Joker (film, 2019)

Joker
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Titre québécois Joker
Réalisation Todd Phillips
Scénario Todd Phillips
Scott Silver
Acteurs principaux
Sociétés de production DC Films
Village Roadshow Pictures
Bron Creative
Joint Effort Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller psychologique
Durée 122 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Joker est un thriller psychologique américain, coécrit et réalisé par Todd Phillips, sorti en 2019.

Il raconte, dans une histoire originale, la transformation d'Arthur Fleck en Joker, un dangereux tueur psychopathe qui deviendra, par la suite, le plus grand ennemi de Batman.

Véritable triomphe au box-office mondial (plus d'un milliard de dollars de recettes) et bénéficiant de critiques élogieuses, il crée toutefois une polémique, notamment aux États-Unis, du fait de reproches d’apologie de la violence, laquelle demeure contestée par le réalisateur.

Le film est présenté en compétition officielle à la Mostra de Venise 2019 où il reçoit le Lion d'or et est ovationné. Il est ensuite nommé près d'une trentaine de fois pour différentes catégories de récompenses (Oscars, Golden Globes, British Academy Film Awards, César du meilleur film étrangeretc.). Le jeu d'acteur de Joaquin Phoenix est particulièrement salué, cette performance lui valant de nombreuses récompenses dont le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique et l'Oscar du meilleur acteur. La compositrice Hildur Guðnadóttir reçoit également plusieurs prix, dont le Golden Globe et l'Oscar de la meilleure musique de film.

Synopsis

L'histoire se déroule en 1981, à Gotham City. Arthur Fleck travaille dans une agence de clowns. Méprisé et incompris par ceux qui lui font face, il mène une morne vie en marge de la société et habite dans un immeuble miteux avec sa mère Penny. Un soir, il se fait agresser dans le métro par trois traders de Wayne Enterprise alcoolisés qui le brutalisent, le poussant à les tuer en retour. Son geste inspire à une partie de la population l'idée de s'en prendre eux aussi aux puissants. Dans cette société décadente, Arthur bascule peu à peu dans la folie et finit par devenir le Joker, un dangereux tueur psychopathe victime d'hallucinations et le plus grand criminel de Gotham City.

Résumé détaillé

Arthur Fleck est un homme souffrant de troubles mentaux le poussant, notamment, à rire sans le vouloir, souvent à des moments inopportuns. Il rêve de devenir humoriste, sa mère Penny lui ayant assigné depuis toujours pour mission de « donner le sourire et de faire rire les gens dans ce monde sombre et froid ». En fait, il ne ressent que tristesse dans sa vie, même lorsqu’il travaille en tant que clown pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère. Gotham City est au bord du chaos, en proie au chômage, à la criminalité et à la crise financière, laissant une bonne partie de la population dans la misère.

ACTE 1 : Folie d'Arthur Fleck

Un jour, alors déguisé en clown publicitaire, il est agressé et insulté par un groupe de jeunes qui lui volent et cassent sa pancarte publicitaire : son employeur l'accuse d'avoir inventé cet épisode et lui ordonne de restituer ou rembourser la pancarte. Un de ses collègues, Randall, lui donne alors une arme à feu pour qu'il puisse se défendre face aux agresseurs. Dans le même temps, Arthur fait la connaissance de Sophie, une mère célibataire habitant dans le même immeuble, qu'il suit furtivement jusqu'à son travail avant de l'inviter à son prochain spectacle.

Lors d'un spectacle dans un hôpital pour enfants, Fleck fait tomber accidentellement son arme au sol. Suite à cet incident et à une dénonciation calomnieuse de la part de Randall, qui l'accuse d'avoir voulu lui acheter un revolver, il perd son emploi. En revenant chez lui, toujours vêtu de son costume de clown, il est témoin dans le métro du harcèlement d'une jeune femme par trois hommes. À cause de son handicap, il est pris d'un fou rire, et ces derniers viennent alors l'agresser. Utilisant son arme pour échapper à leur violence, il tue deux d'entre eux dans la rame puis poursuit le troisième et l'abat sur le quai. Ayant pris peur après les avoir tués, il s'enfuit et s'enferme dans les toilettes. À l'intérieur de celles-ci, il commence à danser. Il retourne chez lui et va directement voir Sophie ; ils s'embrassent.

ACTE 2 : Passé révélé

Les trois hommes étaient des employés de Wayne Enterprises. Leurs meurtres, ainsi que les propos de Thomas Wayne, candidat à la mairie de Gotham City, contre les citoyens les plus défavorisés qui, selon lui, utilisent le symbole du clown pour se masquer et commettre des crimes, déclenchent alors un mouvement populaire contre les riches. Arthur se rend compte que ses actes lui ont permis d'être enfin remarqué par la société, même si son identité n'est pas encore connue. Peu de temps après, son assistante sociale lui apprend qu'il ne pourra plus être suivi psychologiquement ni recevoir ses doses habituelles de médicaments, car la mairie a décidé de cesser de financer l'établissement.

