Jean Despeaux

Jean Despeaux
Jean Despeaux en 1936.
Jean Despeaux en 1936.
Fiche d’identité
Nom complet Jean Despeaux
Nationalité Drapeau de la France France
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 73 ans)
Catégorie Poids moyens
Palmarès
  Professionnel
Combats 15
Victoires 6
Victoires par KO 1
Défaites 7
Matchs nuls 2
Titres professionnels Champion de France poids moyens (1941, 1942 et 1944)
Titres amateurs Champion olympique aux Jeux de Berlin en 1936 (poids moyens)

Jean Despeaux est un boxeur et acteur français né le 22 octobre 1915 à Paris et mort le 25 mai 1989. Champion olympique en poids moyen aux Jeux olympiques d'été de 1936, il devient professionnel et conquiert à plusieurs reprises le titre de champion de France professionnel des poids moyens pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie

Jean Despeaux s'illustre dans la catégorie poids moyens aux Jeux olympiques d'été de 1936. Après son entame réussie dans la compétition[1], il bat Josef Hrubeš en quart de finale en attaquant son adversaire de la première à la dernière minute du combat[2]. En demi-finale, il domine l'Argentin Raúl Villareal devant une salle presque vide, prouvant sa supériorité jusqu'à acculer son adversaire dans les cordes[3]. Opposé au Norvégien Henry Tiller en finale olympique, il entame le combat sur la retenue[4]. Plus précis que son adversaire, le Français fait la différence dans le corps à corps et par de petits gauches précis au corps[4]. Champion olympique le même jour que Roger Michelot dans la catégorie des mi-lourds, il est le deuxième français médaillé dans ce sport après Paul Fritsch. Au lendemain de son succès, il fait la une du journal L'Auto[5].

En octobre 1941, Despeaux retrouve le Lyonnais Victor Buttin au Cirque d'Hiver après un premier match nul entre les deux boxeurs en août[6]. Plus complet et en forme que son adversaire, il envoie Buttin au tapis dans la dixième reprise pour l'emporter finalement aux points[6]. Un mois plus tard, dans une soirée exceptionnelle organisée au Vel' d'Hiv, Jean Despeaux rencontre pour la quatrième fois Assane Diouf[7],[8]. Les deux hommes, pesés à 72 kilos, ont accepté de disputer le combat en quinze reprises, une première depuis le combat entre Marcel Thil et Carmelo Candel en 1934 à Roland-Garros[7]. Grâce à un travail au corps et des enchaînements de coups dans les dernières reprises, Despeaux est déclaré champion de France professionnel des poids moyens, déclenchant l'enthousiasme des spectateurs[7],[8]. Souvent critiqué pour sa garde classique, son allure raide et son dégoût de la bataille, le boxeur parisien est récompensé de ses efforts après ce qui est d'écrit par l'L'Auto comme « la plus belle performance de sa carrière professionnelle »[8].

Champion de la zone occupée, Despeaux rencontre le champion de la zone non occupée, le Toulonnais Joë Brun, au Cirque d'Hiver en janvier 1942[9]. Surpris par la tactique de contre de son adversaire, le Parisien perd les premières reprises du combat et n'arrive pas à trouver la clef face aux remises de son adversaire[9]. Si la deuxième partie du combat est équilibrée, Brun emporte la décision[9]. En juin, Despeaux retrouve Joë Brun au Grand Palais[10]. Attentiste en début de combat, le Parisien bloque les charges du Toulonnais et attaque en crochets[10]. Au milieu du combat, plus puissant, il prend l'initiative en doublant ses coups et en plaçant des droites plongeantes[10]. Despeaux touche son adversaire à l'arcade sourcilière gauche dans la dixième reprise avant de faire démonstration de sa boxe académique dans les deux dernières reprises[10]. Les juges rendent une décision de match nul[10].

En novembre 1943, il retrouve de nouveau le ring du Grand Palais face à Georges Levasseur, un boxeur mi-lourds qui lui rend presque 5 kg et a une allonge supérieure à lui[11]. Se dérobant, s'accrochant, reculant continuellement, Levasseur évite le combat pendant dix reprises, s'attirant les sifflets du public[11].

Après sa carrière sportive, Jean Despeaux a également participé à plusieurs films en tant qu'acteur, dans des petits rôles, notamment dans le film L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot.

Palmarès

Jeux olympiques d'été
  • 1936 : Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'or dans la catégorie poids moyens[12].
Championnat de France professionnel
  • Dans la catégorie des poids moyens :
    • de novembre 1941 à décembre 1942 (trois défenses de titre réussies)
    • de janvier 1944 à janvier 1945 (une défense de titre réussie)

Filmographie

Références

  1. Robert Perrier, « Ils ont des yeux et ils ne voient pas ! », L'Auto, no 13022,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  2. « Trois boxeurs français sont qualifiés pour les demi-finales », L'Auto, no 13023,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  3. « Il y aura deux Français en finales du tournoi de boxe, Michelot (mi-lourd) et Despeaux (moyen) : Tous deux ont, en effet, été vainqueurs, hier, cependant on enregistre l'élimination de Tritz dans les mi-moyens », L'Auto, no 13024,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  4. a et b Robert Perrier, « Michelot, poids mi-lourd, et Despeaux, poids moyens, triomphent dans leur catégorie et apportent à la France deux nouveaux titres olympiques : Despeaux et Michelot ont été, de tout le tournoi les plus brillants boxeurs », L'Auto, no 13025,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  5. « Ultimes victoires olympiques de France : Les boxeurs Despeaux et Michelot gagnent brillamment leurs finales », L'Auto, no 13025,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  6. a et b Jean-Laurent-Lefébure, « Deux faits ont dominé l'activité pugilistique très intense de la semaine dernière à Paris : La victoire de Despeaux et la défaite de Populo », Le Miroir des Sports, no 30,‎ (lire en ligne).
  7. a b et c Jean-Laurent-Lefébure, « Trois championnats de France... trois titres qui changent de détenteur : Despeaux (moyens), Thierry (légers), Levasseur (mi-lourds) sont les nouveaux champions », Le Miroir des Sports, no 32,‎ (lire en ligne).
  8. a b et c Jacques Goddet, « L'ardeur de Diouf l'a empêché de discerner qu'il entrait dans le nouveau jeu de Despeaux... Erreur qui lui coûta le titre ! », L'Auto, no 14961,‎ , p. 1-2 (lire en ligne).
  9. a b et c Jean-Laurent-Lefébure, « Erreur de tactique de Despeaux qui est battu par Joë Brun », Le Miroir des Sports, no 41,‎ (lire en ligne).
  10. a b c d et e Jean-Laurent-Lefébure, « Despeaux et Joe Brun : le Parisien et le Toulonnais campent sur leurs positions », Le Miroir des Sports, no 62,‎ (lire en ligne).
  11. a et b Henri Lamy, « Devant Jean Despeaux Levasseur a boxé... à reculons », Le Miroir des Sports, no 123,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Résultats des Jeux olympiques 1936 (amateur-boxing.strefa.pl).

Liens externes

  • Ressources relatives au sport : BoxRec • Sports Reference