Julia Görges

Julia Görges
Image illustrative de l’article Julia Görges
Julia Görges à Wimbledon en 2017.
Carrière professionnelle
2005
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Naissance (29 ans)
Drapeau : République fédérale d'Allemagne Bad Oldesloe
Taille 1,80 m (5 11)
Prise de raquette Droitière, revers à deux mains
Entraîneur Michael Geserer
Gains en tournois 8 267 829 $
Palmarès
En simple
Titres 5
Finales perdues 8
Meilleur classement 9e (20/08/2018)
En double
Titres 5
Finales perdues 11
Meilleur classement 12e (22/08/2016)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/8 1/8 1/2 1/8
Double 1/2 1/8 1/2 1/4
Mixte 1/4 F(1) 1/4 1/8

Julia Görges (ou Goerges), née le à Bad Oldesloe (en Allemagne de l'Ouest), est une joueuse de tennis allemande professionnelle depuis 2005. Sa surface de prédilection est le dur. Elle est entraînée depuis début 2016 par Michael Geserer et Matthias Mischka, après de longues années aux côtés de Sascha Nensel.

Elle a remporté cinq titres en simple durant sa carrière, à Bad Gastein, Stuttgart, Moscou, Zhuhai et Auckland. Elle compte également cinq titres en double dames, acquis entre juillet 2009 et août 2015.

Elle a réalisé le plus rapide service de l'année 2012, à 203 km/h, à Roland Garros. C'est pour le moment le quatrième service le plus rapide de l'histoire.

Biographie

Julia Görges naît le à Bad Oldesloe de son père Klaus et de sa mère Inge qui travaillent tous deux dans un cabinet d'assurance[1]. Elle a une demi-sœur aînée qui s'appelle Maike et qui travaille aussi dans le domaine de l'assurance[1]. C'est à l'âge de six ans qu'elle commence à jouer au tennis quand ses parents l'emmènent régulièrement dans le club où ils jouaient eux-mêmes. Après avoir terminé ses études, elle devient professionnelle en 2005. Elle est une très grande admiratrice de l'ancienne no 1 mondiale Martina Hingis[1]. Ses coups favoris sont le service et le coup droit.

Style de jeu

Julia Görges est une joueuse puissante de fond du court. Elle s'appuie notamment sur la puissance et la précision de son coup droit et de son service alors que son revers est lui moins tranchant. Elle est beaucoup plus à l'aise en attaque qu'en défense, son déplacement restant son point faible. Son retour est lui aussi à améliorer, mais son service l'aide souvent à se sortir de situations périlleuses. L'Allemande reste toutefois inconstante malgré son potentiel.

Carrière tennistique

Ses débuts jusqu'à 2009

Julia Görges à l'US Open en 2008.

Julia Görges devient professionnelle en 2005 et dispute son premier tournoi à ITF/Stuttgart-Vaihingen 2, où elle n'accède pas au tableau principal. C'est en 2006 qu'elle participe à son premier quart de finale dans un tournoi ITF à Oberhaching et qu'elle remporte le premier titre de sa carrière, toujours dans un tournoi de la même catégorie à Erding.

En 2007, elle se qualifie pour la première fois pour un tableau principal sur le circuit WTA à Doha, battue par Svetlana Kuznetsova, puis se hisse dans sa première demi-finale à Stockholm, défaite cette fois-là par Vera Dushevina. Elle se qualifie pour la première fois dans le tableau principal dans un Grand Chelem mais perd face à Justine Henin en deux sets. Cette année, elle remporte deux titres ITF en simple et en double.

L'année 2008 marque surtout son accession pour la première fois au top 100, le après Roland-Garros. Elle atteint aussi entre autres les demi-finales de Portorož ainsi que les quarts de finale à Memphis. C'est aussi la première fois qu'elle est appelée à représenter son pays face aux États-Unis, match qu'elle perd face à Lindsay Davenport en deux sets. Elle ne termine pas l'année dans le top 100 (108e).

En 2009, elle gagne un titre ITF à Biarritz, le 5e de sa carrière, et surtout termine l'année pour la toute première fois dans le top 100 le 28 décembre.

2010. Premier sacre sur le circuit

Julia Görges à l'US Open en 2010.

Julia Görges commence la saison de manière assez décevante puisqu'elle est battue d'entrée à Auckland et Sydney puis à l'Open d'Australie éliminée dès le 2e tour. Elle éprouve en février ou encore en mars les mêmes difficultés à franchir les tours dans les tournois auxquels elle prend part, que ce soit sur le dur américain puis sur terre battue avec plusieurs éliminations précoces.

Il faut attendre le tournoi de Strasbourg pour qu'elle trouve enfin son renouveau et participer ainsi à son premier quart de finale de la saison éliminée par Maria Sharapova en deux sets. Elle ne confirme néanmoins pas à Roland-Garros, battue au 2e tour par la no 1 mondiale Serena Williams puis au premier tour de Wimbledon par la Française Marion Bartoli. Mais c'est à ce moment-là que sa saison va prendre un grand tournant.