Arthur se produit finalement sur la scène du Pogo's, sous les yeux de Sophie, mais son one-man-show tourne au fiasco lorsqu'il ne peut s'empêcher de rire nerveusement durant la quasi totalité de ses blagues. Malgré cela, il entame une relation amoureuse avec sa voisine.

Arthur comprend par ailleurs, dans une des nombreuses lettres que sa mère tente de faire parvenir à Thomas Wayne pour l'alerter sur leurs conditions de vie précaires, qu'il serait en fait le fils de l'homme d'affaires. Celle-ci lui raconte alors que, travaillant pour le milliardaire, elle aurait eu une liaison avec ce dernier, et qu'elle serait tombée enceinte de lui. Elle aurait par la suite signé des papiers lui interdisant d'en parler. Arthur part pour le Manoir des Wayne et fait la connaissance de leur jeune fils, Bruce, avant de se faire renvoyer chez lui par le majordome de la famille, qui connaît Penny Fleck et affirme qu'elle ment.

Penny est hospitalisée en raison d'un AVC qu'elle a eu suite à la venue des inspecteurs Garrity et Burke, enquêtant sur les meurtres du métro et souhaitant s'entretenir avec son fils. Dans le même temps, Murray Franklin, un animateur de débats télévisés à succès qu'Arthur admire, diffuse des extraits de sa prestation ratée au Pogo's et le tourne en ridicule dans son émission.

Alors que des manifestations anti-riches éclatent près d'un auditorium où se trouve Thomas Wayne, Arthur s'infiltre et parvient finalement à rencontrer le milliardaire. Celui-ci affirme alors que sa mère serait atteinte de démence et qu'elle l'aurait adopté lorsqu'elle travaillait pour lui. Exaspéré par l'insistance d'Arthur, Wayne le frappe et lui ordonne de rester loin de sa famille. Par la suite, Arthur parvient à lire à l'asile d'Arkham le dossier médical de sa mère, qui confirme la version de Thomas Wayne. Il aurait été adopté et Penny l'aurait négligé, le laissant même être l'objet de sévices de la part de son compagnon de l'époque, qui lui aurait causé des séquelles physiques et psychologiques. Penny soutient au contraire que Thomas Wayne a utilisé son influence pour la faire enfermer à l'asile d'Arkham, et faire fabriquer de faux papiers d'adoption dans le but de cacher leur ancienne relation. Ayant donc appris que son handicap n'était pas vrai et que sa mère l'avait négligé, il lui rend visite à l'hôpital, lui reproche de s'être moquée de lui dès son enfance et l'étouffe avec son oreiller. De retour dans son immeuble, il entre dans l'appartement de Sophie pour trouver du réconfort, mais celle-ci affirme ne pas le connaître. Elle est effrayée et lui demande de sortir de chez elle : la relation sentimentale n'était que le fruit de l'imagination d'Arthur.

En fin de compte, Arthur reçoit un appel de l'assistante de Murray Franklin qui l'invite à se produire dans son émission, suite aux nombreuses demandes des téléspectateurs, ce qu'il accepte. Alors qu'il se prépare chez lui pour le tournage télévisé du soir, simulant son suicide sur un fauteuil et dansant avec That's life en fond sonore, il trouve ensuite, en se maquillant en clown, une photo de sa mère sur un miroir signée au dos "T.W." (les mêmes initiales que Thomas Wayne) avec un mot lui disant qu'elle a un beau sourire. Un peu plus tard, il reçoit la visite de ses anciens collègues, Randall et Gary, qui veulent l'aider après avoir appris le décès de sa mère. Il assassine sauvagement Randall avec une paire de ciseaux pour l'avoir trahi auprès de son ancien employeur, mais laisse partir Gary en lui disant qu'il fut le seul à être gentil avec lui, ce dernier restant dans un premier temps bloqué dans l'appartement, car il ne peut pas atteindre la chaînette de la porte d'entrée en raison de son nanisme. C'est finalement Arthur qui lui ouvre la porte, non sans l'effrayer.

ACTE 3 : Ascension chaotique

Sur le chemin pour l'émission de Murray, Arthur, qui a maintenant tous ses aspects de Joker, descend les marches de sa rue en dansant sur fond de musique rock, puis est pris en chasse par les deux inspecteurs de police qui le soupçonnent du meurtre des trois traders. Après une course-poursuite dans les rues de Gotham, il se cache dans une rame de métro, au milieu de manifestants portant des masques de clown. Un clown est tué accidentellement par l'inspecteur Burke, provoquant le passage à tabac des deux policiers et renforçant le sentiment de haine des manifestants envers le système. Arthur sort du métro, en solitaire, regardant la police partir à l'opposé alors qu'il se dirige vers la sortie, fumant sa cigarette tout en souriant.

