Jennifer Lawrence

Jennifer Lawrence
Description de cette image, également commentée ci-après
Jennifer Lawrence en 2018.
Nom de naissance Jennifer Shrader Lawrence
Naissance (28 ans)
Louisville, Kentucky, États-Unis
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables Winter's Bone
X-Men (seconde trilogie)
Hunger Games (saga)
Happiness Therapy
American Bluff
Passengers
Mother!
Red Sparrow
Séries notables The Bill Engvall Show

Jennifer Lawrence est une actrice américaine, née le à Louisville (Kentucky).

Révélée en 2010, dans le film indépendant Winter's Bone, pour lequel elle est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice, Jennifer Lawrence est propulsée au rang de star mondiale en 2012 avec la sortie de The Hunger Games, premier des quatre volets de la saga adaptée des livres de Suzanne Collins, où elle tient le rôle principal de Katniss Everdeen. Elle interprète également Mystique dans la quadrilogie préquelle X-Men.

En 2013, à l'âge de 22 ans, elle reçoit de nombreuses récompenses pour son rôle de Tiffany Maxwell dans le film Happiness Therapy (Silver Linings Playbook) de David O. Russell, dont le Golden Globe de la meilleure actrice et l'Oscar de la meilleure actrice. Elle devient ainsi la deuxième plus jeune actrice à recevoir ce trophée dans cette catégorie, après Marlee Matlin en 1987.

En 2014, pour son rôle secondaire dans la comédie dramatique American Bluff, Jennifer Lawrence obtient le Golden Globe Award, le BAFTA Award et une troisième nomination aux Oscars. La même année, la jeune femme arrive en tête de la « liste des femmes les plus sexy du monde » selon le magazine américain FHM, ainsi qu'en tête de la « liste des actrices les plus puissantes » selon Forbes.

En 2015, selon le magazine Forbes, elle est l'actrice la mieux payée au monde avec un revenu annuel estimé à 52 millions de dollars[1]. Cette même année, la jeune actrice a annoncé qu'elle allait réaliser son premier film, dont on ne connait aucune information à l'exception du titre : Project Delirium.

Biographie

Jeunesse

Jennifer Lawrence est née à Indian Falls , banlieue de Louisville, dans le Kentucky. Elle est la fille de Karen Lawrence, directrice d'un camp de vacances pour enfants, et de Gary Lawrence, anciennement chef d'une entreprise de construction[2],[3] . Elle grandit à la campagne avec deux frères ainés, Ben et Blaine[4],[5],[6]. Elle a étudié au collège Kammerer Middle School de Louisville.

Cheerleader à l'école, Lawrence pratique plusieurs sports, notamment le softball, le hockey sur gazon et le basket-ball dans une équipe de garçons entraînée par son père. A propos de ses rêves d'alors, Lawrence déclare : « J'ai toujours eu une idée très précise de ce que je voulais : je voulais être une maman, devenir médecin et aller vivre dans le Kentucky. Mais j'ai toujours su que je voulais être célèbre »[3]. Quand son père travaillait à la maison, elle jouait pour lui, en se déguisant en clown ou en ballerine[7]. Friande d'équitation, elle se rendait régulièrement dans une ferme équestre près de chez elle et avait des chevaux[8]. Elle a le coccyx déformé suite à une chute de cheval[9]. Elle interprète son premier rôle à l'âge de neuf ans dans une pièce de sa paroisse basée sur le Livre de Jonas, où elle incarne une prostituée enfant[10],[11]. Les années suivantes, Lawrence continue à prendre part aux pièces de l'Église et aux comédies musicales de son école.

Au sujet de son enfance, elle confie dans un entretien accordé à l'auteur Marc Levy pour Madame Figaro[12] : « Mon surnom était « Nitro », comme nitroglycérine. J’étais hyperactive, curieuse de tout. Quand ma mère me parle de mon enfance, elle me dit toujours qu’il y avait comme une lumière en moi, une étincelle qui m’animait sans cesse. Lorsque je suis entrée à l’école, cette lumière s’est éteinte. On n’a jamais su ce que c’était, une sorte d’anxiété sociale. Pourtant j’avais des amies. Je crois surtout que je ne me sentais pas intelligente, car je n’étais pas assez bonne élève… Je pensais que certaines personnes sont stupides, mais finissent par s’en sortir et que je faisais partie de celles-là. Je suis allée voir un psy, rien n’y faisait. Un jour, j’ai supplié mes parents de m’emmener à un casting, nous sommes partis à New York et c’est là que j’ai commencé à jouer la comédie. À peine sur scène, ma mère a vu le changement qui s’opérait en moi. Elle a vu mes angoisses disparaître. Elle retrouvait sa fille, celle qui possédait cette lumière et cette joie d’avant l’école. J’avais enfin trouvé un chemin, ouvert les portes d’un univers que je comprenais, qui me faisait du bien et me rendait heureuse, parce que je m’en sentais capable, alors qu’avant je me sentais bonne à rien. C’est pour ça que maman s’est battue pour que je puisse être actrice. »[13],[3],[14].

À l'âge de 14 ans, elle se rend avec sa famille à New York pour participer à un casting[15],[16]. Durant sa première audition, elle parvient à impressionner les agents avec son honnêteté et sa transparence, en montrant qu'elle pouvait jouer n'importe quel personnage[17]. Ses parents décident alors de la soutenir et prennent deux hypothèques sur leur maison pour venir s’installer avec elle à New York et lui permettre ainsi de tenter de percer.

Avec l'accord de ses parents, elle interrompt sa scolarité au collège pour poursuivre une carrière d'actrice[18]. Dans une interview donnée en 2018, elle affirme n'avoir aucun diplôme[19]. L'adolescente multiplie les auditions et tourne dans quelques publicités mais déterminée à devenir actrice, elle refuse les propositions de mannequinat à ce moment-là[15]. Jennifer Lawrence retourne souvent à Louisville où elle travaille comme assistante infirmière dans le camp de vacances de sa mère[20], elle a d'ailleurs récemment déclaré que si elle n'avait pas réussi à vivre du métier d'actrice, elle aurait voulu être infirmière[21].