Après avoir remporté le tournoi ITF de Biarritz sans perdre un seul set, elle enchaîne par une demi-finale à Palerme et la semaine suivante remporte le premier titre WTA de sa carrière à Bad Gastein[2],[3] face à la Suissesse Timea Bacsinszky en deux sets. Cette victoire lui permet d'entrer dans le top 50 pour la première fois le .

Elle décide de faire l'impasse sur US Open series et de s'engager directement à l'US Open, où elle chute dès le deuxième tour face à la demi-finaliste de l'édition 2009 Yanina Wickmayer. En fin de saison, elle atteint un autre quart de finale à Copenhague, son 4e de la saison, et à Linz. Julia Görges atteint aussi sa deuxième finale sur le tour principal au tournoi de Luxembourg[4], battue par Roberta Vinci. Cette finale lui permet de conforter son classement dans le top 50 et de terminer l'année 40e mondiale.

2011. Premier grand titre à Stuttgart

Julia Görges à Eastbourne en 2011.

En début d'année, Julia Görges atteint les demi-finales à Auckland puis atteint le 3e tour de l'Open d'Australie pour la première fois de sa carrière, battue par Maria Sharapova en trois sets. Elle défend les couleurs de son pays face à la Slovénie où elle perd son premier match et remporte le deuxième puis connaît une période creuse jusqu'à fin mars.

C'est à Charleston qu'elle retrouve des couleurs en atteignant les quarts de finale ; à noter qu'elle est passée aux bords de la correctionnelle face à Eva Birnerová au 2e tour, menée 1-6, 1-5 et sauvant de multiples balles de matchs avant de retourner la situation en sa faveur. Sa bonne forme continue à Stuttgart, tournoi qu'elle remporte après avoir battu la no 1 mondiale Caroline Wozniacki[5] en deux sets mais aussi la tête de série no 4, Victoria Azarenka, sur abandon (blessée à l'épaule)[6], sa compatriote Sabine Lisicki revenante et la tête de série no 5 Samantha Stosur en trois sets[7]. Elle remporte ainsi le premier titre de la catégorie Premier de sa jeune carrière et devient aussi la première Allemande depuis Anke Huber à s'imposer dans ce tournoi[8] depuis 1994.

À Madrid, Julia Görges s'illustre encore en éliminant la no 1 mondiale Caroline Wozniacki au 3e tour pour la deuxième semaine consécutive[9],[10] et se hisse jusqu'en demi-finale, qu'elle perd face à Victoria Azarenka exténuée par ses dernières semaines fructueuses. Julia Görges obtient ainsi le meilleur classement de sa carrière le , tout juste 20e mondiale. Déjà forfait pour Rome à cause d'une blessure au dos[11], elle préfère ne prendre aucun risque supplémentaire en jouant à Bruxelles[11]. Malgré ces belles performances, elle n'arrive qu'au 3e tour de Roland-Garros, défaite par la 11e mondiale Marion Bartoli en trois sets (3-6, 6-2, 6-4).

Elle tombe d'entrée à Eastbourne et réalise sa meilleure performance en atteignant le 3e tour à Wimbledon, qu'elle perd face à la Slovaque Dominika Cibulková.

Elle défend son titre à Bad Gastein mais perd dès le premier tour. À l'US Open, elle perd au 3e tour face à la Chinoise Peng Shuai. Elle termine la saison au tournoi de Luxembourg, où elle est éliminée par la future lauréate Victoria Azarenka.

2012. Meilleur classement en carrière

Julia Görges à l'US Open en 2012.

Malade une semaine avant de disputer le tournoi d'Auckland[12], Julia Görges arrive néanmoins au deuxième tour, battant au passage la tenante du titre Gréta Arn[12] en trois sets. Elle atteint ensuite pour la première fois de sa carrière les huitièmes de finale d'un tournoi du Grand Chelem face à la Polonaise Agnieszka Radwańska, match qu'elle perd assez sèchement après être complètement passée à côté de son sujet.

Après avoir défendu les couleurs de son pays en simple en Fed Cup, match extrêmement serré qu'elle perd face à Petra Kvitová (3-6, 6-3, 10-8), Julia Görges se rend à l'Open GDF Suez où elle atteint les quarts de finale pour la première fois mais elle est défaite en trois sets par la Tchèque Klára Zakopalová. Elle atteint par la suite la finale du tournoi de Dubaï après sa grosse contre-performance à Doha. Sur son passage, elle bat l'ancienne no 1 mondiale Caroline Wozniacki en deux sets (7-63, 7-5) mais aussi Svetlana Kuznetsova et Daniela Hantuchová alors qu'elle avait perdu la première manche. Julia Görges atteint alors son meilleur classement au rang de no 16[13].

Après son succès à Dubaï, Julia Görges atteint pour la première fois le 4e tour du tournoi d'Indian Wells, où elle perd face à la no 1 mondiale Victoria Azarenka en deux sets. Elle est ensuite défaite dès le premier tour du tournoi de Miami par la Belge Kim Clijsters, qui faisait son grand retour depuis son dernier match à Melbourne.

