José Manuel Caballero Bonald

José Manuel Caballero Bonald
Description de cette image, également commentée ci-après
José Manuel Caballero Bonald en 2012.
Nom de naissance José Manuel Caballero Bonald
Naissance (91 ans)
Jerez de la Frontera, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Castillan
Mouvement Génération de 50
Genres

José Manuel Caballero Bonald (Jerez de la Frontera, ) est un poète et écrivain espagnol. Militant anti-franquiste, il appartient au groupe poétique de la génération de 50, aux côtés de José Ángel Valente, José Agustín Goytisolo et Jaime Gil de Biedma, entre autres. Sa façon d'utiliser le langage et le lexique très soigneusement, ainsi que le style baroque caractérisent son œuvre. Caballero Bonald est un écrivain d'une très grande qualité littéraire, et il demeure un modèle de ce que fut l'évolution littéraire d'après-guerre[1]. Ses incursions dans la poésie, le roman, le théâtre et l'essai comptent plus de quarante œuvres.

Son œuvre a été couronnée par le Prix national des Lettres espagnoles en 2005 et par le Prix Cervantes en 2012.

Biographie

Débuts

De père cubain (Plácido Caballero) et de mère d’ascendance aristocratique française (Julie Bonald, de la famille du vicomte Louis de Bonald), il naquit et fut élevé à Jerez de la Frontera, dans la calle Caballeros[2].

Il commença ses études en 1936, dans le Colegio de los Marianistas de Jerez. Cette même année éclata la guerre Civile Espagnole, ce qui l'obligea à vivre quelque temps entre la Sierra de Cadix et Sanlúcar de Barrameda. C'est à cette époque que Caballero Bonald commença à s'intéresser à la littérature, au travers d'heures consacrées à la lecture d'auteurs étrangers comme Robert Stevenson, Jack London, Herman Melville et Emilio Salgari, ou espagnols comme José de Espronceda, entre autres[3]. La littérature d'aventures et surtout celles qui mettent en scène la mer le fascinaient et le fascinent encore. Il déclara d'ailleurs « La mer exerce sur moi une fascination très spéciale, pour tout ce qu'elle représente : la liberté absolue, et aussi l'aventure. Je crois que je suis devenu écrivain parce que je suis un aventurier frustré. » Cette étape de lecture fut fondamentale dans son développement comme écrivain, et il dit de lui-même qu'il fut un lecteur précoce et un écrivain tardif[4].

En 1944, il commença ses études de navigation à Cadix, où il écrivit ses premiers poèmes. C'est ainsi qu'il fit la connaissance des membres du groupe de la revue Platero (aujourd'hui disparue, mais qui possède une anthologie[5]), tels que Fernando Quiñones , Pilar Paz Pasamar , Julio Mariscal Montes  ou José Luis Tejada .

Il fera son service militaire dans la Milice Navale Universitaire, en navigant pendant plusieurs étés dans les eaux des Canaries, du Maroc et de Galice.

En 1949, il reprit ses études, cette fois en philosophie et lettres, à Séville. Comme à Cadix, il fréquenta le groupe local en nouant des relations avec les Cordouans de la revue Cántico[6], en particulier avec Pablo García Baena.

En 1950, il obtint le prix Premio de poesía Platero pour son poème Mendigo :

[...]
Y volvía, cada tarde volvía
como si fuese una llaga que se acerca para doler,
que viene andando mientras muda de cuerpo,
y volvía a pesar de nuestra igualdad de desvalidos,
a pesar de que teníamos un mismo préstamo para vivir,
de que éramos casi tributarios de su humana intemperie.
[...]

— José Manuel Caballero Bonald, Mendigo

« [...]
Et il revenait, chaque soir il revenait
Comme s'il était une plaie qui s'approche pour se faire mal,
qui vient en marchant tandis que son corps mue,
et il revenait malgré notre égalité de déshérité,
bien que nous avions le même prêt pour vivre,
et que nous étions pratiquement tributaires de son intempérie humaine.
[...] »

— Mendigo

Après avoir continué ses études de littérature à Madrid, il publia son premier livre de poésie, Las adivinaciones, pour lequel il reçut le prix Adonáis de Poésie en 1952.

Il publia ensuite les recueils de poésie Memorias de poco tiempo en 1954 et Anteo en 1956.

Activités et engagements

Il devint secrétaire puis sous-directeur de la revue Papeles de Son Armadans. Il pratique ses premières activités clandestines par le biais de sa relation avec Dionisio Ridruejo. C'est ce dernier qui lui permit de réellement développer sa conscience politique : « J'ai partagé beaucoup de choses avec Dionisio... même la prison, en 64. C'est ainsi que je me suis lié à la lutte anti-franquiste[4]. » D'un point de vue moins politique, c'est accompagné de Jorge Oteiza qu'il se construisit une opinion critique sur la culture, les conventions et les académismes. Il participa avec lui a de nombreux colloques et développa pour lui une certaine admiration en disant de lui qu'il l'avait laissé « ébloui, plus que pour son œuvre artistique, pour sa critique de la culture, pour sa personnalité comme homme de culture » et affirma être son disciple[7].

Il alla vivre à Paris, mais revint six mois plus tard pour publier Las horas muertas en 1959, pour lequel il recevra le prix Premio Boscán  ainsi que le prix Premio de la Crítica de poesía castellana .

C'est à l'occasion du XXe anniversaire de la mort d'Antonio Machado célébré à Collioure en 1959 qu'il fit la connaissance de ceux qui deviendraient ses compagnons de la génération de 50, tels que José Agustín Goytisolo, Ángel González, José Ángel Valente, Jaime Gil de Biedma, Alfonso Costafreda , Carlos Barral, et où étaient également présents Pablo Picasso, André Malraux, Jean-Paul Sartre et François Mauriac, etc.[8]

À propos de la Génération de 50, il déclara : « Les générations sont... des évènements consécutifs de l'histoire linéaire de la littérature[4] », « Les similitudes en matière de conduites extra-littéraires étaient plus remarquables que les coïncidences relatives à la pratique littéraires : le militantisme anti-franquiste, la provenance familiale et universitaire, le goût pour le caractère nocturne, les pactes entre gentlemen, les habitudes culturelles, la tendance à une consommation considérable de boissons alcooliques. Nous savions très bien équilibrer les temps de la conspiration, ceux de la diversion et ceux de travailler sur des poétiques dont je crois comprendre qu'elles survivront longtemps à l'éphémère de la mode. Ce qui n'est pas du tout une caractéristique négligeable[9]. »

Peu après il déménagea à Bogota pour enseigner la littérature espagnole et les sciences humaines à l'Université nationale de Colombie. Il fit rapidement connaissance avec les membres du groupe colombien de la revue Mito, tels que Jorge Gaitán Durán , Gabriel García Márquez, Eduardo Cote Lamus , Hernando Valencia Goelkel, Pedro Gómez Valderrama  ou Fernando Charry Lara , qui lui édita en 1961 El papel del coro, une anthologie poétique. Il voyagea dans d'autres pays d'Amérique latine, où il entreprit d'écrire son premier roman, Dos días de septiembre[B 1] (livre traduit en français sous le nom Deux jours de septembre[B 2]), qui reçut le prix Biblioteca Breve de la part de sa propre maison d'édition, et dont l'un des membres du jury fut Josep Maria Castellet, l'auteur de la célèbre anthologie Nueve novísimos poetas españoles. Il s'agit clairement d'un roman de réalisme social, dans lequel sont contées les inégalités qui existent dans un village vigneron andalou entre les riches propriétaires terriens et les humbles travailleurs. Cependant, ce qui différencie cette œuvre de celles de ce genre de son époque, c'est que Bonald s'intéresse plus pour les petites anecdotes de la fresque formée par le peuple présentée avec différentes techniques narratives, et qu'il va jusqu'à utiliser les monologues intérieurs et sans ponctuation, dans une œuvre apparemment réaliste[1].

Il revint un an plus tard en Espagne pour entreprendre divers travaux éditoriaux. C'est alors qu'il reçut une amende et fut détenu pour avoir exercé des activités clandestines contre le régime franquiste.

Il publia quand même le recueil de poèmes Pliegos de cordel[B 3] (ainsi qu'un livre de voyage, Cádiz, Jerez y los Puertos[B 4]) en 1963, mais il décida de se libérer de la pression politique en partant vivre à Cuba en 1965, pendant trois ans. Malgré la distance, il prit part à la commission organisatrice de l'hommage à Antonio Machado à Baeza en 1966 ; finalement cet hommage sera interdit par ordre gouvernemental. Il publia Narrativa cubana de la revolución[B 5] en 1968. À son retour en Espagne en 1970 il est détenu puis emprisonné pendant un mois dans la prison de Carabanchel.

La même année, il publia son premier recueil de poésie complète sous le nom de Vivir para contarlo[B 6]. Poète et romancier, Caballero Bonald était en plus un investigateur du folklore espagnol et écrivit de précieuses monographies sur la musique populaire, notamment le flamenco, et il dirigea entre 1964 et 1966 l'enregistrement de six disques regroupés sous le titre Archivo del cante flamenco qui immortalisent le chant de grands artistes souvent méconnus. Cet important travail discographique obtint le prix Premio Nacional del Disco[10]. Vingt ans plus tard, Caballero Bonald réalisera une nouvelle anthologie intitulée Medio siglo de cante flamenco tout aussi réussie que la première.