Carrière

Débuts télévisuels (2006-2008)

Sa carrière d'actrice débute en 2006 à la télévision avec un petit rôle dans le téléfilm Company Town, suivi de seconds rôles dans de nombreuses séries télévisées tels que Monk la même année et Médium en 2007[22]. Ces rôles l'ont conduite à obtenir un rôle important dans The Bill Engvall Show diffusé de 2007 à 2009 sur la chaîne TBS. Dans cette sitcom, composée de trente épisodes; elle y interprète Lauren Pearson, la fille aînée de la famille et adolescente rebelle[22]. La série, qui a duré trois saisons[23], permet à la jeune actrice d'obtenir ses premières critiques favorables, notamment par Tom Shales du Washington Post, qui la considère comme « une voleuse de scène », tandis que David Hinckley du New York Daily News écrit qu'elle réussit à livrer « l'exaspération perpétuelle des adolescentes »[24],[25]. Elle obtient le Young Artist Award de la meilleure interprétation dans une série télévisée en 2009[26].

Révélation (2008-2011)

En 2008, elle fait ses débuts au cinéma dans le film dramatique indépendant Garden Party. Peu après, elle obtient des rôles importants. Dans le drame The Poker House, elle incarne une soeur aînée qui vit avec sa mère toxicomane[27],[28],[22]. Le critique Stephen Farber du magazine Hollywood Reporter pense que Lawrence a « une aisance touchante à la caméra qui transmet la résilience des enfants ». Sa prestation lui vaut le prix de la meilleure interprétation au Festival du film de Los Angeles[29],[30].

Elle obtient un rôle dans Loin de la terre brûlée, film choral de Guillermo Arriaga, dans lequel elle joue la fille adolescente de Kim Basinger, partageant son personnage avec Charlize Theron, qui incarne le rôle adulte. Ce premier rôle lui permet de remporter le prix « Marcello Mastroianni du meilleur jeune espoir » à la Mostra de Venise 2008[31],[22]. Mark Feeney du Boston Globe estime que Lawrence est peu convaincante, tandis que Derek Elley de Variety considère qu'elle délivre une performance accrocheuse[32],[33].

En 2009, elle apparaît dans le clip The Mess I Made du groupe de pop rock américain Parachute[34].

Mais c'est en 2010 qu'elle obtient le rôle qui la révèle, avec le drame Winter's Bone, réalisé par Debra Granik et inspiré du roman du même nom de Daniel Woodrell, dans lequel elle interprète Ree Dolly, une adolescente vivant dans les Monts Ozarks, qui prend soin de sa mère malade et de ses jeunes frères et sœurs tout en recherchant son père disparu.

Jennifer Lawrence raconte à propos de Winter's Bone : « Un jour, mon agent m'appelle : "J'ai trouvé le meilleur scénario possible, tu dois tout faire pour avoir le rôle". Je suis donc allée à Los Angeles et j'ai passé deux auditions. Ils ne m'ont pas prise : ils me trouvaient trop jolie ! Quand je l'ai appris, Debra Granik était déjà repartie à New York. J'ai sauté dans un avion, je n'ai pas dormi de la nuit, je me suis rendue dans ses bureaux en courant, sous la neige, et je l'ai suppliée de me redonner une chance. Cette fois-ci, elle ne m'a pas trouvé trop jolie[35]. »

Lawrence s'est rendue à Ozarks dans le Missouri une semaine avant le tournage pour se familiariser avec le lieu, et a appris à éviscérer un écureuil et à couper du bois[36]. La prestation de la jeune actrice est acclamée par la critique : David Denby du New Yorker déclare que le film serait « inimaginable avec quelqu'un de moins charismatique »[37] et Peter Travers de Rolling Stone note que « sa performance est plus que du jeu, il s'agit d'une tempête »[38]. La production acclamée remporte le Grand Prix du Jury au Festival de Sundance[39]. Lawrence reçoit le National Board of Review de la meilleure révélation et d'autres prix et nominations, dont l'Oscar de la meilleure actrice, faisant d'elle la deuxième plus jeune actrice à être nommée dans cette catégorie[40],[41]. Au box-office, le film remporte un succès commercial modeste[42].

En 2011, elle tient un rôle secondaire dans le drame romantique Like Crazy , dans lequel elle partage l'affiche avec Anton Yelchin et Felicity Jones et qui traite des relations à longue distance[43]. La même année, Jodie Foster choisit Jennifer Lawrence pour jouer dans le film qu'elle dirige : Le Complexe du castor. Dans cette comédie dramatique, la jeune actrice joue aux côtés de Mel Gibson et Jodie Foster elle-même, ainsi qu'Anton Yelchin[44]. Tournée en 2009, la production est retardée en raison de la controverse concernant Gibson et a finalement échoué à trouver un large public[45],[46].

Jennifer Lawrence lors de la 83e cérémonie des Oscars en 2011.

Consécration (2011-2013)

En 2011, elle obtient son premier grand succès commercial avec le blockbuster X-Men : Le Commencement, qui est son premier film à connaître une large sortie en salles. Dans ce préquelle de la saga X-Men, où elle partage l'affiche avec James McAvoy et Michael Fassbender, elle tient le rôle de la mutante Mystique, incarnée par Rebecca Romijn dans les films précédents[47]. Claudia Puig de USA Today considère le film comme « un reboot chic » de la franchise et estime que la « performance fougueuse » de Lawrence habilite le film[48]. Avec 350 millions de dollars de recettes mondiales, X-Men: Le Commencement est le film de Lawrence le plus largement vu à cette période[49].

