José Gonzalvo Uson

José Gonzalvo Uson
José Gonzalvo Ùson
Image illustrative de l'article José Gonzalvo Uson

Surnom Petit Pierre
Naissance
Gelsa De Ebro (Espagne)
Décès (à 91 ans)
Sainte-Croix-du-Mont (France)
Origine Espagne
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Armée populaire de la République espagnole

Francs-tireurs et partisans

Forces françaises de l'intérieur
Unité Colonne Durruti1er Régiment F.T.P.F. de Dordogne-Nord
Agrupación de Guerrilleros Españoles
Grade Capitaine
Années de service août 1936-décembre 1944
Commandement Groupe Pierre
2e bataillon du 1er régiment de Dordogne-Nord
Conflits Guerre d'Espagne
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Médaille commémorative de guerre 1939-1945
Diplôme du Comité Militaire National des F.T.P.F.
Diplôme d'honneur aux combattants de l'Armée Française 1939-1945

José Gonzalvo Ùson, est un officier de l'Armée populaire de la République Espagnole qui a intégré en juin 1943 le 2e bataillon F.T.P.F. du 1er régiment de Dordogne-Nord avec le grade de capitaine. Il a joué un rôle important dans la Résistance aux côtés du commandant Emilio Alvarez Canossa, un autre vétéran de la guerre d'Espagne et d'Angelo Ricco, un jeune combattant italien des Brigades Internationales qui s'est engagé également dans la lutte clandestine en Dordogne[1].

Le parcours

José Gonzalvo Ùson est né le à Gelsa, Aragon, en Espagne. Peu après la tentative de coup d'État des 17 et 18 juillet 1936 conduite par le général Franco, il s'engage dans l'armée populaire de la République espagnole à l’âge de 15 ans, en rejoignant la colonne Durruti. Puis il est transféré à Valencia où il est affecté à un détachement de carabiniers qui gardent les côtes bombardées par l'aviation de Mussolini. Après la chute de Barcelone reprise par les forces franquistes au cours de l'hiver 1939, il arrive en France en février de la même année en même temps qu'un demi million d'exilés espagnols, pourchassés par les nationalistes. C'est la Retirada. Il franchit la frontière au col d'Ares, puis il est d'abord dirigé vers Saint-Cyprien où sont internés, dans des conditions très dures, de nombreux réfugiés qui affluent en quelques jours sur le sol français. Puis il rejoint Bram (Aude) et participe à différents chantiers de travaux publics dans les Pyrénées-Orientales jusqu'en octobre 1941. À cette date, il part pour la Haute-Vienne, dans la région de Saint-Yrieix-la-Perche. Entré dans la clandestinité, il prend la tête d'un groupe de maquis F.T.P.F. formé à Sarlande (Dordogne) et porte dès lors le pseudonyme de "Capitaine Pierre"[2]. De juin 1943 à octobre 1944, il prend un part très active à la lutte armée en Dordogne et dans la région de Saint-Yrieix (Haute-Vienne). Il intègre en octobre 1944 la 471e brigade espagnole lors de l'opération Reconquista (invasion du Val d'Aran, octobre 1944).

Notes et références

  1. Les Acacias Blancs de Gelsa, Christian Bélingard, Fanlac, 2014
  2. Martial Faucon, Francs Tireurs et partisans français en Dordogne, 1990, Éditions Maugein, page 82

Lien externe

Site documentaire sur les mémoires du capitaine José Gonzalvo Ùson