Elle commence la saison sur terre battue par un quart de finale à Barcelone où elle est défaite par la future gagnante Sara Errani. Elle perd ensuite contre Jarmila Gajdosova en barrage de Fed Cup qui voit l'Australie battre l'Allemagne (3-2). Après un deuxième tour à Stuttgart (battue par Stosur) elle subit à Madrid la loi de sa compatriote Mona Barthel. Elle se reprend à Madrid en atteignant pour le troisième tour du tournoi de Rome. À Roland Garros après deux victoires en deux sets contre Lucie Hradecka et Heather Watson, elle s'incline à la surprise générale contre la Néerlandaise Aranxta Rus dans une partie disputée en toute fin de soirée dans une ambiance houleuse où l'Allemande tentera de réclamer le report du match au lendemain et fera même appel au corps médical pour tenter de gagner du temps. Elle se justifiera à l'interview en déclarant, ne plus rien voir en raison d'une acuité visuel de +6 dioptries[14]. Quelques mois plus tard elle subira à Kiel une intervention laser pour améliorer sa vue[15].

Après une infamante défaite à Bad Gastein contre la qualifiée Richel Hogenkamp, elle atteint le troisième tour de Wimbledon. À Palerme (en 1/4) et à Bastad (au deuxième tour) elle est à chaque fois battue par Barbora Strycova. Aux Jeux Olympiques de Londres elle remporte une des plus belles victoire de sa carrière et bat la numéro deux mondiale et toute fraiche finaliste de Wimbledon Agnieszka Radwanska 7/5 5/7(4) 6/4. Après une victoire contre Varvara Lepchenko, elle doit toutefois s'inclinée contre Maria Kirilenko. La tournée américaine est cependant à nouveau source de déceptions : elle ne remporte qu'un match (contre Peer à Cincinnati)et s'incline au premier tour de l'Us Open contre la qualifiée Kristyna Pliskova. La tournée asiatique n'est avant Pékin pas plus réjouissante, elle s'incline au premier tour à Séoul et au deuxième à Tokyo. Dans la capitale chinoise elle passe cependant deux tours —dont une victoire de prestige contre la neuvième mondiale Samantha Stosur— avant de s'inclinée contre Marion Bartoli. Sa fin de saison —après des victoires contre Daniela Hantuchova, Sofia Arvidsson, Romina Oprandi et Kirsten Flipkens— est toutefois auréolée d'une finale à Linz où elle ne s'incline que contre la numéro mondiale Victoria Azarenka.

2013. L'annus horibilis.

Après deux tournois de préparation où Julia s'incline contre Johanna Larsson (deuxième tour à Auckland) et Svetlana Kuznetsova (1er tour); l'Allemande signe un très bel Australian Open en battant notamment la qualifiée Vera Dushevina et la Chinoise Jie Zheng dans deux très gros combat en trois sets. En huitième elle est battue par la Chinoise Na Li 7-6 (6) 6-1, non sans avoir une balle de premier set sur un coup droit penalty qu'elle rate finalement. Éliminée prématurément à l'Open de Paris, elle remporte ses deux simples à Limoges contre Parmentier et Mladenovic et contribue au retour de l'Allemagne dans le groupe mondial de Fed Cup. Elle s'incline ensuite au premier tour de Dubai en 3 sets contre Errani avant d'atteindre le troisième tour à Indian Wells (battue sèchement 6-1 6-2 par Nadia Petrova) et d'être défaite d'entrée à Miami par la Wild Card Ajla Tomljanovic. La saison sur terre battue voit Julia Goerges subir de nombreuses éliminations précoces : troisième tour à Charleston, 1er tour à Katowice, deuxième tour à Stuttgart, 1er tour à Oreias et deuxième tour à Madrid et Rome. À Bruxelles après une victoire contre l'Américaine Coco Vandeweghe (6-1 7-5) elle doit abandonner contre Romina Oprandi. Malgré des entraînements peu concluants, la native de Bad Odesloe décide de s'aligner à Roland Garros et perd 7-6(6) 6-0 contre Zuzana Kucova (joueuse alors non classée et bénéficiant d'un classement protégée). Elle est ensuite battue au deuxième tour de Nuremberg contre Petkovic et s'incline d'entrée à Wimbledon contre Mariana Duque-Marino. Elle débute la tournée américaine par quatre défaites au premier tour et doit attendre New Haven et une victoire contre Bojana Jovanovski (6-2 4-6 7-5) pour mettre fin à l'hémorragie. Elle s'incline toutefois au tour suivant contre Sloane Stephens (7-5 2-6 6-1) et est éliminée sans gloire au premier tour de l'US Open par la locale Mc Hale (6-4 6-3). Après n'avoir remporté qu'un seul match durant la tournée asiatique (contre la japonaise Misaki Doi), elle termine la saison par une défaite à Linz contre l'Italienne Giorgi (6-2 6-3)[16].

