John Woo

John Woo
Description de cette image, également commentée ci-après
John Woo en 2005
Naissance (73 ans)
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Nationalité Chinoise
Profession Réalisateur, Producteur, Scénariste
Films notables Le Syndicat du crime
The Killer
Une balle dans la tête
À toute épreuve
Chasse à l'homme
Volte-face
Les Trois Royaumes

John Woo, de son vrai nom Wu Yu-seng (吴宇森) en mandarin, ou Ng Yu-sum en cantonais, est un réalisateur, producteur et scénariste chinois, né le à Canton, en Chine.

Dirigeant de la maison de production Lion Rock Productions, il est considéré comme ayant beaucoup influencé le cinéma d'action et est connu pour ses séquences d'action chaotiques, ses « impasses mexicaines », son usage fréquent du ralenti et comme étant le représentant officiel du genre heroic bloodshed.

Il a réalisé plusieurs importants films d'action chinois, tels que Le Syndicat du crime (1986), The Killer (1989), Une balle dans la tête (1992), À toute épreuve (1992), et Les Trois Royaumes (2008/2009).

Durant sa période hollywoodienne, il réalise Chasse à l'homme (1993), Broken Arrow (1996), Volte-face (1997) et Mission impossible 2 (2000). Il est également le créateur de la série de bandes dessinées Seven Brothers , publiée par Virgin Comics . Il cite ses trois films préférés comme étant Lawrence d'Arabie de David Lean, Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa et Le Samouraï de Jean-Pierre Melville.

Biographie

C'est à Canton, le , qu'est né John Woo. En 1951, sa famille, abandonnant tous ses biens, s'installe à Hong Kong. À 9 ans, alors que ses parents sont dans la misère, John entame une scolarité grâce aux subsides de familles catholiques américaines. Très vite, il découvre le cinéma et commence, alors qu'il intègre le Matteo Ricci College, à réaliser des films expérimentaux en 8 mm : Accidentally, Fast Knot, The Cruel One. Âgé de 23 ans, John Woo devient assistant de production aux studios Cathay . Deux ans plus tard, en 1971, il rejoint la plus importante compagnie de production de Hong Kong, la Shaw Brothers, et devient l'assistant personnel de l'un des grands réalisateurs de cinéma d'action, Chang Cheh. Deux ans après, il réalise Les Jeunes Dragons, son premier long métrage. Impressionné par le film, les dirigeants de la Golden Harvest lui offrent la chance de signer un contrat. Suivent alors plusieurs films d'arts martiaux, dont Shing, le fantastique Mandchou, avec Jackie Chan. La même année, il co-réalise la comédie Mr Boo détective privé avec Michael Hui même s'il n'est pas crédité au générique.

En 1983, il rallie les rangs de la Cinema City, dans laquelle Tsui Hark, le réalisateur de Il était une fois en Chine lui permet de tourner Le Syndicat du crime, son plus grand succès en Chine. Sous la pression des studios, John Woo en tournera rapidement une suite, avant de passer le relais à Tsui Hark pour le troisième et dernier opus. Mais c'est véritablement en 1989 que le talent du cinéaste éclate aux yeux du monde avec ce qui sera plus tard considéré, y compris par lui-même, comme son chef-d'œuvre, The Killer. Le film rencontrera un vif succès dans les différents festivals étrangers où il sera présenté et suscitera même plus tard l'admiration de réalisateurs aussi réputés que Martin Scorsese ou Quentin Tarantino. Un an plus tard sort ce que beaucoup considèrent comme son chef-d'œuvre maudit, Une balle dans la tête, film très personnel pour Woo mais qui sera un échec retentissant au box-office et restera un gouffre financier pour les studios. Son dernier film hongkongais, À toute épreuve, est encore aujourd'hui considéré comme un summum du film de gunfights. En apparence divertissant, le film présente une vision pour le moins noire et glaçante de Hong Kong à la veille de la rétrocession à la Chine. Il permet en outre à Woo de s'établir définitivement comme le maître du cinéma d'action et lui fournit la plus belle des cartes de visite auprès des studios hollywoodiens, qui le débauchèrent un an plus tard. C'est grâce à cette série de films épiques que le réalisateur deviendra l'un des chefs de file d'un nouveau genre de cinéma d'action à portée métaphysique, le Heroic bloodshed, mettant en scène des héros brisés par la vie, en quête d'une rédemption qu'ils ne trouvent que dans la violence.

