Jeanne Blum

Jeanne "Janot" Blum
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jeanne Levylier
Surnom
Janot Blum
Nationalité
Activité
Conjoint
Léon Blum (depuis )
Plaque Jeanne Léon Blum.jpg
Vue de la sépulture.

Jeanne Adèle « Janot » Blum (1899 - 1982) fut la troisième épouse de Léon Blum, président du Conseil sous la IIIe République.

Biographie

Née Jeanne Levylier en 1899, issue d'une famille de hauts fonctionnaires juifs et belle-fille du sénateur Charles Humbert[2], elle a d'abord épousé l’avocat Henry Torrès, dont elle a eu deux enfants, Jean et Georges.

Après son divorce, elle épouse l’industriel Henri Reichenbach, un des fondateurs des magasins Prisunic.

Cousine éloignée de Léon Blum, elle s'était rapproché de lui à la fin des années 1930, à la mort de Thérèse Blum, assurant une partie de son secrétariat. En , elle refuse de partir avec son mari à New York[3] et va renoncer à sa vie confortable alors pour suivre Blum dans ses cinq années difficiles. D'abord à Vichy à l'été 1940 puis à Colomiers, à coté de Toulouse où le couple avait trouvé refuge chez des amis. Arrêté sur ordre de Pétain, Blum est interné au château de Chazeron puis au château de Bourrassol, tous les deux dans le Puy-de-Dôme, et enfin au fort du Portalet dans les Pyrénées, où sont également internés d'autres hommes politiques de la IIIe République (Édouard Daladier, Georges Mandel, Paul Reynaud…)[3]. Il est ensuite transféré à la prison de Riom, en attente de son procès début 1942. Jeanne, à chacune de ses détentions, s'installe dans des hôtels à proximité et lui rend visite dès qu'on l'y autorise[3]. Arrêté par la Gestapo en , Léon Blum est déporté à Buchenwald comme « otage d'État ». Il n'est pas interné dans le camp même mais dans une maison forestière à proximité qu'il partage avec Mandel, où les conditions de vie sont plus favorables. Pierre Laval autorise Jeanne à l'y rejoindre et, son mari s'étant suicidé entretemps, elle l'épouse le , leur mariage étant célébré par un officier d'état civil allemand[3].

Rentré en France en mai 1945, le couple est hébergé un mois au palais du Luxembourg, le temps que la maison de Jeanne à Jouy-en-Josas, « Le Clos des Metz », soit remise en état[4]. Jeanne avait achetée celle-ci et les 19 hectares de terrain autour en 1937 pour son fils Jean, asthmatique. Durant l'Occupation, elle avait été occupée par les Allemands, la propriété subissant aussi des bombardements[4]. Le couple s'y installe. Blum y meurt d'une crise cardiaque cinq plus tard, en 1950, Jeanne a alors 50 ans.

En 1974 elle ouvre l'École Jeanne-Blum dans cette commune, destinée à former dans les métiers du paramédical des enfants déscolarisés et des adultes. Elle y applique sa méthode dite « de complémentarité horizontale »[5]. Elle intitule un des diplômes « Georges Achard », nom porté par son fils.

Elle se donne la mort en 1982 trente-deux ans après la mort de son mari[6],[7]. Ses cendres ont été enterrées dans le jardin de leur maison de Jouy-en-Josas. Elle lègue sa maison à la ville de Jouy-en-Josas « pour mission d'y entretenir le souvenir de Léon Blum et d'y développer des activités culturelles et artistiques »[4].

Hommages

Notes et références

  1. L'École Jeanne Blum permet de préparer des carrières paramédicales à des jeunes déscolarisés et à des adultes en reconversion.
  2. Biographie du sénateur Charles Humbert, par Michel Maigret..
  3. a b c et d Antoine Debaecque, « Jeanne et Léon », L'Histoire, no 467,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2020).
  4. a b et c "La Maison" sur le site du musée La Maison Léon Blum.
  5. École Jeanne Blum, 78350 JOUY-EN-JOSAS.
  6. Dominique Missika, Je vous promets de revenir : 1940-1945, le dernier combat de Léon Blum, éditions Robert Laffont, Paris, avril 2009 ; 324 pages + cahier photographique de 8 pages.
  7. « Pour l'amour de Léon Blum », sur Le Parisien, .

Articles connexes

Liens externes