Julio Iglesias

Julio Iglesias
Description de cette image, également commentée ci-après
Julio Iglesias en 2005.
Informations générales
Nom de naissance Julio José Iglesias de la Cueva
Naissance (75 ans)
Madrid, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activité principale Chanteur - Compositeur - Acteur - Producteur
Genre musical pop latino, pop, easy listening, variété française, dance
Instruments Voix
Années actives 1968 - aujourd'hui
Labels

Sony BMG Columbia Records Deca Records

CBS Record
Site officiel www.julioiglesias.com

Julio José Iglesias de la Cueva, mieux connu sous le nom de Julio Iglesias, né à Madrid le (de parents originaires d'Ourense en Galice), est un chanteur espagnol.

Fort de ses 50 années de carrière ininterrompues, Julio Iglesias est officiellement le chanteur latino ayant vendu le plus d'albums au monde. Au total, le chanteur a enregistré plus de 80 albums chantés en 14 langues et a reçu pas moins de 2 600 disques d'or et de platine au cours de sa carrière[1].

Biographie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Origines et enfance

Julio Iglesias est né à Madrid le 23 septembre 1943 dans l'ancienne maternité de la rue Mesón de Paredes. Issu d'une famille bourgeoise catholique, il est le fils aîné de Julio Iglesias Puga (1915-2005), gynécologue attitré de la bonne société, et de María del Rosario de la Cueva et Perignat (1919-2002)[2]. Il partage son enfance avec son frère Carlos Luis. Du côté paternel, il descend des galiciens. Ses grands-parents paternels s'appelaient Manuela Puga Noguerol (1888-1965) et Ulpiano Iglesias Sarria (1876-1956). Dans sa famille maternelle, son grand-père José María de la Cueva et Orejuela (1887-1955) était un journaliste andalou et sa grand-mère s'appelait Dolores de Perignat et Ruiz de Benavides, originaire de Guayama, à Puerto Rico. L'île appartenait à l'Espagne avant la guerre hispano-américaine.

Jeunesse et étude

À quatorze ans, il devient gardien de but chez les jeunes du Real Madrid Club de Fútbol , l'une des équipes affiliées des catégories inférieures du Real Madrid. Il partage son maillot avec Pedro de Felipe et Luis Costa. Alternant le football avec des études de droit à l'Université de Madrid, il souhaite réaliser une carrière de footballeur professionnel, ou éventuellement devenir diplomate pour suivre les traces de son oncle, le marquis de Perinat, ou de son cousin, ambassadeur à Londres depuis 20 ans[3]. Il parvient à intégrer l'équipe réserve du Real Madrid à dix-neuf ans mais est victime d'un grave accident de voiture en 1962. Il ne reprend ses études de droit à l'Université de Murcie que dans les années 1990. En juin 23000, il termine ses études de droit international privé à l'Université Complutense de Madrid[4].

Accident, récupération et voyage en Angleterre

Le 22 septembre 1962, à 2 heures du matin, Julio Iglesias et un groupe d'amis sont victimes d'un accident de la route après une soirée de divertissement. La collision mortelle de leur voiture blesse gravement Julio Iglesias qui subit une compression de la colonne vertébrale[3]. Paralysé des jambes pendant un an et demi, il doit renoncer au football. C'est pendant sa longue convalescence qu'il apprend à jouer de la guitare, en guise de thérapie pour exercer ses doigts et passer le temps[3]. La pratique de cet instrument fait naître chez lui la passion de la musique. C'est à cause du manque d'équilibre suite à cette paralysie, qu'il évoluera les yeux fermés en se caressant le ventre afin de mieux se repérer sur scène[5].

Une fois rétabli, il reprend ses études et se rend à Londres pour apprendre l'anglais, tout d'abord à Ramsgate, puis à la Bell's Language School de Cambridge. Certains week-ends, il chante dans un pub, le Air Port Pub, des chansons populaires à l'époque par Tom Jones, Engelbert Humperdinck et The Beatles. C'est là, à Cambridge, qu'il vit sa première histoire d'amour avec Gwendolyne Bollore, étudiante française qui lui inspire l'une de ses chansons les plus célèbres, Gwendolyne[6]. En 1968, il remporte le festival de Benidorm et enregistre son premier single[3].

