Juche

Juche
Juche
Image illustrative de l'article Juche
La Tour du Juche à Pyongyang.

Hangeul 주체사상
Hanja 主體思想
Romanisation révisée Juche sasang
McCune-Reischauer Chuch'e sasang

Le juche (en coréen, chosongeul : 주체사상 ; hanja : 主體思想, romanisation révisée : juce sasang, littéralement, pensée (sasang) du sujet principal (juce), parfois djoutché[1] en français ; prononcé /tɕu.tɕʰe/ en coréen) est une idéologie autocratique[2] développée par le président de la Corée du Nord Kim Il-sung et qui fonde le régime de la République populaire démocratique de Corée. Elle guide les activités du Parti du travail de Corée, dominant en Corée du Nord, et du Front démocratique national anti-impérialiste en Corée du Sud et a vocation à diriger le destin de chaque citoyen. L'idéologie du juche est accompagnée par une propagande intensive, dont l'un des aspects les plus saillants est un culte de la personnalité autour de la « dynastie Kim ».

Cette idéologie prône le mouvement de la nation vers le « jaju » (l'indépendance), à travers la construction du « jarip » (économie nationale) et l'accent sur le « jawi » (autodéfense), afin d'établir le socialisme. Cette idéologie est portée par trois axes : l'autonomie militaire, l'autosuffisance économique et l'indépendance politique[3].

Histoire

Cette idéologie a été baptisée ainsi par un de ses principaux théoriciens, le Nord-Coréen Hwang Jang-yop. Celui-ci fait d'ailleurs défection, en se réfugiant à l'ambassade de Corée du Sud à Pékin en février 1997[4].

Kim Il Sung, le fondateur de l'idéologie du juche.

La doctrine du juche reprend les idées du communisme, qui prône une société sans classes et repose également sur le principe d'indépendance politique, d'autosuffisance économique et d'autonomie militaire. Elle a comme objectif la réunification avec la Corée du Sud. Selon le discours officiel de la Corée du Nord, « la prémisse idéologique et théorique des idées du juche réside dans l’idéologie et l’aspiration marxiste-léninistes ». La doctrine du juche constitue cependant « une nouvelle idéologie révolutionnaire originale », Kim Il-sung ayant perçu les limites historiques du marxisme-léninisme, « découvert les nouveaux principes de la révolution » et « formé le noyau des idées du juche, idées révolutionnaires de la souveraineté »[5]. En 1980, la charte du Parti du travail de Corée a révisé sa charte pour remplacer les concepts de Marx et Lénine par ceux de Kim Il-sung[6]. La Constitution du 9 avril 1992 supprime toute référence au marxisme-léninisme et à la dictature du prolétariat, et accentue les références au concept coréen de juche[7]. Dans sa version datant de 2009, le préambule de la Constitution définit la République populaire démocratique de Corée comme « la patrie socialiste du juche incarnant les idées et les directives du président Kim Il Sung, grand Leader » ; cette version supprime toute référence au communisme et introduit également le concept de Songun, dû à Kim Jong-il[8]. Les statues de Marx et Lénine qui figuraient sur la place Kim Il-sung ont été retirées en 2012[6]. Certains livres traitant de Marx ou de Lénine sont désormais interdits dans le pays, car ils pourraient servir à remettre en question l'idéologie du juche[9].

D'après le site officiel Naenara, « les idées du juche peuvent se résumer à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir. Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l'homme est maître de tout et décide de tout. Les idées du juche présentent une conception du monde axée sur l'homme et une philosophie politique visant à réaliser la souveraineté des masses populaires, c'est-à-dire une philosophie précisant le fondement de la politique qui permet de conduire la société à son développement par la voie la plus droite[10]. »

La politique de songun a été développée par Kim Jong-il depuis 1995 comme prolongement des idées du juche.

À l'occasion du 70e anniversaire du président Kim Il-sung, en 1982, la tour du Juche a été érigée à Pyongyang.

En 1995 est érigé à Pyongyang le monument à la fondation du parti représentant un marteau, un pinceau et une faucille, symboles du Parti du travail de Corée et des idées du juche. Ces trois attributs représentent respectivement l'ouvrier, l'intellectuel et le paysan[11].

Notes et références

  1. Constitution du 5 septembre 1998., sur le site de l'Université de Perpignan.
  2. Voir Développement économique, sur le site ledevoir.com du 26 avril 2013, consulté le 6 décembre 2015
  3. http://coreedunord.e-monsite.com/pages/non.html
  4. Philippe Grangereau, Au pays du Grand Mensonge. Voyage en Corée du Nord, Payot, 2003 p. 76
  5. Naenara - Idées du juche
  6. a et b (en) Julian Ryall, « Lenin and Karl Marx statues removed from North Korea's Kim Il-sung Square », sur telegraph.co.uk, (consulté le 9 septembre 2017).
  7. « République populaire démocratique de Corée. Constitution du 9 avril 1992. », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 9 septembre 2017).
  8. « République populaire démocratique de Corée. Constitution du 5 septembre 1998. (version de 2009) », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 9 septembre 2017).
  9. (en) "North Korea's storytelling autocrats", BBC News, 19 février 2014
  10. L'idéologie directrice
  11. Non trouvé le 6 décembre 2015, sur le site kcna.co.jp.

Articles connexes