Décidé depuis longtemps à s'expatrier vers les États-Unis, John Woo s'installe en 1992 à Los Angeles, et ne tarde pas à réaliser son premier film américain, Chasse à l'homme, avec en vedette un autre exilé, belge celui-là, Jean-Claude Van Damme. Mais c'est un coup dans l'eau dans la mesure où ses thèmes de prédilection et ses effets de mise en scène sont bridés par les studios. Deux ans plus tard, Broken Arrow, avec John Travolta, permet au réalisateur de renouer avec une certaine stylisation de la violence, mais c'est avec Volte-face, brillant face-à-face entre John Travolta et Nicolas Cage, qui s'échangent leurs visages, que le talent du réalisateur refait véritablement surface. Après trois ans de tractations, de préparation et de tournage, John Woo réalise alors avec Mission impossible 2, suite du film réalisé par Brian De Palma, lui-même inspiré de la célèbre série télévisée. Ses deux films suivants, Windtalkers : Les Messagers du vent, qui prend pour héros les Indiens Navajos chargés des transmissions au sein de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, et Paycheck, adaptation d'un roman de Philip K. Dick avec Ben Affleck, rencontreront tous deux un accueil mitigé et pousseront le cinéaste à repartir en Chine. C'est là-bas qu'il renoue avec la gloire en 2008 avec une nouvelle adaptation littéraire, Les Trois Royaumes, film de tous les records puisqu'il devient à la fois le plus gros budget et le plus gros succès au box-office de l'histoire du cinéma chinois. Il co-réalise ensuite Le Règne des assassins avec Michelle Yeoh puis tourne The Crossing, un film en deux parties qui sortent en 2014 et 2015. Dotée d'une distribution asiatique prestigieuse, cette épopée de quatre heures raconte les histoires parallèles de plusieurs personnages finissant tous par se retrouver passagers sur le Taiping, un bateau à vapeur qui fait naufrage en 1949 alors qu'il navigue de Chine continentale jusqu'à Taïwan et qui est depuis surnommé le « Titanic chinois ». C'est cependant un échec au box-office et John Woo et son associé Terence Chang  sont obligés de dissoudre la Lion Rock Productions, leur société de production[1].

Il revient en 2017 avec Manhunt, une reprise d'un film japonais de 1976, dont le projet a été initié dans le but de rendre hommage à l'acteur Ken Takakura, mort en 2014, qu'il cite comme l'une de ses plus grandes influences : « Ken Takakura est l'un de mes acteurs favoris dans le monde. C'était mon idole et il a influencé beaucoup de mes films. L'image de Chow Yun-fat dans Le Syndicat du crime a été inspirée par l'image et le style de Takakura. Je voulais faire un film dédié à Ken Takakura[2] ». Mais de nouveau, c'est un échec au box-office.

En sus de sa carrière de réalisateur et de producteur, il faut également signaler que John Woo a également exprimé ses aptitudes d'acteur en apparaissant dans plusieurs de ses films, tenant par exemple le rôle principal de Rebel From China, mis en scène par Raymond Lee, film sorti en 1990 en Asie.

Empreintes sur l'avenue des stars à Hong Kong

Filmographie

Réalisateur

Longs métrages

Courts métrages

  • 1968 : The evil one (film perdu)
  • 1968 : Dead Knot (死节, Sijie) (coréalisateur)
  • 1968 : Accidentally (偶然, Ouran )
  • 1978 : Hello, Late Homecomers (哈罗,夜归人, Ha luo, ye gui ren ) - premier segment
  • 2005 : Les Enfants invisibles - segment Song Song and Little Cat (film commissionné par l'Unicef)

Téléfilms

Publicités

Producteur ou producteur délégué

Autres travaux

Récompenses

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • John Woo de Caroline Vié-Toussaint, Dark star, 2001
  • John Woo de Donatello Fumarola & Elio Lucantonio, Dino Audino Editore, 1999

Article connexe

  • Violence esthétique 

Liens externes