Jérusalem

(Redirigé depuis Jerusalem)

Jérusalem
Sion
Blason de
Blason israélien de Jérusalem
Drapeau de
Drapeau israélien de Jérusalem
Jérusalem
Depuis le haut à droite : Panorama de Jérusalem vu depuis Givat ha'Arba, Mamilla, la vieille ville et le dôme du Rocher, un souk de la vieille ville, le bâtiment de la Knesset, le Mur des Lamentations, la tour de David et les murs de la vieille ville.
Noms
Nom hébreu יְרוּשָׁלַיִם (Yerushalayim)
Nom arabe القدس (al Quds) ou اورشليم (Ûrshalîm)
Administration
Maire
Mandat
Nir Barkat
depuis 2008
Démographie
Gentilé Hiérosolymitain
Population 901 300 hab. (2017[1])
Densité 7 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 47′ 00″ nord, 35° 13′ 00″ est
Altitude Min. 570 m
Max. 857 m
Superficie 12 520 ha = 125,2 km2
Revendications
Drapeau d’Israël Israël La ville entière est intégrée et administrée par Israël[Note 1]
Drapeau de la Palestine Palestine Jérusalem-Est[Note 2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Palestine (relief)

Voir sur la carte topographique de Palestine
Jérusalem

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir sur la carte topographique d'Israël
Jérusalem

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

Voir sur la carte topographique du Moyen-Orient
Jérusalem

Jérusalem /ʒe.ʁy.za.lɛm/ (ou Salem, également nommée Hiérosolyme ou Solyme en ancien français ; יְרוּשָׁלַיִם Yerushaláyim en hébreu [dénomination israélienne officielle] ; arabe : القدس al Quds ou اورشليم Ûrshalîm [dénomination israélienne officielle en arabe]) est une ville du Proche-Orient que les Israéliens ont érigée en capitale, que les Palestiniens souhaiteraient comme capitale et qui tient une place centrale dans les religions juive, chrétienne et musulmane.

La ville s’étend sur 126 km2 pour une population de 901 300 habitants en 2017[1]. La ville, chef-lieu du district de Jérusalem, est cosmopolite : s'y mêlent de nombreuses religions, peuples, groupes socio-économiques. La partie nommée vieille ville, entourée de remparts, est constituée de deux quartiers à dominante arabe, dits quartier chrétien et quartier musulman, ainsi que d’un quartier à dominante arménienne et d’un quartier à dominante juive.

Étymologie et dénominations

Vieille ville : panorama du Mur occidental (Mur des Lamentations) surmonté du dôme du Rocher et de la mosquée al-Aqsa.
Article détaillé : Noms de Jérusalem.

Jérusalem est mentionnée pour la première fois dans les textes égyptiens dits « d'exécration »[2],[3] (XXe et XIXe siècles av. J.-C., à la période où l'Égypte a vassalisé Canaan) sous le nom de Rushalimu. La prononciation exacte du nom égyptien ne ressort pas clairement des hiéroglyphes (on trouve aussi Urushalimu ou d'autres variantes[4],[2]). On peut supposer que le nom de la ville reflète le culte du dieu Shalem  ou Shalimu car il était courant alors d'appeler les cités du nom du dieu local[4],[2]. Le nom de Jérusalem se réfère donc au culte du dieu des Cananéens, Shalem était un dieu populaire dans le panthéon ouest sémitique, divinité de la création, de l'exhaustivité, et du soleil couchant. Comme la première syllabe de Jérusalem vient de uru, qui signifie « fondation » ou « ville fondée par », le sens du nom primitif est donc « fondée par Shalem », ou « sous la protection de Shalem »[5],[6],[7].

Une étymologie détaillée était donnée en 1859 par Sander et Trenel, le nom de « Yeru-Shalem » provient de deux

Monnaie sous Hadrien, Judée, 136 ap. J.-C. Inscription : COL[ONIA] AEL[IA] CAPIT[OLINA] COND[ITA] (Fondation de la colonie d'Aelia Capitolina)

racines chaldéennes : YeRu (« ville », « demeure »[Note 3]) et ShLM, qui a donné les mots shalom en hébreu et salaam en arabe. Cette racine ShLM signifie aujourd'hui « paix », mais le sens initial est celui de la complétude, de l'achèvement[8],[Note 4], d'où dérive ultérieurement la notion de paix[2].

En 130 après J.-C., l'empereur romain Hadrien change le nom de Jérusalem en « AElia Capitolina »[9], (Aelius, nom de famille d'Hadrien ; Capitolina, en hommage au dieu de Rome, Jupiter capitolin) et il refonde la ville. Devenue païenne, elle est la seule agglomération de la Palestine à être interdite aux Juifs jusqu'en 638. Durant plusieurs siècles, elle est simplement appelée Aelia, jusqu'en 325 où Constantin lui redonne son nom. Après la conquête musulmane du calife Omar en 638, elle devient Iliya (إلياء) en arabe, ou Bayt al-Maqdis (« Maison du Sanctuaire »), équivalent du terme hébreu Beit ha-Mikdash (« Maison sainte »), tous deux désignant le Temple de Jérusalem, ou le lieu du voyage et d'ascension de Mahomet, al-Aqsa, (الاقصى), où se situait auparavant le temple juif[10],[11].

Histoire

Article détaillé : Histoire de Jérusalem.

La frise chronologique ci-dessous présente la succession des principales puissances ou dynasties qui ont administré Jérusalem.

Empire britanniqueEmpire ottomanMameloukEmpire mongolAyyoubidesRoyaume de JérusalemFatimidesOmeyyadesRashidunEmpire byzantinSassanidesEmpire byzantinEmpire romainRévolte de Bar KokhbaEmpire romainHasmonéensGuerres de SyrieAchéménidesBabylone (royaume)AssyrieRoyaume d'IsraëlNouvel Empire égyptienPays de Canaan

Géographie

Vue satellitaire de Jérusalem.

Topographie

Jérusalem, couvrant 126 km2, est localisée entre la mer Méditerranée (à 52 km) et la mer Morte (à 22 km), sur l'extrémité d'un plateau calcaire des monts de Judée (dont le mont Sion) à 745 m d’altitude moyenne, avec de fortes variations entre monts et vallées (de 700 à 800 m environ). Le mont Scopus culmine à 826 m au Nord-Est et la vallée du Cédron descend sous les 600 m.

Monts

Le point le plus élevé est le mont Herzl à l'Ouest, avec 834 m[Note 5].

Les sept collines de Jérusalem[12] sont une région vallonnée des montagnes de Judée, dont les longues extensions se poursuivent vers la plaine côtière à l'Ouest et la vallée du Jourdain à l'Est[13]. En leur centre, Jérusalem est construite à quelque 700 mètres d'altitude[14] sur cette série de collines : l'Ophel avec les monts Moriah, Herzl ( הר הרצל) à l'Ouest, des Oliviers (har HaZeitim) s'étendant sur plus de trois kilomètres[15] avec les monts Sion, Scopus (הַר הַצּוֹפִים, har HaTsofim) au Nord-est... Ces collines lui ont servi de défense naturelle par le passé et ont joué un rôle dans son développement au cours des siècles. Elles figurent actuellement des sortes de frontières invisibles entre les divers quartiers de Jérusalem[16].

Et vallées

La cité est entourée de toutes parts de plusieurs vallées, parmi lesquelles celles au Nord, proches du plateau, sont moins prononcées que celles situées dans les autres directions. Les deux principales se trouvent au Nord-ouest de la ville actuelle.

À l'Est de l'ancien Temple, la vallée de Josaphat descend une partie de la ville pour devenir vallée du Cédron (nahal Kidron, נחל קדרון) ; elle sépare la Vieille ville du mont des Oliviers. À l'Ouest, se trouve l'étroite vallée de la Géhenne (Guei Hinnom, גיא הנום) qui débute près de la porte de Jaffa où ici, elle prend parfois le nom de « vallée de Mamilla »[17], se poursuit vers le Sud puis bifurque vers l'Est pour rejoindre la vallée transversale et celle de Kidron. Entre Kidron et Hinnom, et à l'Ouest du mont Moriah, la fine vallée transversale du Tyropéon qui a été en partie comblée (et en partie par l'actuelle rue King David), commence au Nord de la porte de Damas, entre dans la Vieille ville et continue sa route pour rencontrer la vallée latérale jusqu'à la Porte des Maghrébins (dite aussi « des Immondices »). Ces trois grandes vallées se rejoignent au Sud de l'Ophel pour s'unir en Cédron qui s'élargit et poursuit sa course plus loin au Sud-est vers le désert de Judée[16].

Climat

Jérusalem possède un climat méditerranéen, marqué par une forte chaleur et une forte aridité en été. Seuls quelques mois en hiver sont humides, en particulier février, où tombe plus de la moitié des précipitations totales annuelles. La neige survient une année sur trois, particulièrement en février ; certaines tempêtes ont fait beaucoup de dégâts, notamment en , avec 50 cm de neige, et en 1920, avec 97 cm[18].

Relevé météorologique de Jérusalem (1881-2007)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6,4 6,4 8,4 12,6 15,7 17,8 19,4 19,5 18,6 16,6 12,3 8,4 13,5
Température moyenne (°C) 9,1 9,5 11,9 17,1 20,5 22,7 24,2 24,5 23,4 20,7 15,6 11,2 17,5
Température maximale moyenne (°C) 11,8 12,6 15,4 21,5 25,3 27,6 29 29,4 28,2 24,7 18,8 14 21,5
Record de froid (°C) −6,7 −2,4 −0,3 0,8 7,6 11 14,6 15,5 13,2 9,8 1,8 0,2 −6,7
Record de chaleur (°C) 23,4 25,3 27,6 35,3 37,2 36,8 40,6 44,4 37,8 33,8 29,4 26 44,4
Précipitations (mm) 133,2 118,3 92,7 24,5 3,2 0 0 0 0,3 15,4 60,8 105,7 554,1
Nombre de jours avec précipitations 12,9 11,7 9,6 4,4 1,3 0 0 0 0,3 3,6 7,3 10,9 62
Source : Israel Meteorological Service[19],[20]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11,8
6,4
133,2
 
 
 
12,6
6,4
118,3
 
 
 
15,4
8,4
92,7
 
 
 
21,5
12,6
24,5
 
 
 
25,3
15,7
3,2
 
 
 
27,6
17,8
0
 
 
 
29
19,4
0
 
 
 
29,4
19,5
0
 
 
 
28,2
18,6
0,3
 
 
 
24,7
16,6
15,4
 
 
 
18,8
12,3
60,8
 
 
 
14
8,4
105,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Quartiers et urbanisme

Démographie

Article détaillé : Démographie de Jérusalem.