2014. Sortie du top 100 et résultats en dents de scie.

Elle débute la saison à Auckland; après une victoire dans le tie-break du troisième set contre l'Italienne Karin Knapp (8), elle subit la loi de la 204 dème mondiale Sachie Ishizu. Repêché comme lucky loser à Sydney elle perd ensuite contre Caroline Wozniacki. Sa première victoire contre une joueuse du top 10 en Grand Schelem contre Sara Errani 6-3 6-2 semble annoncer le retour de jours meilleurs. Elle s'incline cependant au tour suivante contre l'Américaine Lauren Davis (7-5 2-6 6-4) et sort pour la première fois depuis juillet 2009. Une demi-finale à Pattaya lui permet cependant de retrouver rapidement sa place dans les 100 meilleurs. Après sur victoire sur Luksika Khumkhum et avoir bénéficié de l'abandon de Svetlana Kuznetsova, elle domine Elena Vesnina en trois sets avant d'être battue par la Tchèque Karolina Pliskova. Julia atteint ensuite les deuxièmes tour des tournois d'Acapulco et d'Indian Wells. À Miami elle ne parvient pas à se qualifiée pour le tableau final. Sa saison sur terre battue débute par une défaite contre Virgine Razzano et un deuxième tour à Stuttgart avec une victoire sur Sorana Cistea. À Madrid elle sort des qualifications mais ne peut rien contre Simona Halep tandis qu'à Rome elle est éliminée une nouvelle fois par Lauren Davis. À Strasbourg elle regagne un peu de couleurs en battant Sloane Stephens et Lauren Davis avant d'être battue par Madison Keys. À Roland Garros, après une victoire sur Larcher De Brito, elle est défaite en trois sets par la future demi-finaliste Eugénie Bouchard. Wimbledon ne lui sourit pas davantage : elle perd d'entrée en deux tie-breaks contre Lucie Safarova. Parès n'avoir remporté qu'un seul match à Bad Gastein et Bastad elle s'envole pour l'Amérique du Nord. Éliminée d'entrée à Washington, elle ne parvient pas à se qualifier pour le grand tableau à Cincinnati et Montreal. À l'US Open elle est également battu d'entrée par Flavia Penetta. Elle atteint toutefois les demi-finales du tournoi de Québec (sans cependant battre sur sa route une seul top 100) avant de terminer sa saison sur deux nouvelles défaites au premier tour contre Varvara Lepchenko et Andrea Mitu[17].

2015. Deux huitièmes en Grand Chelem et fin de collaboration avec Sascha Nensel

Julia Görges à Eastbourne en 2015.

Elle dispute le tournoi d'Auckland pour démarrer sa saison, parvient jusqu'en quart de finale avant de se faire éliminer par Caroline Wozniacki (6-4, 6-4). À l'Open d'Australie, elle réalise un super parcours en parvenant jusqu'aux huitièmes de finale, pour cela elle bat Belinda Bencic, Klára Koukalová et Lucie Hradecká avant de buter sur Ekaterina Makarova, future demi-finaliste (6-3, 6-2).

À Dubaï, repêchée comme lucky-loser, Julia malgré 4 balles de matches s'incline 2-6 7-6(3) 6-4. L'Allemande atteint ensuite les quarts de finale à Kua Lumpur (battue 7-6(5) 7-5 par Alexandra Dulgheru) et s'incline au premier tour d'Indian Wells contre Heather Watson 6-4 5-7 6-3. À Miami elle bat Jana Cepelova (6-1 6-0) avant de s'incliner 7-6(1) 6-7(5) 6-4 contre Sabine Lisicki. Alignée en demi-finale de Fed Cup contre la Russie, Julia est dominée sur un double 6-4 par la Russe Svetlana Kuznetsova. L'équipe allemande est battue 3-2 à Sochi. La saison sur terre battue débute à Stuttgart par une douloureuse défaite 3-6 6-3 7-5 contre Belinda Bencic dans laquelle l'Allemande a eu plusieurs balles de matches. Battue d'entrée à Prague, Julie Goerges sort des qualifications à Madrid, bat au premier tour Marina Erakovic (une autre qualifiée) 6-1 0-6 6-4 puis s'incline contre Carla Suarez Navarro 6-3 7-5. Après une défaite au premier tour des qualifications de Rome elle sort de sa torpeur à Roland-Garros, où elle parvient à aller en huitième de finale. Au premier tour elle bat Coco Vandeweghe (6-2 5-7 6-1), puis au tour suivant la 5e mondiale Caroline Wozniacki (6-4, 7-64) et au troisième Irina Falconi (6-4 6-1). Cependant son parcours s'arrête nettement (6-2, 6-2) face à l’Italienne Sara Errani, finaliste en 2012. La saison sur gazon aboutit à un nouveau fiasco avec deux défaites au premier tour sans le moindre set remporté[18].

Après deux deuxième tour à Bucarest et Bad Gastein, elle bat en tant que lucky-loser Zarina Diyas (2-6 6-1 7-5) puis est vaincue (7-5 6-3) par Agnieszka Radwanska. Sortie des qualifications à Cincinnati elle subit la loi d'Andrea Petkovic (6-4 6-2). Après une nouvelle élimination au premier tour de l'US Open, la quatrième de rang, Julia Goerges annonce quelques jours plus tard mettre fin à sa collaboration avec son entraîneur depuis près de 7 ans Sascha Nensel[19]. C'est sans entraîneur quelle termine poussivement la saison. En Asie elle est battue au deuxième tour du tournoi de Séoul, puis sort des qualifications à Wuhan où elle parvient à franchir un tour en battant (6-3 6-3) Alizée Cornet. Battue ensuite par la future gagnante de l'épreuve Venus Williams (6-4 6-3). Sa saison se termine enfin par deux défaites au premier tour à Pékin et Linz[18].

