José Sánchez Guerra

José Sánchez Guerra
José Sánchez Guerra
José Sánchez Guerra, de Kaulak (cropped).jpg

Photographié par Kaulak

Fonctions
Député aux Cortes républicaines ()
Madrid (capitale) ()
-
Président du Conseil des ministres
-
Président du Congrès des députés
-
Juan Armada y Losada (en)
Ministre de la Gouvernance ()
-
Julio Burell y Cuéllar ()
José Bahamonde y de Lanz ()
Ministre de la Gouvernance ()
-
Ministre de l'Équipement
-
Augusto González Besada ()
Rafael Gasset Chinchilla ()
Ministre de la Gouvernance ()
-
Antonio García Alix ()
Francisco Javier González de Castejón y Elío ()
Gouverneur civil de la province de Madrid ()
-
Antonio Barroso Castillo ()
Député aux Cortes ()
Cabra ()
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Madrid
Nom dans la langue maternelle
José Sánchez-Guerra Martínez
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Partis politiques
Membre de

José Sánchez Guerra y Martinez (Cordoue, 28 juin 1859 - Madrid, 26 janvier 1935) est un homme d'État espagnol. Il devint Président du Conseil des Ministres en 1922.

Avocat et journaliste, il dirigea les publications La lberia (1885), Revista de España (1888) y El Español (1898)

Biographie

En 1886, il entama sa carrière politique en tant que député de Cabra (Córdoba) sous les couleurs du Parti Libéral de Práxedes Mateo Sagasta. Il rejoignit, par la suite, le Parti Conservateur d'Antonio Maura. Entre 1903 et 1904, il fut nommé ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du Territoire en 1908. Il occupa également le poste de gouverneur de la Banque d'Espagne entre juillet et décembre 1903, puis entre janvier 1907 et septembre 1908.

Pendant les diverses crises que traversa le Parti Conservateur, Sánchez Guerra se tint à l'écart, bien qu'il acceptât à nouveau la charge du Ministère de l'Intérieur en 1913-15 et 1917, dans les gouvernements présidés par Eduardo Dato. Au décès de celui-ci, plusieurs gouvernements conservateurs se succédèrent dont un présidé, entre mars et décembre 1922, par José Sanchez Guerra. Dans son gouvernement se retrouvaient des conservateurs mauristes et des membres de la Lliga Catalane. Il tenta de mettre fin au pistolérisme patronal à Barcelone en destituant le gouverneur civil Severiano Martínez Anido, jugé trop tolérant envers les pistoleros et sévère répresseur des groupes anarchistes barcelonais. L'assassinat de Dato avait donné des ailes à Martinez Anido qui s'était posé comme un des principaux obstacles au rétablissement de la paix sociale. Mais les remous autour du rapport Picasso, qui informait sur le désastre d'Anoual (Maroc, guerre du Rif), précipitèrent sa chute.

José Sanchez Guerra et son fils Rafael à Valence (1929)

Avec l'instauration de la dictature de Primo de Rivera, José Sanchez Guerra entra dans l'opposition. Il la critiqua d'abord avant de s'exiler en France en 1927. Il revint à Valence (Espagne) le 29 janvier 1929 pour diriger une action révolutionnaire contre le dictateur qui se solda par un retentissant échec. Se refusant à fuir, il fut arrêté mais les tribunaux le relaxèrent. Sa ferme position en faveur de la constitution fut un des facteurs qui contribua au discrédit de la dictature et de la monarchie qui en était complice.

Malgré sa critique envers la position d'Alphonse XIII, après la chute du gouvernement Dámaso Berenguer, il accepta la requête du roi et tenta de nouer un pacte avec les membres du Comité Républicain qu'il sollicita à la prison Modelo où ils étaient détenus. Bien qu'il ait été élu député du groupe conservateur favorable à la République aux élections générales du 28 juin 1931, il dut se retirer de la vie politique pour des raisons de santé.