Joseph Béjart

Joseph Béjart
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Joseph Béjart, né à Paris vers 1617 et décédé dans cette même ville le , est un comédien français du XVIIe siècle, fils aîné de la célèbre famille Béjart, dont plusieurs membres furent les compagnons de Molière depuis ses débuts jusqu'à sa mort.

Biographie

Il était le fils aîné de Joseph Béjart et Marie Hervé.

Bien qu'il fût bègue, il était comédien, et il s'associa à toutes les entreprises théâtrales de sa sœur Madeleine et de Molière. Il fut ainsi l'un des dix signataires de l'acte constitutif de l'Illustre Théâtre le . On aurait pu penser que son infirmité l'eût fait se cantonner dans des rôles effacés ou au contraire fortement marqués. Pourtant cet acte de 1643 révèle « qu'accord est fait entre Germain Clérin et Joseph Béjard (sic) qui doivent choisir alternativement les héros ». Il créa par exemple les rôles de Pandolfe dans l'Étourdi ou les Contretemps et d'Éraste dans Le Dépit amoureux.

Il fit partie de la troupe de Dufresne et Molière, en province, puis à Paris. Il tomba malade lors d'une représentation de l'Étourdi en novembre 1658[1]. Il mourut quelques jours plus tard, le 25 novembre. Il avait subi les années difficiles, mais ne put assister aux années de gloire qu'allait bientôt connaître la troupe.

Il fut également un héraldiste érudit. Il fit paraître au moins deux recueils de titres et blasons, dont l'un fut dédicacé au prince de Conti, qui l'accepta. Il gagna un peu d'argent avec ces ouvrages (2 000 livres avec le second), bien que l'édition en fut coûteuse. C'est peut-être pour cela que le bruit courut qu'à sa mort on découvrit 24 000 écus d'or.

Ouvrages

  • Recueil des titres, qualités, blasons et armoiries des prélats et barons des états du Languedoc en 1654.
  • Recueil des qualités, armes, blasons des États généraux tenus à Pézenas en 1655.

Notes et références

  1. Référence nécessaire

Sources

  • Henry Lyonnet, Dictionnaire des comédiens français, Bibliothèque de la revue Universelle Internationale Illustrée, Paris et Genève, 1902-1908
  • Pierre Larousse Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle