John Lewis (homme politique)

John Lewis
Illustration.
John Lewis en 2006.
Fonctions
Représentant des États-Unis

(33 ans, 6 mois et 14 jours)
Élection
Réélection

3 novembre 1992
8 novembre 1994
5 novembre 1996
3 novembre 1998
7 novembre 2000
5 novembre 2002
2 novembre 2004
7 novembre 2006
4 novembre 2008
2 novembre 2010
6 novembre 2012
4 novembre 2014
8 novembre 2016
6 novembre 2018
Circonscription 5e district de Géorgie
Législature 100e, 101e, 102e, 103e, 104e, 105e, 106e, 107e, 108e, 109e, 110e, 111e, 112e, 113e, 114e, 115e et 116e
Prédécesseur Wyche Fowler
Biographie
Nom de naissance John Robert Lewis
Date de naissance
Lieu de naissance Troy (Alabama)
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Atlanta (Géorgie)
Nationalité Américain
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université Fisk
Religion Baptisme

John Robert Lewis, né le à Troy (Alabama) et mort le à Atlanta (Géorgie), est un militant et homme politique américain. Figure du Mouvement américain des droits civiques, il est depuis la fin des années 1980 membre de la Chambre des représentants des États-Unis sous la bannière du Parti démocrate.

Biographie

Jeunesse et formation

John Lewis est l'un des dix enfants d'Eddie et Willie Mae Carter Lewis, une famille de métayers qui gèrent une ferme dans les environs de Troy. S'il a une enfance heureuse, en revanche il ne supporte pas la ségrégation. Pendant son adolescence, il écoute les sermons du révérend Martin Luther King diffusés à la radio. Pour lui, Martin Luther King est le Moïse des Afro-Américains. Il est le seul de la fratrie à mener au bout ses études secondaires, ce qui lui permet, en 1957 d'être accepté à l,American Baptist Theological Seminary de Nashville dans le Tennessee[1],[2], devenu depuis l,American Baptist College . En 1958, il participe à des réunions animées par le révérend James Lawson de la Nashville Christian Leadership Conference[3] inspirée par les actions de Martin Luther King. Cette année marque son entrée dans une longue carrière de militant pour les droits civiques[1],[4],[5],[6].

Carrière

Le militant

Leaders de la Marche sur Washington, 1963. Lewis est deuxième à partir de la droite.

John Lewis s'engage dans le Mouvement américain des droits civiques, ainsi en 1961, il devient membre du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC)[7],[8],[9], c'est à ce titre que la même année il participe aux Freedom rides[10] organisées par James Farmer du Congress of Racial Equality (CORE)[11] qui demandaient l'application de la décision de l'arrêt de la Cour suprême concernant le cas Boynton v. Virginia  qui rendait illégale la ségrégation dans les transports publics[12],[13].

Avec Martin Luther King et James Lawson, il est l'un des théoriciens de l'action non violente[14].

En 1963, il est devenu l'un des dirigeant du SNCC et fait partie des Big Six (activists)  avec Martin Luther King Jr., James Farmer, A. Philip Randolph, Roy Wilkins et Whitney Young qui organisent la Marche sur Washington du 28 août 1963 ou Martin Luther King a tenu son discours historique "I have a dream"[15],[16].

Lewis en 1964

En 1965, il participe aux marches de Selma à Montgomery pour demander l'application du Civil Rights Act de 1964, entravée par des règlements des états sudistes empêchant les inscriptions des Afro-Américains sur les listes électorales[17]. Il mène la première marche du 7 mars 1965 avec Hosea Williams, arrivé au Edmund Pettus Bridge la police charge pour disperser les manifestants, John Lewis est matraqué et entre à l’hôpital victime d'un traumatisme crânien[18],[19], il supplie le président Lyndon B.Johnson d’intervenir en Alabama[20],[21]. La sauvagerie de la répression policière fait le tour du monde, ce dimanche prend le triste nom de Bloody Sunday (dimanche sanglant). Cette marche avec la répression qui en a suivie sera un des événements qui conduiront le à la promulgation du Voting Rights Act de 1965 interdisant les discriminations raciales dans l'exercice du droit de vote[22],[23].

En 1971, il quitte le SNCC pour devenir le troisième président du Voter Education Project  (VEP) une organisation créée à l'initiative du Southern Regional Council et soutenue par le Procureur général Robert F. Kennedy, pour gérer des programmes d'éducation des électeurs afro-américains et des campagnes d'inscription sur les listes électorales. Il prend la suite de Leslie Dunbar[24] (1962-1965) et de Vernon Jordan (1965-1970), il quittera la direction en 1977 pour embrasser la vie politique, il est remplacé par Vivian Malone Jones [25],[26],[27].