Avec Vivir para contarlo, Caballero Bonald assuma une poésie symboliste et intimiste, dans laquelle on peut sentir un jeune homme qui n'est pas conforme avec le monde, avec la situation sociale de son époque. Au travers d'un langage riche et très élaboré dans lequel se mélangent le baroque avec une apparence plus populaire et familière, il créa un monde personnel authentique régi par l'expérience artistique[1].

José Manuel Caballero Bonald

En 1971, il diversifia un peu ses activités, et commença à travailler dans le Séminaire de Lexicographie de l'Académie royale espagnole[11], où il restera jusqu'en 1975. Dans le même temps, il fut également directeur littéraire de la maison d'édition Ediciones Júcar . Par ailleurs, il donna des cours sur la narration dans plusieurs universités européennes et assistait régulièrement à de nombreux symposiums littéraires internationaux, jusqu'en 1977.

En 1974, il publia son roman Ágata ojo de gato[B 7], et en fut récompensé avec le prix Premio Barral (que José Manuel Caballero Bonald refusera) et le Premio de la Crítica de narrativa castellana . Cette œuvre, également située en Andalousie, fut conçue comme une allégorie et s'éloignait de toute démarche historique réaliste : le merveilleux et la distanciation spacio-temporelle la situent près du réalisme magique[1].

Il exerça comme professeur de littérature espagnole contemporaine dans le Centre d'études hispaniques du Bryn Mawr College de 1974 à 1978. En 1975, il publia l'essai Luces y sombras del flamenco[B 8].

Cette année-là, il reprit ses activités politiques en intervenant dans la constitution de la Junta Democrática de España , un organisme d'opposition au franquisme, ce qui lui valut d'être jugé par le Tribunal de Orden Público , une instance judiciaire se spécialisant dans la répression des conduites anti-franquistes. Il voyagea alors de nouveau à Cuba. Après avoir participé à de nombreux cycles et congrès internationaux, il séjourna un moment à Sanlúcar de Barrameda, où il obtint le diplôme de Patron d'embarcation.

En 1977, il obtint un nouveau prix Premio de la Crítica pour Descrédito del héroe[B 9], qui témoigne de la diversité de ses engagements :

Entre dos luces, entre dos
historias, entre
dos filos permanezco,
también entre dos únicas
equivalencias con la vida.
[...]

— José Manuel Caballero Bonald, Doble Vida

« Entre deux lumières, entre deux
histoires, entre
deux tranchants je demeure,
ainsi qu'entre deux uniques
équivalences avec la vie.
[...] »

— Doble Vida

Avec ce livre, son registre poétique changea. Apparut alors un culte à l'imagination et à la mémoire ; sa terre, son enfance, son expérience vitale et artistique, et sa constante préoccupation linguistique l'amenait à utiliser un langage extrêmement dépuré et hermétique[1].

En 1978, il fut nommé président du PEN club espagnol, poste duquel il démissionnera deux ans plus tard. Le Centro Dramático Nacional  mit en scène sa version de Abre el ojo, de Francisco de Rojas Zorrilla. Il publia l'anthologie Poesía, 1951-1977 et reçu le prix Premio Fundación Pablo Iglesias[12], une institution culturelle espagnole destinée à promouvoir le socialisme.

Entre 1980 et 1988, il publia les recueils de poèmes Breviario del vino[B 10] et Laberinto de fortuna[B 11], les romans Toda la noche oyeron pasar pájaros[B 12] (prix Premio Ateneo de Sevilla ), De la sierra al mar de Cádiz[B 13] et En la casa del padre[B 14] (prix Plaza y Janés en 1988) - lors desquels il continuait à expérimenter avec le langage dans environnement andalous -, le roman illustré Los personajes de Fajardo[B 15], se chargea de l'édition d'une anthologie de Luis de Góngora[B 16] et publia sa propre anthologie Selección natural[B 17]. Il alla plusieurs fois aux États-Unis où il intervenait notamment dans plusieurs universités.

Reconnaissance et legs

Siège de la Fondation Caballero Bonald.

En 1989, une place[13] et un collège[14],[15] qui portent son nom à Jerez de la Frontera, ainsi qu'une bibliothèque municipale à Marbella[16].