La notoriété de Lawrence s'accroît en 2012 lorsqu'elle est choisie pour incarner Katniss Everdeen, rôle principal du film Hunger Games, adaptation du premier roman de la trilogie à succès du même nom de Suzanne Collins. Située dans un futur post-apocalyptique, la franchise raconte l'histoire de Katniss, adolescente qui rejoint les forces rebelles contre un gouvernement totalitaire après avoir remporté un événement annuel télévisé immoral. Bien qu'admiratrice du livre, Lawrence a d'abord hésité à jouer ce rôle, intimidée par l'ampleur du film et sur l'impact qu'il allait avoir sur sa vie[50]. C'est sa mère qui la convainc d'accepter le rôle[50]. Elle suit un important entraînement physique en s'initiant à l'apprentissage des techniques de combat, ainsi qu'en pratiquant de l'escalade et du yoga[51],[52]. Malgré cela, elle se blesse en courant près d'un mur[53]. Le film est accueilli favorablement par la critique, notamment la performance de l'actrice[54], Todd McCarthy du Hollywood Reporter estime qu'elle est « l'actrice idéale à l'écran » et Roger Ebert trouve qu'elle ancre le film avec une « présence et une gravité impressionnante »[55],[56].

Une jeune femme de face, cheveux lisses foncés, portant une robe bustier aux couleurs chaudes, est en mouvement ; en arrière-plan, flous, des photographes.
Jennifer Lawrence durant le Festival du film de Toronto en 2012.

Avec 694 millions de dollars de recettes mondiales[57],[49], Hunger Games devient le film avec un rôle principal féminin à faire le plus de recettes[58] faisant de Lawrence l'héroïne de film d'action la plus rentable de tous les temps[59].

La même année, elle partage l'affiche avec Bradley Cooper et Robert De Niro dans la comédie dramatique Happiness Therapy de David O. Russell. Sa prestation est saluée par la critique américaine[60],[61],[62] et par le public, avec 236 millions de dollars de recettes mondiales[63]. Elle campe également le personnage d'Elissa dans La Maison au bout de la rue, son premier rôle dans un film d'épouvante[64],[65]. Au début de l'année 2013, elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[66] et l'Oscar de la meilleure actrice des mains de Jean Dujardin pour son rôle de Tiffany Maxwell dans le film Happiness Therapy[67].

Star internationale (depuis 2013)

L'actrice au Comic-Con de San Diego 2013, pour la promotion de X-Men: Days of Future Past.

Elle reprend son rôle de Katniss Everdeen dans Hunger Games : L'Embrasement de Francis Lawrence, qui devient le plus grand succès de la franchise au box-office avec 865 millions de dollars de recettes mondiales[68].

En 2014, elle reçoit lors de la cérémonie des Golden Globes le trophée du meilleur second rôle féminin pour sa performance dans le film de David O. Russell, American Bluff et est nommée aux Oscars pour le meilleur second rôle féminin dans ce même film. Elle joue pour la deuxième fois sous la direction du réalisateur et retrouve aussi Bradley Cooper. L'ancien duo de Happiness Therapy est rejoint par Christian Bale, Amy Adams et Jeremy Renner. Le film obtient un succès critique et commercial, avec 251 millions de dollars de recettes mondiales[69],[70].

En novembre 2014, pour la promotion de Hunger Games : La révolte, 1re partie.

Cette même année, Jennifer Lawrence est au casting du blockbuster de Bryan Singer, X-Men: Days of Future Past où elle reprend son rôle de Raven Darkholme/Mystique. Cette fois-ci, pour sa transformation en mutante bleue, elle porte une combinaison pour éviter de passer des heures en maquillage et de développer des réactions allergiques aux produits utilisés[71]. Le film rapporte 747 millions de dollars de recettes mondiales[68].

Elle conclut cette année-là en retrouvant le personnage de Katniss Everdeen pour le troisième volet de la saga Hunger Games : La Révolte (1re partie). Elle y interprète la chanson The Hanging Tree, qui paraît en single, parvenant à se classer dans le top 40 des charts britanniques et australiens[72],[73].

Elle débute 2015 avec le film dramatique Serena, dans lequel elle retrouve Bradley Cooper. Cette adaptation du roman éponyme de l'Américain Ron Rash est néanmoins mal reçue par la critique[74], et voit, aux États-Unis, sa sortie en salles limitée[75].

Elle reprend pour la dernière fois le rôle de Katniss Everdeen dans Hunger Games : La Révolte, partie 2, qui est sorti le 18 novembre 2015 en France et le 20 novembre aux États-Unis.

Elle termine l'année avec le biopic Joy, qui retrace le parcours de Joy Mangano, inventrice du balai-serpillière auto-essorant. Réalisé par David O. Russell, l'actrice qui tient le rôle principal, retrouve Bradley Cooper et Robert de Niro. En comparaison à Happiness Therapy et American Bluff, Joy rencontre un accueil critique modéré[76] et un succès commercial relativement inférieur avec 101 millions de dollars de recettes mondiales[77]. Toutefois, la prestation de l'actrice est couronnée par un Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[78] et une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice[79].

Lors d'une interview pour le magazine Entertainment Weekly fin novembre 2015, la jeune actrice a révélé qu'elle allait prochainement réaliser son premier film, une comédie intitulée Project Delirium[80].

Jennifer Lawrence à l’avant-première du documentaire IMAX A Beautiful Planet (New York, avril 2016).

En mai 2016, Jennifer Lawrence reprend son rôle de mutante Raven Darkholme/Mystique dans X-Men : Apocalypse, réalisé par Bryan Singer. Le film rencontre un succès commercial avec 534 millions de dollars de recettes mondiales[81]. Puis, fin décembre de la même année, elle est à l'affiche de Passengers, film de science-fiction réalisé par Morten Tyldum, aux côtés de l'acteur Chris Pratt. Le film ne convainc pas la critique[82] et n'obtient qu'un succès mitigé au box-office avec plus de 300 millions $ de recettes mondiales pour un budget de 110 millions[83],[84].

