Jim Dine

Jim Dine
JimDineWestmount.jpg

Jim Dine

Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Distinction
Œuvres réputées
1962 : Five Feet of Colorful Tools, au Museum of Modern Art, à New York.

Jim Dine, né le à Cincinnati dans l'Ohio, est un artiste américain, représentant du pop art, bien qu'il se considère comme lié à tort à ce mouvement[1]. Peintre, sculpteur, graveur, illustrateur et poète, on le considère parfois comme faisant partie du mouvement Neo-Dada.

Biographie

Jim Dine passe par l’Université de l'Ohio et obtient un Bachelor of Fine Arts (grade universitaire) de l'université de l'Ohio en 1957. Dans les années 1959-1960, Dine est l'un des pionniers des happenings qu'il réalise avec les artistes Claes Oldenburg, Allan Kaprow, Robert Whitman et le musicien John Cage. Le tout premier est The Smiling Worker, performance de 1959.

Au début des années 1960, Dine réalise des œuvres s'inscrivant dans le courant pop art à partir de motifs courants (cœurs, crânes…) ou de symboles de la vie de tous les jours (bouteilles, récipients, outils…) montés en série et parfois d'objets réels qu'il insère dans ses œuvres. Celles-ci rencontrent une critique favorable et un certain succès commercial, mais laissent Dine insatisfait. En 1966 il s'installe à Londres où il est exposé par Robert Fraser et pendant quatre ans peaufine sa technique. Il rentre aux États-Unis en 1970. Dans les années 1980 il se consacre davantage à la sculpture. Depuis, il semble trouver ses modèles davantage dans la nature que dans les objets fabriqués par l'homme.

Jim Dine vit et travaille à New York.

Il est représenté par la Galerie Daniel Templon à Paris et Bruxelles.  

Vie privée

Il se marie en 1957 avec Nancy Minto.

Œuvre

Cœurs jumeaux de six pieds
Musée des beaux-arts de Montréal

Le cœur, le peignoir, le crâne, la Vénus de Milo, le corbeau et le personnage de Pinocchio (36 lithographies pour ce dernier) sont des motifs récurrents dans son travail[1]. Le cœur est pour lui une évocation de la féminité et de la musique. Il le peint avec des couleurs vives,hautement chaudes, lumineuses. Le résultat est puissant[2].

Souvent très colorées, les toiles de Dine utilisent la technique du fondu (contours estompés) et des séries, avec une infinité de variations notamment dans les nuances chromatiques. Le motif du crâne, présent comme un rappel dans les toiles au milieu de nombreux objets banals et usuels du monde contemporain, renoue avec la tradition de la nature morte appelée "vanité". A still life with a red pepper as October changes our valley de 1977 montre ainsi deux rangs de fruits qui alternent avec des bouteilles vides derrière la transparence desquelles se profile un crâne ; des assemblages comme Wheatfields, sorte de charrue surmontée d'un crâne en bronze, reprennent cette technique. Les cœurs de Dine, motif récurrent, ont été comparés à une signature de l'artiste.

Expositions

Distinctions

Notes et références

  1. a et b Lucile Encrevé, « L’Odyssée de Jim Dine », sur revues.org
  2. a et b Stéphanie Courty, « Jim Dine, Göttingen Songs, 18 avril-13 juin 2009, Paris 3e. Galerie Daniel Templon », sur Paris-art.com
  3. L’odyssée de Jim Dine - Estampes 1985-2006- exposition de son œuvre gravé au Centre de la Gravure à La Louvière du 19/01 au 6/04/2008.
  4. (de) Jim Dine - Seit 1997 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin, Sektion Bildende Kunst sur le site de l'Akademie der Künste (1997)

Annexes

Bibliographie

  • Jim Dine Designs for "A Midsummer Night's Dream", New York, 1968
  • J. Gordon, Jim Dine, New York, 1970
  • Jim Dine: Complete Graphics, W. Berlin, 1970
  • Jim Dine: Prints, 1970–1977, 1977
  • C. W. Glenn, Jim Dine: Figure Drawings, 1975–1979, New York, 1979
  • N. Smilansky, An interview with Jim Dine, 1980
  • D. Shapiro, Jim Dine, New York, 1981
  • C. Ackley, Etchings by Jim Dine: Nancy Outside in July, New York, 1983
  • G. W. J. Beal, Jim Dine: Five Themes, New York, 1984
  • C. W. Glenn, Jim Dine: Drawings, New York, 1985
  • E. G. D'Oench and J. E. Feinberg, Jim Dine: Prints, 1977–1985, New York, 1986
  • (en) Barry Walker, « Jim Dine's Recent Prints », Print Quarterly, vol. 3, no 4, 1986
  • Jim Dine : Montrouge Paintings, catalogue d'exposition avec interview par Guy Boyer, Paris, Édition Galerie Templon, 2017

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale de Suède • Bibliothèque apostolique vaticane • WorldCat
  • Notices dans des bases relatives aux beaux-arts : Académie des arts de Berlin • Art UK • Artnet • Athenaeum • Auckland Art Gallery • Bénézit • Christie's • Delarge • Design and Artists Copyright Society • Galerie nationale de Finlande • Invaluable • Kunstindeks Danmark • Minneapolis Institute of Art • Musée Boijmans Van Beuningen • Musée des Beaux-Arts du Canada • Musée national centre d'art Reina Sofía • Museum of Modern Art • National Gallery of Art • National Gallery of Victoria • National Portrait Gallery • Smithsonian American Art Museum • Tate • Te Papa Tongarewa