Il publia en 1989 l'anthologie poétique Doble vida[B 18], le livre Andalousie[B 19] et Sevilla en tiempos de Cervantes[B 20]. En 1993 apparut son roman Campo de Agramante[B 21] pour lequel il reçut le prix Premio de Andalucía de Letras. Il fut nommé membre correspondant de l'Académie Nord-américaine de la Langue Espagnole. La Compañía Nacional de Teatro Clásico  présenta sa version du Don Gil de las calzas verdes  de Tirso de Molina. La mairie de Sanlúcar de Barrameda lui dédia une rue[17].

En 1995 il publia Tiempo de guerras perdidas[B 22], le premier tome de ses mémoires, puis l'anthologie poétique El imposible oficio de escribir[B 23] en 1997. Il résidait la plupart du temps à Montijo, près du Parc national de Doñana. La mairie de Jérez créa la Fondation Caballero Bonald[18], et il fut nommé Hijo Predilecto de Andalucía (traduisible par « enfant chéri d'Andalousie »). La compagnie d'Antonio Gades sortit son adaptation pour ballet de Fuenteovejuna, de Lope de Vega, et il publia les recueils de poèmes Diario de Argónida[B 24] et Poesía amatoria[B 25], avant de publier la sélection de textes Copias del natural. Il écrivit en 2001 la deuxième partie de ses mémoires avec La costumbre de vivir[B 26], puis l'année suivante le livre de proses Mar adentro[B 27] et une étude appelée José de Espronceda.

En 2001, la Fondation Caballero Bonald publia le premier numéro de sa revue littéraire Campo de Agramante[19].

En 2003 il écrivit les scénarios des 250 chapitres de la série documentaire Andalucía es de cine  pour la chaîne de télévision Radio y Televisión de Andalucía. Il publia son Antología personal[B 28] et l'accompagna d'un CD de poèmes qu'il récite lui-même. L'année suivante il publia son œuvre poétique complète, Somos el tiempo que nos queda[B 29], traduite en français sous le nom de Survivre[B 30].

En 2004 il fut nommé Docteur honoris causa[20] par l'Université de Cadix et reçut le prix Premio Reina Sofía de Poesía Iberoamericana . En 2005 il publia l'anthologie poétique Años y libros[B 31], une sélection qui fut élaborée par Caballero Bonald et par María Josefa Ramis Cabot et introduite par Luis García Jambrina, ainsi que le recueil de poèmes Manual de infractores[B 32] (distingué par le prix Premio Internacional Terenci Moix au meilleur livre 2005[21] ainsi que le Prix national de Poésie[22]). Il fut récompensé pour l'ensemble de son œuvre en recevant le Prix national des Lettres espagnoles[23],[24].

En 2007, après une nouvelle édition chez Seix Barral de sa poésie complète Somos el tiempo que nos queda (1952-2005), il publia chez Galaxia Gutenberg une anthologie du nom de Summa Vitae[B 33] (dont le prologue est assumé par Jenaro Talens ), très intimiste :

[...]
Cosas así de simples y soberbias.
Pero de todo eso
¿qué me importa
evocar, preservar después de tan volubles
comparecencias del olvido?

Nada sino una sombra
cruzándose en la noche con mi sombra.

— José Manuel Caballero Bonald, Summa Vitae

« [...]
Des choses aussi simples et prétentieuses que cela.
Mais de tout cela
de quoi m'importe
évoquer, préserver, après d'aussi inconstantes
comparutions de l'oubli?

Rien si ce n'est une ombre
qui croise de nuit mon ombre. »

— Summa Vitae

En 2008, Pablo Méndez publia une sélection des poèmes de José Manuel Caballero Bonald appelée Casa junto al mar[B 34].

En 2009, Seix Barral publia La noche no tiene paredes[B 35], qui est composé de 103 poèmes dans lesquels il revendique l'incertitude, car, selon lui « celui qui ne doute pas, celui qui est sûr de tout, est ce qu'il y a de plus proche à un imbécile »[25] ; il reçut le prix international de poésie Federico García Lorca [26].

En 2010 fut publié un volume complet de ses mémoires Tiempo de guerras perdidas et La costumbre de vivir appelé La novela de la memoria[B 36].

En 2011, il publia l'anthologie Ruido de muchas aguas[B 37], où l'un des thèmes fondamentaux de Caballero Bonald, la nuit, est particulièrement mis en évidence[27].

En 2012, il publia son recueil de poèmes Entreguerras o De la naturaleza de las cosas[B 38], un livre formé d'un seul poème d'environ trois mille vers, irrationaliste et autobiographique, qui dépeint la vie et l'œuvre de son auteur, et qui est, selon l'auteur, « testamentaire[8] » car il déclara qu'à la suite de ce livre il n'écrirait plus[28].