En attendant de reprendre son rôle de Mystique pour la quatrième fois dans X-Men: Dark Phoenix[85], Jennifer Lawrence est à l'affiche de Mother!, thriller horrifique de Darren Aronofsky[86], et du film d'espionnage Red Sparrow de Francis Lawrence. Mother! est un échec commercial et obtient un accueil tiède du public[87],[88]. Cependant le film reçoit des avis favorables de la part des critiques spécialisés dans le cinéma, saluant notamment la prestation de l'actrice[89]. Red Sparrow obtient des critiques mitigées et un résultat moyen au box-office[90], mais la qualité du jeu de Lawrence est toutefois remarquée[91].

Image dans les médias

En 2012, ses performances d'actrice sont saluées par le magazine Rolling Stone qui la cite comme « la jeune actrice la plus talentueuse d'Amérique ». Donald Sutherland compare Jennifer Lawrence à Laurence Olivier et l'a décrit comme une « actrice exquise et brillante »[92]. David O. Russell apprécie son jeu sans effort qui rend ses performances naturelles[93]. Jennifer Lawrence n'a jamais fait de théâtre ou pris de cours d'art dramatique[16], déclarant: « J'ai toujours observé les gens et je suis fascinée par leurs réactions et sentiments. Je pense que c'est la meilleure manière d'apprendre - regarder de vraies personnes, les écouter et les étudier »[94].

En 2013, Jennifer Lawrence est classée parmi les cent personnes les plus influentes du monde selon le magazine Time[95],[96] et est nommée « la femme la plus puissante dans l'industrie du divertissement » par le Elle américain[97]. La même année, elle gagne 26 millions de dollars selon Forbes[98].

En 2014, elle est la deuxième actrice la mieux payée à Hollywood[99] et est citée comme « l'actrice la plus puissante », se classant à la 12e place de la liste Celebrity 100[100].

La même année, la jeune femme est élue « femme la plus sexy du monde » par le magazine FHM[101].

En 2015 et 2016, Forbes révèle qu'elle est devenue l'actrice la mieux payée au monde avec des gains annuels de 52 millions de dollars et de 46 millions de dollars respectivement[102],[103]. Le magazine Entertainment Weekly nomme Lawrence comme « Artiste de l'année » en 2015[104],[105].

Selon le site GOBankingRates, sa fortune est estimée à environ 120 millions de dollars en 2018[106],[107].

Mode

En 2011, elle pose en couverture du magazine ASOS[108]. Durant l'année 2012, Jennifer Lawrence apparaît en couverture des magazines Rolling Stone[109], Interview (Allemagne), British Vogue[110] et Elle (US). La même année, le magazine américain Women's Wear Daily informe qu'elle devient, après Mila Kunis et Marion Cotillard, l'égérie publicitaire des sacs à main Miss Dior pour la marque Christian Dior[31],[111],[112].

Elle a posé, depuis, en couverture des magazines de mode Harper's Bazaar, Vogue (US), W, Marie Claire, Vanity Fair ou encore Glamour.

Depuis 2012, l'actrice américaine est le visage de la maison Christian Dior pour le prêt-à-porter, les accessoires, et en particulier les sacs à main[113]. En 2015, elle devient l'égérie de la gamme de rouge à lèvres Dior Addict[114]. Elle pose également dans une série de photos en noir et blanc réalisée par Brigitte Lacombe pour la collection automne 2017 de Dior. En 2018, elle devient le visage de Joy, un parfum signé Dior[115].

Vie privée

En décembre 2010, Jennifer commence à fréquenter son partenaire Nicholas Hoult - rencontré sur le tournage d'X-Men : Le Commencement[116]. Après s'être séparés en [117], ils sont de nouveau ensemble à partir de , à la suite du tournage de X-Men: Days of Future Past, dans lequel ils jouent tous les deux[118]. Ils se séparent en [119].

Le , elle est victime, ainsi que plusieurs célébrités américaines, d'un hacker diffusant sur la toile des photos intimes obtenues frauduleusement via le cloud[120]. Soulignant que ces images n'ont jamais été destinées à être rendues publiques, Lawrence qualifie ce piratage de « crime sexuel » et de « violation sexuelle », ajoutant que « toute personne qui regarde ces photos, perpètre une infraction sexuelle et devrait se recroqueviller de honte »[121].

Elle fréquente Chris Martin, le leader du groupe Coldplay de juin à fin octobre 2014[122]. Le couple se remet ensemble en janvier 2015, avant de se séparer en juin 2015[123].

Gros plan de trois quart face d’une femme, blonde au carré long, devant un micro.
Jennifer Lawrence au San Diego Comic-Con en 2015.

En 2016, elle vit à Beverly Hills, en Californie[124].

D'octobre 2016 à novembre 2017, elle a fréquenté le réalisateur américain Darren Aronofsky[125],[126].

Depuis juin 2018, elle a une relation avec Cooke Maroney, le directeur d'une galerie d'art[127].

Elle est proche de ses deux collègues de Hunger Games, Liam Hemsworth et Josh Hutcherson qui sont notamment ses meilleurs amis dans la vie[128].

Convictions

Jennifer Lawrence est très impliquée en ce qui concerne les droits des femmes. Elle soutient l'organisation Planned Parenthood et le mouvement pro-choix[129]. Féministe, elle estime que les femmes peuvent être à la fois fortes tout en restant sensibles et empathiques[130].

Bien qu'ayant été élevée au sein d'une famille républicaine, Lawrence s'oppose à la politique de Donald Trump et déclare qu'elle ne peut « pas imaginer soutenir un parti qui ne supporte pas les droits fondamentaux des femmes »[131]. En 2015, elle écrit une lettre ouverte sur Lenny, la newsletter féministe de la comédienne Lena Dunham. Dans cette lettre, elle critique les inégalités salariales entre les hommes et les femmes et dénonce le sexisme à Hollywood. Elle évoque également ses propres expériences en tant qu'actrice, et rapporte avoir été moins payée que ses partenaires masculins dans le film American Bluff'[132].

