Joy (film)

Joy
Description de l'image Logo de Joy.png.
Réalisation David O. Russell
Scénario David O. Russell
d'après une histoire d'Annie Mumolo et David O. Russell
Acteurs principaux
Sociétés de production Davis Entertainment
Annapurna Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Biographie
Durée 124 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Joy est un film américain réalisé par David O. Russell, sorti en 2015. Écrit par Russell et Annie Mumolo, Joy raconte l'histoire de Joy Mangano, mère célibataire de deux enfants, inventrice du balai-serpillière auto-essorant Miracle Mop dans les années 1990.

Synopsis

Aux États-Unis, dans le Massachusetts des années 1980, Joy est une jeune mère célibataire de deux enfants, qui doit également faire tourner une maison dans laquelle son ex-mari, chanteur de cabaret, vit au sous-sol et sa mère passe la journée devant des soap operas. Son père Rudy, responsable d'un garage de camions, débarque un beau jour, rejeté par sa compagne et doit cohabiter avec son ex-gendre qu'il n'apprécie guère. Il part à la recherche d'une nouvelle conquête, et rencontre rapidement Trudy, veuve fortunée. À l'occasion d'une sortie sur le voilier de Trudy, Joy doit nettoyer les verres de vin brisés sur le pont en teck. Cela lui donne l'idée d'un balai-serpillère auto-essorant. Dans le garage de son père et avec l'aide financière de Trudy, elle monte un atelier d'assemblage, à partir de pièces qu'elle trouve à faire fabriquer en Californie. Une relation de son ex-mari lui permet de rencontrer Neil Walker, directeur d'une toute nouvelle activité télévisuelle de vente de produits. Joy convainc Neil et obtient la présentation de son balai par le présentateur vedette de la chaîne de télé-achat. Mais l'essai en direct est un fiasco total. Joy revient à la charge et arrache de pouvoir présenter elle-même son produit : le succès est alors au rendez-vous.

Le fabricant californien décidant d'augmenter ses tarifs au risque de faire péricliter l'entreprise, Joy part à sa rencontre et découvre que la société, dans les mains d'un homme d'affaires texan, a fait breveter son invention. Elle tente de récupérer ses moules mais est expulsée par la police. Légalement sans aucun recours, Joy, désespérée, est poussée par sa famille à se déclarer en faillite. Malgré tout, l'étude minutieuse de ses contrats et des rapports comptables l'amène à la conclusion qu'elle est victime de plusieurs fraudes de la part de l'homme d'affaires texan. Elle va le rencontrer à Dallas et réussit à le faire plier. Ce sera le début de sa réussite.

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage et version québécoise (VQ) sur Doublage qc.ca[8]

Production

Développement et choix des acteurs

En janvier 2014, il est annoncé que le projet à venir David O. Russell est la réécriture et la réalisation d'un film de fiction sur la vie de l'entrepreneuse Joy Mangano, une mère célibataire de trois enfants en difficulté vivant à Long Island[9], dont un script a été écrit par Annie Mumolo[10]. Russell a porté son choix sur Jennifer Lawrence pour l'incarner dans un projet produit par John Davis et John Fox pour Davis Entertainment , en collaboration avec Ken Mok, pour la 20th Century Fox qui détient les droits de distribution[9]. En novembre 2014, Russell déclare qu'il s'agit d'une « excellente occasion de faire quelque chose que ni Jennifer, ni moi ayant fait auparavant », ajoutant qu'il aimerait que Robert de Niro tienne un rôle et de créer un personnage pour que Bradley Cooper y participe[11]. Le , De Niro est en pourparlers pour refaire équipe avec Russell et Lawrence, afin de jouer le père de Mangano[12]. Le trio avait déjà travaillé auparavant sur Happiness Therapy et American Bluff, dans lequel De Niro fait une brève apparition[10]. Le , De Niro est confirmé au casting[10].

Début décembre 2014, Bradley Cooper fait officiellement partie de la distribution, jouant un cadre chez QVC aidant le personnage principal en lui offrant un coup de pouce pour le Miracle Mop[13]. Le , Édgar Ramírez est engagé pour jouer le rôle de l'ex-mari de Joy[14], tandis que d'autres membres supplémentaires de la distribution, y compris Isabella Rossellini, Diane Ladd et Virginia Madsen dans des rôles non spécifiées, ont été révélés le [15] .

Tournage

Le tournage de Joy débute en après que Robert De Niro ait terminé de tourner Dirty Papy[10]. Le tournage devait initialement commencer le à Boston dans le Massachusetts, devenant le troisième long-métrage de David O. Russell à être filmé dans la ville[16],[17], mais en raison de la neige, il est reporté au , au Federal Street à Wilmington, également dans le Massachusetts, pour une durée de sept jours[18],[19]. Les prises de vues ont commencé à Boston le [15],[20],[21]. Le film est tourné à Wilmington jusqu'au [22]. Le , Jennifer Lawrence a tenu à démentir sur son compte Facebook les rumeurs d'altercations entre Russell et elle, en écrivant que « David O. Russell est l'un de mes amis les plus proches et nous avons une collaboration de travail incroyable. J'adore cet homme et il ne mérite pas ces bobards de tabloïds. Le film se passe bien et je m'amuse en le tournant »[23],[24].

Après Wilmington, la production s'est déplacé à North Reading, où le tournage s'est déroulé entre le 2 et 4 mars 2015[25] et le 11 et 12 mars 2015[26].

Sortie

Critique

Dans les pays anglophones, Joy obtient un accueil mitigé des critiques professionnels, obtenant 60% sur le site Rotten Tomatoes, pour 197 critiques et une moyenne de 6,310[27], notant dans son consensus que le film bénéficie d'« une solide performance de Jennifer Lawrence », mais que l'approche du réalisateur David O. Russell par rapport à l'histoire est « instable »[27]. Le site Metacritic, quant à lui, lui attribue un score de 56100, pour 48 critiques[28].

En France, le film obtient sur le site AlloCiné une moyenne de 3,15 pour 26 critiques.

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis[30] 56 451 232 $ 12
Drapeau de la France France[31],[32] 512 726 entrées 9
Monde Mondial[30] 101 134 059 $ 16

Joy n'a pas rencontré de véritable succès commercial, rapportant que plus de 101 134 000 $ de recettes mondiales, dont plus 56 451 000 aux Etats-Unis, pour un budget estimé à 60 000 000 $[30].

Sur le territoire américain

Sorti le dans 2 896 salles sur le territoire américain, Joy prend la troisième place du box-office le jour de sa sortie avec 6 850 000 $ de recettes estimées, selon le site Box Office Mojo[30]. Il conserve cette troisième place pour son premier week-end d'exploitation avec 17 015 168 $[30]. Le film se place à la seconde place des meilleurs démarrages en sortie nationale de David O. Russell devant Les Rois du désert et derrière American Bluff, qui avait connu une sortie limitée avant d'être distribué largement sur le territoire américain[33]. Bien que n'étant pas distribué au-delà de 2 924 salles, Joy ne réédite pas les triomphes commerciaux de Happiness Therapy, dont le succès s'est fait sur la durée avec un bouche-à-oreille favorable[34] et American Bluff, qui avait atteint 129 millions de $ de recettes en sept semaines[35] alors que Joy n'a atteint que 55 millions à la même période. Finalement, l'exploitation américaine de Joy s'arrête après douze semaines avec 56 451 232 $, alors qu'il n'a pas rentabilisé son budget de production[30]. C'est la première fois depuis Fighter que le réalisateur n'atteint pas les 100 millions de dollars de recettes sur le territoire américain[36].

Dans les pays étrangers

À l'international, le long-métrage totalise 44 682 827 $, portant le total des recettes mondiales à 101 134 059 $[30]. Il réalise ses meilleures recettes au Royaume-Uni (6 850 975 $)[30], en Australie (5 828 619 $)[30], en France (3 323 140 $)[30], en Espagne (3 137 235 $)[30] et dans une moindre mesure en Italie (2 792 298 $)[30], en Allemagne (2 204 519 $)[30], au Mexique (1 409 739 $), au Brésil (1 358 552 $)[30], à Taiwan (1 188 104 $)[30] et en Corée du Nord (1 160 224 $)[30].

Sur le territoire français

En France, où il est distribué dans 264 salles cinq jours après sa sortie américaine, Joy démarre à la sixième place du box-office avec 236 272 entrées, score relativement inférieur à Happiness Therapy et American Bluff, précédents films du quatuor Russell/Lawrence/De Niro et Cooper, qui avaient respectivement démarrés à 283 208 entrées et 279 324 entrées à la même période[37],[38]. Il atteint les 500 000 entrées en sixième semaine d'exploitation[32].