2016. Nouvelle équipe et qualification pour les Masters de double

Fin d'année 2015, l'Allemande annonce avoir engagé Michael Geserer (ancien coach de Philipp Kohlschreiber) comme entraîneur et Florian Zitzelsberger comme préparateur physique. Elle quitte également le nord de l'Allemagne pour venir s'installer à Ratisbonne dans le sud du pays[20].

Julia Goerges commence l'année 2016 de très bonne manière, en atteignant la finale à Auckland, sa première depuis octobre 2012. Elle élimine sur sa route : Lucie Hradeka (6-0 6-3), Barbora Strycova (6-4 7-67), Nao Hibino (6-73 6-2 6-4) et Tamira Passez (6-4 6-2) avant de céder (7-5 6-2) face à Sloane Stephens. Elle atteint les demi-finales de l'Open d'Australie aux côtés de Karolina Pliskova, mais n'aura pas pu dépasser le second tour en simple, éliminée par sa partenaire de double. À Dubai elle dispose de Svetlana Kuztensova (6-1 6-0). Au deuxième tour sur sa lancée elle mène rapidement 6-2 3-0 contre Barbora Strycova avant de complètement craquer mentalement et n'inscrire plus qu'u jeu sur l'ensemble de la partie. À Doha Svetlana Kuznetsova prend sa revanche sur un double 6-3. Après une élimination au premier tour d'Indian Wells des oeuvres de Giorgi, Julia Goerges se reprend à Miami en atteignant pour la première fois le troisième tour : elle domine Nao Hibino (7-66 6-4) et surtout Samantha Stosur (3-6 6-4 6-1) avant de baisser pavillon face à la numéro 5 mondiale Simona Halep (6-4 6-1). Après un deuxième tour de Stuttgart et une élimination en qualification à Madrid, la Teutonne se qualifie pour le tableau de Rome ou elle s'incline toutefois contre Lesia Tsurenko après avoir servit pour le match (1-6 7-65 6-3). À Nuremberg, Julia Goerges —après deux victoires contre Christina Dinu (6-1 6-2) et Yulia Putintseva (6-4 6-2) et l'abandon de Lesia Tsurenko— se qualifie pour les demi-finales où elle toutefois battue (3-6 6-4 7-64) par la néerlandaise Kiki Bertens. Elle signe ensuite à Roland-Garros une victoire probante contre la britannique Johanna Konta (6-2 6-3) mais doit ensuite s'incliner après un match d'une exceptionnelle qualité contre la future championne olympique Monica Puig (7-5 6-74 5-7). La saison se gazon se solde comme d'habitude par deux défaites au premier tour sans le moindre set remporté. Après une défaite au deuxième tour à Gstaad, Julia Goerges rebondit à Bastad en se qualifiant pour le dernier carré après avoir remporté ses trois matches menées un set à zéro. Victime d'une légère déchirure musculaire à la cuisse elle doit toutefois abandonner en demi-finale contre sa compatriote Laura Siegemund (4-6 6-3 4-0 ab.). Rétablie de toute justesse elle dispute les qualifications de Cincinnati et s'incline sur un double 6-4 contre la Japonaise Naomi Osaka. À l'US Open elle remporte un match pour la première fois depuis 2012 : elle bat Yanina Wickmayer (6-3 6-2) avant d'être éliminée (6-2 6-3) par l'Américaine Venus Williams. Après une décevante défaite au premier tour du tournoi de Québec; l'Allemande, lors de la tournée asiatique, sort à chaque fois des qualifications mais ne peut remporter le moindre match dans le grand tableau : elle s'incline (6-0 6-4) contre Daria Kasatkina et (4-6 6-3 6-4) contre Caroline Garcia. Après un deuxième tour à Linz, Julia Goerges atteint les demi-finales d'un tournoi premier pour la première fois depuis février 2012. En effet, au tournoi de Moscou, elle bat successivement Danka Kovinic (7-63 6-3), Elena Vesnina (7-5 6-0) et Daria Kasatkina (7-5 6-1) avant d"être défaite (7-5 6-1) par Daria Gavrilova. La saison est toutefois embellie par la première qualification de sa carrière pour les masters de double après notamment une finale à Indian Wells et deux demi-finales à l'Australian Open et Wimbledon.

2017. Trois finales International, titre Premier à Moscou et titre au Masters bis de Zhuhai, meilleur classement en carrière

Lors de l'année 2017, elle parvient en finale de trois tournois de catégorie International en juin et juillet, sur trois surfaces différentes (gazon, terre battue et dur), échouant à chaque fois à remporter le titre. D'abord à Majorque, battant notamment la tête de série numéro 1, Anastasia Pavlyuchenkova (6-1, 6-2), puis sa compatriote Sabine Lisicki (6-2, 6-4) et Catherine Bellis (6-1, 6-1), mais s'inclinant (4-6, 6-3, 3-6) face à Anastasija Sevastova[21]. Puis à Bucarest en passant des joueuses plus modestes mais perdant des sets contre Alexa Glatch et Ana Bogdan au cours de sa semaine ; avant d'être vaincue à la fin (3-6, 5-7) par la locale, Irina-Camelia Begu. Enfin à Washington, passant sur le fil le second tour face à la Belge Alison Van Uytvanck (3-6, 6-3, 7-69), Monica Niculescu et sa compatriote Andrea Petkovic (5-7, 6-4, 7-5) dans un match physique et serré de plus de deux heures et demi[22]. Elle baissera pavillon en finale au terme d'un autre gros match intense, un combat contre la Russe Ekaterina Makarova (6-3, 62-7, 0-6) après le gain de la première manche[23].