Consécration mondiale

Il participe en 1970 au Concours Eurovision de la chanson et arrive 4e avec 8 points. Il y interprète une chanson intitulée Gwendolyne.

Julio Iglesias chante en français, anglais, espagnol, italien, allemand, portugais et galicien. Vers 1977, il signe avec CBS (via CBS France) le plus gros contrat de chanteur non-Américain. Suit alors la période de ses plus grands succès internationaux avec lesquels il atteint la consécration mondiale. Le 29 décembre 1981, son père est kidnappé par un commando d'ETA qui le libère après deux semaines de captivité[7]. Julio part alors s'exiler à Miami[7] où il s'est fait construire une vaste propriété à Indian Creek en 1978[8]. C'est alors qu'il commence ses nombreux duos.

En 2015, il annonce son retrait des studios[9].

Affaire

Julio Iglesias est cité en 2017 dans l'affaire des Paradise Papers (évasion fiscale)[10].

Vie personnelle

Julio Iglesias est un crooner connu pour ses ballades romantiques s'adressant directement au public féminin. La presse people prête au chanteur au physique de latin lover et à la voix de velours, de nombreuses conquêtes (Priscilla Presley, Bianca Jagger, Brooke Shields, Diana Ross, Debbie Dickinson ) et une vie amoureuse tumultueuse[11].

Julio Iglesias s'est marié à Marbella, le 24 août 2010 avec Miranda Rijnsburger (née en 1965), qui est la mère des 5 plus jeunes enfants de Julio[12] et il a eu 3 enfants avec sa première épouse, Isabel Preysler. Javier Sanchez-Santos, fils de la danseuse portugaise Maria Edite, affirme être le neuvième enfant de Julio Iglesias, lequel ne le reconnaît pas[13].

Ses fils, Enrique Iglesias et Julio Iglesias Jr, sont également chanteurs. Sa fille Chabeli Iglesias, aînée de ses huit[14] enfants, est journaliste. Ses autres enfants sont Miguel (né en 1997), Rodrigo (né en 1999), Victoria et Cristina (jumelles, née en 2001) et Guillermo (né en 2007)[15]

Distinction

En 2009, Julio Iglesias reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[16].

Ventes de disques

Ventes certifiées & nettes de retour constatées dans les services de royalties

Dans une dizaine de pays correspondant en partie aux principaux marchés du disque les ventes certifiées de Julio Iglesias s'élèvent à plus de 17 640 000 d'albums et de singles tout au moins. De 1965 à 1984 les ventes nettes de retour constatées dans les services de royalties par les distributeurs s'élèvent au moins à plus de 5 000 000 d'exemplaires en France. Depuis les années 90, le Syndicat National de l'édition Phonographique aura certifié nombre de ses disques représentant au total 3 200 000 exemplaires.

Ventes détails *toutes les périodes ne figurent pas dans cette liste, celle-ci regroupe en ce sens seules les ventes minimales réalisées
Pays Périodes Certifications obtenues Ventes d'albums certifiées Ventes de singles certifiées Ventes confondues
Disque d'argent Argent Disque d'or Or Disque de platine Platine Disque de diamant Diamant
Drapeau de l'Allemagne Allemagne depuis 1983 - 1 - - 250 000 - 250 000 [17]
Drapeau de l'Australie Australie depuis 1997 - 1 - 70 000 - 70 000 [18]
Drapeau du Brésil Brésil depuis 1990 - 7 6 - 1 475 000 - 1 475 000 [19]
Drapeau du Canada Canada depuis 1980 - 11 8 - 1 050 000 15 000 1 065 000 [20]
Drapeau des États-Unis États-Unis depuis 1991 - 5 32 - 8 880 000 1 000 000 9 880 000 [21]
Drapeau de l'Espagne Espagne depuis 2003 - 2 2 - 380 000 - 380 000
Drapeau de la France France depuis 1990 - 4 6 1 3 200 000 - 3 200 000 [22]
Drapeau de la France France VENTE REELLES de 1965 à 1984 ventes nettes de retour constatées dans les services royalties 1450 000 3 650 000 5 100 000 [23]
Drapeau de l'Italie Italie depuis 2009 - 1 - - 30 000 - 30 000 [24]
Drapeau du Mexique Mexique depuis 1999 - 1 - - 75 000 - 75 000 [25]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni depuis 1988 7 4 1 - 720 000 500 000 1 220 000 [26]
Monde TOTAL depuis 1983 7 36 56 1 17 580 000 5 165 000 22 745 000

Ventes annoncées

Les ventes françaises du chanteur sont estimées à près de 12 millions de copies [27].

En 2012 le chanteur se voit décerné par sa maison de disque SONY un prix couronnant les 23 millions de disques qu'il aurait vendu en Espagne. Ce qui fait de lui le chanteur ayant vendu le plus de disques en Espagne [28]. Toutefois cette distinction demeure seulement honorifique n'étant pas décernée par un organisme officiel.

En 2013, Julio Iglesias reçoit un certificat du Guinness World Records pour avoir vendu plus de 250 millions de disques [29], ce qui en fait l'artiste latino ayant vendu le plus de disques dans le monde.

Chansons

Principaux succès

Duos

Julio Iglesias a chanté de nombreux duos : Summer Wind avec Frank Sinatra qui le prend sous son aile et le présente comme son fils spirituel[5], My Love avec Stevie Wonder, My Way / A Mi Manera (avec Paul Anka), To All the Girls I've Loved Before et Spanish Eyes avec Willie Nelson, All of you avec Diana Ross (reprise de Cole Porter), Smoke Gets In Your Eyes avec All-4-One, When You Tell Me That You Love Me avec Dolly Parton, Quizás, quizás, quizás avec Arielle Dombasle, Se que volverás, La Paloma, Cucurucucú paloma avec Nana Mouskouri, La tendresse avec Mireille Mathieu, La vie en rose avec Dalida (reprise d'Édith Piaf, etc.) Dans Quelque chose de France, en 2007, Françoise Hardy interprète Partir quand même avec lui, Que c'est triste Venise avec Charles Aznavour, Moliendo café avec Jeane Manson .

Discographie

Albums

  • Yo canto (1969)
  • Gwendolyne (1970)
  • Por una mujer (1972)
  • Soy (1973)
  • Und das Meer singt sein Lied (1973)
  • A flor de piel (1974)
  • Ich schick' dir eine weisse wolte (1974)
  • Ein Weihnachtsabend mit Julio Iglesias (1974)
  • A México (1975)
  • El amor (1975)
  • América (1976)
  • En el Olympia (1976)
  • Se mi lasci, non vale (1976)
  • Schenk mir deine Liebe (1976)
  • A mis 33 años (1977)
  • Sono Un Pirata, Sono Un Signore (1978)
  • Emociones (1978)
  • Aimer La Vie (1978)
  • The 24 greatest songs - double album (1978)
  • Innamorarsi alla mia età (1979)
  • À vous les femmes (1979)
  • Hey! (1980)
  • Sentimental (1980)
  • Amanti (1980)
  • De niña a mujer (1981)
  • Fidèle (1981)
  • Zartlichkeiten (1981)
  • Minhas canções preferidas (1981)
  • Momentos (1982)
  • Momenti (1982)
  • Et l'amour créa la femme (1982)
  • In Concert (1983)
  • Julio (1983)
  • 1100 Bel Air Place (1984)
  • Libra (1985)
  • Un Hombre Solo (1987)
  • Tutto l'amore che ti manca (1987)
  • Non Stop (1988)
  • Raíces (1989)
  • Latinamente (1989)
  • Starry Night (1990)
  • Calor (1992)
  • Anche senza di te (1992)
  • Crazy (1994)
  • La carretera (1995)
  • Tango (1996)
  • My Life: The Greatest Hits (1998)
  • Noche de cuatro lunas (2000)
  • Una donna può cambiar la vita (2001)
  • Ao meu Brasil (2001)
  • Divorcio (2003)
  • Love Songs (2003)
  • En français (2004)
  • Love Songs - Canciones de amor (2004)
  • L'homme que je suis (2005)
  • Romantic Classics (2006)
  • Quelque chose de France (2007)
  • Julio Iglésias "1", Volume 1 (2011)
  • México (2015)
  • México & Amigos (2017)

