John Travolta

John Travolta
Description de cette image, également commentée ci-après

John Travolta au Festival du cinéma américain de Deauville en 2013.

Nom de naissance John Joseph Travolta
Naissance (63 ans)
Englewood, New Jersey (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Chanteur
Danseur
Producteur
Films notables La Fièvre du samedi soir
Grease
Pulp Fiction
Blow out
Site internet www.travolta.com

John Travolta est un acteur, chanteur, danseur et producteur de cinéma américain né le à Englewood (New Jersey).

Il devient célèbre grâce aux films musicaux La Fièvre du samedi soir et Grease, avant de connaître un long passage à vide. Il retrouve la notoriété avec Allô maman, ici bébé ! et surtout Pulp Fiction (qui lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur acteur en 1995), puis enchaîne les succès comme Get Shorty et Volte-face.

Biographie

Jeunesse

Né dans une famille d'acteurs, John Travolta est le cadet de six enfants (il a deux frères et trois sœurs : Joey, Margaret, Sam, Ellen et Ann). Son père Salvatore, footballeur semi-professionnel qui deviendra commerçant et collaborateur d'une firme de pneus, est fils d'un immigré napolitain. Sa mère, Helen Cecilia (née Burke), est quant à elle d'origine irlandaise. Elle fut actrice, réalisatrice et chanteuse (dans un groupe de radio locale, les Sunshine Sisters) puis professeur d'anglais et d'art dramatique.

En 1970, il abandonne les études à l'âge de 16 ans pour se consacrer à la comédie musicale. Il prend des cours de claquettes avec Fred Kelly, le frère de Gene Kelly et obtient différents petits rôles dans des comédies musicales de Broadway à New York (dont un petit rôle dans Grease en 1972) et le spectacle de music-hall rétro des Andrews Sisters.

Carrière

John Travolta en 1983.

En 1975, John Travolta débute dans la série télévisée Welcome Back, Kotter  où il incarne le rôle d'un jeune homme désinvolte qui lui colle à la peau et le rend populaire aux États-Unis. En 1976, à la fin de la saison de cette série, il interprète le single Let Her In , atteignant la dixième place du Billboard Hot 100 en juillet de la même année.

En 1977, il atteint la consécration mondiale grâce à La Fièvre du samedi soir avec le rôle de Tony Manero suivi en 1978 de l'immense succès de l'adaptation au cinéma de la comédie Grease, où il joue Danny Zuko et chante avec sa partenaire et compagne Olivia Newton John (Sandy Olson). Ces films sont parmi les films les plus rentables de la décennie. Grâce à leur don pour la danse et leur charisme, sa partenaire Olivia Newton-John et lui deviennent des phénomènes de société planétaires, des icônes et légendes vivantes du disco au succès duquel ils contribuent au niveau mondial. La bande originale du film truste les premières places des hit-parades avec les titres You're the One That I Want, Summer Nights, Hopelessly devoted to you. Pour La Fièvre du samedi soir, Travolta gagne une nomination pour l'Oscar du meilleur acteur. De fait, à 24 ans, il devient un des acteurs les plus jeunes à avoir été nommé à l'Oscar du meilleur acteur. Sa mère et sa sœur Ann font des apparitions dans La Fièvre du samedi soir et sa sœur Ellen fait une apparition en tant que serveuse dans Grease.

En 1979, il connait un de ses premiers échecs commerciaux avec le film Le Temps d'une romance de Jane Wagner[1]. Resté en contact avec Brian De Palma, il demande à jouer, en 1981 dans son film Blow Out, ce que le réalisateur accepte[1]. Comme John Travolta est à l'époque une véritable star, le film, au départ à petit budget, devient un « film énorme », qui coûte 18 millions de dollars[1]. Mais c'est un échec commercial qui affecte durablement la carrière de John Travolta[1]. De Palma jugera que l'échec de Blow Out provient en partie du fait qu'avec une star comme Travolta, les spectateurs s'attendaient à une histoire d'amour et non à une fin aussi dure que celle du film[1].

Les années 1980 marquent la fin du disco et l'acteur enchaîne les demi-échecs jusqu'à la comédie familiale Allô maman, ici bébé ! en 1989 et ses suites Allô maman, c'est encore moi et Allô maman, c'est Noël, qui le font renouer avec le succès au box-office international.

La princesse Diana et John Travolta, le à la Maison-Blanche.

En 1994, il est contacté par Quentin Tarantino, dont Blow Out est un des trois films préférés, pour jouer dans Pulp Fiction, qui lui permettra de voir sa carrière renouer avec la gloire[1]. Il est nommé pour ce film à l'Oscar du meilleur acteur en 1995. Le film obtient la Palme d'or du festival de Cannes 1994 et relance définitivement la carrière de John Travolta. Il redevient l'un des acteurs les plus demandés, les plus garants de succès au box-office et les mieux payés du monde avec 20 millions de dollars par film.

En 1995, il continue le film de gangsters avec Get Shorty, puis incarne l'archange Michael. À nouveau sollicité dans le domaine des films d'action, il tourne sous la direction de John Woo dans Broken Arrow et Volte-face, où il affronte Nicolas Cage dans un étonnant échange de rôles. Il fait également partie du casting impressionnant de La Ligne rouge de Terrence Malick.

John Travolta (1991).

Au début des années 2000, John Travolta tourne dans le film Battlefield Earth d'après le roman en trois volumes de L. Ron. Hubbard. Il en est même le producteur car ce film lui tient à cœur en raison de son engagement scientologue, mais le public ne suivra pas et le film sera un énorme échec. Il revient cependant l'année suivante avec un rôle de terroriste patriote dans Opération Espadon, aux côtés de Hugh Jackman et Halle Berry. En 2002, il fait une apparition à la fois dans son propre rôle et dans celui du méchant Goldmember dans le troisième épisode de la saga Austin Powers, Austin Powers dans Goldmember. En 2003, neuf ans après Pulp Fiction, il retrouve Samuel L. Jackson dans Basic. En 2004, il joue le rôle d'Howard Saint, le « méchant » du film The Punisher, adaptation du comic Marvel. Il retrouve en 2005 son rôle de Chili Palmer qu'il tenait dans Get Shorty dix ans plus tôt pour sa suite, Be Cool.

En 2007, il revient à la comédie musicale avec Hairspray puis tourne dans le thriller d'action L'Attaque du métro 123 aux côtés de Denzel Washington. En 2010, il revient à l'action pure et dure en incarnant Charlie Wax dans From Paris with Love aux côtés de Jonathan Rhys-Meyers sous la direction de Pierre Morel. Le film sera un énorme succès mondial comme Taken, le précèdent film de Pierre Morel.[réf. nécessaire]

En novembre 2012, il sort avec Olivia Newton-John un album caritatif de chants de Noël This Christmas. Les bénéfices de cet album collaboratif sont donnés pour The Olivia Newton-John Cancer & Wellness Center et la Jett Travolta Foundation[2].

En 2013 il reçoit un prix d'honneur à l'occasion du 48e festival de Karlovy Vary, en République tchèque. Le réalisateur Oliver Stone le reçoit également[3],[4].

En 2016, après plusieurs longs-métrages passés inaperçus, John Travolta rebondit avec succès à la télévision grâce à la série American Crime Story : L'Affaire O.J. Simpson, dans lequel il incarne l'avocat Robert Shapiro. Également producteur de la série, Travolta obtient un Primetime Emmy Award de la meilleure série limitée.

Vie privée

John Travolta est un membre actif de la scientologie, comme son collègue Tom Cruise. Il vit actuellement à Ocala en Floride, où il possède une villa dont l'architecture, à la mode des années 1960, comporte un aéroport avec des pistes privées. Il possède également des résidences à Santa Barbara, en Californie, à Islesboro dans le Maine et à Hawaii.

Le , il épouse l'actrice américaine Kelly Preston, avec qui il a trois enfants : Jett Travolta (né le , mort le d'une crise cardiaque consécutive à la maladie de Kawasaki)[5],[6], Ella Bleue Travolta (née le ) et Benjamin Travolta (né le 23 novembre 2010).

Aviation

Passionné d'aviation, il a passé son brevet de pilote privé et se déplace partout dans le monde avec son Boeing 707 personnel, qui a appartenu à la compagnie australienne Qantas (dont l'ensemble des frais est payé par son studio de production)[réf. nécessaire] et son jet Gulfstream G500 personnel qu'il pilote lui-même. Par ailleurs, il est l'ambassadeur de la compagnie Qantas[7]. Il est l'auteur du livre Propeller One-Way Night Coach, qui raconte le premier vol du jeune Jeff à huit ans[8].

Une polémique est née le lorsqu'on a appris que l'acteur avait débarqué la veille à Port-au-Prince, avec son propre jet et de l'aide humanitaire, ainsi qu'une équipe de secours composée de médecins et de « ministres volontaires » issus de la scientologie[9].

Filmographie

John Travolta au festival de Cannes 1997.

Cinéma

Longs métrages

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Documentaires

  • 1996 : Orientation: A Scientology Information Film (court métrage) : lui-même
  • 1997 : Off the Menu: The Last Days of Chasen's : lui-même
  • 1998 : Junket Whore : Lui-même
  • 1999 : Our Friend, Martin de Rob Smiley et Vincenzo Trippetti : Papa de Kyle (voix)
  • 2005 : Magnificent Desolation: Walking on the Moon 3D de Mark Cowen : James Benson « Jim » Irwin (voix)

Télévision

  • 1972 : Emergency ! - Saison 2, épisode 2 : Chuck Benson
  • 1972 : Owen Marshall: Counselor at Law - Saison 2, épisode 13
  • 1973 : The Rookies - Saison 2, épisode 4 : Eddie Halley
  • 1974 : Nightmare de William Hale : l'homme devant la boutique (non crédité)
  • 1974 : Médecins d'aujourd'hui (Medical Center) - Saison 6, épisode 14 : Danny
  • 1975-1979 : Welcome Back, Kotter - Saisons 1 à 4 : Vinnie Barbarino
  • 1976 : The Tenth Level de Charles S. Dubin : un étudiant (non crédité)
  • 1976 : Mr. T and Tina - Saison 1, épisode 1 : Vinnie Barbarino
  • 1976 : L'Enfant-bulle (The Boy in the Plastic Bubble) : Tod Lubitch
  • 1987 : Basements, sketch « The Dumb Waiter » de Robert Altman : Ben
  • 1992 : Boris and Natasha de Charles Martin Smith : lui-même
  • 2016 : American Crime Story (Série TV, saison 1) de Ryan Murphy : Robert Shapiro
Clips

Distinctions

Source : IMDb

Récompenses

  • Festival international du film de Palm Springs 2008 : Meilleure distribution pour Hairspray partagé avec l'ensemble des acteurs

Nominations

  • MTV Movie Awards 1996 :
    • Meilleur méchant dans un film d'action pour Broken Arrow
    • Meilleur combat dans un film d'action pour Broken Arrow partagé Christian Slater
  • MTV Movie Awards 1997 :
    • Meilleur acteur dans un film dramatique pour Phénomène
    • Meilleur baiser dans un film dramatique pour Phénomène partagé avec Kyra Sedgwick

Voix françaises

En France, John Travolta a été doublé par vingt-trois comédiens différents. Parmi les plus fréquents, Renaud Marx,, et Antoine Tomé, l'ont doublé à six reprises chacun. Dominique Collignon-Maurin, Patrick Béthune, François Leccia et Thierry Hancisse l'ont aussi doublé respectivement à cinq, quatre et trois occasions pour les deux suivants. Par ailleurs, Daniel Russo a également été sa voix lors de la trilogie de films Allo maman, ici bébé et dans Broken Arrow. Dans Blow Out, c'est Gérard Depardieu qui assure le doublage.

Au Québec, Jean-Luc Montminy est la voix française régulière de l'acteur[15].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Brian de Palma : Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Calmann-Lévy, , 214 p. (ISBN 2-7021-3061-5), p. 96-97.
  2. « John Travolta et Olivia Newton-John reviennent avec le duo I Think You Might Like It ! », jukebo.fr.
  3. « John Travolta va recevoir un prix d'honneur lors d'un festival de cinéma en République tchèque », jeanmarcmorandini.com.
  4. « John Travolta va recevoir un prix d'honneur », Le Matin, 18 juin 2013.
  5. (en) « Jett Travolta, Son of Actors, Dies at 16. », CNN.com, 2 janvier 2008.
  6. « Décès soudain du fils de John Travolta âgé de 16 ans », dépêche AFP.
  7. (en) « John Travolta in South Africa »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur qantas.com
  8. (en)Propeller One-Way Night Coach (ISBN 978-0446522571)
  9. « Travolta débarque en Haïti avec son jet », Le Figaro, 26 janvier 2010.
  10. Diffusé en téléfilm sous le titre Un cri du cœur
  11. a et b « Comédiens ayant doublé John Travolta » sur Doublage.qc.ca, consulté le 22 octobre 2014.
  12. « Article sur François Leccia », sur Objectif-cinema.com, .
  13. a, b, c, d, e, f, g et h Carton du doublage français sur le DVD zone 2.

Voir aussi

Liens externes