L'homme politique

En 1977, il se présente au élections du siège du 5e district congressionel de Géorgie laissé vacant par le départ d'Andrew Young qui vient d'être nommé par le président Jimmy Carter ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, mais il perd les primaires face à Wyche Fowler[28]. Mais il est engagé par le président Jimmy Carter pour prendre la direction de l'agence fédérale ACTION (U.S. government agency) [29],[30].

En 1981, il est il élu membre du conseil municipal d'Atlanta[31].

En 1987, il se représente aux élections de la Chambre des représentants des États-Unis en tant que représentant du 5e district congressionel de Géorgie, il est élu, son mandat sera régulièrement renouvelé jusqu'en 2018. Il a été le dernier membre du Congrès américain à avoir connu King[32]. « Il a changé ma vie » affirme-t-il. Lors d'une interview John Lewis dira « Quand Martin Luther King a été assassiné, j'ai senti que quelque chose venait de mourir en chacun d'entre nous. »[33].

En 1994, lors d'une visite de soutien à Nelson Mandela, avec d'autres personnalités comme Coretta King[34], John Lewis dit comprendre son combat car la situation des états du Sud des États-Unis du début des années 1960 était semblable à celle à l’Afrique du Sud de l’apartheid : Blancs et Noirs vont dans des écoles différentes, ils sont séparés dans les transports en commun. Les Noirs sont empêchés de s’inscrire sur les listes électorales[35],[36]. Ce même Nelson Mandela qui a été l'une des inspirations de John Lewis dès les années 1960[37].

Après avoir soutenu la candidature d'Hilary Clinton pour l'élection présidentielle de 2008, il soutient la candidature de Barack Obama[38],[39].

En 2016, lors d'une conférence donnée à Los Angeles, John Lewis met en garde les jeunes militants étudiants vis à vis du candidat des Républicains, Donald Trump, dont la rhétorique clivante et démagogique de ses discours lui rappelle certains des propos de George Wallace, gouverneur de l'Alabama pendant sa période de soutien de la ségrégation[40].

Toujours en 2016, suite à la fusillade du 12 juin 2016 à Orlando, il participe à un sit-in pour protester contre l'inaction du gouvernement fédéral quant au contrôle de la vente des armes[41].

En 2017, il décline l'invitation du président Donald Trump à participer à l'inauguration du Mississippi Civil Rights Museum[42].

Les hommages

Après son décès, plusieurs personnalités politiques vont rendre hommage à John Lewis parmi lesquelles : les anciens présidents des États-Unis (Barack Obama, George Bush, Bill Clinton, Jimmy Carter), Mike Pence, Joe Biden, Jesse Jackson, Cornell William Brooks , Franklin Graham , Keisha Lance Bottoms, Stacey Abrams, David Perdue, Kamala Harris, Brian Kemp, Kay Ivey, Andrew Cuomo, Phil Murphy, John Kerry, Sally Yates, Samantha Power[43],[44]. Le président Donald Trump, en déplacement en Caroline du Nord a déclaré qu'il n'irait pas rendre hommage à John Lewis au Capitole[45].

Joe Biden a déclaré : « La vie de John nous rappelle que le symbole le plus puissant de ce que signifie être un Américain est ce que nous faisons avec le temps dont nous disposons pour concrétiser la promesse de notre nation - que nous sommes tous créés égaux et méritons d'être traités avec équité. »[44].

L'ancien président Barack Obama a également rendu hommage à la légende des droits civiques « Il aimait tellement ce pays qu'il a risqué sa vie et son sang pour qu'il puisse tenir ses promesses]...[Et au fil des décennies, il a non seulement donné tout de lui-même à la cause de la liberté et de la justice, mais a inspiré les générations qui ont suivi pour essayer de vivre à la hauteur de son exemple. »[44].

Le Vice Président Mike Pence a dit à son sujet : « c'est un grand homme dont le courage et des décennies de dévouement à la vie publique ont changé l'Amérique pour toujours. »[44].

Nancy Pelosi la présidente de la Chambre des représentants a déclaré : « John Lewis était un titan du mouvement des droits civiques dont la bonté, la foi et le courage ont transformé notre nation. De la détermination avec laquelle il a dénoncé la discrimination des comptoirs de bar aux Freedom Rides, à la détermination dont il fait preuve dès jeune homme face à la violence et mort sur le pont Edmund Pettus, au leadership moral qu'il a apporté au Congrès pendant plus de 30 ans »[46].