Filmographie

Notes et références

  1. http://www.guinnessworldrecords.com/news/2013/4/julio-iglesias-receives-world-record-certificate-in-beijing-47865/
  2. (es) Juan Luis Galiacho, Isabel y Miguel: 50 años de historia de España, La Esfera de los Libros, , p. 87.
  3. a b c et d (es) « Iglesias, Julio, notable », El Mundo, no 299,‎ (lire en ligne).
  4. (es) Eduardo Zayas-Bazán, Manuel Laurentino Suárez, De aquí y de allá: estampas del mundo hispánico, D.C. Heath, , p. 94.
  5. a et b Sophie Grassin, « Je ne suis pas sûr de marquer l'histoire de la chanson », L'Express, no 2466,‎ , p. 12.
  6. (en) Leah Furman, Elina Furman, In His Eyes: The Julio Iglesias Jr. Story, Ballantine Books, , p. 23.
  7. a et b Prisma Média, « Julio Iglesias - La biographie de Julio Iglesias avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 21 décembre 2017)
  8. (en) Samantha Sharf, « Julio Iglesias Reaches For High Note With Record $150M Listing On Miami's Indian Creek Island », sur forbes.com, .
  9. « A 72 ans, Julio Iglesias annonce son retrait des studios », sur la-croix.com, .
  10. (es) « Alfredo Fraile: Yo monté el entramado offshore de Julio Iglesias. Noticias de Paradise Papers », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2018)
  11. (en) Guinness Book of the 20th Century, Guinness World Records, , p. 366.
  12. Julio Iglesias s'est marié dans l'intimité, consulté le 17 novembre 2012.
  13. « Javier Sanchez-Santos affirme être le fils caché de Julio Iglesias », sur parismatch.com, .
  14. Julio Iglesias : et de huit, consulté le 2 avril 2011.
  15. Julio Iglesias, sa compagne Miranda Rijnsburger et... tous leurs enfants ont un charmant message pour vous !, consulté le 17 novembre 2012.
  16. (es) « Relación de premiados del año 2009 », sur Ministère de la Culture, (consulté le 18 janvier 2015) [PDF].
  17. (de) Bundesverband Musikindustrie, « BVMI | Datenbank », sur www.musikindustrie.de (consulté le 10 mai 2018)
  18. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 1997 Albums », sur www.aria.com.au (consulté le 10 mai 2018)
  19. (pt) « certification Brésil »
  20. « certifications Canada »
  21. (en) « certifications US »
  22. « Les Certifications - SNEP », SNEP,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2018)
  23. « TOP - FRANCE », sur www.top-france.fr (consulté le 10 mai 2018)
  24. (it) « FIMI - Certificazioni - FIMI », sur www.fimi.it (consulté le 10 mai 2018)
  25. « AMPROFON », sur amprofon.com.mx (consulté le 10 mai 2018)
  26. (en) « certifications UK »
  27. « Bilan des Ventes globales (Albums & Chansons) par Artiste », sur www.infodisc.fr (consulté le 10 mai 2018)
  28. « julio Iglesias »
  29. (en-GB) « Julio Iglesias receives world record certificate in Beijing », Guinness World Records,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2018)

Voir aussi

Source

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Julio Iglesias » (voir la liste des auteurs)

Bibliographie

  • (en) Steve Gett, Julio Iglesias, the New Valentino, Cherry Lane Music Co. Inc., 1985
  • Philippe Crocq & Philippe Mareska, Julio Iglesias. Le dernier conquistador, éditions Alphée, 2007
  • (es) Andrés López Martínez, Julio Iglesias, Cuando Vuelva a Amanecer, Editorial Milenio, 2013

Liens externes