Julia Görges à Washington en 2017.

Sur le dur américain, à Cincinnati, elle vainc d'entrée de tournoi la 10e mondiale, Agnieszka Radwańska (6-4, 6-4)[24], puis la qualifiée Françoise Abanda et surtout la 4e mondiale, Elina Svitolina (7-5, 6-4) pour se qualifier aux quarts de finale[25]. Elle est vaincue par l'Américaine Sloane Stephens (1-6, 63-7) de retour sur les courts depuis juillet[26]. Enfin à l'US Open, Julia arrive aisément jusqu'en huitième en ayant passée Annika Beck (6-1, 6-0), Zheng Saisai (6-2, 6-1) et Aleksandra Krunić (6-3, 6-3). Elle s'incline à nouveau contre Stephens (3-6, 6-3, 1-6) mais cette fois-ci contre la future lauréate de l'épreuve[27].

En octobre, elle remporte sa quatrième finale de la saison en intérieur, au tournoi Premier de Moscou et mettant fin à une disette de six ans sans titre[28]. Au cours de sa semaine, elle passe Yulia Putintseva et Lesia Tsurenko en deux sets, puis les Russes Natalia Vikhlyantseva (6-2, 2-6, 7-5) et Daria Kasatkina (6-1, 6-2) en finale[29].

Elle remporte en novembre pour son dernier tournoi de l'année, le WTA Elite Trophy (masters bis à Zhuhai). Elle bat en poules Magdaléna Rybáriková (6-1, 7-65), puis la n°10 mondiale Kristina Mladenovic (6-2, 7-64)[30]. Elle bat ensuite en demi-finale Anastasija Sevastova (6-3, 6-3) avant de battre Coco Vandeweghe en finale (7-5, 6-2) en 1 h 20 après avoir été menée 5-2 dans la première manche. Elle remporte ainsi le 4e titre de sa carrière, mais aussi le plus important[31]. Elle termine l'année sur une série de 8 victoires consécutives et lui permettant d'atteindre la 14e place mondiale, son meilleur classement en carrière, soit un bond de 4 rangs à l'issue du tournoi[32].

2018. Titre à Auckland et intégration du top 10

Julia Görges débute sa saison 2018 à Auckland. Elle parvient en finale assez aisément en disposant de Mónica Puig, Viktória Kužmová, Polona Hercog et Hsieh Su-wei. Elle bat enfin la no 3 mondiale, Caroline Wozniacki pour s'adjuger le titre (6-4, 7-64), et signe par là même sa 14e victoire consécutive sur le circuit[33]. Elle continue sa série de victoires consécutives et grâce à son titre, elle monte à la 12e place mondiale, son meilleur classement en carrière[34]. Après avoir remporté 15 matchs et 3 tournois d'affilée, sa série de succès prend finalement fin au 2e tour de l'Open d'Australie lors duquel elle est battue en 2 sets par la Française Alizé Cornet (4-6, 3-6).

Elle poursuit la compétition au tournoi de Saint-Pétersbourg, où elle retrouve le chemin de la victoire en éliminant tour à tour María Sákkari (6-2, 7-65), Roberta Vinci (7-5, 6-0) et Elena Rybakina (6-3, 6-3) avant de s'incliner en demi-finale (5-7, 6-4, 2-6) face à la Tchèque Petra Kvitová, éventuelle vainqueure du tournoi. Malgré cette défaite, elle intègre pour la première fois le top 10 à la 10e place mondiale[35]. À Doha, elle atteint les quarts de finale en ne perdant qu'un set, mais abandonne face à Petra Kvitová au cours de la seconde manche[36].

Sur terre battue au tournoi de Charleston, l'Allemande passe difficilement Kristie Ahn, puis bat Naomi Osaka et Daria Kasatkina en deux manches ; avant de battre Anastasija Sevastova (7-65, 6-3) pour arriver en finale[37]. À cause des interruption à cause de la pluie, les demies et la finale sont joué le même jour, et Görges passe complètement à côté de sa finale (2-6, 1-6) face à Kiki Bertens[38].

De retour avec de bonnes performances, elle réalise au tournoi de Wimbledon son meilleur résultat en Grand Chelem. Sur son chemin, elle bat Mónica Puig (6-4, 7-67), puis Vera Lapko en trois sets, après difficilement Barbora Strýcová (7-63, 3-6, 10-8) pour arriver en 1/8 en trois heures[39] ; avant de passer tranquillement (6-2, 6-3) Donna Vekić pour atteindre les quarts de finale[40]. Ensuite en deux heures, elle passe (3-6, 7-5, 6-1) après la perte du premier set, Kiki Bertens pour rallier le dernier carré[41]. Elle tombe en 1 h 10 contre Serena Williams (2-6, 4-6) sans avoir pu opposer de la résistance[42].

