Justin Godart

Justin Godart
Illustration.
Justin Godart en 1917.
Fonctions
Maire de Lyon
Prédécesseur Pierre-Louis-André Bertrand
Successeur Édouard Herriot
Sénateur français
Réélection 9 janvier 1927
14 janvier 1936
Circonscription Rhône
Ministre de la Santé publique
Gouvernement Herriot III
Prédécesseur Camille Blaisot
Successeur Charles Daniélou
Député français
Réélection 20 mai 1906
8 mai 1910
10 mai 1914
30 novembre 1919
25 mai 1924
Circonscription Rhône
Législature IXe, Xe, XIe, XIIe et XIIIe
Ministre du Travail, de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociale
Gouvernement Herriot I
Prédécesseur Paul Jourdain
Successeur Antoine Durafour
Sous-secrétaire d'État au Service de santé militaire[Note 1]
Gouvernement Viviani II
Briand V et VI
Ribot V
Painlevé I
Clemenceau II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Antoine Durafour
Biographie
Nom de naissance François Pierre Marie Justin Godart
Date de naissance
Lieu de naissance Lyon (Rhône) (France)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Sépulture Cimetière parisien de Bagneux
Nationalité française
Parti politique Parti radical
Profession Avocat
Résidence Rhône

Justin Godart, né le à Lyon et mort le à Paris, est un avocat et homme politique français, député et sénateur du Rhône sous l'étiquette radicale-socialiste, plusieurs fois secrétaire d'État et ministre de la Santé et enfin maire de Lyon.

Il fonde en 1918 la Ligue contre le cancer, dont il assure la présidence jusqu'à sa mort.

Biographie

Études

Né dans le quartier des Brotteaux, issu d'un milieu modeste, il étudie au lycée Ampère à Lyon. Il obtient un doctorat en droit en 1899 en soutenant une thèse sur L’ouvrier en soie, puis devient avocat.

Carrière politique

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Entre-deux-guerres

Militant au Parti radical-socialiste, il commence sa carrière politique en 1904 en même temps qu'Édouard Herriot, lorsqu'il est élu adjoint au maire de Lyon dans la municipalité menée par Jean-Victor Augagneur.

Député de Lyon (1906-1926), puis sénateur du Rhône (1926-1940), il se consacre aux questions sociales : à la santé, à l'hygiène et aux « diminués physiques ». Il devient notamment président de la Commission internationale d'enquête dans les Balkans (Serbie, Bulgarie, Grèce, Turquie, Albanie), organisée par la Dotation Carnegie pour la paix internationale en 1913.

En 1914, il occupe la vice-présidence de la Chambre des députés. Sous-secrétaire d'État de la Guerre durant le premier conflit mondial, il est responsable du Service de santé militaire de 1915 à 1918 et le réorganise. En , il demande à Gustave Roussy de créer un centre neurologique (ce qui sera fait au fort de Salins), afin de remettre sur pied et de renvoyer le plus rapidement possible les traumatisés de guerre (« pithiatiques », « plicaturés » et paralysés) au front[1]. Le , à la fin de la guerre, il fonde la Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer. Membre de la direction de la Ligue des droits de l'homme, il fonde aussi, en 1934, la Ligue internationale contre le cancer. En 1929, il participe à la création de l'hôpital Foch à Suresnes.

Il participe avec l'archéologue français Léon Rey à une campagne de fouille de premier ordre en Albanie, à la fin de la Première Guerre mondiale. Elles mettent à jour la grande cité d'Apollonia ; une découverte majeure dans l'histoire de l'archéologie moderne[réf. nécessaire].

Il prend part aux débats sur la définition d'une législation internationale dans le domaine sanitaire et s'investit à ce titre dans l'Organisation internationale du travail et le Bureau international du travail. Il est ministre du Travail et de l'Hygiène en 1924-1925 et ministre de la Santé en 1932. Le , il fonde l’Office national d’hygiène sociale, organisme public financé initialement par la fondation Rockefeller et destiné à lutter contre la tuberculose[2].

En 1926, il crée l'association France-Palestine qui deviendra l'association France-Israël après la création de l'État d'Israël[3].

Seconde Guerre mondiale et après la Libération

Devant la montée du nazisme, il défend la communauté juive, s'occupe de l'Œuvre de secours aux enfants, de l'accueil des immigrés, et plaide sans relâche pour la défense de leurs droits. En 1940, il fait partie des 80 parlementaires qui votent contre la remise des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Grand résistant, il est à la tête du Comité du Front national clandestin pour la libération de la zone Sud, abrite des Juifs, et cache dans le jardin de sa maison de Pommiers (Rhône) l'argent servant aux actions de sauvetage des Juifs. Il diffuse aussi un journal clandestin, Le Patriote Beaujolais.

Il est proche du rabbin David Feuerwerker, grand-Rabbin de Lyon, à la Libération.