Dans les coulisses de Live With Murray Franklin, Arthur demande à l'animateur de le présenter sous le nom de « Joker » (terme que ce dernier avait choisi pour juger sa prestation lors de la diffusion des extraits de son spectacle). Sur le plateau, après une arrivée dansante et une blague morbide instaurant un certain malaise, il donne son avis sur la société de Gotham City tout en révélant, en direct et à la surprise générale, qu'il est l'auteur des trois meurtres de traders. Murray Franklin cherche alors à le faire culpabiliser et un échange verbal assez violent s'ensuit. C'est alors que, sachant pertinemment que Murray l'avait invité pour se moquer de lui, Arthur, plutôt que de se suicider, lui tire une balle dans la tête en criant : « T'obtiens ce que tu mérites, enculé ! ». Enfin, il lui tire une autre balle dans le corps puis s'adresse à la caméra en disant : « Bonne nuit et n'oubliez pas : That's life ! » - qui était l'expression fétiche de Murray pour la fin de l'émission (en français : « C'est la vie »).

ACTE FINAL : Le Joker

Arrêté par la police, il se réjouit du chaos qui règne dans les rues de la ville suite à ses agissements. Soudain, la voiture de patrouille est percutée par une ambulance conduite par des clowns, et il est ainsi libéré par les manifestants. Pendant ce temps, dans la panique, Thomas, Martha et Bruce Wayne sortent en trombe du cinéma où ils se trouvaient, et s'engagent dans une ruelle sombre pour fuir : un manifestant portant un masque de clown les suit et abat le couple sous les yeux de leur fils, après avoir dit à Thomas Wayne la même phrase qu'Arthur a prononcée lors du meurtre de Murray.

Arthur, quant à lui, est considéré comme un symbole et un héros par les manifestants. Heureux et acclamé par la foule, il se dessine sur le visage un sourire avec son propre sang. C'est ainsi qu'Arthur Fleck est devenu le clown prince du crime de Gotham : le Joker.

ÉPILOGUE

On retrouve le Joker menotté à l'asile, interrogé par une psychologue. Il se met à rire en pensant à une blague. On voit alors brièvement le jeune Bruce Wayne sous le choc, regardant ses parents gisant au sol. La psychologue d'Arthur voudrait entendre sa blague, mais le Joker lui répond « Ça ne vous fera pas rire ». La musique de That's Life démarre et il fredonne quelques paroles de la chanson, devant la psychologue étonnée.

Dans la dernière séquence du film, toujours avec That's Life en fond sonore, le Joker marche dans un couloir de l'hôpital, laissant derrière lui des traces de sang, puis est pris en chasse par un surveillant. Le film se conclut par un « Fin » écrit en jaune en police d'écriture typique des années 70.

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[7]version française (VF) sur RS-Doublage et AlloDoublage

Production

Une rame de la ligne C du métro de New York avec une girouette indiquant la ligne fictive 0 laissée après le tournage du film Joker.

Genèse et développement

En , Warner Bros. et DC Films annoncent leur intention de produire un film sur le Joker, indépendamment de l'univers cinématographique DC. Todd Phillips est alors annoncé comme réalisateur, coscénariste (avec Scott Silver) et comme producteur (avec Martin Scorsese)[10]. Le début du tournage est alors annoncé pour 2018 avec un budget de 55 millions de dollars[1].

En , Scorsese quitte finalement le projet. Emma Tillinger Koskoff, qui préside désormais la société Sikelia Productions de Martin Scorsese, est alors annoncée comme productrice[11]. Joker est présenté comme le premier d'une série de films produits par DC mais non liés à l'univers cinématographique DC. Les influences de Joker sont des films comme Taxi Driver et La Valse des pantins[10] de Scorsese.

En , le titre du film, Joker, et une sortie pour 2019 sont annoncés[12].

Distribution des rôles

En , Warner Bros. envisage Leonardo DiCaprio pour le rôle du Joker[13]. Cependant, en , Todd Phillips présente Joaquin Phoenix comme son premier choix pour le rôle[14]. L'acteur est officialisé dans le rôle en [15].

En , Robert De Niro et Zazie Beetz sont évoqués pour des rôles secondaires[16],[17],[18].

Frances McDormand a refusé le rôle de la mère du Joker. Le rôle revient à Frances Conroy[19].

Fin , Marc Maron et Bryan Callen rejoignent la distribution[20],[21].