Palmarès

En simple dames

En double dames

En double mixte

Parcours en Grand Chelem

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters

En double dames

# Date Nom de l'édition ($) Surface Résultat Partenaire Ultimes adversaires Score
1 23/10/2016 BNP Paribas WTA Finals by SC Global
Singapour
7 000 000 Dur (int.) 1/4 de finale Drapeau : République tchèque Karolína Plíšková Drapeau : France Caroline Garcia
Drapeau : France Kristina Mladenovic
6-4, 6-2 Parcours

Parcours aux Jeux olympiques

Parcours en Fed Cup

Classements WTA en fin de saison

Records et statistiques

Confrontations avec ses principales adversaires

Confrontations lors des différents tournois WTA avec ses principales adversaires (5 confrontations minimum et avoir été membre du top 10)[43]. Classement par pourcentage de victoires. Situation au 28 mars 2018 :

Les joueuses retraitées sont en gris.

Joueuse Meilleur
classement
Confrontations Victoires Défaites Pourcentage
de victoires
Dernière confrontation
Drapeau : Serbie Ana Ivanović 1 6 1 5 16,7 défaite (6-1, 2-6, 3-6) à Stuttgart 2014
Drapeau : Biélorussie Victoria Azarenka 1 6 1 5 16,7 défaite (2-6, 0-6) à Rome 2013
Drapeau : États-Unis Sloane Stephens 9 6 1 5 16,7 défaite (3-6, 6-3, 1-6) à l'US Open 2017
Drapeau : République tchèque Petra Kvitová 2 6 1 5 16,7 défaite (3-6, 2-6) à la Fed Cup 2018
Drapeau : France Marion Bartoli 7 5 1 4 20 défaite (3-6, 62-7) à Pékin 2012
Drapeau : Russie Svetlana Kuznetsova 2 7 2 5 28,6 défaite (3-6, 3-6) à Doha 2016
Drapeau : Serbie Jelena Janković 1 6 2 4 33,3 victoire (2-6, 7-62, 6-1) à Rome 2017
Drapeau : Italie Sara Errani 5 5 2 3 40 défaite (2-6, 2-6) à Roland-Garros 2015
Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki 1 10 6 4 60 victoire (6-4, 7-64) à Auckland 2018
Drapeau : République tchèque Lucie Šafářová 5 5 3 2 60 victoire (6-1, 7-5) à Doha 2018
Drapeau : Espagne Carla Suárez Navarro 6 5 3 2 60 victoire (6-4, 7-65) à Miami 2017
Drapeau : États-Unis Coco Vandeweghe 9 5 3 2 60 victoire (7-5, 6-1) à Zhuhai 2017
Drapeau : Australie Samantha Stosur 4 6 5 1 83,3 victoire (4-6, 6-4, 6-4) à Indian Wells 2017

Victoires sur le top 10

Toutes ses victoires sur des joueuses classées dans le top 10 de la WTA lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Jeux olympiques
Masters
Premier
Elite Trophy
Intern'l
Fed Cup
# Drapeau : Allemagne Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score Tableau
1 no 42 Drapeau : Japon Tokyo 2010 Dur Drapeau : Australie Samantha Stosur no 7 1/16 7-5, 6-3 Tableau
2 no 32 Drapeau : Allemagne Stuttgart 2011 Terre battue (int.) Drapeau : Biélorussie Victoria Azarenka no 5 1/8 4-6, ab. Tableau
3 Drapeau : Australie Samantha Stosur no 7 1/2 6-4, 3-6, 7-5
4 Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki no 1 Finale 7-63, 6-3
5 no 27 Drapeau : Espagne Madrid 2011 Terre battue Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki no 1 1/8 6-4, 1-6, 6-3 Tableau
6 no 19 Drapeau : Émirats arabes unis Dubaï 2012 Dur Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki no 4 1/2 7-63, 7-5 Tableau
7 no 29 Drapeau : Italie Rome 2012 Terre battue Drapeau : France Marion Bartoli no 7 1/16 6-3, 6-1 Tableau
8 no 24 Drapeau : Royaume-Uni Jeux olympiques 2012 Gazon Drapeau : Pologne Agnieszka Radwańska no 2 1/32 7-5, 65-7, 6-4 Tableau
9 no 21 Drapeau : République populaire de Chine Pékin 2012 Dur Drapeau : Australie Samantha Stosur no 9 1/16 7-62, 4-6, 7-5 Tableau
10 no 73 Drapeau : Australie Open d'Australie 2014 Dur Drapeau : Italie Sara Errani no 7 1/64 6-3, 6-2 Tableau
11 no 72 Drapeau : France Roland-Garros 2015 Terre battue Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki no 5 1/32 6-4, 7-64 Tableau
12 no 37 Drapeau : États-Unis Cincinnati 2017 Dur Drapeau : Pologne Agnieszka Radwańska no 10 1/32 6-4, 6-4 Tableau
13 Drapeau : Ukraine Elina Svitolina no 4 1/8 7-5, 6-4
14 no 18 Drapeau : République populaire de Chine Zhuhai 2017 Dur (int.) Drapeau : France Kristina Mladenovic no 10 Poules 6-2, 7-64 Tableau
15 no 14 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland 2018 Dur Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki no 3 Finale 6-4, 7-64 Tableau
16 no 11 Drapeau : Allemagne Fed Cup 2018 Terre battue (int.) Drapeau : République tchèque Karolína Plíšková no 6 1/2 6-4, 6-2 Tableau