En 2016 est publié le disque-livre Jerez canta a Caballero Bonald[29].

La ONCE lui consacre l'image de l'un de ses coupons en 2017[30].


« Avec ma poésie, je souhaite simplement donner leur cohérence à mes actions morales, me libérer de mes tares éducatives, donner de la puissance pour mon propre compte au sens du plus immédiat témoignage de la réalité, cerner avec la mémoire la servitude des faits vécus[B 39]. »

Œuvres

Première de couverture de Breviario del Vino, un essai sur le vin.

Poésie

Anthologies poétiques

Romans

  • Dos días de septiembre[B 1] (1962)
    Deux jours de septembre, 1966[B 2]
  • Ágata ojo de gato[B 7] (1974)
  • Toda la noche oyeron pasar pájaros[B 12] (1981)
  • En la casa del padre[B 14] (1988)
  • Campo de Agramante[B 21] (1992)
    Au camp d'Agramant, 2016 (ISBN 979-10-94791-00-4)

Mémoires

  • Tiempo de guerras perdidas[B 22] (1995)
  • La costumbre de vivir[B 26] (2001)
  • La novela de la memoria[B 36] (2010). Édition en un seul volume de Tiempo de guerras perdidas et La costumbre de vivir.
  • Examen de ingenios (2017)[31]

Essais et articles

Discographie

  • Archivo del cante flamenco, 1968.
  • Medio siglo de cante flamenco, 1987.

Autres

  • Españoles de tres mundos : viejo mundo, nuevo mundo, otro mundo : caricatura lírica, 1914-1940[B 56], de Juan Ramón Jiménez (prologue de José Manuel Caballero Bonald, 2009)
  • ¡Tierra!: José Manuel Caballero Bonald est l'auteur des paroles de cet album d'El Lebrijano[32].

Prix

Exposition de José Manuel Caballero Bonald à l'occasion de son Prix Cervantes. Rectorat de l'Université d'Alcalá de Henares, Espagne.

Notes et références

Bibliographie (sources primaires)