En , Alec Baldwin est choisi pour incarner Thomas Wayne. Mais l'acteur doit quitter le projet peu de temps après en évoquant une incompatibilité d’emploi du temps. Brett Cullen est annoncé pour le remplacer quelques jours plus tard[23].

Tournage

Le tournage débute le à New York[24],[25]. Il a lieu notamment à Harlem.

Musique

Bande originale

Joker
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Hildur Guðnadóttir
Sortie [27] (digital)
Durée 36:33
Genre Musique de film
Format Album
Label WaterTower Music

La musique originale du film est composée par la violoncelliste islandaise Hildur Guðnadóttir.

Liste des titres[27]
No Titre Durée
1. Hoyt's Office 1:25
2. Defeated Clown 2:39
3. Following Sophie 1:33
4. Penny in the Hospital 1:18
5. Young Penny 2:02
6. Meeting Bruce Wayne 4:36
7. Hiding in the Fridge 1:23
8. A Bad Comedian 1:28
9. Arthur Comes to Sophie 1:39
10. Looking for Answers 0:51
11. Penny Taken to the Hospital 1:49
12. Subway 3:34
13. Bathroom Dance 2:08
14. Learning How to Act Normal 1:18
15. Confession 1:29
16. Escape from the Train 2:31
17. Call Me Joker 4:49
36:33

Musiques additionnelles

Songs from Live! with Murray Franklin (From Joker)

Bande originale de Ellis Drane and his Jazz Orchestra
Sortie [27] (digital)
Durée 5:37
Genre Musique de film
Pop traditionnelle
Jazz
Format Maxi
Label WaterTower Music

Quatre titres sont présents sur ce disque de musiques additionnelles[27] :

Liste des titres
No TitreMusiqueInterprète(s) Durée
1. The Live! with Murray Franklin ThemeEllis Drane and his Jazz OrchestraEllis Drane and his Jazz Orchestra 0:51
2. If You're Happy and You Know ItJoe RaposoChaim Tenenbaum (échantillon) 1:24
3. That's Life (Instrumental Version)Dean Kay, Kelly GordonEllis Drane and his Jazz Orchestra 2:49
4. Smile (Instrumental Version)Charlie ChaplinEllis Drane and his Jazz Orchestra 0:33
5:37

Chansons présentes dans le film

Sortie et accueil

Promotion

Le lundi , Todd Phillips publie sur son compte Instagram la première affiche officielle du film, annonçant par la même occasion la diffusion de la première bande-annonce le lendemain à la convention CinemaCon[28] ayant lieu à Las Vegas[29]. La vidéo est mise en ligne sur la chaîne YouTube de la Warner, le mercredi , pour une diffusion grand public. La bande-annonce est visionnée plus de 40 millions de fois en seulement une semaine, signe de l'engouement qui entoure le film[30].

Lors de la convention, peu avant de présenter les premières images, le réalisateur, en réponse aux nombreuses spéculations autour du film, évoque la difficulté de décrire le long métrage et de le classer dans un genre. Il conçoit, néanmoins, de définir Joker comme étant une tragédie[31].

Accueil critique

Joker
Score cumulé
SiteNote
Allociné4.0 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Parisien5.0 étoiles sur 5[32]
CinéSéries4.0 étoiles sur 5[33]
Le Figaro4.0 étoiles sur 5[34]

Le film obtient des critiques élogieuses[35],[36],[37],[38],[39],[40],[41],[42], tout en divisant et en suscitant la polémique, notamment aux États-Unis, du fait d'accusations d'apologie de la violence[43],[44],[45]. Le réalisateur ne comprend pas ces reproches qui vont à l'encontre de ses motivations :

« En quoi serions-nous irresponsables alors que, justement, dans Joker, la violence a des conséquences terrifiantes et réalistes ? Notre film est tout sauf une célébration de la violence, ça me met profondément en colère[46]. »

Stéphane Delorme, des Cahiers du cinéma, décrit Joker comme « un soubresaut de Hollywood, ce cadavre fardé qui prouve quand il veut qu’il peut encore faire un peu de cinéma. »

La performance de Joaquin Phoenix est particulièrement saluée par la critique[47],[48],[49],[50].

En France, le film est globalement très apprécié de la critique, le site Allociné proposant une moyenne de 4,1/5 pour la presse.