Distinctions

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. (en) Pamela McClintock, « Screenwriter Strife Hits Jennifer Lawrence's 'Joy' », (consulté le 27 mai 2016)
  2. (en) Pamela McClintock, « Making of 'Joy': How Jennifer Lawrence and David O. Russell Survived Endless Blizzards », The Hollywood Reporter, (consulté le 23 décembre 2015)
  3. (en) Anita Busch, « David O. Russell’s ‘Joy’ Gets Christmas 2015 Release Date », sur deadline.com, (consulté le 7 juin 2014)
  4. « Visa et Classification : fiche œuvre JOY », sur cnc.fr (consulté le 25 décembre 2015)
  5. « Joy - Adaptation de films », sur brunochevillard.fr (consulté le 27 mai 2016)
  6. « Fiche d'Emmanuel Denizot (voir "Mini-CV") », sur ataa.fr (consulté le 27 mai 2016)
  7. « Fiche de doublage V.Q. du film », sur Doublage qc.ca (consulté le 1er avril 2016)
  8. a et b (en) Mike Fleming Jr, « ‘American Hustle’s David O Russell, Jennifer Lawrence Circle Joy Mangano Story At Fox 2000 », Deadline.com,‎ (lire en ligne)
  9. a, b, c et d (en) Nick Vivarelli, « Robert De Niro Confirms He Will Reteam with Jennifer Lawrence and David O. Russell on 'Joy' », Variety,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Bob Fischbach, « A Q&A with David O. Russell ahead of his Omaha event », omaha.com,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Borys Kit et Tatiana Siegel, « Robert De Niro in Talks to Reteam With Jennifer Lawrence for Miracle Mop Movie », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Kenji Lloyd, « Bradley Cooper Confirmed to Reunite with Jennifer Lawrence for David O. Russell’s Joy, Melissa Leo in Talks », finalreel.co.uk,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Justin Kroll, « Edgar Ramirez Joins Jennifer Lawrence in David O. Russell’s ‘Joy’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) Colleen Park, « ‘Joy’ biopic starring Jennifer Lawrence begins filming », mynewsla.com,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Meredith Goldstein, « ‘Joy’ begins filming in Mass. on Monday », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « ‘Joy’, starring Jennifer Lawrence, Robert De Niro and Bradley Cooper, will begin filming in Boston in February », onlocationvacations.com,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Meredith Goldstein, « David O. Russell project will film in Wilmington », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Chelsea Feinstein, « Wilmington's 'Baptism' into Hollywood », lowellsun.com,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « On The Set For 2/16/15: David O. Russell Starts Lensing ‘Joy’, ‘Maze Runner 2′ Wraps & More », ssninsider.com,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Meredith Goldstein, « Jennifer Lawrence shops, dines around Boston », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Liz Taurasi, « Movie Filming Starts Thursday, Let the Celebrity Sightings Begin! », patch.com,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Jeff Sneider, « Jennifer Lawrence Denies Bad Blood With David O. Russell on Set of 'Joy' », TheWrap,‎ (lire en ligne)
  23. Stargora, « JENNIFER LAWRENCE ET DAVID O. RUSSELL SONT-ILS AMIS ? L'ACTRICE DÉMENT LES RUMEURS DE CLASHS ! », sur stargora.com, (consulté le 27 mai 2016)
  24. (en) Les Masterson, « Lawrence, DeNiro, Cooper Movie Filming in North Reading », patch.com,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « More dates announced for ‘Joy’, starring Jennifer Lawrence, filming in North Reading, MA », onlocationvacations.com,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) « Joy (2015) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 25 décembre 2015)
  27. (en) « Joy Reviews », sur Metacritic (consulté le 25 décembre 2015)
  28. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) « Joy (2015) », sur Box Office Mojo (consulté le 26 décembre 2015)
  29. « Joy (2015) », sur Jp's Box-office (consulté le 30 décembre 2015)
  30. a et b Joy - Fiche CBO
  31. « David O. Russell : Recettes américaines au box-office », sur jpbox-office.com (consulté le 13 janvier 2015)
  32. (en) « Silver Linings Playbook », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 1er avril 2016)
  33. (en) « American Hustle », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 1er avril 2016)
  34. (en) « David O. Russell Movie Box Office Results », sur Box Office Mojo (consulté le 22 avril 2016)
  35. Florestan La Torre, « Analyse du box-office semaine du 30 décembre 2015 au 5 janvier 2016 - semaine 1 », sur CBO Box-office, (consulté le 13 janvier 2016)
  36. « Jennifer Lawrence : résultats au box-office français », sur jpbox-office.com (consulté le 13 janvier 2016)

Liens externes

  • (en) Site officiel