  1. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Dos días de septiembre, Seix Barral, , 226 p. (ISBN 978-84-322-0071-7)
  2. a et b José Manuel Caballero Bonald, Deux jours de septembre, les Éditeurs français réunis, , 349 p.
  3. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Pliegos de cordel, Barcelona : Literaturasa, , 85 p.
  4. a et b José Manuel Caballero Bonald, Cadiz, Jerez et "los puertos", Diffedit, 52 p.
  5. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Narrativa cubana de la revolución : 2da edición, Alianza Editorial, , 258 p. (ISBN 978-84-206-1149-5)
  6. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Vivir para contarlo : 2da edición, Editorial Seix Barral, , 280 p. (ISBN 978-84-322-0186-8)
  7. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Ágata ojo de gato : 2da edición, Barral Editores, , 370 p. (ISBN 978-84-211-0320-3)
  8. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Luces y sombras del flamenco, Editorial Lumen, , 144 p. (ISBN 978-84-264-2019-0)
  9. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Descrédito del héroe, Editorial Lumen, , 110 p. (ISBN 978-84-264-2724-3)
  10. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Breviario del vino, Editor José Esteban, , 136 p. (ISBN 978-84-85869-01-5)
  11. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Laberinto de fortuna, Editor Laia, , 112 p. (ISBN 978-84-7222-411-7)
  12. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Toda la noche oyeron pasar pájaros : 8e ed., Editorial Planeta, , 320 p. (ISBN 978-84-320-5543-0)
  13. a et b (es) Manuel Rico Rego, « Cádiz, de la sierra a la mar con Caballero Bonald / Manuel », sur eco-viajes.com, (consulté le 29 septembre 2012), une chronique de voyage basée sur la critique du livre de José Manuel Caballero Bonald De la sierra al mar de Cádiz.
  14. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, En la casa del padre, Plaza & Janés Editores, , 256 p. (ISBN 978-84-01-80727-5)
  15. (es) José Manuel Caballero Bonald, Los personajes de Fajardo, Cabildo Insular de Tenerife, , 120 p. (ISBN 978-84-505-3627-0)
  16. a et b (es) Luis de Góngora y Argote, Poesía. Selección, Taurus Ediciones, , 232 p. (ISBN 978-84-306-4112-3)
  17. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Selección natural, Ediciones Cátedra, , 256 p. (ISBN 978-84-376-0383-4)
  18. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Doble vida : Antología poética, Alianza Editorial, , 176 p. (ISBN 978-84-206-0383-4)
  19. a et b José Manuel Caballero Bonald, Andalousie, Lunwerg, , 224 p. (ISBN 978-84-7782-705-4)
  20. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Sevilla en tiempos de Cervantes, Editorial Planeta, , 192 p. (ISBN 978-84-320-4914-9)
  21. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Campo de Agramante, Editorial Anagrama, , 304 p. (ISBN 978-84-339-0940-4)
  22. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Tiempo de guerras perdidas : la novela de la memoria I, Editorial Anagrama, , 368 p. (ISBN 978-84-339-0990-9)
  23. (es) José Manuel Caballero Bonald, El imposible oficio de escribir, Prensa Universitaria (Palma de Mallorca), (ISBN 978-84-86876-13-5)
  24. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Diario de Argónida, Tusquets Editores, , 160 p. (ISBN 978-84-8310-562-7)
  25. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Poesía amatoria, Editorial Renacimiento, , 208 p. (ISBN 978-84-89371-76-7)
  26. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, La costumbre de vivir, Ediciones Alfaguara, , 600 p. (ISBN 978-84-204-4299-0)
  27. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Mar adentro, Ediciones Temas de hoy, , 208 p. (ISBN 978-84-8460-184-5)
  28. (es) José Manuel Caballero Bonald, Antología personal, Visor Libros, , 75 p. (ISBN 978-84-7522-916-4)