Le Parisien (Renaud Baronian) indique avoir beaucoup aimé le film : « C'est grâce à une mise en scène étonnante et une performance ahurissante de Joaquin Phoenix, l’œuvre de Todd Phillips s’impose comme un long-métrage unique[32]. »

CinéSéries (Pierre Siclier) apprécie que le réalisateur ait su s'éloigner des stéréotypes des super-héros : « Todd Phillips s’éloigne des films de super-héros habituels pour ériger le méchant emblématique de l’univers DC en symbole et témoin d’une société auto-destructrice[33]. »

Le Figaro : « [Le film] est sublimé par la performance d’un Joaquin Phoenix au sommet de son art, et qui se place certainement parmi les candidats à l’Oscar[34]. »

Pour Bold Magazine, au Luxembourg (Thomas Suinot), « Joker est un chef-d'œuvre, sublimé aussi bien par la prestation de Joaquin Phoenix que l’atmosphère lugubre de l’ensemble, envoûtée par la musique (surtout le violoncelle), stridente, oppressante, anxiogène aussi, de l’islandaise Hildur Guðnadóttir. Un hommage à l'ennemi emblématique de Batman à l'écho sociétal terriblement moderne[51]. »

Records au box-office

Avec plus de 234 millions de dollars récoltés dans le monde en un week-end, dont 96 millions uniquement aux États-Unis, il est un record d'entrées pour un mois d'octobre[35],[36],[37]. Il est également un triomphe, avec plus de 544,8 millions de dollars de recettes mondiales en moins d'une semaine, ce qui est un record pour un film de super-vilain[52],[53],[54],[55],[56],[57],[58],[59],[60]. Il est également le 4e meilleur démarrage pour un film classé R de tous les temps[61]. Avec un cumul de 335,4 millions de dollars aux États-Unis, le film enregistre le 4e meilleur résultat de tous les temps au box-office pour un film classé R[62].

Avec plus de 1,6 million d'entrées dès sa première semaine en France, le film réalise le deuxième meilleur démarrage pour un film DC Comics. La semaine suivante, le film réalise également un excellent score de 1,2 million d'entrées supplémentaires, portant le cumul à 2,8 millions d'entrées. Lors de sa troisième semaine d'exploitation, le film réalise près de 1 million d'entrées supplémentaires, portant le cumul à 3,8 millions d'entrées. Lors de sa quatrième semaine, le film devient le plus gros succès des films DC en France avec un cumul de 4,6 millions d'entrées. Lors de sa cinquième semaine, il devient le premier film DC à passer la barre des 5 millions d'entrées.

Le vendredi , il dépasse la barre symbolique du milliard de dollars engrangé depuis sa sortie début octobre. Il s'agit du premier film classé R de l'histoire à dépasser la barre du milliard de dollars[68]. Au 5 mars 2020, le film enregistre un cumul de 1,074 milliard de dollars de recettes mondiales[69].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 335 451 311 $[35] 22
Drapeau de la France France 5 606 729 entrées[70] 21

Monde Total mondial 1 074 251 311 $[35] 22

Symbole des mouvements sociaux en cours

Dès sa sortie, Joker devient un phénomène de société international[71]. Il fait écho, selon certains observateurs, aux mouvements sociaux alors en cours dans le monde, notamment aux Gilets jaunes[72],[73]. De nombreux manifestants reprennent le maquillage et le costume du Joker, notamment au Liban, à Hong Kong et au Chili[72],[74]. L'historien William Blanc relève que « c’est le scénariste américain Alan Moore qui a donné cette dimension sociale au Joker dans la bande dessinée The Killing Joke » et qui a aussi « écrit V pour Vendetta », dont le masque du personnage V a également été largement repris par des manifestants depuis son adaptation au cinéma[74].

Regain de tourisme dans le Bronx

Le film génère une vague de tourisme sur les lieux du tournage dans le quartier du Bronx à New York, notamment sur les 132 marches qui relient Shakespeare Avenue à Anderson Avenue, où Arthur Fleck effectue des pas de danse[75].

Distinctions

Récompenses

Nominations

Sélections

Sortie vidéo

Le film sort en édition spéciale FNAC le . Il comprend un SteelBook, un Blu-ray 4K, un Blu-ray, ainsi que la bande originale du film signée Hildur Guðnadóttir.