Dans une interview à Vogue, elle fustige Kim Davis, fonctionnaire originaire du même État qu'elle, le Kentucky, dont le refus de fournir des actes de mariage à des couples du même sexe a été fortement médiatisé[131].

En février 2018, elle annonce à Entertainment Tonight qu'elle va faire une courte pause dans sa carrière d'actrice. Jennifer Lawrence se joint à Represent.Us., une organisation visant à faire adopter des lois anti-corruption par le gouvernement américain. Elle déclare :« Je vais travailler avec cette organisation pour essayer de convaincre les jeunes de s'engager dans la politique mais à un niveau local. Cela n'a rien à voir avec un quelconque parti politique. Il s'agit d'un mouvement contre la corruption qui peut nous aider à sauver notre démocratie »[133].

Philanthropie

Jennifer Lawrence affiche son soutien à plusieurs organismes de bienfaisance tels que World Food Programme, Feeding America et The Thirst Project[134].

Avec ses partenaires d'Hunger Games, Josh Hutcherson et Liam Hemsworth, elle participe pour les Nations Unies à sensibiliser sur la pauvreté et la faim[135]. Elle recueille plus de 40 000 dollars lors d'une première de Hunger Games : L’Embrasement au profit du Saint Mary's Center, une organisation permettant d'aider les handicapés située dans sa ville natale de Louisville[136].

Elle est partenaire avec Chideo, plateforme qui collecte des fonds en diffusant des vidéos exclusives pour des causes importantes. Jennifer Lawrence partage son film Serena à l'occasion du 2015 Special Olympics World Summer Games[137].

Elle collabore avec Omaze pour récolter des fonds dans le cadre de la première de Hunger Games : La Révolte, partie 1[138]. Elle fait équipe avec Hutcherson et Hemsworth pour Prank Il FWD, une initiative de bienfaisance qui lève des fonds pour l'organisme sans but lucratif Do Something[139].

En 2015, elle crée l'association Jennifer Lawrence Foundation, qui soutient les organismes de bienfaisance tels que Boys & Girls Clubs of America et Special Olympics[140]. L'année suivante, Lawrence fait un don de 2 millions de dollars à l'Hôpital pour enfants de Louisville afin de contribuer à la construction d'une unité de soins intensifs en cardiologie[141],[142].

Filmographie

Cinéma

Télévision

Publicité

Distinctions

Récompenses

Nominations

Voix françaises

En France, Kelly Marot est la voix française régulière de Jennifer Lawrence. Céline Mauge l'a doublée sur les X-Men.

Au Québec, elle est doublée exclusivement par Catherine Brunet[147].