Religions à Jérusalem en 2017[21]

  •      Juifs (60,7 %)
  •      Musulmans (36,3 %)
  •      Chrétiens ou autres (3,0 %)

On appelle Hiérosolymitains les habitants de Jérusalem.

En 1947, il y avait 205 000 habitants dont 100 000 Juifs (49 %) et 105 000 Arabes et autres (51 %) dans le territoire incluant Jérusalem et les villes et villages proches dont Ein Kerem, Abu Dis, Bethléem et Shuafat [22]. En 1967, il y avait 263 307 habitants dont 195 700 Juifs (74 %) et 54 963 Arabes (21 %). En 2004, on comptait 706 000 habitants dont 458 000 Juifs (65 %) (dont 200 000 à l’est) et 225 000 Arabes (32 %). En 2017, 60,7 % des habitants de Jérusalem étaient juifs, 36,3 % musulmans et 1,4 % chrétiens[21].

En raison d'un taux de natalité plus élevé, la population arabe a augmenté en proportion depuis 1967[23], passant de 20 % en 1967 à 32 % en 2004 pour l'ensemble de Jérusalem. Toutefois le Sénat français a constaté que « l'équilibre démographique à Jérusalem-Est a progressivement évolué au profit des Israéliens »[24].

En 2005, le taux de fécondité des populations juives et arabes de Jérusalem est identique pour la première fois avec 3,9 enfants par femme — conséquence de la baisse significative de la natalité arabe enregistrée depuis quelques années[25]. Depuis cette date, la fécondité des populations juives (4,4 enfants par femme en 2015) a même largement dépassé celle des populations musulmanes (3,3 enfants par femme en 2015).

Un autre aspect démographique est le déficit migratoire de la ville, puisque chaque année, les habitants quittant la ville sont de 6 000 ou 7 000 plus nombreux que ceux qui viennent s'y installer. La majorité part habiter dans la proche banlieue de Jérusalem où les coûts du logement sont nettement inférieurs.

La ville dite « trois fois sainte »

Demi-shekel d'argent, Judée, v. 68-9 ap. J.-C. Inscription : « Jérusalem-la-Sainte ».

La ville de Jérusalem est considérée comme « trois fois sainte » car elle contient les lieux les plus sacrés des religions juive et chrétienne et le troisième lieu saint de l'islam. Au total, on dénombre 56 lieux saints (et une centaine d'autres de moindre importance) majoritairement placés à Jérusalem-est[26]. Parmi les lieux saints les plus notables :

Jérusalem est donc un site privilégié :

Kotel, Mur occidental dit « Mur des Lamentations », vestige du grand Temple de Jérusalem.

Pour les juifs

Depuis plus de 3 000 ans[27] car Jérusalem est considérée à la fois comme un lieu important des pérégrinations bibliques des patriarches hébreux, la capitale du roi David et plus tard du royaume juif hasmonéen. Après les deux destructions du Temple de Jérusalem (587 av. J.-C. ; 70 ap. J.-C.) et les dispersions du peuple juif qui ont suivi, le judaïsme a toujours évoqué un retour à Jérusalem, ancienne capitale du royaume d'Israël de David. Le premier exil babylonien avait déjà entraîné un premier retour des Juifs sur la Terre promise pour reconstruire le Temple. L'identité juive est restée liée à Jérusalem, la « fille de Sion », à travers l'héritage biblique et historique qui a continué à être transmis et enseigné de génération en génération depuis le second exil dit « de Rome » du Peuple juif. C'est la ville où le culte religieux était rendu à l'époque des deux Temples et où demeure le Kotel dit Mur des Lamentations, vestige du Temple d'Hérode et lieu de prière adossé au Mont du Temple[Note 6] ou Esplanade des Mosquées[Note 7]. C'est à Jérusalem que, selon leurs textes, les juifs attendent l'arrivée du Messie. C'est aussi un lieu de pèlerinage religieux au cours des trois fêtes de pèlerinage (Pâques, Pentecôte, Tabernacles). Ainsi, tous les ans durant la fête de Pessa'h (Pâque juive), les mots « L’an prochain à Jérusalem » viennent clôturer chaque cérémonie. Partout dans le monde, la prière quotidienne traditionnelle (toujours adressée en se tournant vers Jérusalem) bénit la construction de cette ville et appelle au retour des exilés.

L'entrée (de Jésus-Christ) à Jérusalem (icône ukrainienne vers 1570).

Pour les chrétiens

Depuis le Ier siècle et les récits de la vie de Jésus de Nazareth, telle que décrite dans les Évangiles, depuis sa montée au Temple de Jérusalem jusqu'à sa crucifixion et sa résurrection, selon le dogme chrétien. Consécutivement, on y trouve le Cénacle, la via Dolorosa ou le jardin de Gethsémani au pied du Mont des Oliviers où figure l'église de l'Ascension[Note 8], lieux de pèlerinage. On y vénère aussi des souvenirs de Marie de Nazareth, de saints Étienne et Jacques qui y furent martyrisés, etc. Sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, et les empereurs byzantins y érigèrent des sanctuaires somptueux sur les lieux saints dont le Saint Sépulcre. Ce lien entre les chrétiens et Jérusalem a également été entretenu par les croisades successives en Terre sainte au Moyen Âge. Jérusalem fut alors la capitale du Royaume latin de Jérusalem de 1099 à 1187. Elle est l'un des patriarcats historiques (avec Rome, Antioche, Alexandrie, Constantinople). C'est aussi à Jérusalem, à l'endroit où il était monté au ciel, que les chrétiens attendent le retour du Christ, le jour du Jugement dernier.

Pour les musulmans

Haram al Sharif, Esplanade des mosquées, troisième lieu saint de l'Islam, avec le Dôme du Rocher au centre et la mosquée al'Aqsa à droite.

Depuis le VIIe siècle et surtout à partir du XIIe siècle, s'inspirant de toutes les raisons précédemment citées et également parce que la tradition fait de Jérusalem le lieu d'où le prophète de l'islam Mahomet aurait effectué son voyage nocturne (Isra) en 620 ap. J.-C.

Le Coran ne mentionne pas explicitement le nom de la ville de Jérusalem mais les traditions l'associent à quelques passages du texte coranique[Note 9]. Le premier est le récit de la montée au ciel de Mahomet (al Mi'raj : l'ascension), accompagné par l'ange Gabriel, à l'emplacement de la Mosquée la plus lointaine. C'est en référence à ce récit que la mosquée de Jérusalem sur l'Esplanade des Mosquées[Note 6] (al-Ḥaram aš-Šarīf, « Noble Sanctuaire »)[Note 7] a été appelée « Al-Aqsa », ce qui veut dire « le plus éloigné »[Note 10]. Absent donc du Coran, le nom de Jérusalem comme lieu du voyage nocturne est, par contre, parfaitement explicite dans le récit d'Ibn Ishaq[28], rédigé 120 à 150 ans après l'Hégire[29] (VIIIe siècle). Pour François Déroche, « une analyse récente fait cependant valoir que, d'après des traditions anciennes, ce voyage nocturne aurait été en direction du ciel ; c'est ultérieurement que l’exégèse classique aurait proposé de comprendre al-masjid al-Aqsâ comme le mont du Temple et fait de ce dernier le point de départ de l'ascension de Mahomet »[30]. De même, selon les traditions musulmanes, les premiers musulmans priaient en direction de Jérusalem[31] - la direction de la Ka'ba de La Mecque ayant été établie par Mahomet plus tard[32]. Si le texte coranique mentionne un changement de qibla, il ne cite pas la ville de Jérusalem[30]. Enfin, s'appuyant sur des traditions juives et chrétiennes, l'islam reconnait dans l'expression « l'endroit proche », le lieu du Jugement Dernier, à Jérusalem[30].

L'islam a déclaré Jérusalem comme étant sa troisième ville sainte mais son statut pour l'islam « connut des hauts et des bas. »[33]. Si les hadiths et les traditions musulmanes lui reconnaissent une place importante[Note 11], elle est très fortement critiquée dès les premiers siècles de l'islam[Note 12]. La dimension religieuse de Jérusalem se développe principalement à partir de 1144 et de l'apparition du religieux dans le discours politique de Zengi dans sa lutte contre les royaumes francs[33]. Ce changement de rapport à Jérusalem s'observe par les critiques s'élevant du monde musulman contre le démantèlement des fortifications de Jérusalem en 1219 et la cession de la ville à Frédéric II[Lequel ?] en 1229 alors que la conquête de la ville par les croisés (de la Première croisade) n'avait pas créé de telles réactions[Note 13],[33]. « Cette faiblesse [de la sainteté de Jérusalem] aurait tenu tout d'abord au fait qu'une bonne partie des docteurs de la Loi s'opposait à la place d'honneur que les mystiques musulmans voulaient accorder à la ville »[Note 14],[34].

Charles-Théodore Frère, Jérusalem et ses environs, 1837.

Administration et politique

La ville tient également une place importante dans les sentiments nationaux israélien et palestinien. L’État d’Israël a fait de Jérusalem-Ouest sa capitale en 1949 puis a fait de Jérusalem « réunifiée » sa capitale après la conquête de la ville en 1967. Depuis, l'ensemble des pays du monde ont retiré leur ambassade de la ville, lui contestant ce choix. Pour la communauté internationale, Jérusalem-Est est considérée comme « occupée ». Jérusalem a été proclamée « capitale éternelle » d'Israël en 1980 puis capitale de la Palestine en 1988, bien que l'autorité palestinienne n'y siège pas. Selon la communauté internationale, le statut de la ville doit faire l'objet de négociations entre Israéliens et Palestiniens.

Limites administratives

Juifs évacués de la vieille ville par l'armée anglaise en 1936.