Le 14e dalaï-lama qui l'a rencontré en 2009[47], a exprimé ses condoléances ainsi : «  Il n'était pas seulement un leader du mouvement américain des droits civiques; son engagement de principe en faveur de la non-violence et de la justice en a fait une inspiration et un phare moral pour le monde en général. »[48].

Depuis la mort de John Lewis une pétition est lancée par le conseiller du parti démocrate Michael Starr Hopkins[49],[50], le John Lewis Bridge Project[51], pour renommer le pont Edmund Pettus en pont John Lewis. L'argument en dehors de la valeur historique du pont en rapport avec les marches de Selma, c'est le nom d'Edmund Pettus qui fut non seulement un général de l'armée des États confédérés mais aussi un des dirigeants (probablement un Grand dragon) du Ku Klux Klan une organisation suprématiste qui s'est illustrée par ses actes de terrorisme envers la population afro-américaine et les Blancs anti-esclavagistes[52]. La pétition est soutenue par diverses personnalités comme Ava DuVernay, Kerry Washington, Paul McCartney, Dan Rather et Caroline Randall Williams, l'arrière petite fille d'Edmund Pettus[53],[54],[55],[56].

Vie personnelle

En 1968, il épouse Lilian Miles Lewis, qui décède en 2013 à l'âge de 73 ans de cause non connue[57],[58]. En 1976, ils adoptent un enfant âgé de deux mois, qu'ils nomment John-Miles Lewis[59].

En décembre 2019, John Lewis annonce qu'il est atteint d'un cancer du pancréas en stade 4[60],[61].

Le , John Lewis décède à l'âge de 80 ans à Atlanta[62],[63], des suites de son cancer[64],[65],[66],[67].

Avant ses funérailles, le corps de John Lewis a traversé pour une dernière fois le Pont Edmund Pettus le dimanche 19 juillet, puis sa dépouille a été exposée au Capitole de l'Alabama à Montgomery, puis les 20 et 21 juillet au Capitole de Washington. Enfin il est conduit à Atlanta où est célébrée la cérémonie funéraire dans l'église baptiste Ebenezer, puis John Lewis est enterré au South View Cemetery d'Atlanta où il repose aux côtés de son épouse[68],[69],[70],[71],[72].

Œuvres

Écrits

  • (en) co-écrit avec Michael D'Orso, Walking with the Wind: A Memoir of the Movement, 1999 (1re éd. 1998), 564 p. (ISBN 9780156007085, lire en ligne),
  • (en) Across That Bridge: A Vision for Change and the Future of America, Hyperion, , 220 p. (ISBN 9781401324117, lire en ligne),
  • (en) co-écrit avec Andrew Aydin (ill. Nate Powell), March: Book One, Top Shelf Productions, , 136 p. (ISBN 9781603093002, lire en ligne),
  • (en) co-écrit avec Andrew Aydin (ill. Nate Powell), March: Book Two, Top Shelf Productions, , 196 p. (ISBN 9781603094009, lire en ligne)[73],
  • (en) co-écrit avec Andrew Aydin (ill. Nate Powell), March: Book Three, Top Shelf Productions, , 246 p. (ISBN 9781603094023),

Photographique

  • Civil Rights and the Promise of Equality (préf. Lonnie G. Bunch III, photogr. John Lewis), GILES, , 80 p. (ISBN 9781907804472),

Prix et récompenses (sélection)

Lewis est élevé au grade de docteur honoris causa par l'université Brown en 2012

Historique électoral

Chambre des représentants des États-Unis

Résultats dans le 5e district de Géorgie[87]
Année John Lewis Républicain Indépendant
1986 75,31 % 24,69 %
1988 78,20 % 21,80 %
1990 75,59 % 24,41 %
1992 72,13 % 27,87 %
1994 69,13 % 30,87 %
1996 100,00 %
1998 78,51 % 21,49 %
2000 77,18 % 22,82 %
2002 100,00 %
2004 100,00 %
2006 99,95 % 0,05 %
2008 99,95 % 0,05 %
2010 73,72 % 26,28 %
2012 84,39 % 15,61 %
2014 100,00 %
2016 84,44 % 15,56 %
2018 100,00 %

Bibliographie

Essai

  • (en) James Haskins, John Lewis in the Lead: A Story of the Civil Rights Movement, Lee & Low Books, , 40 p. (ISBN 9781584302506, lire en ligne),