Notes et références

Notes

Références

  1. Anne Donadini, « Jennifer Lawrence est l'actrice la mieux payée au monde en 2015 », sur lci.fr, (consulté le 13 mai 2015)
  2. (en-US) Lorraine Murray, « Jennifer Lawrence », Encyclopædia Britannica (consulté le 14 janvier 2016)
  3. a, b et c (en-US) Van Meter, Jonathan, « The Hunger Games' Jennifer Lawrence Covers the September Issue », Vogue,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Jonathan Van Meter, « The Hunger Games Jennifer Lawrence Covers the September Issue », Vogue, (consulté le 28 mars 2014)
  5. (en) Josh Moss, « Too young for methods: Louisville's Academy Award-nominated actress Jennifer Lawrence  », Louisville Magazine, (consulté le 11 février 2011)
  6. (en) Joseph Lord, « Louisville's Jennifer Lawrence waits for magical Oscar nomination », Louisville Courier-Journal, (consulté le 27 janvier 2011)
  7. (en-US) Rodriguez, Javy et Schreiber, Hope, « 30 Things You Didn't Know About Jennifer Lawrence », Complex,‎ (lire en ligne)
  8. (en-US) « Jennifer Lawrence Seventeen Magazine Poses with Horses », People,‎ (lire en ligne)
  9. (en-US) Jessie Heyman, « 5 Things You Didn't Know About Jennifer Lawrence », People,‎ (lire en ligne)
  10. https://www.channel24.co.za/Movies/News/Jennifer-Lawrences-first-role-was-as-a-prostitute-20140305
  11. https://nypost.com/2013/02/24/i-dream-of-jenny/
  12. http://madame.lefigaro.fr/celebrites/jennifer-lawrence-muse-de-hollywood-151113-630012
  13. https://www.lexpress.fr/styles/vip/jennifer-lawrence-je-veux-que-ma-vie-reste-aussi-normale-que-possible_1301233.html
  14. (en-US) Peter Mikelbank, « Jennifer Lawrence: I Suffered from Social Anxiety », People,‎ (lire en ligne)
  15. a et b (en-US) Jim Windolf et Jessica Diehl, « Girl, Uninterruptible », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) Johanna Schneller, « Interview with Winter's Bone star Jennifer Lawrence », The Globe and Mail, Canada, (consulté le 4 juin 2011), p. 1–2
  17. (en-US) Seliger, Mark, « Jennifer Lawrence », Vogue,‎ (lire en ligne)
  18. https://www.cbsnews.com/news/jennifer-lawrence-surprising-trip-to-the-top-of-hollywood/
  19. https://www.harpersbazaar.com/celebrity/latest/a18699077/jennifer-lawrence-dropped-out-middle-school/
  20. (en) Reed Johnson, « Jennifer Lawrence, playing to strength », sur Los Angeles Times, (consulté le 22 mai 2012)
  21. (en) Conan O'Brien, « Jennifer Lawrence's Sex Toy Stash Got Busted  », sur YouTube, (consulté le 13 janvier 2015)
  22. a, b, c et d (en) « Jennifer Lawrence's Career Journey, from Bill Engvall to Hunger Games », consultée le 2 mars 2013
  23. (en-US) Bob Sassone, « Will you miss The Bill Engvall Show? » [archive du ], AOL, (consulté le 29 mars 2014)
  24. (en-US) Tom Shales, « TBS's 'Bill Engvall': Leave It to a Father Who Knows Best », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  25. (en-US) David Hincley, « Another family sitcom, no joke », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  26. (en-US) Dave Nemetz, « Jennifer Lawrence's TV past: See her on 'The Bill Engvall Show' », Yahoo!, (consulté le 29 mars 2014)
  27. (en-US) Bruce Kirkland, « Jennifer Lawrence's 5 best performances », Toronto Sun,‎ (lire en ligne)
  28. (en-US) Sheila Roberts, « Interview: Jennifer Lawrence and Director Lori Petty on The Poker House », Collider, (consulté le 23 mars 2012)
  29. (en-US) Stephen Farber, « The Poker House », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  30. (en-US) « Los Angeles Film Festival Timeline: 2000–2009 » [archive du ], Los Angeles Film Festival (consulté le 29 mars 2014)
  31. a et b Élodie Bousquet, « Jennifer Lawrence, nouvelle égérie Miss Dior », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 13 octobre 2012)
  32. (en-US) Mark Feeney, « The Burning Plain », Boston.com, (consulté le 20 mai 2016)
  33. (en-US) Derek Elley, « Review: 'The Burning Plain' », Variety,‎ (lire en ligne)
  34. (en-US) Simon Reynolds, « Jennifer Lawrence: 'The Hunger Games' star's career in pictures », Digital Spy, (consulté le 29 mars 2014), p. 2; 5
  35. https://www.lesinrocks.com/2011/03/06/cinema/jennifer-lawrence-la-nouvelle-sensation-dhollywood-1118885/
  36. (en-US) « Survival of the Fittest: Jennifer Lawrence and Winter's Bone », Interview,‎ (lire en ligne)
  37. (en-US) David Denby, « Current Cinema: Thrills and Chills », Condé Nast,‎ , p. 78–79 (lire en ligne)
  38. (en-US) Peter Travers, « Winter's Bone Review », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  39. (en-US) Jeremy Medina, « Jennifer Lawrence dishes on 'Winter's Bone' and stripping for 'Esquire' », BlackBook, (consulté le 4 juin 2011)
  40. (en-US) « Oscar Nominations List 2011 », MTV, (consulté le 4 juin 2011)
  41. (en-US) Brad Balfour, « Best Actress Nominee Jennifer Lawrence Heats Up Winter's Bone », The Huffington Post, (consulté le 21 mai 2016)
  42. (en) « Winter's Bone », sur Box-office Mojo (consulté le 10 septembre 2016)
  43. (en-US) Steven Zeitchik, « Sundance 2011: 'Like Crazy' is bought, and will be released by, Paramount Pictures », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  44. Fiona Ipert, « Jennifer Lawrence, 5 choses à savoir sur l'oscarisée », Le Figaro, (consulté le 6 mars 2013)
  45. (en-US) John Young, « Mel Gibson's flop 'The Beaver': What went wrong? », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  46. « The Beaver », sur Box-office Mojo (consulté le 10 septembre 2016)
  47. (en-US) Steve O'Brien, « Jennifer Lawrence talks shape-shifting character Mystique in X-Men: Days of Future Past », Cineworld, (consulté le 29 mars 2014)
  48. (en-US) Claudia Puig, « New 'X-Men': A 'First Class' action movie », USA Today,‎ (lire en ligne)
  49. a et b (en-US) « Jennifer Lawrence Movie Box Office Results », Box Office Mojo (consulté le 8 mars 2015)
  50. a et b (en-US) Radish, Christina, « Jennifer Lawrence Talks Silver Linings Playbook, The Hunger Games, Catching Fire, Her Early Work, Wanting to Direct, Oscar Nominations, and More », Collider, (consulté le 29 mars 2014)