Clins d’œil

  • Au tout début du film, lorsqu'on voit Arthur de dos en train de se maquiller, on remarque sur le miroir une forme qui peut rappeler le masque de Batman[78].
  • L'assistante sociale que rencontre Arthur Fleck au début du film se nomme Debra Kane (son nom est visible sur son badge), en référence au créateur de Batman, Bob Kane[6]. Par ailleurs dans le comics Batman: The Ultimate Evil, Debra Kane est le nom d'une travailleuse sociale qui aide Bruce Wayne après le meurtre de ses parents[5]. Une remarque d'un journaliste télévisé renvoie à un personnage de DC Comics, le Ratcatcher[6].
  • Les mouvements de danse d'Arthur Fleck s'inspirent de Ray Bolger[5]. Quant au costume de scène porté par le Joker à la fin du film, il renvoie à celui porté par Cesar Romero, premier interprète du personnage dans la série télévisée Batman[6].
  • Le nom du café-théâtre où se produit Arthur Fleck est le Pogo's. Il s'agit d'un clin d’œil à John Wayne Gacy, un tueur en série surnommé « le clown tueur » et qui s'était parfois produit sous le nom de « Pogo le clown »[6].
  • Lorsque Arthur s'introduit chez Sophie Dumond, il explique qu'il a eu une mauvaise journée (« had a bad day »), en référence à la bande dessinée Batman: The Killing Joke.
  • La police d'écriture du logo de l'émission télévisée Live! With Murray Franklin est la même que celle de la série animée des années 1990 Batman[6].
  • L'intrigue se déroulant en 1981, on peut voir un cinéma projetant les films La Grande Zorro, Excalibur et Blow Out[6]. Nous pouvons aussi apercevoir l'affiche de Wolfen dans la rue où les Wayne se font assassiner.
  • On peut voir Bruce Wayne utiliser une rampe de descente de pompier, en référence à la série télévisée des années 1960, où Batman et Robin en utilisent une pour accéder à la batcave.
  • À la fin du film, Arthur est déposé sur le capot d'une voiture de police, en référence à la mort du Joker à la fin du jeu vidéo Batman: Arkham City.[réf. souhaitée] L'image de pub affichée en arrière-plan à ce moment, où l'on peut lire « Ace in the Hole », est une référence à une réplique du Joker dans The Dark Knight[79] et est également le titre d'un épisode de Batman Beyond.[réf. souhaitée]
  • Durant le film, Arthur Fleck se rend à la Pharmacie Helms. Ed Helms est l'un des trois acteurs principaux de la trilogie Very Bad Trip, réalisée par Todd Phillips.
  • Dans la scène où Arthur s'entraîne pour son apparition au plateau télévisé, l'enregistrement de l'émission présente un acteur du nom d'Ethan Chase, qui était également le vrai nom du personnage de Zach Galifianakis dans Date Limite, réalisé par Todd Phillips.
  • Le manoir Wayne qu'on voit en arrière-plan est le même que celui de Batman Forever, Batman et Robin et de la série Gotham.
  • Le collier de perles de Martha Wayne arraché au vol par son meurtrier dans la ruelle est le symbole récurrent et canonique de la plupart des versions et adaptations du meurtre des parents de Bruce, événement déclencheur de la naissance de son alter ego à l'âge adulte.

Possible suite

Dans un premier temps, Joker était censé être un film indépendant sans aucune suite de prévue. Mais le succès a été tel que les producteurs travaillent déjà sur une potentielle deuxième partie. En effet, Warner Bros est en négociation avec Todd Phillips pour écrire à nouveau cette suite avec le scénariste Scott Silver[80].

Notes et références

  1. a et b (en) Borys Kit, « Warner Bros. Shifts DC Strategy Amid Executive Change-Up », The Hollywood Reporter, (consulté le 17 septembre 2018).
  2. « Joker, un anti-blockbuster qui cartonne au box-office », sur Les Echos, (consulté le 18 octobre 2019).
  3. « Le «Joker» de Todd Phillips en route vers les Oscars ? », sur www.cnews.fr (consulté le 18 octobre 2019).
  4. « Todd Phillips revendique l'influence de Chantal Akerman sur son "Joker" », sur www.troiscouleurs.fr, (consulté le 18 octobre 2019).
  5. a b et c « 12 détails et références que vous avez peut-être ratés dans Joker », sur Business Insider, (consulté le 10 octobre 2019).
  6. a b c d e f et g (en) « Joker Easter Eggs, Cameos & DC Comics References », sur Screenrant, (consulté le 10 octobre 2019).
  7. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca.
  8. a et b (en) Mike Fleming Jr, « The Joker Origin Story On Deck: Todd Phillips, Scott Silver, Martin Scorsese Aboard WB/DC Film », sur Deadline Hollywood, (consulté le 17 septembre 2018).
  9. (en) Anthony D'Alessandro, « Todd Phillips’ ‘Joker’ Movie Heading Into Production This Fall With Joaquin Phoenix », sur Deadline, (consulté le 17 septembre 2018).
  10. (en) Cooper Hood, « Joker Origin Movie Title & Release Date Officially Revealed », Screen Rant, (consulté le 17 septembre 2018).
  11. Kim Masters et Borys Kit, « The Joker Movie: Warner Bros. Wants Class, Cachet and Maybe Leonardo DiCaprio », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2018).
  12. (en) Justin Kroll, « Joaquin Phoenix in Talks to Play the Joker in Todd Phillips’ Standalone Movie (EXCLUSIVE) », Variety, (consulté le 17 septembre 2018).
  13. (en) Borys Kit, « Joaquin Phoenix's Joker Origin Movie a Go at Warner Bros. », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 17 septembre 2018).
  14. (en) Borys Kit, « 'Joker' Movie: 'Deadpool 2' Actress Zazie Beetz in Talks to Join Joaquin Phoenix (Exclusive) », The Hollywood Reporter, (consulté le 17 septembre 2018).
  15. (en) Borys Kit, « Robert De Niro in Talks to Join Joaquin Phoenix in Joker Movie (Exclusive) », The Hollywood Reporter, (consulté le 17 septembre 2018).
  16. (en) « Robert De Niro and Frances Conroy join DC's Joker origin film », flickeringmyth, (consulté le 17 septembre 2018).
  17. (en) Umberto Gonzalez et Beatrice Verhoeven, « 'Joker': Frances Conroy in Talks to Play Mom to Joaquin Phoenix's Joker in 'Batman' Spinoff (Exclusive) », TheWrap, (consulté le 17 septembre 2018).
  18. (en) Justin Kroll, « Joaquin Phoenix’s Joker Movie Eyes ‘Glow’ Star Marc Maron (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 17 septembre 2018).
  19. (en) Jenna Anderson, « Bryan Callen Cast in 'Joker' Origin Movie », ComicBook, (consulté le 17 septembre 2018).
  20. Adam Chitwood, « Brett Cullen Replaces Alec Baldwin as Thomas Wayne in ‘Joker’ », sur Collider, (consulté le 17 septembre 2018).
  21. (en) Anthony D'Alessandro, « Alec Baldwin Joins Todd Phillips’ ‘Joker’ », Deadline, (consulté le 17 septembre 2018).
  22. (en) Max Evry, « Unexpected First Look at Joaquin Phoenix as The Joker », ComingSoon.net, (consulté le 17 septembre 2018).
  23. a b c d et e « Joker (2019) », sur Cinezik (consulté le 10 octobre 2019).
  24. Convention CinemaCon.
  25. « Todd Phillips sur Instagram : Teaser trailer tomorrow. #JokerMovie », sur Instagram (consulté le 3 avril 2019).
  26. Warner Bros. Pictures, « JOKER - Teaser Trailer - In Theaters October 4 », (consulté le 3 avril 2019).
  27. (en) Angie Han, « 'Joker' just unveiled its first teaser at CinemaCon, and the hype is real », sur Mashable (consulté le 3 avril 2019).
  28. a et b Renaud Baronian, « “Joker” : c’est le film de l’année ! », sur leparisien.fr, (consulté le 7 novembre 2019).
  29. a et b « Quand Gotham et l'Amérique enfantent du Joker », sur CinéSéries, (consulté le 7 novembre 2019).
  30. a et b Le Figaro, « Joker, Chambre 212, Papicha... Les films à voir ou à éviter cette semaine », sur Le Figaro.fr, (consulté le 7 novembre 2019).
  31. a b c et d (en) « Joker (2019) », sur Box Office Mojo (consulté le 14 décembre 2019).
  32. a et b (en) Anthony D'Alessandro et Nancy Tartaglione, « 'Joker' To Laugh Up $155M+ Opening Around The World – Box Office Preview », sur Deadline Hollywood, (consulté le 3 octobre 2019).
  33. a et b (en) Nancy Tartaglione, « 'Joker’ Jolts October With $141M Overseas & $234M Global Bows, Thrashes ‘Venom’ Records – International Box Office », sur Deadline Hollywood, (consulté le 6 octobre 2019).
  34. (en) Pamela McClintock, « 'Joker' Box Office: All the Records Broken », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 7 octobre 2019).
  35. Mark Kermode, « Joker review – an ace turn from Joaquin Phoenix », sur The Observer, (consulté le 7 octobre 2019).
  36. Jim Vejvoda, « Joker Review » [archive du ], sur IGN, (consulté le 1er septembre 2019).
  37. Xan Brooks, « Joker review – Joaquin Phoenix's villain has last laugh in twisted tale » [archive du ], sur The Guardian, (consulté le 1er septembre 2019).
  38. Owen Gleiberman, « Venice Film Review: 'Joker' » [archive du ], sur Variety (magazine), (consulté le 1er septembre 2019).
  39. « Vu des États-Unis. Le film “Joker” divise la critique sur fond de polémique liée à sa violence », sur Courrier international, (consulté le 12 octobre 2019).
  40. « Pourquoi "Joker" avec Joaquin Phoenix fait-il autant polémique ? », sur RTL.fr (consulté le 12 octobre 2019).
  41. (en) Michael Cavna closeMichael CavnaWriter/artist for Comic Riffs et Covering Visual Storytelling, « Why ‘Joker’ became one of the most divisive movies of the year », sur Washington Post (consulté le 14 octobre 2019).
  42. Philippe Guedj, « Polémique “Joker” : le réalisateur s'explique et règle ses comptes », sur Le Point, (consulté le 12 octobre 2019).
  43. Constance Jamet, « La route de Joaquin Phoenix vers l’Oscar est semée d’embûches », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 octobre 2019).
  44. (en) « Brilliant and Unforgettable, ‘Joker’ Borders on Genius », sur Observer, (consulté le 14 octobre 2019).
  45. Le JDD, « Dans "Joker", Joaquin Phoenix livre une virtuose prestation », sur lejdd.fr (consulté le 14 octobre 2019).
  46. « Après son Lion d'or à Venise, Joker est adulé par la critique au Festival de Toronto - Actualité Film », sur EcranLarge.com, (consulté le 14 octobre 2019).
  47. « "Joker" : Au Phoenix de la folie ! », sur Bold Magazine, (consulté le 21 novembre 2019).
  48. Pamela McClintock, « 'Joker' Box Office: All the Records Broken », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 7 octobre 2019).
  49. Anthony D'Alessandro, « Warner Bros' 'Joker' Final Number Grows To $96M, Setting Records For October, Todd Phillips, Joaquin Phoenix & Robert De Niro », sur Deadline Hollywood, (consulté le 7 octobre 2019).
  50. Nancy Tartaglione, « 'Joker' Jumps Higher With $152M Overseas & $248M Global Bows, Smashes October Records – International Box Office », sur Deadline Hollywood, (consulté le 7 octobre 2019).
  51. Scott Mendelson, « 'Joker' Shatters Box Office Records With Huge $13.3 Million Thursday », sur Forbes, (consulté le 7 octobre 2019).
  52. Amanda Prestigiacomo, « 'Joker' Posts HUGE Numbers In Record-Breaking Opening », sur The Daily Wire, (consulté le 7 octobre 2019).
  53. Hailey Waller, « ‘Joker’ Opens at $39.9 Million Friday, Eyes October Record », sur Bloomberg News, (consulté le 11 octobre 2019).
  54. Gitesh Pandya, « #Joker kept breaking records WED w/ $9.6M lifting cume to $129.4M. It's already set these all-time daily #boxoffice records for the month of OCT », sur BoxOfficeGuru, (consulté le 11 octobre 2019).
  55. Anthony D'Alessandro, « 'Joker' Rakes In $9.7M, Best Monday Ever In October, Cume Stands Near $106M », sur Deadline Hollywood, (consulté le 8 octobre 2019).
  56. Scott Mendelson, « As ‘Joker’ Tops $300 Million, Why Its Biggest Artistic Weakness Is Also The Key To Its Box Office Success », sur Forbes, (consulté le 9 octobre 2019).
  57. « Joker (2019) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 20 octobre 2019).
  58. « Top Lifetime Grosses by MPAA Rating », sur Box Office Mojo (consulté le 24 janvier 2020).
  59. « Joker a franchi le milliard de dollars au box-office mondial », sur Mouv (consulté le 17 novembre 2019).
  60. « Top Lifetime Grosses by MPAA Rating », sur Box Office Mojo (consulté le 24 janvier 2020).
  61. « Joker (2019) », sur JPBox-Office (consulté le 24 février 2019).
  62. « Incel ou Gilet jaune ? Derrière le masque du Joker... », sur France Culture.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  63. a et b Philippe Guedj, « Manifestation : le masque du Joker fait tache d'huile », sur lepoint.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  64. Matthieu Deprieck, « Cinéma: «Joker», les Gilets jaunes version Hollywood », sur L'Opinion.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  65. a et b Robin Andraca, « Le Joker, nouvelle figure de la contestation urbaine à travers le monde ? », sur liberation.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  66. Ronan Tésorière avec AFP, « Le «Joker», de carton du box-office à symbole des contestations populaires », sur leparisien.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  67. (en) Ariston Anderson, « Venice: Todd Phillips' 'Joker' Wins Golden Lion, Roman Polanski Wins Silver Lion » [archive du ], sur The Hollywood Reporter, (consulté le 7 septembre 2019).
  68. (en) Venice Biennale Editors, « Collateral Awards of the 76th Venice Film Festival », sur Venice Biennale, (consulté le 9 septembre 2019).
  69. (en) « Easter Egg », sur Reddit, (consulté le 25 octobre 2019).
  70. (en) « Ace in the hole », sur Youtube, (consulté le 25 octobre 2019).
  71. « Le Joker : une suite prévue pour 2022 ? » (consulté le 2 mai 2020)

Liens externes