URBSFA le , et se voit attribuer le matricule 5368[1]. Durant plus d'un demi-siècle, le club évolue dans les séries provinciales brabançonnes. À la fin des années 1990, des projets de fusion entre les différents clubs basés à Ternat et ses environs sont évoqués. C'est surtout le SK Lombeek, évoluant en Promotion mais en proie à des difficultés financières, qui se montre le plus intéressé. Ces difficultés provoquent des réticences chez les autres clubs, le Sporting Ternat et le KFC Wambeek, ce qui fait échouer la fusion. Le SK Lombeek fusionne alors avec le KFC Liedekerke, porteur du matricule 3007[1], pour former le SK Lombeek-Liedekerke, et conserve son matricule 6431[1].

Article détaillé : KFC Liedekerke.
Article détaillé : SK Lombeek-Liedekerke.

Le , le Sporting Ternat est reconnu « Société Royale » et change son nom en Koninklijke Voetbal Club Sporting Ternat. À la fin de l'année 2005, le projet d'une grande fusion refait surface. En mars 2006, le KFC Wambeek se retire des négociations, préférant poursuivre seul. Finalement, en juillet, le Sporting Ternat et le SK Lombeek-Liedekerke fusionnent pour former le Koninklijke Sportkring Lombeek Ternat, et conserve le matricule 5368[1] de Ternat. Un an après cette fusion, le club atteint pour la première fois de son Histoire la Promotion, quatrième et dernier niveau national.

Pour sa première saison en nationales, le club termine sixième. L'année suivante, il fait mieux en décrochant la quatrième place et une qualification pour le tour final pour la montée en Division 3. Après des victoires sur Dilbeek Sport et Peruwelz, le club s'ouvre les portes de la troisième division en 2009. La transition est délicate pour le club, qui lutte pour son maintien tout au long du championnat. Il termine finalement quatorzième, avec trois points d'avance sur la place de barragiste. En fin de saison, les rumeurs d'une fusion avec le KFC Wambeek courent de nouveau. Le projet est de fusionner les équipes de jeunes, tout en gardant deux équipes premières distinctes. La fusion est même discutée par les pouvoirs publics, mais elle n'a finalement pas lieu à la suite du refus définitif du club de Wambeek.

La saison suivante est tout aussi difficile, et voit le club terminer avant-dernier et donc directement relégué. Mais à la suite d'une sanction infligée à l'UR Namur pour avoir aligné un joueur non-qualifié, ce dernier club perd quinze points et se retrouve dernier, permettant à Ternat de disputer les barrages. Il est battu dès son entrée par Mouscron-Peruwelz, et est tout de même relégué en Promotion après deux saisons en troisième division. Après sa relégation, le KSKL Ternat joue les premiers rôles, et lutte avec plusieurs clubs pour obtenir une place au tour final. Il est finalement devancé de deux points par Dilbeek Sport. La saison suivante est beaucoup moins bonne et le club est englué dans la lutte pour le maintien. Il finit en position de barragiste et est battu d'emblée par le KFC Katelijne-Waver, ce qui le renvoie en première provinciale après six saisons consécutives dans les séries nationales.

Résultats dans les divisions nationales

Statistiques mises à jour au 20 juin 2013

Bilan

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1re nationale 0 0
II 2e nationale 0 0
III 3e nationale 2 0 1
IV 4e nationale 4 0 1 1
V 5e nationale 0 0
 
  TOTAUX 6 0 1 2
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Classement saison par saison

Ordre Saison Nom du club Niveau Classement final Remarques
1 2007-08 K. SKL Ternat Promotion série A 6e/16
2 2008-09 K. SKL Ternat Promotion série B 4e/16 Promu via tour final[saisons 1]
3 2009-10 K. SKL Ternat Division 3 série B 14e/19
4 2010-11 K. SKL Ternat Division 3 série B 16e/18 Relégué après barrages[saisons 2]
5 2011-12 K. SKL Ternat Promotion série B 5e/16
6 2012-13 K. SKL Ternat Promotion série B 12e/15 Relégué après barrages[saisons 3]
séries provinciales

Annexes

Notes

Notes sur les classements saison par saison

  1. Le KSKL Ternat se qualifie après avoir remporté la deuxième tranche du championnat. Il élimine Dilbeek Sport (1-0) puis le RRC Peruwelz (3-1), et obtient ainsi la montée en Division 3.
  2. Le KSKL Ternat est battu d'emblée par Mouscron-Peruwelz et est relégué en Promotion.
  3. Le club termine en position de barragiste. Il est battu par le K. FC Katelijne-Waver et est relégué en première provinciale.

Références

Sources et liens externes