La municipalité israélienne administrait 38 km2 de la ville avant la Guerre des Six Jours. La municipalité jordanienne ne couvrait que les 6 km2 dont la Vieille ville. Le conseil des ministres israélien du étend le territoire municipal à 71 km2 incluant des terres en bordure des villes d'Al-Bireh, Ramallah et Bethléem. Après la loi de Jérusalem de 1980, un amendement du fixe définitivement les limites de la municipalité[35] dont la surface est en 2016 de 125 km2[1].

La question du statut de Jérusalem

Extension des limites municipales de Jérusalem
Entrée de Jérusalem.

Le statut de la ville, intégralement sous administration civile israélienne depuis la guerre des Six Jours, est contesté. La « ligne verte » séparait auparavant Jérusalem-Ouest (Israël) et Jérusalem-Est (territoire occupé par la Jordanie) depuis les accords d'armistice israélo-arabes de 1949. Ces accords indiquent explicitement que la ligne d'armistice ne préjuge pas des revendications territoriales ultérieures. En particulier l'accord israélo-jordanien stipule dans son article VI.9 : « Ces lignes de démarcation sont agréées par les parties sans préjudice d'accords ultérieurs ou d'accords frontaliers ultérieurs ou de revendication ultérieures des parties ». La tentative de confirmation de ces lignes d'armistice en frontières a échoué à la conférence de Lausanne de 1949 (-). Elle avait été convoquée par la commission de conciliation des Nations unies[36]. Finalement les accords d'armistice n'ont pas été enregistrés par les Nations unies qui ont néanmoins contribué à leur surveillance. Ils ont fait l'objet d'une garantie par les membres occidentaux du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, France, Royaume-Uni). C'est la déclaration tripartite du . Entre-temps, la Chambre des députés jordanienne et la Chambre des notables a voté le l'annexion de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie.

La loi fondamentale israélienne du déclare que « Jérusalem unifiée [est la] capitale éternelle et indivisible d’Israël »[37]. La résolution 476 et La résolution 478 du Conseil de sécurité de l'ONU estiment que le vote du Parlement israélien constitue « une violation du droit international » et appelle les « États qui ont établi des missions diplomatiques à Jérusalem de retirer ces missions de la Ville sainte »[37]. Elles réaffirment que « l'acquisition de territoire par la force est inadmissible », qu'il doit être mis fin à l'occupation de Jérusalem et que « les dispositions législatives et administratives prises par Israël… n'ont aucune validité en droit et constituent une violation flagrante de la convention de Genève… ». Le Conseil de sécurité mentionne dans ses attendus la ville sainte de Jérusalem, en effet, la délimitation de la vieille ville est la seule internationalement établie.

Le , le roi Hussein déclare à la télévision que la Jordanie abandonne ses revendications de souveraineté sur la Cisjordanie et Jérusalem-Est à l'Organisation de libération de la Palestine[38]. Pour autant, cette déclaration n'a pas de valeur en droit international. Le le Traité de paix israélo-jordanien est signé. Les frontières internationales entre Israël et la Jordanie sont fixées. Mais, le statut des territoires « …sous contrôle militaire israélien depuis 1967 », c'est-à-dire notamment Jérusalem-Est, est réservé[39]. Il est néanmoins précisé que « le rôle spécial » du royaume de Jordanie sur les lieux de pèlerinage musulmans de Jérusalem est reconnu. Une priorité sera accordé à ce rôle historique lors des négociations sur le futur statut permanent de la ville[40], ceci conformément à la Déclaration de Washington du [41]. En 2000, l'Autorité palestinienne vote une loi établissant Jérusalem capitale d'un futur État, cette loi est ratifiée en 2002. Pour les parties en présence, le statut de Jérusalem reste une question clé de la résolution du conflit israélo-palestinien.

Vue générale avec le dôme du Rocher sur Haram al Sharif ou mont du Temple.

En , l'Initiative de Genève, plan de paix alternatif établi par les anciens partenaires des négociations de Taba, prévoit, dans le cadre d'un règlement global du conflit israélo-palestinien, le partage de la souveraineté sur Jérusalem qui serait la capitale des deux États, les quartiers arabes et l'esplanade des Mosquées étant sous souveraineté palestinienne.

La question de la légitimité de chacune des deux parties sur Jérusalem entraîne également des débats d'ordre archéologique. Les Israéliens ont entamé depuis 1967 des recherches pour tenter d'apporter des preuves du Temple de Jérusalem. Palestiniens et Israéliens s'accusent réciproquement de mener des travaux, les uns pour détruire des preuves archéologiques de cette existence, les autres pour fragiliser les fondations des mosquées de la vieille ville. D'après les experts israéliens, les fondations des mosquées ont été fragilisées par plusieurs tremblements de terre au cours des derniers siècles. La discussion sur l'utilisation des expressions mont du Temple/esplanade des Mosquées (Haram al Sharif)[Note 7] est significative par rapport aux soucis des deux parties de gagner la bataille de la légitimité sur Jérusalem.

Position d'Israël

La Knesset, Parlement israélien situé à Jérusalem.
Ministère des Affaires étrangères d'Israël.

Après la Déclaration d'Indépendance de l'État d'Israël en 1948 et la guerre qui s'ensuivit, la ville se retrouve divisée entre une partie occidentale annexée par Israël et une partie orientale (comprenant toute la vieille ville) annexée par la Jordanie, séparées par un no man's land. En 1949, Jérusalem-Ouest est proclamée capitale d'Israël.

En 1967, lors de la guerre des Six Jours, Tsahal conquiert Jérusalem-Est et Israël déclare Jérusalem réunifiée, sa capitale éternelle et indivisible. Toutefois, en 1996, aucun État n'a reconnu cette annexion et aucun n'y a encore d'ambassade[42],[43] car le droit international a jugé nulle et non avenue cette modification du statut de la ville. La gestion de l'esplanade reste depuis lors sous la juridiction d'un organisme musulman, le Waqf.

En 1980, dans une des lois fondamentales d'Israël, la Knesset déclare Jérusalem capitale éternelle et indivisible : c'est la Loi de Jérusalem[37]. Les différents pouvoirs israéliens, législatif, exécutif, judiciaire et administratif, sont regroupés à Jérusalem.

En 2000 au sommet de Camp David II, Ehud Barak propose de donner la souveraineté palestinienne sur certains quartiers de Jérusalem comme Abou Dis[44] (où se situe l'université al-Qods) ainsi qu'une gestion autonome des quartiers palestiniens. L'échec de ce sommet met fin à ces négociations. En 2005, la question du statut et de l'éventuel partage de Jérusalem reste au cœur du futur processus de paix mais aucune tentative de négociations n'a plus été entamée sur ce point depuis le sommet de Taba.

Sur le mont Herzl repose le cimetière national d'Israël.

Position de l'OLP et de l'autorité palestinienne

Dès le début du Mandat britannique et tout au long de leur combat nationaliste, les Palestiniens ont revendiqué le contrôle de l'ensemble de la Palestine, avec Jérusalem pour capitale mais sans pouvoir concrétiser ses revendications.

Lors de la proclamation d'un État palestinien par l'OLP en 1988, Jérusalem est choisie comme capitale[45],[46]. L'OLP de Yasser Arafat s'est souvent positionnée dans le sens de ces revendications refusant d'avoir une autre capitale que Jérusalem. L'OLP possédait à Jérusalem un siège officieux, la « Maison d'Orient », dirigée par Fayçal Husseini ; en 2001, cette institution a été fermée de force. Jérusalem est par ailleurs la ville d'origine de réfugiés palestiniens qui souhaitent revenir y vivre. La question du statut final de la ville est ainsi intimement liée à la question des réfugiés palestiniens.

Position du Saint-Siège

Le Saint-Siège n'accepte pas l'annexion de Jérusalem par Israël. Il préconise « un statut spécial, internationalement garanti et déclare moralement et juridiquement inacceptable toute décision et action unilatérale qui modifie son caractère spécifique et son statut »[47].

Position de l'ONU

La position de l'ONU concernant Jérusalem est liée à la résolution 181 de l'Assemblée générale ainsi que les résolutions de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité qui en découlent.

Le Conseil de sécurité, dans ses résolutions 476 et 478, déclare que la loi israélienne établissant Jérusalem capitale éternelle et indivisible est nulle et non avenue, et constitue une violation du droit international. La résolution invite les États membres à retirer leur mission diplomatique de la ville.

Dans sa dixième session extraordinaire réunie en urgence le après la décision unilatérale du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, l'Assemblée générale des Nations Unies a demandé aux États de s'abstenir d'établir des missions diplomatiques à Jérusalem et déclaré nulle et non avenue toute décision contraire. Malgré les pressions des États-Unis, la résolution a été largement adoptée par 128 voix pour, 9 voix contre et 35 abstentions[48],[49].

Première proposition de l'ONU

À l'expiration du mandat britannique, le plan de partage de la Palestine de prévoyait que Jérusalem et Bethléem deviennent un Corpus Separatum sous contrôle international et indépendant de ce qui devaient devenir un État arabe et un État juif[37]. Cette séparation devait ainsi garantir à tous les cultes le libre accès à tous les lieux saints en sécurité. Le Comité spécial sur la Palestine avait prévu qu'après un délai de dix ans de Corpus Separatum, le statut définitif de Jérusalem serait fixé par la population consultée par référendum.

Historique des résolutions

Les résolutions suivantes ont été adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies. Elles concernent Jérusalem de manière tacite (résolution 252) ou explicite pour toutes les résolutions ultérieures :

Positions internationales

  • Dans le passé, avant 1973, certains pays africains, y compris l'Éthiopie et la Côte d'Ivoire, avaient des ambassades à Jérusalem. En 1973, après la guerre du Kippour, de nombreux pays africains décident de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël[58].
  • Avant la résolution 478 votée en 1980, 13 pays avaient une ambassade à Jérusalem : la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l'Équateur, le Salvador, le Guatemala, Haïti, les Pays-Bas, le Panama, l'Uruguay, le Venezuela. Suivant les termes de cette résolution, les13 ambassades ont été déplacées à Tel Aviv. Les ambassades du Costa Rica et du Salvador ont de nouveau été déplacées à Jérusalem[59] en 1984, jusqu'en 2006 où ces deux États décident de transférer de nouveau leurs ambassades à Tel Aviv[60]. Des consulats étrangers, comme le consulat général de Grèce, le consulat français, ainsi que ceux du Royaume-Uni et des États-Unis, situés à Jérusalem, ont pour attribution les Territoires palestiniens occupés, dont Jérusalem-Est. Les ambassades de la Bolivie et du Paraguay sont quant à elles dans la banlieue de Jérusalem, à Mevasseret Tsion. Les Pays-Bas ont un bureau à Jérusalem qui traite presque exclusivement des affaires concernant les Israéliens[réf. nécessaire].
  • Le Congrès des États-Unis a voté une loi en 1995 établissant que Jérusalem devrait être reconnue capitale de l'État d'Israël, et que l'ambassade américaine devrait être déplacée à Jérusalem au plus tard le . Depuis, le déménagement de l'ambassade a systématiquement été reporté, deux fois par an, par le président américain. Les termes de ces reports précisent cependant que l'administration américaine est engagée dans le processus de déplacement de l'ambassade à Jérusalem. Une des conséquences de la loi de 1995 est que les documents officiels américains abordent Jérusalem comme la capitale d'Israël. Les États-Unis n'ont jamais reconnu officiellement, jusqu'à décembre 2017, la légitimité d'Israël ni sur Jérusalem-Ouest ni, a fortiori, sur Jérusalem-Est[réf. nécessaire]. Ainsi par exemple, le porte-parole de la Maison-Blanche a supprimé la mention « Israël » quand Obama a, durant l'éloge mortuaire de Shimon Peres, évoqué « Jérusalem, Israël »[61]. Le , le président américain Donald Trump reconnaît officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël. Donald Trump revendique une nouvelle approche sur le conflit israélo-palestinien et a donné l'instruction de déplacer l'ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem[62]. Trump signe cependant le décret maintenant pour six mois l'ambassade des États-Unis à Tel-Aviv et ne parle pas d'une capitale réunifiée[63].
Vote lors d'une Assemblée Générale de l'ONU, le , concernant la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d'Israël par les États-Unis. En vert : États condamnant la position américaine. En bleu : États s'abstenant. En rouge : États en accord avec la position américaine. En gris : États absents, et états non membres.
La décision de Donald Trump est condamnée par nombre des alliés de Washington, à l'image du roi saoudien qui a déclaré qu'une telle décision risque de provoquer « la colère des Musulmans »[64], trois jours après que son fils a proposé à Mahmoud Abbas de renoncer à Jérusalem-Est comme capitale[65].
Néanmoins, Nguyễn Phương Mai, enseignant-chercheur à l'Université de sciences appliquées d'Amsterdam, avance au contraire comme raisons principales de la décision de Donald Trump, un soutien informel de plusieurs pays arabes alliés traditionnels des États-Unis, en plus d'un fort soutien financier durant la campagne présidentielle américaine de l'influent AIPAC au candidat Trump qui se devait de tenir sa promesse en échange de cette aide, et enfin la volonté du républicain de détourner l'attention de l'opinion publique américaine face aux affaires internes (Russiagate, impopularité etc.)[66]. Cependant Nguyễn Phương Mai considère que cette initiative bouscule le statu quo qui perdure depuis des décennies et pourrait de manière inattendue conduire à la paix, en permettant la réunification de Jérusalem qui ne serait plus divisée et reviendrait définitivement aux Israéliens, en cas de compensation financière des Américains et territoriale des Israéliens pour permettre aux Palestiniens d'établir une autre capitale, mais il considère qu'il faut attendre avant de comprendre les effets de cette décision[66].
Les États-Unis inaugurent officiellement leur ambassade à Jérusalem le [67], suivis par le Guatemala le [68] et le Paraguay le [69].
  • Le Royaume-Uni considère que le statut de Jérusalem doit être défini par des négociations entre les parties israélienne et palestinienne. Ce pays reconnaît le contrôle de fait d'Israël sur la partie occidentale de la ville mais considère Jérusalem-Est comme territoire occupé et ne reconnaît aucune souveraineté sur la ville[réf. nécessaire].
  • Dans une déclaration au Figaro publiée le , le ministre des Affaires étrangères français d'alors, Bernard Kouchner, déclare : « Pour nous, Jérusalem doit être, à la fois la capitale de l'État d'Israël et du futur État palestinien »[70].
  • Le , l’Union européenne appelle Israël à partager Jérusalem comme capitale conjointe de deux États hébreu et palestinien. Les Vingt-Sept assurent qu’ils « ne reconnaîtront aucun changement autre que négocié » au statut d’avant 1967[71].

La question démographique

Article détaillé : Judaïsation de Jérusalem.
Comparaison entre les zones de population juive et arabe de « Jérusalem réunifié » en 1967 et en 1997.

Statistiques

En 1967, les autorités israéliennes recensent 66 000 Palestiniens résidents dans le territoire annexé par Israël, dont 44 000 de Jérusalem-Est, occupée par la Jordanie. Aucun Juif ne vivait à Jérusalem-Est, du fait de l'expulsion en 1948 par l'armée jordanienne[72]. L'ONU a critiqué Israël dans plusieurs résolutions et considère que des mesures administratives ou législatives altérant la composition démographique de la ville n'a aucune validité[73].

Miron Benvisti, politologue israélien et ancien adjoint à la mairie de Jérusalem, qui a longtemps écrit dans le journal « Haaretz », remarque qu'il n'y a pas de statistiques officielles et considère que la proportion démographique n'a pas changé[74]. L'ancien secrétaire général du Congrès juif mondial (CJM) et analyste du Moyen-Orient, Dan Diker , critique le concept de judaïsation, entre autres, car Jérusalem était à majorité juive jusqu'à l'occupation jordanienne. Selon Diker, la population arabe de la ville passe de 26,6 % en 1967 à 31,7 % en 2000 et le nombre de constructions dans les quartiers arabes est plus important que dans les quartiers juifs[75].

Politique et territoires démographiques

Il existe un débat quant à la volonté politique qu'aurait Israël de modifier l'écart démographique à l’est, peuplé essentiellement par les Palestiniens en 1967. Outre des raisons juridiques, il s'agit toujours de mettre en avant une quête de reconnaissance internationale[réf. nécessaire].

En 1980, Israël passe la loi de Jérusalem proclamant Jérusalem une et indivisible et avec des frontières municipales étendues. En , la Knesset approuve un plan proposé par Benjamin Netanyahou sous le nom de « Grand Jérusalem », bien que le , les Nations unies ont demandé à Israël de renoncer à ce plan[réf. nécessaire]. Le politologue Frédéric Encel le comprend comme une façon de « détruire l’influence palestinienne en modifiant l’équilibre géographique de la ville »[réf. nécessaire]. Il faut ajouter à cela les colonies juives relativement proches de la ville : au nord (Giv'at Ze'ev), au sud (Goush Etzion) et à 7 km à l’est (Ma'aleh Adumim), ce qui augmente le nombre de Juifs dans la région aux alentours de Jérusalem, d'un périmètre de 440 km2[réf. nécessaire].

La superficie totale de Jérusalem, c'est-à-dire de Jérusalem-Est, Jérusalem-Ouest et des colonies proches, est d'environ 900 km2. C'est ce qu'on appelle « le Très Grand Jérusalem »[Information douteuse] [?] qui est relié administrativement et par structure de conurbation des infrastructures (transports, autoroutes). Ainsi, l'unification des deux parties de Jérusalem et la barrière de séparation ont eu pour effet d'édifier une ceinture urbaine disjoignant les quartiers de Jérusalem-Est de la Cisjordanie.

Mur de séparation à Jérusalem-Est, vu depuis la Vieille Ville. Haut de huit mètres, il isole Jérusalem de la Cisjordanie.

Les limites municipales de la ville ne reposent pas totalement sur des territoires accordés par le droit international à l’État d’Israël et la construction de la barrière de séparation impose de fait des frontières non reconnues à l’est de Jérusalem. Les quartiers arabes seraient selon certains[Qui ?], victime d'une politique d'encerclement par les limites municipales de 1967. Jérusalem-Est faisait 38 km2 en 1967, sous l'occupation jordanienne. Et par l'effet de cette limite de municipalité, 108 km2 par la construction de quartiers juifs. Cet état de fait est accentué par le tracé du projet de barrière de séparation[76] qui pourrait encercler Maale Adoumim à 11 km à l'est de Jérusalem. La barrière est destinée, selon Israël, principalement à réduire le nombre d'attentats terroristes palestiniens. Selon l'ONG palestinienne LAW (affilée à la Commission internationale de juristes) : « Israël continue à appliquer des mesures arbitraires et incompatibles avec le droit international pour chasser les Palestiniens de Jérusalem et les remplacer par des Juifs, de façon à cimenter son autorité sur la ville. Cette politique revêt des formes diverses : confiscation des cartes d'identité, retrait des permis de résidence, système fiscal injuste, refus du permis de construire. La politique de permis de construire, que le Conseil économique et social des Nations unies et Amnesty International jugent discriminatoire envers les Palestiniens, et la destruction de maisons appartenant à des Palestiniens affectent également la population arabe de Jérusalem-Est[77],[78]. »[réf. incomplète][77].

Économie

Shekel de Jérusalem avec calice à l'avers (66-67 ap. J.-C.)

Historiquement, l'économie de Jérusalem était centrée principalement sur les pèlerinages religieux[79] et maintenant plus généralement sur le tourisme, et les entreprises publiques de l'État d'Israël[Note 15],[80].

Marché de Mahane Yehuda dans l'ouest de Jérusalem.

Depuis la création de l’État d’Israël, le gouvernement est demeuré un acteur majeur dans l'économie de la ville. Il ne génère pas seulement un grand nombre d'emplois mais œuvre à offrir les conditions propices à la création d'entreprises[81].

Bien que Tel Aviv reste le centre financier d'Israël, un nombre grandissant de sociétés high tech quittent Tel Aviv pour Jérusalem. La zone industrielle Har Hatzvin située au nord de la ville accueille plusieurs grandes sociétés comme Intel, Teva Pharmaceutical Industries, et ECI Telecom[82].

Parmi les principales industries de Jérusalem, citons les fabriques de chaussures, le textile, l'industrie pharmaceutique, les produits de métaux, et les articles imprimés. Les usines sont situées surtout dans la zone industrielle d'Atarot au nord, le long de la route de Ramallah[80].

Art et culture

Pierre de Jérusalem. Photo A. Reinman.

Pierre de Jérusalem

En application d'un décret de 1918, toutes les constructions nouvelles et les restaurations patrimoniales effectuées à Jérusalem sont réalisées essentiellement en pierre calcaire dite « pierre de Jérusalem », particulièrement la grey gold (« or gris ») issue des Monts de Judée aux alentours de la capitale israélienne, utilisée déjà dans l’Antiquité - et servant encore de nos jours pour les édifices publics ou bâtiments privés.

Monuments et archéologie

Bibliothèque nationale d'Israël sur le campus Givat-Ram.

On trouve à Jérusalem un grand nombre de monuments religieux et historiques, comme le Mur occidental — appelé aussi Mur des Lamentations — la mosquée al-Aqsa et le dôme du Rocher, l'église du Saint-Sépulcre. La Vieille Ville est complètement ceinturée de murailles qui datent du XVIe siècle.

Sculpture au musée d'Israël.

De nombreux sites archéologiques existent à Jérusalem, notamment les Écuries de Salomon, la Cité de David.

Institutions

C'est également le siège de plusieurs institutions gouvernementales israéliennes, comme la Knesset (l'assemblée nationale), la Cour suprême, ou d'institutions comme l'Université hébraïque, le Yad Vashem (le mémorial de la Shoah), le Yad Ben-Zvi ou l'École biblique et archéologique française.

Partie centrale du seul sanctuaire du Royaume de Juda retrouvé, (VIII° s. avant J-C), Musée d'Israël. Photo F. Gatti.
Maquette du Temple d'Hérode de la Jérusalem antique, à l'échelle 1:50, Musée d'Israël. Photo B. Werner.

Musée national d'Israël

Fondé en 1965, le Musée national d'Israël est l'un des plus riches du Moyen-Orient avec près de 500 000 œuvres. Ce musée encyclopédique contient des collections issues de fouilles archéologiques de la préhistoire à l'époque moderne, et de dons importants provenant de tous les continents. Chacune de ses cinq ailes thématiques trouve son public : Archéologie, Beaux-arts, Judaïca (ethnologie juive), Sanctuaire du Livre (les plus anciens manuscrits bibliques au monde, dits manuscrits de la Mer morte, des grottes de Qumran), Jeunesse et médiation culturelle où certains programmes stimulent la compréhension entre jeunes juifs et arabes. Y figurent aussi la spectaculaire maquette de Jérusalem à l'époque du Second Temple (Ier siècle) avant sa destruction par les Romains, des répliques à l'identique de synagogues européennes du XVIIe siècle, et le célèbre Jardin d’art Billy Rose, conçu par le sculpteur nippo-américain Isamu Noguchi, tenu pour être l’un des plus beaux jardins d’art sculptural du XXe siècle, où se déroulent festivals, spectacles de danse ou concerts de qualité au milieu de nombreuses aires de détente. Ce vaste musée, sur un campus de plus de 80 000 mètres carrés, accueille près d'un million de visiteurs par an dont un tiers de touristes[83].

Au Musée des pays de la Bible. Photo D. Avi.

Outre les programmes proposés sur son campus principal, le Musée d'Israël se déploie sur deux autres établissements de Jérusalem : la Maison Ticho[84] (exposant des œuvres d'artistes de toutes disciplines) liée à l'Académie d'art Bezalel, institut centenaire sur le mont Scorpus, et le musée Rockefeller (archéologie de la terre d'Israël et de Palestine), édifice érigé en 1938.

Musée des pays de la Bible

Le Musée des pays de la Bible de Jérusalem est le seul musée d'histoire au monde qui explore et retrace la civilisation et la culture de tous les peuples mentionnés dans la Bible. Ses trésors archéologiques des cultures du Proche-Orient remontent de la préhistoire jusqu'à la rédaction du Talmud, au début de l'ère chrétienne. Il dispense en outre des conférences sur tous les aspects culturels de la région. Ce musée a acquis une renommée internationale en tant que centre universel pour la programmation culturelle et éducative[85].

L'entrée du Musée d'art islamique ou L. A. Mayer Institute à Jérusalem.

Musée d'art islamique

Le musée d'art islamique fondé par la mécène britannique, Lady Vera Bryce Salomons, a ouvert ses portes en 1974 et est le seul de son genre en Israël. Il contient l'une des plus importantes collections au monde d'art islamique allant du VIIe au XIXe siècle, avec plus de 3000 pièces rares en provenance d'Égypte, Syrie, Irak, Iran, Turquie, Afghanistan, Inde ou Espagne, qui instruisent sur les raffinements du monde artistique et culturel musulman. Une collection permanente d'œuvres est présentée face à des expositions temporaires qui lui font toujours écho. En outre, le musée expose la collection Salomons de montres et horloges remarquables. Il développe aussi des partenariats culturels, éducatifs ou événementiels en Israël et à l'étranger pour établir des ponts culturels et promouvoir le dialogue entre arabes et juifs, conformément aux vœux de sa fondatrice et de son illustre famille.

Le Golem ou Monstre, Jérusalem, N. de Saint Phalle, 1972. Photo Bachrach44.

Parcs

Le parc Rabinovitch également désigné sous le nom de Mifletzet (Monster) Park[86], contient une sculpture monumentale de Niki de Saint Phalle : Le Golem[87] commandée à l'artiste par Teddy Kollek, maire de Jérusalem en 1971, inaugurée en 1972.

Ce même parc contient aussi un stabile d'Alexander Calder, réalisé en 1976/1977 sous le titre Hommage à Jérusalem, comparable à l'araignée rouge du même artiste[88]. Le Monstre et le stabile sont tous deux situés sur le mont Herzl, à l'ouest de Jérusalem[89].

Un autre parc intitulé le Zoo biblique de Jérusalem, contient un grand nombre de sculptures monumentales d'animaux, réalisées par Niki de Saint Phalle en 1994[88],[90] que l'artiste a réunis sous le titre L'Arche de Noé[91].

Vie sociale

Éducation

École des beaux-arts de Bezalel – l'école nationale d'Israël.
Cérémonie d'inauguration de l'université hébraïque de Jérusalem.

Jérusalem accueille de nombreuses universités prestigieuses offrant des cours en hébreu, arabe et en anglais. L'université hébraïque de Jérusalem a été fondée en 1925 ; elle fait depuis partie des 100 meilleures universités du monde[92] et accueille des professeurs et étudiants de toute confession. Albert Einstein ou Sigmund Freud ont fait partie du conseil de ses gouverneurs[93]. L'université compte parmi ces anciens élèves quelques lauréats du prix Nobel dont les universitaires Avram Hershko[94], David J. Gross[95] et Daniel Kahneman[96].

Le travail des étudiants et chercheurs est facilité par la bibliothèque nationale d'Israël, qui dispose de près de 5 millions de volumes[93]. La bibliothèque a ouvert ses portes en 1892, près de trente ans avant la première université. C'est le site où figure le plus grand nombre de livres à thème hébraïque. Aujourd'hui, elle réunit la bibliothèque nationale et la bibliothèque universitaire[97]. L'université hébraïque de Jérusalem est composée de trois campus, l'un au mont Scopus, l'autre à Guivat Ram, et le campus de médecine au centre médical Hadassah.

L'université al-Qods a été fondée en 1984[98] et son campus principal est situé à Abu Dis (plus précisément en "zone B", sous contrôle israélien et palestinien) au sud-est de la ville, sur près de 19 hectares[98]. Il existe quatre autres sites de l'université al-Qods développés dans l'agglomération de Jérusalem, à Jérusalem-est (Haram) à Sheikh Jarrah, Beit Hanina ou Ramallah. L'université accueille des universitaires locaux et de pays arabes[99] pour enseigner à 13 000 étudiants venus des régions de Jérusalem, Bethléem, Hébron, Jénine, Jéricho, Naplouse, Ramallah, Tulkarem et Qalqilya, dans les domaines des arts, sciences et technologie, ingénierie, administration, économie, éducation, médecine, para-médecine, dentisterie, santé publique, pharmacie, droit, fondements de la religion ou études coraniques et islamiques[100].

D'autres instituts d'études supérieures dans Jérusalem sont l’Académie de musique et de danse de Jérusalem[101] et l’École des beaux-arts de Bezalel dont les bâtiments sont situés sur le campus de l'université hébraïque de Jérusalem.

Le campus de l'université hébraïque de Jérusalem à Givat Ram.

La faculté des Technologies de Jérusalem a été fondée en 1969 et offre un enseignement d'ingénierie et de hautes technologies industrielles[102] de réputation mondiale.

Critiques

L'enseignement pour les Arabes de Jérusalem et d'Israël est critiqué pour sa qualité inférieure à celle de l'enseignement pour les Juifs[103]. De nombreuses écoles de l'Est de Jérusalem sont remplies à leur capacité maximum, au point qu'on enregistre des plaintes contre la surpopulation. Cependant, la municipalité de Jérusalem est en train de construire plus d'une douzaine de nouvelles écoles dans les quartiers arabes de la ville[104]. Les écoles dans Ras el-Amud et Umm Lison ont ouvert en 2008[105] En , le gouvernement israélien propose un plan sur 5 ans de construction de 8 000 nouvelles classes dans la ville, dont 40 % dans le secteur arabe et 28 % dans le secteur haredim. Un budget de 4,6 milliards de shekels a été accordé pour le projet[106]. En 2008, un philanthrope britannique a fait un don de 3 millions de dollars américains pour la construction d'écoles dans la partie arabe de l'Est de Jérusalem[105]. Les lycéens arabes passent le Bagrut , comme examen, la majeure partie de leur programme d'études est identique à celui des autres écoles secondaires israéliennes et comprend certains sujets portant sur la culture juive[103].

Santé

Liste des hôpitaux et centres médicaux de Jérusalem :

  • Centre pédiatrique de Réinsertion Alyn
  • Hôpital Augusta Victoria
  • Hôpital Bikur Holim
Hôpital St-Louis, Jérusalem

Quelques quartiers

La plupart des quartiers de Jérusalem-ouest ont été construits en deuxième partie du XIXe siècle, quand la Vieille ville n'était plus en mesure de contenir sa population croissante, du fait des différents mouvements migratoires et de son propre développement.