  51. (en-US) Jennifer Still, « Hunger Games Training Fun », Digital Spy,‎ (lire en ligne)
  52. (en-US) Emily Listfield, « Jennifer Lawrence on How the Kardashians Are Like 'The Hunger Games' », Parade, (consulté le 22 mai 2012)
  53. (en-US) Ali Plumb, « Jennifer Lawrence On Hunger Games: Catching Fire », sur Empire (consulté le 12 mai 201)
  54. (en) « The Hunger Games », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 25 décembre 2012).
  55. (en-US) Todd McCarthy, « The Hunger Games: Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  56. (en-US) Roger Ebert, « The Hunger Games », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne)
  57. Phalène de La Valette, « Hunger Games : meilleur démarrage US de l'histoire », Cinéma, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 13 octobre 2012)
  58. « Hungering for a female hero: 'Hunger Games' may break new ground », World News Network (consulté le 30 mars 2014)
  59. (en-US) « Action Heroine Movies at the Box Office », sur Box Office Mojo (consulté le 3 avril 2012)
  60. (en) Peter Travers, « Silver Linings Playbook Review », Rolling Stone (consulté le 21 novembre 2012)
  61. (en) Richard Corliss, « Silver Linings Playbook Review  », Time Magazine (consulté le 21 novembre 2012)
  62. (en) « The Silver Linings Playbook », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 25 décembre 2012)
  63. « Silver Linings Playbook », sur Box Office Mojo
  64. Emilie Bablée, « Box-office US : Jake Gyllenhaal et Jennifer Lawrence au coude à coude », Actu, sur cinemovies.fr, (consulté le 13 octobre 2012)
  65. Aurélia Vertaldi, « Jennifer Lawrence chante pour son prochain film », Cinéma, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 13 octobre 2012)
  66. « Golden Globes 2013 : Jennifer Lawrence, meilleure actrice dans une comédie ou un film musical », CinéObs, (consulté le 5 mars 2013)
  67. « Palmarès des Oscars 2013 », Canal+, (consulté le 5 mars 2013)
  68. a et b (en) « Jennifer Lawrence Movie Box Office Results », sur Box Office Mojo
  69. (en) « American Hustle », sur Rotten Tomatoes.com, Flixster (consulté le 4 janvier 2014)
  70. (en) « American Hustle », sur Box Office Mojo (consulté le 13 décembre 2013)
  71. Isabelle Hontebeyrie, « Jennifer Lawrence ne sera plus maquillée en Mystique », sur journaldemontreal.com, Le Journal de Montréal, (consulté le 22 avril 2013)
  72. (en) « Taylor Swift Is Number 1 ARIA Single », Noise11 (consulté le 30 novembre 2014)
  73. (en) « Jennifer Lawrence has entered the UK singles chart with The Hanging Tree », sur Metro (consulté le 30 novembre 2014)
  74. http://www.rottentomatoes.com/m/serena_2015/
  75. (en) Ben Barna, « How a Jennifer Lawrence and Bradley Cooper movie went horribly wrong », nylon, (consulté le 20 mars 2016)
  76. (en) « Joy (2015) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 25 décembre 2015)
  77. (en) « Joy (2015) », sur Box Office Mojo (consulté le 26 décembre 2015)
  78. (en) Lindsey Bahr, « Jennifer Lawrence Wins Golden Globe for Best Comedy Actress », ABC News,‎ (lire en ligne)
  79. (en) « Oscar Nominations: Surprising Factoids About 2016's Contenders », Variety.com (consulté le 14 janvier 2016)
  80. (en) « Jennifer Lawrence has plans to direct her first movie », Entertainment Weekly, (consulté le 11 mars 2016)
  81. (en) « X-Men : Apocalypse », sur Box Office Mojo (consulté le 21 juillet 2016)
  82. (en) « Passengers (2016) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 22 décembre 2016)
  83. http://www.the-numbers.com/movie/Passengers-(2016)#tab=summary
  84. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=passengers2016.htm
  85. « La Fox confirme Kinberg à la réalisation de X-Men: Dark Phoenix », sur comicsblog, (consulté le 29 juin 2017).
  86. (en-US) Justin Kroll, « Jennifer Lawrence in Talks to Star in Darren Aronofsky’s Next Film (EXCLUSIVE) », variety.com,‎ (lire en ligne).
  87. Shaun Kitchener, « Mother!44: Jennifer Lawrence horror is a box office FLOP - and audiences slam new movie », sur Express.co.uk, (consulté le 24 juin 2018).
  88. https://www.telegraph.co.uk/films/0/mother-flops-jennifer-lawrence-horror-leads-walkouts-f-grade/
  89. Kristen Page-Kirby, « Jennifer Lawrence finally gets to show off her ‘Mother!’ of a talent », The Washington Post, The Washington Post Company, (consulté le 7 mai 2018)
  90. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=redsparrow.htm
  91. https://www.rottentomatoes.com/m/red_sparrow
  92. (en-US) « Jennifer Lawrence compared to Laurence Olivier by 'Hunger Games' Donald Sutherland (Video) », On the Red Carpet, (consulté le 22 août 2013)
  93. (en-US) « Jennifer Lawrence, David O. Russell teaming up again for 'The Ends of the Earth' », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  94. (en-US) Steve Pond, « 'Silver Linings Playbook' Oscar Nominee Jennifer Lawrence Shares Her Acting Secret: Never Sweat », Yahoo! (consulté le 24 mai 2016)
  95. (en) « The 2013 Time 100 Poll : Jennifer Lawrence », sur time.com, Time, (consulté le 28 octobre 2014)
  96. (en-US) « Jennifer Lawrence », Time,‎ (lire en ligne)
  97. (en-US) Jennifer Vineyard, « Hollywood Power List 2013 », Elle (consulté le 17 octobre 2013)
  98. https://www.forbes.com/sites/dorothypomerantz/2013/06/26/hugh-jackman-jennifer-lawrence-and-e-l-james-are-among-the-celebrity-100-newcomers/#57b6a4d02a77
  99. (en-US) « Sandra Bullock Tops Forbes' List Of Highest Earning Actresses With $51M », Forbes,‎ (lire en ligne)
  100. (en-US) Dorothy Pomerantz, « Jennifer Lawrence Tops Our List Of The Most Powerful Actresses », Forbes, (consulté le 30 juin 2014)
  101. (en) Jordan Waller, « The Official 100 Sexiest Women in the World 2014: The Full List », sur FHM, (consulté le 10 juillet 2014).
  102. (en-US) Robehmed, Natalie, « The World's Highest-Paid Actresses 2015: Jennifer Lawrence Leads With $52 Million », Forbes,‎ (lire en ligne)