Notes et références

  1. a, b et c (en) « Getting to know Julia Goerges », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  2. (en) « Gorgous victory for Goerges », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  3. « La victoire pour Goerges », sur https://www.lequipe.fr, (consulté le 13 juillet 2011)
  4. (en) « Goerges Reaches Second Tour Final », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  5. (en) « Unstoppable Goerges stuns no 1 in Stuttgart », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 13 juillet 2011)
  6. (en) « Azarenka injures shoulder, retires in Stuttgart », sur http://www.tennis.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  7. (en) « Goerges upsets Stosur in semi-finals Wozniacki up next », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  8. « Goerges s'offre Wozniacki », sur https://www.lequipe.fr, (consulté le 13 juillet 2011)
  9. « Wozniacki à la trappe », sur https://www.lequipe.fr, (consulté le 13 juillet 2011)
  10. (en) « Goerges ends strong beats world no 1 again », sur https://www.lequipe.fr, (consulté le 10 juillet 2011)
  11. a et b « Julia Goerges forfait pour le Brussels Ladies Open », sur http://www.7sur7.be, (consulté le 13 juillet 2011)
  12. a et b (en) « Goerges sends defending champion packing », sur http://www.asbclassic.co.nz, (consulté le 30 janvier 2012)
  13. (en) « Radwanska conquers Dubai, secures No.5 », sur http://www.wtatennis.com, (consulté le 25 février 2012)
  14. (de) Cai-Simon Preuten, « Haas geht als Gentleman, Görges als Zicke », Abendblatt,‎ (lire en ligne)
  15. (de) « Deutsches Fräulein-Wunder sucht das Limit », sueddeutsche.de,‎ (ISSN 0174-4917, lire en ligne)
  16. (en) admin, « Julia Goerges », WTA Tennis,‎ (lire en ligne)
  17. (en) admin, « Julia Goerges », WTA Tennis,‎ (lire en ligne)
  18. a et b (en) admin, « Julia Goerges », WTA Tennis,‎ (lire en ligne)
  19. (de) « Julia Görges trennt sich von Trainer Sascha Nensel » [« Julia Görges se sépare de l'entraîneur Sascha Nensel »], B.Z.,‎ (lire en ligne)
  20. (de) Deutscher Tennis Bund, « Julia Görges verpflichtet Michael Geserer als neuen Coach », Deutscher Tennis Bund,‎ (lire en ligne)
  21. « Anastasija Sevastova remporte le tournoi de Majorque », sur L’Équipe, .
  22. « Washington : Julia Goerges en finale après sa victoire face à Andrea Petkovic », sur L’Équipe, .
  23. « Fin de disette pour Ekaterina Makarova, sacrée à Washington », sur L’Équipe, .
  24. (en) « In-form Goerges knocks Radwanska out of Cincinnati », sur wtatennis.com, .
  25. (en) « Goerges snaps Svitolina streak to reach Cincinnati QF », sur wtatennis.com, .
  26. (en) « Stephens surge continues in Cincinnati », sur wtatennis.com, .
  27. « US Open : Sloane Stephens en quarts de finale », sur L’Équipe, .
  28. « Moscou : Görges met fin à une disette de six ans », sur Eurosport, .
  29. (en) « Goerges into fourth final of the year at Kremlin Cup », sur L’Équipe, .
  30. « Masters bis : Kristina Mladenovic s'incline face à Julia Goerges », sur L’Équipe, .
  31. « Julia Goerges remporte le Masters bis », sur L’Équipe, .
  32. « Julia Goerges occupe le meilleur classement de sa carrière après sa victoire au Masters bis », sur L’Équipe, .
  33. « Auckland : Julia Goerges remporte la finale face à Caroline Wozniacki », sur L’Équipe, .
  34. « Tennis: Wozniacki 2e, Svitolina dans le Top 4 du classement WTA », sur liberation.fr, .
  35. (de) « Görges et Kerber rejoignent Graf et Huber », sur lagazettedemontpellier.fr, .
  36. « WTA - Doha - Kvitova file en demies sur abandon de Goerges », sur tennisactu.net, .
  37. « Charleston : Julia Goerges défiera Kiki Bertens en finale », sur L’Équipe, .
  38. « WTA Charleston : Le titre pour la Néerlandaise Kiki Bertens », sur Eurosport, .
  39. « Julia Goerges qualifiée pour les huitièmes aux dépens de Barbora Strycova », sur L’Équipe, .
  40. « Wimbledon : Julia Goerges en quarts pour la première fois », sur L’Équipe, .
  41. « Serena Williams grande favorite, opposition de styles entre Angelique Kerber et Jelena Ostapenko », sur Eurosport, .
  42. « Serena Williams en finale après sa victoire sur Julia Görges (6-2, 6-4) », sur Eurosport, .
  43. (en) « WTA tour : Head-to-Head, outil de comparaison des confrontations entre joueurs. », sur WTA Tour,

Voir aussi

Liens externes