Vue d'une partie du centre commercial de Mamilla.
  • Mamilla est un quartier d'habitation et de commerce situé à l'extérieur ouest de la porte de Jaffa. Avant la Guerre des Six-jours, il figurait une sorte de zone-frontière et l'endroit était délaissé par les pouvoirs publics. Après 1967, il bénéficie d'un vaste programme de réhabilitation et rénovation urbaines achevées en 2007 sous la houlette du célèbre architecte israélien, Moshé Safdie. Ce concepteur respecte l'empreinte du XIXe siècle en intégrant à ce nouvel espace de vie un grand nombre de structures historiques restaurées à l'identique et de nouvelles dans le même esprit, en utilisant une pierre de Jérusalem vieillie. Entre autres, s'y trouvent un secteur résidentiel dit « David village », une longue allée piétonne pavée au sein d'un centre commercial à ciel ouvert, bordée des vitrines de magasins d'enseignes locales ou internationales, et de restaurants attirant nombre de visiteurs qui bénéficient à son extrémité d'une vue spectaculaire sur la vieille ville, la Tour de David à proximité et le mont Sion. Ce quartier permet aussi la visite de l'antique piscine Mamilla au centre de l'ancien cimetière musulman sur une partie duquel le futur Musée de la Tolérance ouvre ses portes et fait l'objet d'une polémique internationale. L'endroit offre en outre des parcs verdoyants, des centres culturels (comme le Musée de la musique hébraïque, le Musée Nahon d'art juif italien ou le centre événementiel de la Création juive, Beit Avi Chaï) qui côtoient l'ancien Palace Hotel ottoman Art déco devenu le luxueux Waldorf Astoria ou le fameux hôtel King David, l'hôpital gériatrique français St-Louis[Note 16],[107] construit en 1881 et ayant permis une percée dans les murailles de la vieille ville, dite « Porte Neuve » à l'époque ottomane, le monastère des Sœurs du Rosaire fondé en 1880 et accueillant les pèlerins depuis 1960, ou le Consulat de France.
Détail architectural de la German colony, près de la rue principale d'Emek Refaïm.
  • La German colony (« Colonie allemande ») est l'un des quartiers les plus huppés de la capitale, situé à son sud-est dans le district de Katamon. Fondé en 1873, il tient son nom des Allemands protestants du mouvement sectaire « Temple Society » en conflit avec l'Église d'État, qui avaient considéré Sion comme leur deuxième patrie pour s'y exiler. Durant la Seconde guerre mondiale, les descendants de ces Templiers, la plupart devenus nazis, sont expulsés[108],[109]. Aujourd'hui, le quartier a gardé ses agréables maisons aux volets en bois et à toit de tuiles rouges, entourées de jardins, qui sont habitées par une population d'origine plutôt européenne et aisée. L'environnement offre une réelle qualité de vie avec un Musée de la Nature, un ancien monastère arménien, un école d'art dramatique, une piscine olympique, nombre de terrasses ombragées de cafés et de restaurants à dimension humaine.

Sport

Les deux sports les plus populaires sont le football et le basket-ball[110]. Le Beitar Jérusalem, dans le championnat d'Israël de football, est le plus connu en Israël, ayant été vainqueur cinq fois de la coupe d'Israël de football[111]. Jérusalem compte une autre équipe de football, le Hapoel Katamon F.C., vainqueur une seule fois de la coupe d'Israël de football, qui est en troisième division, la liga Artzit.

En basket-ball, le Hapoel Jérusalem joue dans la première division. Le club a gagné le championnat d'Israël de basket-ball trois fois, et la coupe ULEB en 2004. Inauguré en 1992, le stade Teddy Kollek est le plus grand stade de football de Jérusalem avec une capacité de 21 000 places[112].

Le marathon de Jérusalem a été créé en 2011 malgré quelques protestations[113]. Le huitième marathon s'est tenu en mars 2018 avec une participation de 35 000 concurrents dont 4 000 étrangers. Le parcours commençait près de la Knesset pour continuer vers le marché Mahane Yehuda, le mont Scopus, la Vieille Ville, la tour de David. L'invité d'honneur était l'Éthiopien Haile Gebrselassie[114].

Transports

Autoroute Begin.

Transport aérien

L'aéroport le plus proche est celui d'Atarot, au nord de Jérusalem (31° 51′ 53″ N, 35° 13′ 09″ E), qui a été utilisé pour les vols intérieurs israéliens jusqu'en octobre 2000 notamment pour les vols vers Eilat, et est désormais placé sous le contrôle de Tsahal en raison de sa proximité géographique avec les territoires autonomes palestiniens[115]. Depuis lors, les vols ont été transférés vers l'aéroport Ben Gourion, proche de Tel Aviv à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest.

Transports routiers

La coopérative d'autobus Egged, deuxième plus grande compagnie d'autobus dans le monde[116], dessert la plupart des localités autour de Jérusalem et gère les services d'autocars vers le reste du pays depuis la gare routière centrale sur la route de Jaffa, près de l'entrée ouest de Jérusalem.

Transports ferroviaires

Jérusalem est relié par le chemin de fer à Tel Aviv depuis 1892. Son service a été interrompu en 1998 en raison du mauvais état des infrastructures qui furent alors rénovées. Elle fut rouverte dans sa totalité en , avec l'inauguration de la nouvelle gare de Jérusalem Malha, située dans le Sud de la ville.

Une seconde liaison à grande vitesse en provenance de Tel Aviv, au nord de cette première ligne, est en construction. Elle est électrifiée et utilise plusieurs longs tunnels pour permettre le passage à grande vitesse des trains de la côte à la région montagneuse de Jérusalem. Dans un premier temps, elle atteindra une nouvelle gare souterraine de Binyanei HaUma située sous la gare routière centrale. Dans un deuxième temps, elle sera prolongée de façon à être reliée à la ligne historique. Le trajet de Tel Aviv à Jérusalem doit prendre environ 28 minutes.

Tramway

Mobilier urbain des stations, avec abri et distributeur de billets
Article détaillé : Tramway de Jérusalem.

La première ligne du tramway est ouverte le sur 13,8 km et dessert 23 stations entre Heil Ha-Aus au nord et Mont Herzl au sud-ouest. La ligne est équipée de rames Citadis, construites par Alstom[117].

La société Veolia Transport avait été choisie pour exploiter la ligne dans le cadre du consortium CityPass, mais face aux critiques s'est retirée en 2010. L’exploitation est assurée par le groupe de transports israélien Egged Holding Ltd.

Jumelage

Jérusalem-Est

Blason et drapeau de Jérusalem

Articles détaillés : Blason de Jérusalem et Drapeau de Jérusalem.

Le lion en posture rampante (dressé sur ses pattes arrière), représente le Lion de Juda, l'arrière-plan représente le Mur occidental et les Rameaux d'olivier représentent la paix. L'inscription du cimier est le mot Jérusalem en hébreu (ירושלים, Yerushaláyim).

Notes et références

Notes

  1. La loi de Jérusalem a acté cette décision dans la loi israélienne.
  2. Selon « Thinking the unthinkable », un article publié en 1978 par Foreign Affairs et fréquemment cité (notamment par Chad Emmet dans « The Capital Cities of Jerusalem » JSTOR:215958) Walid Khalidi écrit : « Without East Jerusalem there would be no West Bank […] It is the former capital of the sanjak (district) of Jerusalem under the Ottomans, as well as of Mandatory Palestin [..] It is the natural capital of Arab Palestin. » Au sujet de la déclaration d'Alger, dans The Politics of Jerusalem since 1967 (Columbia University Press, 1997), Michael Dumper écrit : « Later in [1988], the Palestinian National Council declared the establishment of an independent state of Palestine in the West Bank and Gaza Strip. East Jerusalem was to be its capital. The relevant part of the Declaration said: "The Palestine National Council, in the name of god, and in the name of the Palestine Arab people, hereby proclaims the establishment of the State of Palestine on our Palestinian territory with its capital al-Quds al-Sharif." » (p. 257). À propos des objectifs palestiniens dans la négociation des accords d'Oslo, Barry Rubin dit d'Arafat dans The Transformation of Palestinian Politics: From Revolution to State-Building (Harvard University Press, 1999) : « he could barely manage the compromises already needed, and clearly preferred to wait longer to ensure attaining the goal of an independent Palestinian state with its capital in East Jerusalem. » (p. 191). Dans « Special Focus : Occupied East Jerusalem », document publié par l'OLP en août 2012, on peut lire : « there can be no viable Palestinian state without East Jerusalem as its capital. » ((en) « Special Focus » [PDF], (consulté le 14 octobre 2015)).
  3. Et éventuellement « peuple », selon Wilhelm Gesenius (Sander et Trénel 1859).
  4. Toujours selon Sander et Trenel, la racine verbale ShLM signifie « achever ».
  5. Voir la discussion correspondante.
  6. a et b En 1967, Israël possède le Mont du Temple, lieu le plus sacré pour les juifs, devenu Esplanade des Mosquées, lieu sacré pour les musulmans, et confie son administration (affaires religieuses et internes) sauf sa sécurité, au Waqf islamique. Il établit alors un modus vivendi selon lequel les juifs peuvent visiter l'endroit mais ne peuvent pas y prier - accord dans le but d'« éviter de blesser les sentiments des musulmans et provoquer un conflit entre les religions », N. Shragaï, op. cit., 2015.
  7. a, b et c Seule la presse française utilise l'expression "Esplanade des Mosquées". Pour le reste du monde, l'endroit est appelé "Haram al Sharif" ou "Temple mount". Voir Jérôme Bourdon, Le Récit impossible : Le conflit israélo-palestinien et les medias, De Boeck Supérieur, 2009, p. 76-77.
  8. L'église de l'Ascension sur le mont des Oliviers, est détenue par les musulmans comme une mosquée, N. Shragaï, op. cit., 2015.
  9. « Il faut toutefois noter que ces interprétations se trouvent le plus souvent en concurrence avec des lectures de ces mêmes passages qui proposent d'autres identifications ». Cf : François Déroche.
  10. La « Mosquée la plus lointaine » (Coran 17:1) sera identifiée comme la Mosquée al Aqsa à partir de la moitié du VIIe siècle (selon S. Nuseibeh et O. Grabar in Le Dôme du Rocher, 1997, Albin Michel, p. 44) voire au début du VIIIe siècle (selon P. Soucek in « The Temple of Solomon in Islamic Legend and Art », éd. Joseph Gutman, The Temple of Solomon : Archaelogical Fact and Medieval Tradition in Christian, Islamic and Jewish Art (Religion and the Arts, 3), Scolars Press, Montana, États-Unis, p. 100). Ce n'est qu'au XIe siècle que les mots masjid Al-Aqsa (« la Mosquée la plus lointaine »), issus du Coran, figureront sur cette même mosquée (Simonnot, op. cit. p. 114).
  11. Ce fut un lieu de pèlerinage, notamment lorsque de grands projets architecturaux furent réalisés par les Omeyyades et plus tard par les Mamelouks.
  12. « Jérusalem au cours des IIIe-Ve/ IXe-XIe siècles n'a pas occupé une place prépondérante dans la conscience religieuse du mot islamique. » : Encyclopedie de l'islam, "Al Kuds", trad. de l'anglais.
  13. "The often-noted astoundind fact that the conquest of Jerusalem by the crusaders and its conversion into an exclusively Christian city did not arouse any strong Muslim reaction for decades also indicates that the veneration for the Holy City had not yet become a spiritual force in Islam", cf. Encyclopedia of islam.
  14. « Le culte de Jérusalem - au rebours de celui de la Mecque et de Médine - n'était par conséquent, qu'un phénomène local, limité à la ville et à la province palestinienne, peut-être aussi à certaines parties de la Syrie. » Cf : E. Sivan, op. cit.
  15. Étant donné qu'il s'agit de la capitale d'Israël.
  16. a et b En 1988, l’hôpital français St-Louis reçoit à la Knesset le « Prix de la Qualité de la Vie » pour son « dévouement excellent », le « pont de solidarité humaine, de tolérance mutuelle et de respect » qu’il établit et « l’esprit de bénévolat » au sein des volontaires. En 2007, l’hôpital est encore décoré du « Mount Zion Award » pour la Paix, prix qui salue l’œuvre œcuménique de réconciliation qui y est menée.

