Jules Miot

Jules Miot
Illustration.
Fonctions
député 1849-1851
Gouvernement IIe République
Groupe politique Montagne (1849)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Autun (Saône-et-Loire)
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès Saint-Maur (Seine)
Profession pharmacien
Résidence Nièvre

Jules Miot, né à Autun (Saône-et-Loire) le [1] et mort le à Saint-Maur-des-Fossés[2], est un homme politique français démocrate-socialiste et une personnalité de la Commune de Paris.

Biographie

Tombe de Jules Miot à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

Fils de pharmacien, il ouvre sa propre officine à Moulins-Engilbert (Nièvre) et exerce toujours cette activité lorsqu'il est élu député à l'Assemblée législative en 1849. Il est déporté en Algérie à la suite du coup d'État du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte. Gracié en 1860, il fonde à Paris le journal Le Modéré et une société secrète anti-bonapartiste. Il est arrêté et purge une peine de trois ans de prison pour complot. Il s'installe à Londres où il adhère à l'Association internationale des travailleurs.

Après la proclamation de la Troisième République le , il revient à Paris. Le , il est élu au Conseil de la commune par le XIXe arrondissement, il siège à la commission de l'Enseignement. C'est lui qui a l'idée du Comité de Salut public en 1871.

Après la Semaine sanglante de , Jules Miot se réfugie en Suisse après avoir été condamné à mort par contumace par le conseil de guerre. Rentré en France après l'amnistie de 1880, il finit son existence en menant une vie discrète de rentier. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (52e division)[3].

Notes et références

  1. Archives départementales de Saône-et-Loire, état-civil numérisé d'Autun, année 1809, acte de naissance N°235, image 52 de la numérisation.
  2. Archives départementales du Val-de-Marne, état-civil numérisé de Saint-Maur-des-Fossés, années 1881-1884, acte de décès N°119 de l'année 1883, image 385 de la numérisation.
  3. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 253

Voir aussi

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection Champs, 1978 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « Jules Miot », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes