John Gavin

John Gavin
Description de cette image, également commentée ci-après
John Gavin en 1964 dans la série TV Destry.
Nom de naissance Juan Vincent Apablasa
Naissance
Los Angeles, Californie
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 86 ans)
Beverly Hills, Californie
États-Unis
Profession Acteur, diplomate
Films notables Le Temps d'aimer et le Temps de mourir

John Anthony Golenor, dit John Gavin, né Juan Vincent Apablasa le à Los Angeles (Californie) et mort le [1] à Beverly Hills, est un acteur américain et l'ambassadeur des États-Unis au Mexique de 1981 à 1986.

Biographie

Enfance et formation

Juan Vincent Apablasa Jr., John Gavin est d'ascendance mexicaine, chilienne et espagnole, et parlait couramment l'espagnol. Son père, Juan Vincent Apablasa, est d'origine chilienne, et ses ancêtres paternels, dont Cayetano Apablasa, étaient parmi les premiers propriétaires fonciers en Californie alors encore sous domination espagnole. La mère de John Gavin, Delia Diana Pablos, est issue de la famille historiquement influente Pablos dans l'État mexicain de Sonora. Environ deux ans après la naissance de John Gavin, sa mère a obtenu le divorce. Son second mariage a permis à Ray Golenor d'adopter John et a changé son nom en John Anthony Golenor.

Carrière militaire

Carrière au cinéma

Affiche anglophone du film Psychose avec John Gavin et Janet Leigh (1960).
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

John Gavin est le jeune premier romantique de l'après-guerre.

D'une grande beauté, dans la lignée de Cary Grant (moins l'humour) et Rock Hudson, il est choisi par Douglas Sirk (qui consacra Hudson) pour être le héros de deux mélodrames brillants : Le Temps d'aimer et le Temps de mourir, une adaptation d'un roman de Erich Maria Remarque, et Mirage de la vie, où il a pour partenaire Lana Turner. En 1960, il figure en bonne place dans Spartacus de Stanley Kubrick et dans Psychose d'Alfred Hitchcock.

Partenaire romantique de Doris Day (Piège à minuit), puis de Sophia Loren (Scandale à la cour) et de Susan Hayward (Histoire d'un amour), sa carrière de jeune premier se marginalise dès 1961 et menace de sombrer dans la mièvrerie, car il est régulièrement associé à Sandra Dee, notamment dans Romanoff et Juliette de Peter Ustinov, une adaptation parodique de Shakespeare où il joue un Roméo devenu le fils d'un ambassadeur russe. John Gavin accepte alors des rôles plus diversifiés. Il interprète, en 1967, le rôle-titre dans Pedro Páramo, un film mexicain réalisé par Carlos Velo d'après le roman éponyme de Juan Rulfo, puis accepte d'être Hubert Bonisseur de La Bath dans Pas de roses pour OSS 117 du Français André Hunebelle en 1968 et, l'année suivante, fait partie de la distribution internationale de La Folle de Chaillot, tourné en Grande-Bretagne, ce qui constitue son baroud d'honneur. Il ne tournera plus ensuite qu'une poignée de films pour le cinéma, d'horreur en général, dont La casa de las sombras au côté d'Yvonne De Carlo en 1976. Cependant, en 1971, les producteurs de James Bond annonce que Gavin succède à George Lazenby dans le rôle titre mais finalement, suite aux démarches de David Picker de la United Artists, c'est Sean Connery qui reprendra le rôle pour Les diamants sont éternels[2].

Sa carrière à la télévision s'avère très décevante : des participations à Mannix, La croisière s'amuse et, plus tard, L'Île fantastique et Pour l'amour du risque (ses deux derniers rôles). Seule exception notable : il prête ses traits séduisants pour incarner Cary Grant dans la biographie télévisée de Sophia Loren, avec celle-ci dans son propre rôle.

Diplomatie

John Gavin (2e à gauche) au côté de Nancy Reagan (au centre) après le séisme de 1985 à Mexico.

D'un père d'origine irlandaise et de mère mexicaine, il parle couramment l'espagnol. Il sera nommé ambassadeur des États-Unis au Mexique par son ami le président Ronald Reagan en mai 1981.

Mort

John Gavin meurt le 9 février 2018 à l’âge de 86 ans.

Vie privée

Divorcé de Cicely Evans, avec laquelle il a eu deux filles, John Gavin est marié de 1974 à sa mort avec l'actrice Constance Towers.

Filmographie

Cinéma

Télévision

  • 1960 : Insight (série) : un prêtre
  • 1962 : Alcoa Premiere (série) : William Fortnum
  • 1963 et 1965 : Suspicion (The Alfred Hitchcock Hour) (série) : Dr Don Reed / Johnny Kendall
  • 1964 : Destry (série) : Harrison Destry
  • 1964 : Le Virginien (The Virginian) (série) : Charles Boulanger/Baker
  • 1965 : Convoy (série) : commandeur Dan Talbot
  • 1970 : Cutter's Trail (téléfilm) : Ben Cutter
  • 1971 : Doris comédie (The Doris Day Show) (série) : Dr Forbes
  • 1973 : Mannix (série) : Arthur Danford
  • 1976 : Médecins d'aujourd'hui (Medical Center) (série) : lieutenant-colonel Halliday
  • 1977 : La croisière s'amuse (The Love Boat (série) : Dan Barton
  • 1978 : Doctor's Private Lives (téléfilm) : Dr Jeff Latimer
  • 1978 : Embarquement immédiat (Flying High) (série) : Sinclair
  • 1978 : The New Adventures of Heidi (téléfilm) : Dan Wyler
  • 1978 et 1981 : L'Île fantastique (Fantasy Island) (série) : Harry Kellino / Jack Foster
  • 1979 : Doctor's Private Lives (série) : Dr Jeff Latimer
  • 1980 : Sophia Loren (Sophia Loren: Her Own Story) (téléfilm) : Cary Grant
  • 1980 : Pour l'amour du risque (Hart To Hart) (série) : Craig Abernathy

Récompenses et nominations

Récompenses

Notes et références

Liens externes