Références

  1. a, b et c (en) « Statistical Abstract of Israel 2018 », sur Bureau central de statistiques israélien
  2. a, b, c et d Jean-Michel de Tarragon, « Al-Quds al-Sharif : Les Noms de Jérusalem », sur Institut du monde arabe, (consulté le 28 juillet 2009).
  3. Mills et Bullard 1998, p. 441.
  4. a et b (en) Yisrael Shalem, « History of Jerusalem from its Beginning to David », Université Bar Ilan, Ingeborg Rennert Center for Jerusalem Studies, (consulté le 14 octobre 2015).
  5. N. Na'aman, « Canaanite Jerusalem and its central hill country neighbours in the second millennium B.C.E. », Ugarit-Forschungen Vol. 24 (1992), p. 275-291.
  6. L. Grabbe, Ethnic groups in Jerusalem, in Jerusalem in Ancient History and Tradition (Clark International, 2003) p. 145-163.
  7. John Day, Yahweh and the gods and goddesses of Canaan, Sheffield Academic Press 2002, p. 180.
  8. Sander et Trénel 1859, p. 749.
  9. BNF - Abbé Lucien Alazard, Souvenirs de mon pèlerinage aux Lieux saints (25 avril-10 juin 1882), éd. Vve E. Carrère, Rodez, 1883, p. 120 : « Jérusalem perdit jusqu'à son nom. En la relevant, Adrien l'appela Oelia-Capitolina. » Lire en ligne.
  10. Simon Claude Mimouni, Le judaïsme ancien du VI° siècle avant notre ère au III° siècle de notre ère, Paris, 2012, éd. PUF, p. 523.
  11. Moshe Gil, A History of Palestine, 634-1099, Press Syndicate of the University of Cambridge, 1997, New-York, p. 297.
  12. Les "sept montagnes" de Jérusalem sont mentionnées dans le midrash Pirke (section 10) du rabbi Eliezer, in Le Livre des Légendes, éd. Bialik et Ravnitzky, parag. 111, p. 371.
  13. Source : Ministry of Tourism.
  14. (en) Yasemin Avci et Vincent Lemire, « La municipalité ottomane de Jérusalem 1867-1917.pdf », Municipalités Méditerranéennes,‎ , p. 73-136 (lire en ligne)
  15. Felix Perez, « Il faut sauver le Mont des Oliviers », Jerusalem Post,‎ (lire en ligne)
  16. a et b Robert David (Université de Montréal), « Jérusalem, une ville de collines et de vallées », sur interbible.org,
  17. Wulfran Barthelemy, « Ketef Hinnom ou le trésor de Jérusalem », Histoire antique et médiévale in Histoire de l'Antiquité à nos jours | Magazine bimestriel, sur www.histoire-antique.fr, éd. Faton, 2015 (consulté le 12 août 2018), p. 54-61. Lire en ligne.
  18. (en) Y. Goldreich, The climate of Israel : observation, research, and application, Springer, , 270 p. (ISBN 9780306474453, lire en ligne), p. 86.
  19. (he) « Long Term Climate Information for Israel » (consulté le 4 juillet 2010).
  20. (he) « Record Data in Israel » (consulté le 4 juillet 2010).
  21. a et b Religions à Jérusalem en 2017
  22. (en) UNISPAL, Official Records of the Second Session of ther General Assembly Supplement no 11, New York, (lire en ligne).
  23. Khalid Amayreh, « Le maire veut pousser les arabes de Jérusalem hors de la ville », sur Association France-Palestine Solidarité, (consulté le 5 juillet 2010).
  24. Bertrand Delanoë, Maurice Lombard, « Mission d'information effectuée en Israël et dans les Territoires palestiniens du 25 novembre au 29 novembre 1996 », sur senat.fr, 25 au 29 novembre 1996 (consulté le 5 juillet 2010).
  25. (en) Nadav Shragai, « Report: Arab, Jewish birthrates in Jerusalem equal for first time », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  26. Chapitre « Les Lieux Saints et le bassin historique » in (he) Ha'agan Hahistori shel Yerushalayim : Be'ayot v'Chalufot Lepitronan (Le Bassin historique de Jérusalem : Problèmes et solutions de rechange pour les résoudre), Institut de Jérusalem pour les études israéliennes, Jérusalem, 2007, de Ruth Lapidot  (professeur émérite à l'Université hébraïque), cité in (en) Jerusalem, Delusions of Division, Jerusalem center, 2015, chap. 4-B, par Nadav Shragai (chercheur et ancien journaliste à Haaretz, actuellement à Israel Hayom). Lire en ligne.
  27. Diane Slavik, Cities through Time: Daily Life in Ancient and Modern Jerusalem, Geneva, Illinois: Runestone Press, 2001, p. 60 (ISBN 978-0-8225-3218-7).
  28. (ar) Ibn Ishaq (trad. Badawi Abdurrahmân), Muhammad, t. 1, Al Bouraq, , 654 p., 25 cm × 17 cm (ISBN 2-84161-153-1), p. 315 :

    « Et Muhammad voyait les prodiges entre le ciel et la terre, jusqu'à ce qu'il arrivât à Jérusalem (Bayt al-Maqdis) »

    .
  29. Hichem Djaït, "La vie de Muhammad", T.2, dans Google livres (Section : La Sira d'Ibn Ishaq et les débuts de l'histoire prophétique) : [1]
  30. a, b et c François Déroche, "Jérusalem" in Amir-Moezzi, Dictionnaire du Coran, Paris, 2007, p. 437-438.
  31. Djameleddine Feliachi, Les préceptes fondamentaux de l'islam, The Bookedition.com, (lire en ligne), page 257.
  32. « Nous voyons souvent ton visage tourné vers le ciel. Nous te donnerons donc une Qibla qui te plaira. Tourne ton visage dans la direction de la Mosquée Sacrée (...). Ceux qui ont reçu le Livre savent que c'est la Vérité venue de leur Seigneur » (Coran 2:144) cité in Al'Sîra, Mahmoud Hussein, 2007, p. 77.
  33. a, b et c Encyclopedia of islam, "al-kuds", §11, p.331 et suiv. trad. de l'anglais
  34. Emmanuel Sivan, « Le caractère sacré de Jérusalem dans l'Islam aux XIIe-XIIIe siècles », Studia Islamica, no 27,‎ , p. 149–182 (DOI 10.2307/1594986, lire en ligne)
  35. Lemire et al. 2016, p. 403
  36. « Compte-rendu de la soixante-et-onzième séance », sur UNISPAL, (consulté le 22 septembre 2009).
  37. a, b, c et d Sylvain Cypel, « Jérusalem. Donald Trump rompt avec cinquante ans de politique américaine », orientxxi.info, (consulté le 30 janvier 2018)
  38. (en) John Kifner, « Hussein surrenders claims on West Bank to the P.L.O. ; U.S. peace plan in Jeopardy ; Internal Tensions », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  39. Traité de paix israélo-jordanien, article 3, paragraphe 2.
  40. Traité de paix israélo-jordanien, article 9, paragraphe 2.
  41. Déclaration de Washington, partie B, paragraphe 3.
  42. Académie de droit international de La Haye, The Palestine Yearbook of International Law, 1996-1997, Martinus Nijhoff Publishers, (lire en ligne).
  43. EmbassyPages.com, Israël Ambassades et Consulats, 13 octobre 2015, sur http://www.embassypages.com.
  44. Professeur Bichara Khader, « Il y a 10 ans Camp David (juillet 2000) : une rétrospective », sur Institut Européen de Recherche sur la Coopération Méditerranéenne et Euro-Arabe, .
  45. « Quel État palestinien ? », Le Monde diplomatique.
  46. copie de la proclamation.
  47. « Le Saint-Siège et le statut de Jérusalem », sur Radio Vatican, .
  48. « L'Assemblée demande aux États de s'abstenir d'établir des missions diplomatiques à Jérusalem », sur ONU, .
  49. « À une large majorité, l'ONU a condamné la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël », sur Le Monde, .
  50. Résolution 252 de l'ONU [PDF].
  51. Résolution 267 de l'ONU [PDF].
  52. Résolution 271 de l'ONU [PDF].
  53. Résolution 298 de l'ONU [PDF].
  54. Résolution 465 de l'ONU [PDF].
  55. Résolution 476 de l'ONU [PDF].
  56. Résolution 478 de l'ONU [PDF].
  57. Résolution 1073 de l'ONU [PDF].
  58. Alhadji Bouba Nouhou, « Israël et l'Afrique, une relation mouvementée », Karthala (consulté le 12 août 2008) p. 126.
  59. L'Obs Monde, « Quelle est la capitale d'Israël ? », 4 août 2006, sur http://tempsreel.nouvelobs.com.
  60. Gérald Fruhinsholz, « Jérusalem, capitale d’Israël », Des Infos.com, , sur http://www.desinfos.com.
  61. https://www.washingtonpost.com/news/global-opinions/wp/2017/01/25/what-trump-would-gain-from-moving-the-u-s-embassy-to-jerusalem/?utm_term=.794e75b2ab09.
  62. « Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, au risque d’enflammer la région », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  63. Vincent Hervouet, « Qu'espère Trump en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël ? », sur Europe 1,
  64. « Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d'Israël », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  65. Talk of a Peace Plan That Snubs Palestinians Roils Middle East, New-York Times,
  66. a et b (vi) « Tại sao Tổng thống Trump công nhận Jerusalem », sur BBC, (consulté le 6 janvier 2018)
  67. Les États-Unis inaugurent officiellement leur ambassade à Jérusalem
  68. Après les États-Unis, le Guatemala inaugure son ambassade à Jérusalem
  69. Le président du Paraguay inaugure à son tour l’ambassade de son pays à Jérusalem
  70. « Kouchner : « Les dirigeants iraniens perdent du temps » », sur Le Figaro, .
  71. Jean-Jacques Mével, « L’Union européenne appelle Israël à partager Jérusalem », sur Le Figaro, (consulté le 10 décembre 2009).
  72. Michael J. Totten, « Between the Green Line and the Blue Line », City-journal.org.
  73. http://www.un.org/depts/dpi/palestine/.
  74. Meron Benvenisti, City of Stone: The Hidden History of Jerusalem (Reprint, illustrated ed.), University of California Press, 1998.
  75. Dan Diker, «Does the International News Media Overlook Israel's Legal Rights in the Palestinian-Israeli Conflict? », .
  76. Matthew Brubacher, « Le mur de la honte », Le Monde diplomatique,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  77. a et b Commission internationale de juristes, « Question de la violation des droits de l'Homme dans les territoires arabes occupés, y compris la Palestine », sur Commission des Droits de l'Homme du Conseil Économique et Social de l'Organisation des Nations Unies, (consulté le 5 juillet 2010) : « Commission internationale de juristes et son affiliée palestinienne LAW ».
  78. « Rapport d'Amnesty International ».
  79. Dumper Michael, The Politics of Jerusalem Since 1967, Columbia University Press, (ISBN 0231106408), p. 207–210.
  80. a et b Alya.
  81. (en) Michael Dumper, The Politics of Jerusalem Since 1967 (ISBN 0231106408), , Columbia University Press, pages=207–10.
  82. « Har Hotzvim Industrial Park », Har Hotzvim Industrial Park (consulté le 13 mars 2007).
  83. Voir le site du Musée d'Israël en ligne.
  84. Voir (en)Ticho House .
  85. Voir le site Bible Lands Muséum Jerusalem (fr) en ligne.
  86. Rabinovitch park Mifletzet.
  87. Collectif Grand Palais, Niki de Saint Phalle, Paris, RMN, , 367 p. (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 36.
  88. a et b voir la sculpture de Calder.
  89. le stabile de Calder.
  90. Collectif Grand Palais, Niki de Saint Phalle, Paris, RMN, , 367 p. (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 348.
  91. Collectif Grand Palais, Niki de Saint Phalle, Paris, RMN, , 367 p. (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 351.
  92. (en) « Times Higher Education - Times Higher Education » (consulté le 12 juillet 2009).
  93. a et b (en) « publisher=Jewish National and University Library - About the Library: Main Collections » (consulté le 12 juillet 2009).
  94. (en) « Avram Hershko » (consulté le 12 juillet 2009).
  95. (en) « The Nobel Foundation - David J. Gross » (consulté le 12 juillet 2009).
  96. (en) « The Nobel Foundation - Daniel Kahneman » (consulté le 12 juillet 2009).
  97. (en) « Jewish National and University Library - About the Library: History and Aims » (consulté le 12 juillet 2009).
  98. a et b (en) « al-Quds University Science & Technology » (consulté le 12 juillet 2009).
  99. (en) « al-Quds University - Urgent Appeal » (consulté le 12 juillet 2009).
  100. (ar) Latifa Abu Hasaan, « نبذة تاريخية : Bref historique » (page web), Al-Quds University, (lire en ligne)
  101. (en) « Académie de musique et de danse de Jérusalem » (consulté le 12 juillet 2009).
  102. (en) « Jerusalem College of Technology - About JCT » (consulté le 12 juillet 2009).
  103. a et b (en) « Human Rights Watch - Second Class Discrimination Against Palestinian Arab Children in Israel's Schools - Summary » (consulté le 12 juillet 2009).
  104. (en) « Bridging the gap » [archive du ] (consulté le 12 juillet 2009).
  105. a et b (en) Jonathan Lis, « Mayor to raise funds for E. J'lem Arabs to block Hamas » (consulté le 12 juillet 2009).
  106. (en) Or Kashti, « 8,000 new classrooms to be built in Arab, ultra-Orthodox schools » (consulté le 12 juillet 2009).
  107. Sarah Petitbon, « Hôpital Saint-Louis de Jérusalem : une oasis dans la tourmente », Pèlerin, nos 6890-6891,‎ (lire en ligne)
  108. (en) Raffi Berg, « Les Templiers : les colons allemands qui ont laissé leur marque sur la Palestine », sur BBC,
  109. (en) Heidemarie Wawrzyn, Nazis in the Holy Land 1933-1948, Walter de Gruyter, (ISBN 9783110306521, lire en ligne)
  110. Torstrick Rebecca L., Culture and Customs of Israel, Greenwood Press, (ISBN 0313320918), p. 141.
  111. (he) « Site du Beitar FC » (consulté le 3 juillet 2009).
  112. (en) Yishai Eldar, « Jerusalem: Architecture Since 1948 », Ministère des Affaires étrangère israélien (consulté le 3 juillet 2009).
  113. « Le tracé du marathon de Jérusalem fait débat », sur Le Monde,
  114. « 35 000 personnes au plus grand marathon de l’histoire de Jérusalem », sur The Times of Israel,
  115. (en) Zohar Blumenkrantz, « Jerusalem's Atarot Airport handed over to the IDF », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  116. (en) Shoshanna Solomon, « Facets of the Israeli Economy - Transportation », Israel Ministry of Foreign Affairs, (consulté le 12 juillet 2009).
  117. « Tramway de Jérusalem : comme un air tourangeau », sur La Nouvelle République,
  118. (en) « Sister Cities International: Israel, Middle East » (consulté le 15 mai 2018).
  119. (en) « New York City Global Partners », sur New York City (consulté le 12 novembre 2012).
  120. http://www.praha.eu/jnp/en/city_hall/foreign_activities/partner_cities/.
  121. (en) « International Exchange: List of Sister Cities », sur Préfecture de Kyoto (consulté le 16 mai 2018)
  122. Jumelages.
  123. Un jumelage Rabat avec Jérusalem-Est.
Vue de Jérusalem depuis le mont des Oliviers.

Bibliographie

Ouvrages sur Jérusalem

  • Claude Aziza (et al.), Jérusalem : Le rêve à l'ombre du Temple, Presses de la Cité, 1994, coll. « Omnibus », 1 324 p. (ISBN 2-258-00147-1) (ISBN 978-2-258-00147-3).
  • Dominique Lapierre et Larry Collins, Ô Jérusalem (1971), Pocket, 2001 (ISBN 978-2-266-16111-4) (2266161113).
  • Éric Marty, Bref séjour à Jérusalem, Éditions Gallimard, collection « L’Infini », 2003 (extrait en ligne).
  • Simon Sebag Montefiore (trad. Raymond Clarinard et Isabelle Taudière), Jérusalem : Biographie, Paris, Éditions Calmann-Lévy, (ISBN 978-2702142530).
  • Frédéric Encel, Géopolitique de Jérusalem, Flammarion, 1998 (nouvelle éd. revue et augmentée, 2008), coll. « Champs », 283 p. (ISBN 2080355732 et 9782080355737).
  • Marcus, traduit par Nessim Ouahba et Eyal Méron, Jérusalem : 36 promenades à travers l’Histoire, Editions Marcus, 2011, , 601 p. (ISBN 2713102367 et 9782713102363).
  • Guy Delisle, BD Chroniques de Jérusalem, Delcourt, coll. « Shampooing », , 334 p. (ISBN 2756025690 et 978-2756025698).
  • Vincent Lemire (dir.), Katell Berthelot, Julien Loiseau et Yann Potin, Jérusalem : Histoire d'une ville-monde, Paris, Flammarion, coll. « Champs Histoire », 544 p. (ISBN 9782081389885, OCLC 961352313, présentation en ligne).

Ouvrages généraux

  • Nathaniel Philippe Sander et Isaac Léon Trenel, Dictionnaire hebreu-français, Bureau des Archives Israélites, , 811 p. (lire en ligne).
  • (en) Watson E. Mills et Roger Aubrey Bullard, Mercer dictionary of the Bible, Mercer University Press, , 3e éd., 987 p. (ISBN 0865543739, lire en ligne).
  • « Traité de paix entre l'État d'Israël et le Royaume Hachémite de Jordanie », sur untreaty.un.org, United Nations Treaty Collection, (consulté le 6 juillet 2010).
  • « Declaration de Washington », sur mfa.gov.il, Ministère des Affaires étrangères israélien, (consulté le 6 juillet 2010).
  • Philippe Simonnot, Enquête sur l'antisémitisme musulman, de ses origines à nos jours, Michalon, Paris, 2010, (ISBN 978-2-84186-518-5)

Sites internet

  • Projet « Open Jerusalem » initié par l'université Paris-Est Marne-la-Vallée : http://openjlem.hypotheses.org/.
Hereford Mappa mundi plaçant Jérusalem (surmontée d'une croix) au centre du monde, 1280.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes