Jean Guillaume

Jean Guillaume
Naissance
Fosses-la-Ville Drapeau de la Belgique Belgique
Décès
Namur Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité belge
Pays de résidence Belgique
Diplôme
Profession
Activité principale
Enseignant, écrivain
Autres activités
Formation
Lettres, philosophie et théologie

Compléments

Jean Guillaume est surtout connu comme poète wallon

Jean Guillaume, né le à Fosses-la-Ville (Belgique) et décédé le à Namur (Belgique), est un prêtre jésuite belge, professeur de littérature française, écrivain et poète wallon.

Premières années et formation

Né dans une famille nombreuse - son père était fermier et marchand de chevaux - Jean Guillaume parla toujours avec fierté de ses origines paysannes et du terroir particulier de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Si la langue wallonne était couramment parlée chez lui, c’est au contact de sa tante maternelle qu’il en découvrit la saveur et poésie. Après des humanités gréco-latines au collège Saint Paul de Godinne-sur-Meuse, il entra au noviciat des jésuites à Arlon (1937). Comme jésuite sa formation fut classique et traditionnelle : Philologie classique et romane aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur (1945), Expérience pédagogique au collège St Servais de Liège suivi de la licence en romane à l’université de la même ville (1948), Philosophie et Théologie à Louvain où il fut ordonné prêtre le 15 août 1951. Doctorat en philologie romane à l'Université catholique de Louvain (1954) avec un travail sur la Chanson d’Eve de Charles Van Lerberghe.

Professeur et écrivain

En 1955 Guillaume est nommé professeur de littérature française aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Il y restera jusqu’à la fin de sa vie. Mais la littérature wallonne l’intéresse également. En fait sa carrière académique, autant que ses écrits, se polarisent autour de deux thèmes majeurs : d’un côté la poésie wallonne, et de l’autre - en littérature française - la personnalité et les œuvres du poète Gérard de Nerval.

Poésie wallonne

Entre 1947 et 1951 Guillaume avait déjà produit quatre recueils de poésie wallonne qui furent remarqués: Djusqu' au solia (Jusqu’au soleil;1947), Inte li vespréye èt l’gnût (Entre les vêpres et la nuit), Grègnes d'awous’ (Moisson en granges; 1949), Aurzîye (Argile; 1951). Il publie des éditions critiques des grandes figures de la littérature wallonne (Georges Willame, Michel Renard, Franz Dewandelaer), et collabore au Lexique namurois de Lucien Léonard (1969). En 1984, il publie La poésie wallonne, une série de profils de poètes wallons qui lui sont chers: Jules Claskin, Gabrielle Bernard, Willy Bal, Emile Gilliard, Louis Remacle, Georges Smal, et d’autres. Il est l’ami d’Arthur Masson, père de l'inoubliable 'Toine Culot'. Il publia encore en 1989 Œuvres poétique wallonnes, Sur la fin de sa vie Guillaume composa encore une dizaine de poésie qu’il destinait aux ‘Cahiers Wallons’. Elles furent rassemblées sous le titre allusif de Pa-drî l’s-urées (Derrière les collines) et publiées posthumément. Guillaume est sans doute celui qui s’engagea le plus dans la recherche philologique sur la langue wallonne.

Gérard de Nerval

Dans un domaine plus académique Guillaume s’attacha à l’œuvre du poète Gérard de Nerval. Au fil de 35 années d’un travail assidu et de nombreuses publications sur des points précis d’un auteur et d’une œuvre difficile, il s’imposa comme étant le meilleur connaisseur du poète tourmenté, à tel point qu’il fut pressenti (avec Claude Pichois, Michel Brix et d'autres) par la maison Gallimard pour préparer l’édition critique des œuvres complète de Nerval pour la prestigieuse collection de La Pléiade. Le travail, publié en trois tomes, prit neuf ans: de 1984 à 1993. Nerval devint comme un compagnon de voyage. Bien que généralement très discret sur tout ce qui le concernait personnellement Guillaume accepta de s’expliquer sur le sens de ses recherches nervaliennes : c’est le livre d’entretiens Nerval, masques et visage publié en 1988 dans la collection Etudes nervaliennes et romantiques des Presses universitaires de Namur.

Évaluation

Des générations d’étudiants, à Namur, en Belgique et à l’étranger (il enseigna également à Bujumbura) gardent un souvenir illuminé de cet ‘éveilleur’ à la littérature, une littérature vue comme approche généreuse et sympathique de l’humanité dans sa complexité de sentiments. Les œuvres littéraires n’étaient jamais séparées des personnes qui les avaient conçues.

Œuvres (Poésie wallonne)

  • 1947 : Djusqu' au solia
  • 1948 : Inte li vespréye èt l’gnût
  • 1949 : Gregnes d' awous
  • 1951 : Aurzîye
  • 1984 : La poésie wallonne
  • 1989 : Œuvres Poétiques Wallonnes
  • 2001 : Pa-drî l's-uréyes (posthume)

Œuvres (Gérard de Nerval)

  • Œuvres complètes de Gérard de Nerval, (3 vol.), La Pléiade, Paris, 1984 à 1993.
  • Nerval, Masques et visage, Namur, 1988.

Liens externes