  103. (en-US) « The World's Highest-Paid Actresses 2016: Jennifer Lawrence Banks $46 Million Payday Ahead Of Melissa McCarthy », Forbes,‎ (lire en ligne)
  104. (en-US) Sara Vilkomerson, « This Week's Cover: Jennifer Lawrence is EW's Entertainer of the Year », Entertainment Weekly, (consulté le 25 novembre 2015)
  105. (en-US) Valby, Karen, « Entertainers of the Year: Jennifer Lawrence », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  106. https://www.gobankingrates.com/net-worth/celebrities/richest-actresses-of-all-time/#2
  107. https://www.thisisinsider.com/richest-actresses-of-all-time-2018-7
  108. https://www.fashiongonerogue.com/jennifer-lawrence-asos-june-2011-benny-horne/
  109. (en) « Jennifer Lawrence Stripped Naked in Front of Zoe Kravitz », sur huffingtonpost.com, The Huffington Post, (consulté le 13 octobre 2012)
  110. (en) Ellie Krupnick, « Jennifer Lawrence Stuns on Vogue UK November Cover  », sur huffingtonpost.com, The Huffington Post, (consulté le 13 octobre 2012)
  111. Kahina Sekkai, « Jennifer Lawrence, la nouvelle Miss Dior », sur parismatch.com, Hachette Filipacchi Médias, (consulté le 13 octobre 2012)
  112. « Jennifer Lawrence, nouvelle égérie de Christian Dior », Style, sur lemonde.fr, M, le magazine du Monde, (consulté le 13 octobre 2012) : « L'actrice Jennifer Lawrence […] va être la nouvelle ambassadrice du sac Miss Dior. […] Il s'agit de la première collaboration de l'Américaine de 22 ans avec la marque de luxe. ».
  113. https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/29/2655465-jennifer-lawrence-au-naturel-pour-dior.html
  114. http://www.leparisien.fr/laparisienne/beaute/jennifer-lawrence-egerie-des-rouge-a-levres-dior-13-05-2015-4767711.php
  115. https://www.parismatch.com/People/Jennifer-Lawrence-sirene-envoutante-pour-Dior-1570154
  116. (en) Emily Sheridan, « Jennifer Lawrence opens up on boyfriend Nicholas Hoult », sur dailymail.co.uk, The Daily Mail, (consulté le 13 octobre 2012).
  117. [1].
  118. (en) Zayda Rivera, « Jennifer Lawrence, Nicholas Hoult reunite six months after split, are now “fully back on” », sur New York Daily News (consulté le 13 janvier 2014).
  119. (en) « Jennifer Lawrence and Nicholas Hoult Split for Second Time », sur International Business Times, .
  120. « Des photos piratées de Jennifer Lawrence et d'autres stars dénudées circulent sur Internet », francetvinfo.fr.
  121. (en-US) « Cover Exclusive: Jennifer Lawrence Calls Photo Hacking a "Sex Crime" », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  122. « Jennifer Lawrence et Chris Martin, la rupture après 5 mois de romance », sur puretrend.com, .
  123. « Chris Martin et Jennifer Lawrence : ils remettent le couvert », Paris Match, 9 janvier 2015.
  124. (en-US) « Jennifer Lawrence Snags Celebrity Pedigreed Pad in Beverly Hills », Variety,‎ (lire en ligne).
  125. La rédaction, « Pas de doute, Jennifer Lawrence et Darren Aronofsky sont bien en couple : leur baiser fougueux », Voici,‎ (lire en ligne).
  126. « Jennifer Lawrence séparée : Fin de son histoire d'amour avec Darren Aronofsky », sur Purepeople, (consulté le 22 novembre 2017).
  127. https://people.com/movies/jennifer-lawrence-cooke-maroney-in-paris/
  128. « Jennifer Lawrence : « Nous sommes tous les trois meilleurs amis » (VIDEO) », sur cine.ados.fr (consulté le 1er janvier 2017)
  129. (en-US) « Jennifer Lawrence Gives the No-Filter, No-B.S. Interview of Your Dreams », Glamour,‎ (lire en ligne)
  130. (en-US) Laura Brown, « Jennifer Lawrence: Truth and Beauty », Harper's Bazaar,‎ (lire en ligne)
  131. a et b http://www.vogue.com/13368193/jennifer-lawrence-december-2015-cover-hunger-games/
  132. (en-US) Nigel M Smith, « Jennifer Lawrence expresses anger at Hollywood's gender pay gap », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  133. https://www.vanityfair.fr/actualites/articles/jennifer-lawrence-va-faire-une-pause-dans-sa-carriere/60526
  134. (en-US) Roth Cornet, « 10 Reasons Jennifer Lawrence is Awesome », IGN, (consulté le 29 mars 2014), p. 2
  135. (en-US) « The World Food Programme And Feeding America Partner With The Hunger Games », World Food Program, (consulté le 25 mai 2016)
  136. (en-US) « Louisville 'Catching Fire' premiere promotes Jennifer Lawrence & charity », WDRB, (consulté le 29 mars 2014)
  137. (en-US) « Oscar Winner Jennifer Lawrence Joins Chideo's All-star Line-up Of Celebrity Ambassadors, Teams Up With Bradley Cooper To Support Special Olympics World Games And Charles J. Cooper Patient Support Fund », PR Newswire, (consulté le 25 mai 2016)
  138. (en-US) Rebecca Macatee, « Jennifer Lawrence Wants to Be BFFs, Take Selfies and Party for a Purpose—With You! », E! News, (consulté le 25 mai 2016)
  139. (en-US) Julie Miller, « Watch Jennifer Lawrence Struggle to Act Unfriendly in Hunger Games Cast Prank », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  140. (en-US) Sarah Whitten, « Jennifer Lawrence is changing Hollywood's game », CNBC, (consulté le 25 mai 2016)
  141. (en-US) Flora Bell, « Philanthropic Jennifer Lawrence donates $2 million to children's charity », Hello!,‎ (lire en ligne)
  142. « Jennifer Lawrence fait don de 2 millions de dollars à un hôpital pour enfants », Metronews, (consulté le 11 mars 2016)
  143. Lena Lutaud, « Jennifer Lawrence et Bradley Cooper, en couple dans Serena », Cinéma, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 13 octobre 2012)
  144. (en-US) Mike Fleming, Jr., « Fox Formalizes Simon Kinberg To Helm ‘X-Men: Dark Phoenix’; Jennifer Lawrence, Michael Fassbender, James McAvoy Back, Jessica Chastain In Talks (Exclusive) », sur Deadline Hollywood, .
  145. a et b « Comédiennes ayant doublé Jennifer Lawrence au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 25 décembre 2012)
  146. Carton du doublage français lors de la diffusion télévisuelle.

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale de Catalogne • WorldCat
  • (en) Site officiel