Articles

  • (en-US) Francesca Polletta, « Legacies and Liabilities of an Insurgent past: Remembering Martin Luther King, Jr., on the House and Senate Floor », Social Science History, Vol. 22, No. 4,‎ , p. 479-512 (34 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Francis Shor, « Utopian Aspirations in the Black Freedom Movement: SNCC and the Struggle for Civil Rights, 1960-1965 », Utopian Studies, Vol. 15, No. 2,‎ , p. 173-189 (17 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Erin Blakemore, « Remembering the Civil Rights Movement…With Comics », Daily Jstor,‎ (lire en ligne),

Notes et références

  1. a et b (en-US) Randal Rust, « American Baptist Theological Seminary », sur Tennessee Encyclopedia (consulté le 28 juillet 2020)
  2. (en-US) Adam Tamburin and Holly Meyer, « U.S. Rep. John Lewis' long civil rights legacy began here: 'Nashville prepared me' », sur The Tennessean (consulté le 28 juillet 2020)
  3. (en-US) Samuel Momodu, « Nashville Christian Leadership Council (1958-1964) • », sur Black Past, (consulté le 28 juillet 2020)
  4. (en-US) « Lewis, John », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 28 juillet 2020)
  5. (en-US) « John Lewis », sur Biography (consulté le 28 juillet 2020)
  6. (en-US) « John Lewis (1940-2020) », sur New Georgia Encyclopedia (consulté le 28 juillet 2020)
  7. a et b (en) « John Lewis | Biography, Accomplishments, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 28 juillet 2020)
  8. (en-US) « SNCC-People: John Lewis », sur www.ibiblio.org (consulté le 28 juillet 2020)
  9. (en-US) « Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 28 juillet 2020)
  10. (en) « Freedom Rides | History, Facts, &Significance », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 28 juillet 2020)
  11. (en) « The Freedom Rides of 1961, Testing Boynton v. Virginia », sur dummies (consulté le 28 juillet 2020)
  12. (en) « Boynton v. Virginia, 364 U.S. 454 (1960) », sur Justia Law (consulté le 28 juillet 2020)
  13. (en-US) Derrick Bryson Taylor, « Who Were the Freedom Riders? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  14. (en-US) Meilan Solly, « Smithsonian Leaders Reflect on the Legacy of Civil Rights Icon John Lewis », sur Smithsonian Magazine (consulté le 28 juillet 2020)
  15. (en-US) Gillian Brockell, « At the 1963 March on Washington, civil rights leaders asked John Lewis to tone his speech down », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  16. (en-US) Josiah Bates, « John Lewis' March on Washington Speech Inspired a Generation. Here's How He Recalled Its Impact to TIME », sur Time (consulté le 28 juillet 2020)
  17. (en) « Selma March | History, Date, Purpose, Importance, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 28 juillet 2020)
  18. (en-US) « 45 Years Since Selma, Rep. John Lewis Reflects », sur NPR.org, (consulté le 31 juillet 2020)
  19. (en-US) « Rep. John Lewis: An Oral History of Selma and the Struggle for the Voting Rights Act », sur Time magazine, (consulté le 31 juillet 2020)
  20. (en-US) « Eyewitness », sur www.archives.gov (consulté le 28 juillet 2020)
  21. (en-US) « John Lewis' Legacy Shaped in 1965 on 'Bloody Sunday' », US.News,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Christopher Klein, « How Selma's 'Bloody Sunday' Became a Turning Point in the Civil Rights Movement », sur HISTORY (consulté le 28 juillet 2020)
  23. (en-US) « Selma to Montgomery March », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 28 juillet 2020)
  24. (en-US) Richard Sandomir, « Leslie W. Dunbar, White Civil-Rights Leader of the ’60s, Dies at 95 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  25. (en-US) « Vivian Malone Jones », sur NAACP Legal Defense and Educational Fund (consulté le 28 juillet 2020)
  26. (en-US) « Voter Education Project », sur New Georgia Encyclopedia (consulté le 28 juillet 2020)
  27. (en-US) Ari Berman, « John Lewis' legacy is the right to vote. And it's under attack. », sur Mother Jones (consulté le 28 juillet 2020)
  28. (en-GB) Michael Carlson, « John Lewis obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  29. (en-US) « Congressman John Lewis », sur American Civil Liberties Union (consulté le 28 juillet 2020)
  30. (en-US) « John Lewis », sur Congressman John Lewis, (consulté le 28 juillet 2020)
  31. (en-US) Meilan Solly, « Smithsonian Leaders Reflect on the Legacy of Civil Rights Icon John Lewis », sur Smithsonian Magazine (consulté le 28 juillet 2020)
  32. (en-US) Vann R. Newkirk, « How Martin Luther King Jr. Recruited John Lewis », The Atlantic,‎ (ISSN 1072-7825, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  33. (en-US) « Opinion | ‘I just felt like something had died in all of us’: John Lewis on the death of Martin Luther King », sur Washington Post (consulté le 28 juillet 2020)
  34. (en) « From Selma to Soweto: Nelson Mandela and the Southern freedom struggle », sur Facing South, (consulté le 28 juillet 2020)
  35. (en-US) « The Passing of U.S. Congressman John Lewis », sur U.S. Embassy & Consulates in South Africa, (consulté le 28 juillet 2020)
  36. (en-US) Katharine Q. Seelye, « John Lewis, Towering Figure of Civil Rights Era, Dies at 80 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  37. (en-US) Melanie Eversley, « Jesse Jackson, John Lewis say Mandela inspired them », sur USA TODAY (consulté le 28 juillet 2020)
  38. (en-US) David Remnick, « John Lewis’s Legacy and America’s Redemption », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  39. (en-US) « Rep. Lewis switches to Obama », sur Los Angeles Times, (consulté le 28 juillet 2020)
  40. (en-US) Javier Panzar, « Rep. John Lewis speaks out against Trump's divisive rhetoric during L.A. visit », sur Los Angeles Times, (consulté le 28 juillet 2020)
  41. (en-US) Katharine Q. Seelye, « John Lewis, Towering Figure of Civil Rights Era, Dies at 80 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  42. (en-US) Jelani Cobb, « The Essential and Enduring Strength of John Lewis », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  43. (en) Evan Semones, « Presidents, politicians and civil rights leaders pay tribute to John Lewis », sur POLITICO (consulté le 28 juillet 2020)
  44. a b c et d (en-US) « In Tributes, John Lewis Remembered As An American Hero », sur National Public Radio (consulté le 24 juillet 2020)
  45. (en) « Trump says he won’t go and pay respects to John Lewis at Capitol », sur The Independent, (consulté le 27 juillet 2020)
  46. (en-US) Caroline Hallemann, « John Lewis to Become the First Black Lawmaker to Lie In State in the Capitol Rotunda », sur Town & Country, (consulté le 28 juillet 2020)
  47. (en) « Canada Tibet Committee | Library | WTN », sur www.tibet.ca (consulté le 28 juillet 2020)
  48. (en-US) « Dalai Lama condoles the passing of Congressman John Lewis », sur Phayul, (consulté le 28 juillet 2020)
  49. (en-US) « Michael Starr Hopkins », sur Ballotpedia (consulté le 27 juillet 2020)
  50. (en-US) Allyson Waller, « Death of John Lewis Fuels Movement to Rename Edmund Pettus Bridge », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020)
  51. (en-US) « The John Lewis Bridge Project », sur The John Lewis Bridge Project (consulté le 27 juillet 2020)
  52. (en-US) « Who Was Edmund Pettus? », sur Smithsonian Magazine (consulté le 27 juillet 2020)
  53. (en-US) WSFA Staff, « Great-great-granddaughter of Edmund Pettus wants bridge renamed », sur https://www.nbc12.com (consulté le 27 juillet 2020)
  54. (en-US) Sydney Trent, « https://www.washingtonpost.com/history/2020/07/26/john-lewis-bloody-sunday-edmund-pettus-bridge/?utm_campaign », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  55. (en-US) « Following Rep. John Lewis' Death, Support Grows Online for Renaming Selma's Pettus Bridge After the Civil Rights Icon », sur Time magazine, (consulté le 27 juillet 2020)
  56. (en-US) Melanie Gray, « Push to rename Edmund Pettus Bridge for John Lewis gains momentum after his death », sur New York Post, (consulté le 27 juillet 2020)
  57. (en) « Was John Lewis Married? The Iconic Civil Rights Leader Is Dead at Age 80 », sur Distractify (consulté le 28 juillet 2020)
  58. (en) Michelle E. Shaw et The Atlanta Journal-Constitution, « Lillian Miles Lewis, 73: Wife, adviser of U.S. Rep. John Lewis », sur ajc (consulté le 28 juillet 2020)
  59. (en-US) Stephanie Dube Dwilson, « John-Miles Lewis, John Lewis’ Son: 5 Fast Facts You Need to Know », sur Heavy.com, (consulté le 28 juillet 2020)
  60. (en-US) Louie Villalobos, « Rep. John Lewis diagnosed with stage 4 pancreatic cancer », sur USA TODAY (consulté le 28 juillet 2020)
  61. (en-GB) Guardian staff, « Civil rights leader John Lewis says he has stage 4 pancreatic cancer », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  62. « John Lewis, figure du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  63. (en-US) « John Lewis, Georgia Congressman and Civil Rights Icon, Dies at 80 », sur NBC10 Philadelphia (consulté le 28 juillet 2020)
  64. Le Figaro avec AFP, « John Lewis, figure des droits civiques aux États-Unis, est mort », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 juillet 2020)
  65. (en-US) Katharine Q. Seelye, « John Lewis, Towering Figure of Civil Rights Era, Dies at 80 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  66. (en-US) Jennifer Haberkorn, « John Lewis, civil rights icon and longtime congressman, dies », sur Los Angeles Times, (consulté le 28 juillet 2020)
  67. (en-US) Laurence I. Barrett, « John Lewis, front-line civil rights leader and eminence of Capitol Hill, dies at 80 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  68. (en) « John Robert Lewis (1940-2020) - Mémorial Find a... », sur fr.findagrave.com (consulté le 24 juillet 2020)
  69. (en) « John Lewis funeral to be held at Atlanta's Ebenezer Baptist Church », sur Los Angeles Times, (consulté le 24 juillet 2020)
  70. (en) Tia Mitchell, « John Lewis ‘celebration of life’ includes Atlanta funeral, stops in Alabama, Washington », sur ajc (consulté le 24 juillet 2020)
  71. (en-US) The Associated Press, « John Lewis Funeral to Be Held at Atlanta's Ebenezer Baptist », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  72. (en-US) « Rep. John Lewis Will Lie In State At The U.S. Capitol, With An Outdoor Public Viewing », sur National Public Radio. (consulté le 24 juillet 2020)
  73. (en-US) Erin Blakemore, « Remembering the Civil Rights Movement...With Comics », sur JSTOR Daily, (consulté le 28 juillet 2020)
  74. (en-US) « 1990 to 1999 – Wallenberg Legacy, University of Michigan » (consulté le 28 juillet 2020)
  75. (en-US) « John Lewis | JFK Library », sur www.jfklibrary.org (consulté le 28 juillet 2020)
  76. (en) « NAACP | Spingarn Medal Winners: 1915 to Today », sur NAACP (consulté le 28 juillet 2020)
  77. (en-US) « Congressman John R. Lewis », sur Academy of Achievement (consulté le 28 juillet 2020)
  78. (en-US) « John Lewis To Get Presidential Medal Of Freedom », sur NPR.org, (consulté le 28 juillet 2020)
  79. (en-US) Joshua Bote, « Rep. John Lewis received the Presidential Medal of Freedom in 2011. This is what Barack Obama said about him. », sur USA TODAY (consulté le 28 juillet 2020)
  80. (en-US) Erin Blakemore, « Civil Rights Legend John Lewis Won a Prestigious Comic Book Award », sur Smithsonian Magazine (consulté le 28 juillet 2020)
  81. (en-GB) Alison Flood, « US congressman wins Eisner award for graphic memoir of civil rights struggle », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  82. (en-US) « John Lewis », sur National Book Foundation (consulté le 28 juillet 2020)
  83. (en-US) Michael Cavna, « Rep. John Lewis’s National Book Award win is a milestone moment for graphic novels », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  84. (en-GB) Alison Flood, « Rep John Lewis tells National Book awards how he was refused entry to library because he was black », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  85. (en) Sandy Cohen, « Civil rights icon leads march through California Comic-Con », sur AP NEWS, (consulté le 28 juillet 2020)
  86. (en-US) « Civil Rights Icon Leads March Through Comic-Con », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 28 juillet 2020)
  87. (en) « Our Campaigns - Container Detail Page », sur www.ourcampaigns.com (consulté le 28 juillet 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • CiNii
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • Bibliothèque nationale de Catalogne
    • Bibliothèque nationale d’Australie
    • Base de bibliothèque norvégienne
    • WorldCat
  • Biographie de John Lewis au format bande dessinée pour adultes Wake up America
  • (en) Site officiel
  • (en) « John Lewis », sur www.congress.gov (consulté le 26 juillet 2020)