Maire de Lyon (gouvernement provisoire) de la Libération jusqu'au retour d'Édouard Herriot (1944-1945), il est président de l'Entraide française (1945-1947), président de la Conférence internationale du travail (San Francisco, 1948) et s'occupe à nouveau des migrants. Il préside notamment le Comité d'aide et de défense des immigrés et diverses autres œuvres sociales :

Justin Godart s'est enfin impliqué pour la cause des Albanais, des Bulgares, des Arméniens, des Indochinois puis des Vietnamiens : il crée pour eux l'association « France-Vietnam » en 1946 pour aider Hô Chi Minh dans sa lutte pour l'indépendance.

Fonctions ministérielles

Affiches électrorales en 1932.

Prix et hommages

Décorations

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg Distinguished Service Cross ribbon.svg Order of the British Empire (Civil) Ribbon.png

BEL Kroonorde Grootkruis BAR.svg Grand Officer Ordre de Leopold.png NLD Order of Orange-Nassau - Knight Grand Cross BAR.png Пластина на орден „Св. Александръ“.jpg

Ord.St.Sava-ribbon.jpg Grande ufficiale OCI Kingdom BAR.svg ME Order of Danilo I Knight Grand Cross BAR.svg POL Polonia Restituta Wielki BAR.svg

Intitulés des décorations françaises

Intitulés des décorations étrangères

Distinctions universitaires

Toponymies

Lyon et « lyonnaiseries »

Justin Godart est un défenseur et un constructeur de l’identité lyonnaise. Son amour de Lyon s’exprime par son goût pour les « lyonnaiseries » historiques et ethnographiques. Il laisse en tant qu'historien lyonnais une bibliographie importante.

Le , sous le pseudonyme de Catherin Bugnard, il crée l'Académie des pierres plantées, afin de défendre les traditions lyonnaises et le parler lyonnais. C'est également sous ce nom qu'il publie La Plaisante Sagesse lyonnaise, célèbre recueil de maximes et réflexions morales lyonnaises. Grand collectionneur de marionnettes, il fut également le président fondateur de l'association Les amis de Guignol, devenue par la suite Amis de Lyon et Guignol.

Publications

  • Travailleurs et métiers lyonnais, Bernoux et Cumin, Lyon, 1909
  • La boucherie lyonnaise sous l'ancien régime, Nicolas, Lyon, 1900
  • La juridiction consulaire à Lyon : la conservation des privilèges royaux des foires (1436-1791), le tribunal de commerce (1791-1905), Lyon, A. Rey, 1905, VIII-429 p.
  • Travailleurs et métiers lyonnais, Cumin er Masson, Lyon, 1909
  • Laurent Mourguet et Guignol, Lyon, 1912
  • La Plaisante Sagesse lyonnaise, maximes et réflexions morales recueillies par Catherin Bugnard, 1920
  • Marcel Roux, graveur lyonnais, Audin éditeur, Lyon, 1922
  • L'Albanie en 1921, 1922
  • Le journal d'un bourgeois de Lyon en 1848, PUF, Paris, 1924
  • La tristesse lyonnaise sous l'ancien régime, Camus et Carsat, Lyon, 1927
  • La Révolution de 1830 à Lyon, PUF, Paris, 1930
  • Le Jansénisme à Lyon : Benoît Fourgon (1687-1773), Librairie Félix Alcan, 1934
  • Anthologie du Jeu de boules, éditions du Cuvier, Villefranche, 1938
  • Les Voraces à Lyon en 1848, 1948

Notes et références

Notes

  1. Sous-secrétaire d'État à la Guerre (Service de Santé militaire) du 1er juillet 1915 au 20 mars 1917, sous-secrétaire d'État à la Guerre (Service de santé) du 20 mars au 12 septembre 1917 puis sous-secrétaire d'État au Service de santé du 17 novembre 1917 au 5 février 1918.

Références

  1. Jean-Yves Le Naour, Les Soldats de la honte, Éditions Perrin, 2011, page 211.
  2. Jean-Bernard Wojciechowski, Hygiène mentale et hygiène sociale, Éditions L'Harmattan, , p. 47.
  3. François Bilange, « Justin Godart, une « âme de fond » », Revue d’Histoire de la Shoah, no 187,‎ (lire en ligne)
  4. Fondation maréchal Foch.
  5. Home of heroes en anglais..
  6. Justin Godart sur le site Yad Vashem (en).

Sources

  • Monique Ray, Catalogue de l'exposition du cinquantième anniversaire de la fondation du Musée historique de Lyon : 1921-1971 : hommage à Justin Godart (1871-1956), Lyon, Musée historique, 1971, 20 p.
  • Sur Justin Godart, voir Annette Wieviorka (dir.), Justin Godart : un homme dans son siècle (1871-1956), 2e éd. CNRS, coll. « CNRS histoire. Bibliandre 27 », Paris, 2005, XIV-273 p.
  • François Bilange, Justin Godart - La Plaisante Sagesse Lyonnaise, Éditions Lyonnaises d'art et d'histoire, 2006
  • Justin Godart (1871-1956)
  • Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'Occupation, Albin Michel, 2001
  • Pierre Miquel, Les quatre-vingts, Fayard, 1995.
  • « Justin Godart », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes