Jules César (Shakespeare)

Jules César
Image illustrative de l’article Jules César (Shakespeare)
Première page de Jules César,
seconde édition (1632)

Auteur William Shakespeare
Pays Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Genre Tragédie
Version originale
Langue Anglais
Titre Julius Caesar
Éditeur Edward Blount, William et Isaac Jaggard
Lieu de parution Londres
Date de parution 1623 (Premier Quarto)
Date de la 1re représentation septembre 1599
Lieu de la 1re représentation Globe Theatre

Jules César (Julius Caesar) est une tragédie de William Shakespeare, probablement écrite en 1599 et publiée pour la première fois en 1623. Montée pour l'ouverture du Globe Theatre à Londres, elle relate la conspiration contre Jules César, son assassinat et ses conséquences.

Personnages

Triumvirs après la mort de César

Conspirateurs contre Jules César

Sénateurs

Partisans de Pompée

  • Flavius
  • Marullus

Amis de Brutus et Cassius

Serviteurs et officiers de Brutus

  • Lucius
  • Varrus
  • Clitus
  • Claudio
  • Straton
  • Dardanius

Serviteur de Cassius

  • Pindarus

Citoyens

Autres

  • Calpurnia, épouse de César.
  • Portia, épouse de Brutus.
  • Le Spectre de César.
  • Sénateurs, Gens du Peuple, Soldats, Serviteurs...

Argument

La pièce s'ouvre avec deux tribuns, Flavius et Murellus, découvrant que le peuple de Rome célèbre le retour victorieux de Jules César, vainqueur de la Guerre civile contre Pompée. Les deux tribuns blâment la versatilité du peuple, qui célébrait Pompée lorsqu'il se trouvait à la place de son rival. Ils tentent de disperser la foule et se donnent pour mission de dépouiller les statues de leurs décorations. Durant la fête de Lupercale, César défile en triomphe dans Rome ; un devin l'avertit contre le danger qui le menace le jour des Ides de Mars, mais César l'ignore. Par ailleurs Cassius tente de convaincre Brutus de se joindre à sa conspiration pour renverser César. Brutus hésite, tiraillé entre son affection pour César et la crainte que celui-ci abuse de son pouvoir, remettant en cause la liberté du peuple romain. Casca rejoint les deux hommes et relate un incident survenu durant le défilé : Marc Antoine a offert à trois reprises une couronne à César, celui-ci la refusant à chaque fois, manifestement à contre-cœur, suscitant les acclamations du peuple. César est si irrité par cet incident qu'il tombe évanoui. Par ailleurs, Casca révèle que Flavius et Murellus ont été réduits au silence pour avoir dépouillé les statues de leurs ornements. Au cours d'un monologue, Cassius révèle son projet de forger des fausses lettres du soutien du peuple romain envers Brutus pour l'inciter à rejoindre la conspiration. Cette même nuit, Casca rencontre Cicéron et lui relate différents événements surnaturels survenus dans la Cité. Les différents conspirateurs se rencontrent et réaffirment leur détermination face au projet du Sénat d'instituer César roi.

Postérité

Dans le monde anglophone, la réplique de cette pièce « Et tu, Brute? » (« Et toi, Brutus ? ») (acte III, scène 1, vers 77) est utilisée pour invectiver celui qu'on accuse de trahison à l'instar de Tu quoque mi fili.

Adaptations

Au cinéma

À la télévision

En musique

Lien externe