  29. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Somos el tiempo que nos queda, Editorial Seix Barral, , 544 p. (ISBN 978-84-322-0880-5)
  30. a et b José Manuel Caballero Bonald, Survivre, M. Solal, (ISBN 2-910796-16-7)
  31. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Años y libros, Patrimonio Nacional. Servicio de Publicaciones, , 296 p. (ISBN 978-84-7120-378-6)
  32. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Manual de infractores, Editorial Seix Barral, , 144 p. (ISBN 978-84-322-0893-5)
  33. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Summa Vitae : antología poética (1952-2005), Círculo de Lectores, Galaxia Gutenberg, , 340 p. (ISBN 978-84-672-2512-9)
  34. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Casa junto al mar, Ediciones Vitruvio, , 126 p. (ISBN 978-84-96830-64-6)
  35. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, La noche no tiene paredes, Editorial Seix Barral, , 160 p. (ISBN 978-84-322-0911-6)
  36. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, La novela de la memoria, Editorial Seix Barral, , 928 p. (ISBN 978-84-322-1277-2)
  37. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Ruido de muchas aguas, Visor libros, , 186 p. (ISBN 978-84-9895-062-5)
  38. a et b (es) José Manuel Caballero Bonald, Entreguerras o De la naturaleza de las cosas, Editorial Seix Barral, , 224 p. (ISBN 978-84-322-1407-3)
  39. (es) Antonio Hernández Ramírez, Una promoción desheredada, la poética del 50, Zero, , 336 p. (ISBN 978-84-317-0454-4)
  40. (es) José Manuel Caballero Bonald, Felix de Cárdenas, Pedro Tabernero de la Linde, Paz con aceite, Grupo Pandora, , 48 p. (ISBN 978-84-934247-5-6)
  41. (es) José Manuel Caballero Bonald, Estrategia del débil, Ayuntamiento de Granada, , 302 p. (ISBN 978-84-92776-07-8)
  42. José Manuel Caballero Bonald, La danse andalouse, Noguer Ediciones (ISBN 978-84-279-8276-5)
  43. (es) José Manuel Caballero Bonald, Lo que sabemos del vino, Gregorio del Toro, , 68 p. (ISBN 978-84-312-0064-0)
  44. (es) José Manuel Caballero Bonald, Cuixart, Ediciones Rayuela, , 272 p. (ISBN 978-84-85253-15-9)
  45. (es) José Manuel Caballero Bonald, Andalucía : (español-francés), Lunwerg, , 200 p. (ISBN 978-84-7782-072-7)
  46. (es) José Manuel Caballero Bonald, Botero: la corrida, Lerner & Lerner, , 300 p. (ISBN 978-84-87438-01-1)
  47. (es) José Manuel Caballero Bonald, España: fiestas y ritos, Lunwerg, , 276 p. (ISBN 978-84-7782-228-8)
  48. (es) José Manuel Caballero Bonald, Ramón León, Cádiz, sierra de luz, Surcos de Luz, , 159 p. (ISBN 978-84-87957-03-1)
  49. (es) José Manuel Caballero Bonald, Vicente Rojo Almarán, La ruta de la campiña, Grupo Pandora, , 88 p. (ISBN 978-84-934247-0-1)
  50. (es) José Manuel Caballero Bonald, Antonio Agudo, Francisco Calvo Serraller, La luz de Cádiz en la pintura de Cortés, Cajasol, , 88 p. (ISBN 978-84-934247-0-1)
  51. (es) José Manuel Caballero Bonald, Encuentros con la poesía, Ayuntamiento de Montilla, , 86 p. (ISBN 978-84-89619-95-1)
  52. (es) José Manuel Caballero Bonald, Copias rescatadas del natural, Editorial Atrio, , 270 p. (ISBN 978-84-96101-46-3)
  53. (es) José Manuel Caballero Bonald, Relecturas. Prosas reunidas (1956-2005), Diputación Provincial de Cádiz. Fundación Provincial de Cultura, , 3 vol. p. (ISBN 978-84-95174-68-0)
  54. (es) José Manuel Caballero Bonald, Un Madrid literario, Centro Cultural del Conde Duque, , 24 p. (ISBN 978-84-96102-25-5)
  55. (es) José Manuel Caballero Bonald, Osuna : historia y cultura, Grupo Pandora, , 395 p. (ISBN 978-84-9895-034-2)
  56. (es) Juan Ramón Jiménez, Españoles de tres mundos : viejo mundo, nuevo mundo, otro mundo : caricatura lírica, 1914-1940, Visor Libros, , 76 p. (ISBN 978-84-936034-9-6), texte préparé par Javier Blasco et Francisco Díaz de Castro ; Tri, ordonnance et révision de Francisco Silvera ; prologue de José Manuel Caballero Bonald

Références

  1. a, b, c, d et e (es) « Fiche de José Manuel Caballero Bonald », sur epdlp.com, (consulté le 3 octobre 2012)
  2. En la casa de la Jerezana calle Caballeros donde nací y donde viví hasta los diecisiete años, había una escalera que conducía directamente a una ciudad solar. Esta calle que en alguna remota fantasía supuse asociada a mi apellido, enlaza la plaza del Arenal con la de la Cruz Vieja y es la vía ordinaria para transitar entre el centro urbano y el barrio de San Miguel.

    — José Manuel Caballero Bonald, Tiempo de guerras perdidas

    « Dans la maison de la jerezana rue Caballeros où je suis né et où j'ai vécu jusqu'à mes dix-sept ans, il y avait un escalier qui conduisait directement à une ville solaire. Cette rue, que, dans un fantasme lointain, je supposais associée à mon nom de famille, lie la place de l'Arenal à celle de la Cruz Vieja et est la voie normale de transit entre le centre-ville et le quartier de San Miguel. »

    — Tiempo de guerras perdidas

  3. (es) « Fiche de José Manuel Caballero Bonald », sur deflamenco.com (consulté le 3 octobre 2012)
  4. a, b et c (es) Marta Rivera de la Cruz, « Entretien avec Caballero Bonald intitulé Todo, nada está escrito », sur ucm.es (consulté le 3 octobre 2012)
  5. (es) Manuel Ramos Ortega, La poesía del 50 : "Platero", una Revista Gaditana Del Medio Siglo (1951-1954), Universidad de Cádiz. Servicio de Publicaciones, , 204 p. (ISBN 978-84-7786-200-0, lire en ligne)
  6. Revue Cántico : voir l'article espagnol sur le groupe correspondant ici : Grupo Cántico 
  7. (es) Mikel Ormazabal, « Caballero Bonald se define como un « discípulo del Oteiza contestatario » », sur elpais.com, (consulté le 3 octobre 2012)
  8. a et b (es) Francisco Correal, « Entretien avec Caballero Bonald à l'occasion de la sortie à venir de Entreguerras o De la naturaleza de las cosas intitulé Caballero Bonald: « Hay cátedras universitarias, y el flamenco es la libertad absoluta » », sur diariodejerez.es, (consulté le 30 septembre 2012)
  9. (es) « CABALLERO BONALD. Pasión y fundación. », sur gentedejerez.com, (consulté le 3 octobre 2012)
  10. (es) « Fiche de José Manuel Caballero Bonald », sur biografiasyvidas.com (consulté le 3 octobre 2012)
  11. (es) Site Web officiel de l'Académie royale espagnole
  12. (es) Site Web de la fondation Pablo Iglesias
  13. Plaza Caballero Bonald, à Jerez de la Frontera, sur GoogleMaps.com
  14. (es) Collège José Manuel Caballero Bonald, à Jerez de la Frontera
  15. (es) « Article Caballero Bonald celebra los 25 años del instituto que lleva su nombre » [archive du ], sur lainformacion.com, (consulté le 30 septembre 2012)
  16. (es) Fiche de la bibliothèque Caballero Bonald dans le répertoire de la ville de Marbella
  17. Calle José Manuel Caballero Bonald à Sanlúcar de Barrameda, sur GoogleMaps.com
  18. (es) Site Web de la Fondation Caballero Bonald
  19. (es) « Liste et détail des publications de la revue littéraire de la Fondation Caballero Bonald Campo de Agramante », sur fcbonald.com (consulté le 9 octobre 2012)
  20. (es) Fiche de José Manuel Caballero Bonald comme membre Honoris Causa de l'Université de Cadix
  21. a et b (es) EFE, « Article Caballero Bonald, Berlanga y Matute, Premios Terenci Moix », sur diariocordoba.com, (consulté le 30 septembre 2012)
  22. (es) EFE, « Caballero Bonald gana el Premio Nacional de Poesía », sur elpais.com, (consulté le 28 septembre 2013)
  23. a et b (es) EFE, « Caballero Bonald, Premio Nacional de las Letras », sur elmundo.es, (consulté le 30 septembre 2012)
  24. (es) Juan Cruz, « Entretien de José Manuel Caballero Bonald : Para mí, el estilo es fundamental à l'occasion de la réception du [[Prix national des Lettres espagnoles]] », sur elpais.com, (consulté le 30 septembre 2012)
  25. (es) Ana Mendoza, « Entretien Caballero Bonald: « El que no tiene dudas es lo más parecido a un imbécil » », sur elmundo.es, (consulté le 30 septembre 2012)
  26. a et b (es) Fernando Valverde, « Article Caballero Bonald gana el García Lorca de Poesía », sur elpais.com, (consulté le 30 septembre 2012)
  27. (es) Ana Mendoza, « Article Yo no sabría escribir, ni siquiera vivir, si estuviera seguro de todo sur l'anthologie Ruido de muchas aguas », sur diariodejerez.es, (consulté le 30 septembre 2012)
  28. (es) Javier Rodríguez Marcos, « Article El poema total sur Entreguerras », sur elpais.com, (consulté le 30 septembre 2012)
  29. (es) « Presentamos el disco libro “Jerez canta a Caballero Bonald” », sur Los Caminos del Cante (consulté le 19 janvier 2017).
  30. (es) « Caballero Bonald admite una “extraña satisfacción” por aparecer en el cupón », sur Diario de Jerez (consulté le 11 novembre 2017).
  31. (es) A la venta ya la última obra de Bonald, 'Examen de ingenios', sur diariodejerez.es.
  32. (es) « El Lebrijano canta a América con textos de Caballero Bonald » sur El País. Consulté le 5 mai 2015.
  33. (es) Premio Barral 1974 sur memoriachilena.cl.
  34. (es) « José Manuel Caballero Bonald, Medalla de Oro del Círculo de Bellas Artes 27.03.2000 », sur Círculo de Bellas Artes (consulté le 1er janvier 2015).
  35. (es) « José Manuel Caballero Bonald. Premios », sur cervantes.es, (consulté le 28 septembre 2013)
  36. (es) « Bonald, premio Obra de Arte Total de la Asociación Wagneriana », sur diariodejerez.es, (consulté le 9 novembre 2015).
  37. (es) « Caballero Bonald consigue el premio Francisco Umbral al Libro del Año », sur diariodejerez.es, (consulté le 15 février 2016).
  38. « Caballero Bonald, Justo Navarro y López Barrios, Premios Andalucía de la Crítica en poesía, narrativa y relato » sur diariodejerez.es.

Annexes

Bibliographie

  • (es) Christine Arkinsall, Un estudio de la obra poética de Francisco Brines, José Angel Valente y José Manuel Caballero Bonald, Rodopi, , 187 p. (ISBN 90-5183-494-2) ; une étude d'œuvres poétiques de plusieurs auteurs, dont José Manuel Caballero Bonald.
  • (es) María José Flores, La obra poética de Caballero Bonald y sus variantes, ed. Regional de Extramadura, , 381 p. (ISBN 84-7671-514-5) ; une étude consacrée à l'œuvre poétique de José Manuel Caballero Bonald.
  • (it) Giovanna Fiordaliso, Autobiografie spagnole contemporanee, Ed. ETS, , 170 p. (ISBN 978-88-4672325-3); une étude sur plusieurs auteurs contemporains espagnols, dont José Manuel Caballero Bonald.
  • (es) Antonio Francisco Pedrós-Gascón, Regresos a Argónida en 33 entrevistas, Prensas universitarias de Zaragoza, , 367 p. (ISBN 978-84-15274-27-8) ; un livre qui contient des entretiens, des biographies et des histoires.

Articles connexes

Liens externes